LA CHARIA EST ENTRÉE EN EUROPE PAR LES CAMPS DE “RÉFUGIÉS” (par l’Imprécateur)

Il ne fait pas bon être raisonnable par les temps qui courent ! Le bon sens n’a pas bonne presse.

C’est vrai en politique intérieure où chaque parti a ses extrémistes prêts à saborder leur propre camp plutôt que de le voir négocier des accords de gouvernance avec un parti cousin pour arriver au pouvoir et avoir une chance d’y mettre en pratique ses théories politiques.
C’est évident au sein de la gauche.
Ça l’est au sein de la droite où LR vient de montrer son tropisme centro-socialiste en rejetant Nadine Morano qui a prononcé un mot dont la gauche interdit l’usage, mais aussi au sein du FN où sévissent des ayatollahs prêts à faire des procès à qui tente de séduire la frange droite de l’électorat LR.

L’un et l’autre devraient savoir qu’ils ne reprendront jamais le pouvoir si une part des électeurs FN s’obstine à voter socialiste plutôt que LR dans l’éventualité où Sarkozy se trouverait face à Hollande ou Valls au second tour, ou si une part des électeurs LR s’obstine elle aussi à voter socialiste (à l’incitation de Juppé et Bayrou) plutôt que FN dans l’éventualité où ce serait Marine Le Pen qui se trouverait face à Hollande ou Valls au second tour.

Chez Minurne, nous savons qu’il faudra composer au moment crucial de l’entre-deux-tours pour éviter que la France ne reste gouvernée par le PS qui n’a pourtant que moins d’un tiers des Français derrière lui. C’est pourquoi nous refusons de porter des critiques violentes contre le programme économique très à gauche de Marine, et que nous refusons de critiquer le comportement parfois erratique de Sarkozy qui croit encore que Juppé ou NKM sont de droite, alors qu’ils sont, comme Chirac, des radicaux de gauche déguisés.

C’est vrai en politique internationale où l’on voit le tandem infernal Hollande-Fabius soudé à l’ONU dans sa haine de Bachar el-Assad. Il est coupable de ne pas avoir accepté de voir son pays pris en main par le wahabisme sunnite comme l’y poussait la diplomatie française, et d’avoir réprimé violemment leur tentative de prise du pouvoir par un simulacre de « démocratie modérée » alors qu’on n’a jamais vu un pays sunnite pratiquer une démocratie modérée où chrétiens et chiites (ou autres, même juifs) occuperaient le pouvoir en alternance avec les sunnites.

Travailler avec El-Assad serait un péché mortel et ils préfèrent voir l’État islamique tuer celui qui, au prix d’une poigne de fer c’est vrai, réussissait à faire cohabiter dans la paix et la prospérité (qui se souvient du fabuleux bazar d’Alep ?) chiites, sunnites et chrétiens, plutôt que d’accepter qu’il participe à l’éradication de l’Etat islamique qui nous envoie ses tueurs déguisés en pauvres musulmans et dissimulés dans la foule des « réfugiés ».

Car il y a bien des informations qui ne nous sont pas montrées par la presse française sommée, sous peine d’être accusée d’incitation à la haine raciale, de ne présenter que des familles éplorées et affamées, pauvres et paisibles, prêtes à s’intégrer par le travail.

Mercredi soir dans un reportage Euronews en Hongrie sur le refus de migrants de prendre la nourriture et l’eau qui leur étaient offertes dans un train et les jetaient sur les voies, on a pu voir pendant moins de deux secondes un titre de la presse allemande qui disait en substance que selon les services de renseignements 4 000 terroristes étaient entrés en Allemagne ces dernières semaines. Ce qui explique peut-être la frénésie soudaine d’Angela Merkel d’instaurer des contrôles stricts aux frontières.
Combien en France ?

Parce qu’il est difficile de croire que le contrôle à la frontière entre Vintimille et Menton que la France a remis en place depuis des mois soit efficace, et différent dans son principe de ce que font d’autres pays en Europe.

Pour ce qui est de la réalité du comportement des « migrants », il y a deux catégories : les familles (moins de 20 % selon les comptes de Frontex), qui méritent notre aide, et tous ces jeunes que l’on voit dans cette vidéo :

Quand le ministre de l’Intérieur dit qu’il faut tous les accueillir, que les évêques nous expliquent benoitement qu’il n’est pas chrétien de les trier, que la mairesse de Paris prétend qu’il faut « accueillir autant de migrants que possible« , ils montrent qu’ils ignorent en grande partie le problème et cèdent au tropisme islamiste.

