HOMMAGE À JEAN-PIERRE STIRBOIS (Eric de Verdelhan)

«…La présence de cinq millions d’immigrés pèse lourdement sur la vie économique de la France. Aussi, nous exigeons l’arrêt de l’immigration et leur retour dans la mère patrie. La priorité au travail doit se faire d’abord au bénéfice des Français »

(Propos tenus par Jean-Pierre Stirbois, lors des Législatives de…1978).

Jean-Pierre Stirbois — Wikipédia

 

 

Peut-être qu’un jour Marine Le Pen sera présidente de la République ? Tout est possible !

Elle n’a « pas de problème avec l’Islam », elle est favorable à l’inscription du droit à l’IVG dans la Constitution, et elle est farouchement contre l’idée de « remigration ». Le RN ne s’interdit pas de rompre avec l’AFD allemand au Parlement Européen. En voulant dédiaboliser son parti, Marine Le Pen a rejoint le système – « la bande des quatre » –  que son père dénonçait autrefois. Son parcours me rappelle celui de… François Bayrou, le crétin des Pyrénées. Il y a quelques années les grenouilles de bénitiers, les démocrates-crétins et les petits bourgeois de province ne tarissaient pas d’éloge sur Bayrou, catholique, bien marié, père de six enfants, conservateur, etc…Il incarnait la droite telle qu’on la conçoit dans les salons mondains. Il était paré de toutes les vertus, de plus il avait commis un livre (1) sur le bon Roi Henri IV, le père de la « poule au pot », un des rares monarques qui fait l’unanimité auprès des Français. Certes le « Vert Galant »  changeait plus souvent de religion que de chemise, il portait une ceinture de harengs pour éloigner les mouches, et l’une de ses nombreuses  maîtresses lui déclara un jour « Ah  Sire ! Il vous prend bien d’être Roi, sans cela on ne pourrait vous souffrir car vous puez comme charogne ! », mais il a laissé l’image d’un homme truculent, ripailleur, goinfre, trousseur de jupons, paillard, bref un Roi bien français. Et puis un enfant baptisé – catholique – au vin de Jurançon ne pouvait pas devenir un mauvais monarque.

Au fil du temps, François Bayrou, dont l’air benêt cache une ambition démesurée et un égo susmentionné, a cheminé vers la gauche. Il a soutenu la candidature de François Hollande avant de s’allier avec Emmanuel Macron. Il a rejoint ce que j’ai appelé, dès 2017, « l’extrême-centre ».

Marine Le Pen, elle, ne se réclame pas de la droite. Elle dit elle-même ne pas savoir ce qu’est la droite et racole chez les électeurs de Mélenchon. Certains – imbéciles, naïfs ou inconscients ? – trouvent qu’elle a bien mené sa barque en devenant enfin fréquentable. On nous dit que, grâce à sa dédiabolisation, elle fait dorénavant (presque) partie de « l’arc républicain ».

Si j’ai bien compris, ce fameux « arc républicain » est une sorte d’intronisation dans la secte (2) « ripoux-blicaine ». Un peu comme en Franc-maçonnerie, il faut être parrainé pour en faire partie. C’est un entre-soi de la bienpensance ; c’est elle qui définit le bien et le mal or, comme vous le savez, le mal  absolu, bien pire que la vérole, c’est l’extrême-droooâââte, le nationalisme, et le populisme.

Marine Le Pen, disais-je, sera peut-être au pouvoir en 2027, mais pour faire quelle politique?

En attendant, elle ne semble avoir qu’un ennemi, « Reconquête ! » d’Éric Zemmour. Je note d’ailleurs que les médias consacrent leur une (ou leur antenne) à Jordan Bardella et évitent  de parler de Marion Maréchal. On me dit que le RN a le vent en poupe pour les Européennes et que la liste conduite par Marion Maréchal fera un flop, donc qu’il faut voter RN. Ce raisonnement est stupide. Il s’agit d’un scrutin proportionnel donc il me parait souhaitable, voire indispensable, que la liste de « Reconquête ! » obtienne un maximum d’élus, et ce pour trois raisons : La première c’est que le programme de « Reconquête ! » est le seul (pour l’instant) qui évoque sans la moindre ambigüité le « grand remplacement »  et la nécessaire « remigration ». La seconde est que le parti d’Éric Zemmour a subi deux échecs – à l’élection présidentielle et aux Législatives – et que je le vois mal se relever d’un nouvel échec. Si la liste de Marion Maréchal fait moins de 5%, « Reconquête ! » ira rejoindre les partis qui font de la figuration faute d’arriver à s’entendre, comme « Les Patriotes » de Philippot, « Debout la France » de Dupont-Aignan ou « L’Union Populaire Républicaine » d’Asselineau. « La droite la plus bête du monde » aura, une fois de plus, réussi  à se tirer une balle dans le pied.

La troisième raison me semble tout aussi importante : il faut redonner un poids politique – donc un mandat – à Marion Maréchal qui incarne la génération montante du nationalisme, ou si vous préférez, du souverainisme et du conservatisme.

N’ayant « pas d’ennemis à droite », je n’ai rien contre Jordan Bardella mais j’ai parfois un peu de mal à savoir où il se situe vraiment. Marion Maréchal, elle, s’affiche clairement à droite et ne fait aucune démagogie pour racoler des gens dont la sensibilité est incompatible avec nos valeurs.

N.B : Depuis le début de la révolte paysanne, je note avec une certaine satisfaction, qu’aucun des leaders des partis dits « nationaux »  n’a dérapé : ils sont tous sur la même ligne de défense de nos agriculteurs, contre les oukases et diktats de Bruxelles, et contre les suicidaires traités de libre-échange. Je crains cependant que le mouvement paysan ne soit rapidement gangrené par l’extrême-gauche, comme ce fut hélas le cas pour les « Gilets jaunes ». Quand j’apprends, par exemple, que des mouvements écolos veulent se joindre aux agriculteurs, je crains le pire !  

En guise de conclusion, je voudrais rendre hommage à un leader de droite oublié, né un 30 janvier, il s’appelait Jean-Pierre Stirbois. Lui rendre hommage évoque chez moi un vieux souvenir. Le premier week-end de novembre 1988, j’étais allé passer une qualification pour le FFP (3)  à Persan-Beaumont dans le Val d’Oise. J’étais accompagné par le président de mon para-club, qui était aussi  un ami intime. Le 4 novembre au soir, nous logions chez un camarade de mon président, ancien para militaire, qui habitait à Senlis. Nous avons dîné, fort tard, dans un bon restaurant de la ville, puis nous avons trouvé un bar pour finir la soirée après une journée aussi bien remplie que nos estomacs.

Nous sirotions notre Xième whisky quand un freluquet est rentré dans le bar en rigolant. Il s’est assis à une table, où étaient déjà attablés deux de ses copains, et a crié à la cantonade :

« Putain, Le Pen il avait déjà un œil de verre, il vient de perdre son bras droit : Stirbois s’est tué en bagnole, bon débarras !».

Notre camarade para s’est levé calmement, il a attrapé le gringalet par le col et lui a dit en le secouant comme un prunier :

« Si tu rigoles encore, je t’en colle une ! ».

Les trois lopes n’ont pas moufté et ont quitté le bar la queue basse. Nous, nous avons levé nos verres et chanté « J’avais un camarade »…mais  parlons de Jean-Pierre Stirbois.

 Né le 30 janvier 1945 à Paris,  il était issu d’une famille modeste. Diplômé en marketing, il sera d’abord représentant en vins, avant de prendre avec sa femme, en 1975, la direction d’une petite imprimerie qu’il va développer. Comme beaucoup de jeunes de sa génération, il sera marqué par la perte de l’Algérie française. Il participe en 1965 à la campagne JEAN LOUIS TIXIER VIGNANCOUR | INAprésidentielle de Jean-Louis Tixier-Vignancour, au sein des Comités TV(4). Formé idéologiquement par Henry Coston, il milite au « Mouvement Jeune Révolution », puis dans le « Mouvement Solidariste » créé en 1971.  

En 1977, il rejoint le Front National de Jean-Marie Le Pen (dont il devient secrétaire général en 1981). Après avoir obtenu près de 10 % des voix dans un des cantons de la ville de Dreux aux Cantonales de 1982, il confirme son implantation aux Municipales l’année suivante. Il crée la surprise en obtenant 16,7 % des voix au premier tour. La presse parle alors de « tonnerre de Dreux ».

Entre les deux tours, il fusionne sa liste avec celle du RPR de Jean Hieaux, qui remporte la mairie et dont il devient l’adjoint.  Il est l’artisan de la première alliance entre la droite et le FN. Ce score et cette alliance est la première victoire électorale d’importance pour le Front National.L'alliance du FN avec la droite aurait pu se faire à Mantes-la-Jolie plutôt que Dreux

En 1984, Jean-Pierre Stirbois est élu député européen, sur la liste de Jean-Marie Le Pen.

En 1986, le scrutin proportionnel lui permet d’entrer à l’Assemblée Nationale en tant que député des Hauts-de-Seine. Pendant huit ans, Stirbois a mis en place toute l’organisation du Front National, malgré de vives tensions avec son rival Bruno Mégret, quand ce dernier a commencé à avoir beaucoup d’influence sur Jean-Marie Le Pen. Rivalité héla très classique en politique entre le militant de terrain et le technocrate, or les deux étaient complémentaires. 

Il était le mari de Marie-France Stirbois, elle aussi députée européenne du Front National. 

Jean-Pierre Stirbois s’est tué en voiture, dans la nuit du 4 au 5 novembre 1988 près de Pontchartrain, alors qu’il rentrait d’une réunion publique à Dreux.

Lors de ses obsèques,  le 9 novembre, Jean-Marie Le Pen devait déclarer :

« Son Panthéon est dans le cœur du peuple français, et c’est pour cela qu’il est immortel ».

Amazon.fr - TONNERRE DE DREUX . L'AVENIR NOUS APPARTIENT. - JEAN-PIERRE STIRBOIS - Livres

Peu de temps avant sa mort, Jean-Pierre Stirbois avait écrit un livre dont le titre peu sembler mal choisi : « L’avenir nous appartient ». Lui est mort jeune, trop jeune.

Jean-Pierre Stirbois ne buvait pas, ne se droguait pas et roulait prudemment. Sa voiture, une Volkswagen Golf GTI, sortait de révision et il s’est tué dans une ligne droite. Ceci a suffi pour que certains pensent à un attentat…et se voient aussitôt traités de… complotistes. Oui, déjà !

Personnellement, je n’ai pas d’avis sur la question…quoique…

JeanMarie Le Pen et ses filles une tragdie familiale

Dans la nuit du 1er au 2 novembre 1976, un attentat à la bombe détruisait intégralement l’appartement de Jean-Marie Le Pen, faisant six blessés. Cet attentat n’a jamais été revendiqué et on ne semble pas avoir fait beaucoup d’efforts pour retrouver le (ou les) coupable(s).

blank

Le samedi 18 mars 1978, à 8 h 40 précises, François Duprat, secrétaire général du Front National,  mourrait dans l’explosion de sa voiture – une Citroën GS –  piégée sur la nationale 182, près de Caudebec-en-Caux. Cet attentat n’a jamais été revendiqué et on cherche encore les coupables.

Depuis les nombreux attentats soi-disant imputables à l’OAS à la fin de la guerre d’Algérie, je sais que notre République « barbouzarde » est capable de coups tordus.

blank

 

 

 

 

Éric de Verdelhan

21 janvier 2024

1) « Henri IV, le Roi libre », de François Bayrou ; Flammarion ; 1994. C’est un pavé assez indigeste !

2) Secte parce que terriblement sectaire : elle voit des fachos partout.

3) FFP : Fédération Française de Parachutisme.

4) Comités qui comptaient dans leurs rangs, Jean-Marie Le Pen et Roger Holeindre.

5) « Tonnerre de Dreux, l’avenir nous appartient », éditions National-Hebdo, 1988.

Qu'en pensez vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

5 Commentaires

  1. Bel hommage , justifié….mais n’oublions pas Marie France son épouse qui a continué le combat et qui malgré son travail et ses qualités a été ”cocufié” par J.M Le Pen qui l’a viré de la liste des européennes ….

  2. Comme d habitude on met le sujet Zemmour dans la sauce de Marine alors qu elle n en parle jamais quand a l immigration je pense qu elle sait ce qu’il faut faire elle en parle et elle sait que la France est perdue a cause de cela

  3. blank jeanmi de corse dit :

    J’ai bien lu ces souvenirs tres interressants et je vous en remercie mais je me demande pourquoi l’OAS partisante ou partisane active même tres active de l’algérie française aurait été instigatrice des attentats d’activistes du nationalisme français :ce n’est pas logique car ce qui est propre au nationalisme c’est de contrôler l’immigration,
    Or la perte de l’algérie a été vécue comme une victoire de l’algérie algerienne et le gôut vengeur de se comporter quelques années plus tard en envahisseurs des ex envahisseurs :C’était à prevoir :Ceux qui n’ont pas vecu le sacrifice de l’exil contre sa volonté ont souvent des raisonnements un peu “stupides” :ce qui est tres facheux pour des hommes politiques: Ils croient quoi ces cons ? Qu’on oublie ,mais personne n’oublie son histoire ou sa sale histoire et apres une défaite ou une victoire il ne faut jamais baisser la garde : Quand je pense qu’il faut apprendre ça à ces crétins de politicards :Ca me gonfle.Mais pour le fric et un comportement de vendus,ils ne sont pas en reste
    sous le prétexte de représenter les citoyens.Ces mecs là ,je m’en mefie comme de la peste.

  4. “Quand j’apprends, par exemple, que des mouvements écolos veulent se joindre aux agriculteurs, je crains le pire ! ”
    Rassurez vous les agriculteurs savent bien ce qu’ils doivent aux écologistes de tous poils qui prétendent leur donner des leçons d’agriculture, eux qui savent à peine lire ou écrire sauf des traités abscons et surtout qui ne mettent jamais les mains ou les pieds dans la bouse. Alors qu’ils n’essaient pas de s’immiscer !

  5. blank Le Réfractaire dit :

    La dernière phrase rédigée par Eric de Verdehlan sur l’historique du F.N et du très regretté Jean-Pierre Stirbois est d’un réalisme froid, qui pour cause de lâcheté politique est rarement utilisé pour nous entretenir du système “Ripoublicain” qui depuis 1789 jusqu’ aujourd’hui a commis nombre de crimes politiques – dont celui impardonnable du “Génocide Vendéen” commis par ses horribles “colonnes infernales”; sorte de prototype de la Shoa perpétrée 150 ans plus tard, par la SS de Himmler, dit “treue Heinrich” par le Fürher et ses complices ….
    Ceci dit une conclusion s’impose à l’observateur :
    “Marianne” n’est pas tendre lorsqu’elle tient solidement le Pouvoir, mais elle semble offrir, sans trop sourciller, sa “Raie Publique” à qui l’envahit, la méprise, la secoue, l’outrage et jouit de la violer !