Si la mairesse veut transformer Paris en camp de réfugiés, en « ville ouverte » comme les socialistes le firent en 1940, qu’elle demande d’abord au peuple des parisiens s’ils sont majoritairement d’accord et prêts à en assumer le coût financier et social.

En Allemagne, épicentre de l’invasion, des réfugiés fraichement arrivés quittent le pays, affirmant qu’ils y sont autant maltraités que dans leur pays de départ. Pas par les autorités, mais par leurs « frères » musulmans qui ressemblent plus à des chacals qu’à des frères : dans les centres d’accueil, en Bavière, Saxe et Brandebourg notamment, les musulmans insultent et briment les chrétiens, les traitent de « porcs » s’ils acceptent la nourriture apportée par les associations de secours aux réfugiés et les autorités si elle n’est pas certifiée halal, agressent les jeunes filles non voilées, brutalisent les enfants. Cela ne s’arrête pas aux chrétiens, les musulmans chiites, les malékites, etc. sont aussi l’objet d’insultes et de brimades, de vols et d’agressions, pouvant aller jusqu’au lynchage comme on le voit dans l’une des scènes de la vidéo ci-dessus.

À Calais, dans le bidonville de migrants auquel la police ne doit pas accéder pour « ne pas faire de provocations« , il y a des conflits internes du même type, mais il est exceptionnel que la presse en parle car ce serait, dit-on, stigmatiser l’islam, responsable à 90 % de ces bagarres, une raison que le gouvernement et la presse française nous cachent : certains migrants veulent imposer la charia dans les camps de réfugiés.

images
Bagarre entre migrants à Calais le 5 août

« Les musulmans très croyants répandent dans les foyers l’idée suivante : là où nous sommes règne la charia« . Et ceux qui souffrent le plus sont les musulmans convertis au christianisme : « Ceux-là ont 100% de chance d’être agressés » (Die Welt du 27 septembre) ; « L’hebdomadaire Die Zeit s’est lui aussi fait l’écho d’agressions et d’une ambiance délétère dans les foyers de réfugiés dès juillet 2014. Voilà plus d’un an, donc, que les autorités allemandes sont conscientes des dangers qui menacent les réfugiés chrétiens. « Il y a une ambiance d’intimidation et d’hostilité envers les chrétiens », explique le prêtre maronite de Francfort Gaby Magea. L’accès aux cuisines communes est restreint pour les chrétiens, traités de « porcs » par certains musulmans, et leurs enfants sont agressés » (Courrier International).

La solution proposée en Allemagne par les autorités : une ségrégation des réfugiés selon leur religion, y compris entre musulmans chiites et sunnites qui ont importé leurs conflits en Europe. De bonnes âmes, mais très naïves comme beaucoup de gens de gauche parce que tout à fait ignorantes de l’islam, voudraient que l’on fasse signer aux migrants une charte des valeurs telles que égalité hommes/femmes, liberté de religion, etc. Max Klingberg, de la Société Internationale des Droits de l’Homme, n’y croit pas une seconde : il faut que les dirigeants cessent de s’aveugler, dit-il, il faut arrêter de croire que les réfugiés viennent chercher les droits de l’homme dans nos pays et soient prêts à renoncer à ce qu’ils considèrent comme les piliers de leur religion « une quantité non négligeable » est plus fondamentaliste que les Frères musulmans eux-mêmes, surtout les Afghans et les Pakistanais, « encore plus islamistes que les Syriens« . Ce que confirment des témoignages enregistrés en Allemagne au sein même de foyers de « réfugiés ».

C’est peut-être cela le plan de l’Etat Islamique : exporter en Europe pour la déstabiliser, via les « réfugiés », la guerre de religion qu’il mène pour tuer le christianisme et l’islam non wahabite, avec la bénédiction très discrète de l’Arabie saoudite et des Etats-Unis.

Les chrétiens syriens et irakiens ont peur. Une famille de chrétiens originaire de Mossoul, hébergée dans un foyer à Geissen, a demandé à partir, les musulmans du foyer « ayant menacé de les tuer « et de boire leur sang » s’ils ne partaient pas » (Die Welt). Les autorités allemandes l’ont renvoyée en Irak, et les musulmans du foyer n’ont pas été inquiétés ni expulsés ! C’est ça l’Europe musulmane de demain ?

L’Imprécateur

SIGNATURE 2015

0 0 votes
Évaluation de l'article
10 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank