SAINTE RITA, PATRONNE DES CAUSES PERDUES, PRIEZ POUR CE PAUVRE MONSIEUR HOLLANDE (par l’Imprécateur)

Alma

Le nouveau zouave du Pont de l’Alma

Sainte de l’impossible, avocate des causes désespérées, Sainte Rita de Cascia est beaucoup invoquée ces temps-ci à l’Elysée. On y aurait même érigé un petit autel où l’on maintient allumées à longueur de journée et de nuit des bougies bénites…
Si, si, je vous assure !

C’est que tout va mal pour François le Joufflu : climat social, sécurité intérieure, international, sondages… même en sport c’est la Bérézina. Avez-vous suivi Roland Garros ? Gâché par trop de pluie, mais aussi des parties médiocres sans panache ni imagination, des joueurs dont les quatre meilleurs (toujours les mêmes depuis des années) se sont blessés, Une fin qui s’annonce lamentable et ne parlons pas des joueurs français, toujours égaux à eux-mêmes dans l’échec.

Un sondage publié le 2 juin par iTELE donne Hollande à 11 % et Valls à  % 14 % d’opinions favorables, score le plus bas depuis leur entrée en fonction. Du socle socialiste chiffré à environ 20 % de l’électorat, seul le tiers, soit 7 % de l’électorat global, souhaite que le président se présente en 2017. Hollande compte sur une victoire française à l’Euro pour redorer son blason, mais avec le climat insurrectionnel que la CGT entretient, la menace terroriste et les polémiques qui se développent déjà autour de l’équipe de France, c’est mal parti.

Le patron de la CGT arrose le succès des grèves et compte bien perturber sérieusement l’Euro

C’est le rêve français que je veux réenchanter », claironnait Hollande, bizarre vainqueur de la primaire socialiste en 2011. « Je mesure la tâche qui m’attend, elle est lourde, elle est grave. » Ô combien ! « Réenchanter le rêve français ». « Superbe ambition. Superbe formule. Mais, pour le malheur des Français, superbe fiasco » (Yannick Chauvin, Boulevard Voltaire).
Pour le CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, en collaboration avec le CNRS qui lui donne un vernis de compétence scientifique, on frôle même la mort clinique du socialisme en France.

Oh, il survivra. Comme le communisme. Il y a toujours quelques nostalgiques pour assurer la survie des vieilleries. Le marxisme survivra car il est, comme pour le Coran, interdit de douter de sa perfection divine. Son héraut, Mélenchon, compte bien profiter du naufrage socialiste pour relancer l’extrême gauche en 2017 qui devrait, toujours selon les sondages, faire un meilleur score que le PS !

L’islam aussi, peut-être, qui a maintenant son parti politique de musulmans, « modérés », cela va de soi comme l’a prédit Houellebecq (Soumission). C’est l’Union des Démocrates Musulmans de France, UDMF. Elle obtient pour le moment des résultats électoraux locaux inférieurs à 5 % pris au PS et à la gauche, mais progresse à chaque élection partielle dans les banlieues et envisage sérieusement un candidat à la présidentielle.

Les discours réjouissants des élus de gauche sur l’amélioration de l’emploi ne font plus illusion, 86 % des Français pensent que les chiffres sont truqués et en général la déception est patente :
« Avez-vous confiance, beaucoup ou complètement, dans : les partis politiques (non à 88 %), les médias (non à 76 %), les syndicats (non à 73 %), la justice (non à 56 %), mais l’armée (oui à 81 %), comme la police (oui à 75 %).

1915825_1875083426051539_7862210739182667259_n111

Les statistiques, ça se bricole. Il y a même un spécialiste pour ça !

Les Français n’ont pratiquement aucune confiance dans les statistiques que le pouvoir leur sert, notamment sur le chômage, la délinquance et l’immigration ; pour ces trois sujets, la défiance est supérieure à 71 %« .

L’illusionniste qui règne à l’Elysée ne fait plus illusion, mais il n’est pas le seul. Les Français on perdu confiance dans les partis politiques de droite comme de gauche et considèrent la politique avec méfiance et, pour un tiers d’entre eux, avec dégoût.

Il y a plusieurs causes à cela. Sur les plus de 500.000 élus du pays, environ 50.000, du président aux maires des grandes villes et chefs des grandes administrations, affichent un train de vie incompatible avec la détresse économique et sociale de nombre de leurs concitoyens qui estiment à 76 % qu’ils sont trop nombreux, coûtent très chers et sont corrompus. Ce que confirme une étude internationale (Transparency International) sur la corruption du secteur public : la France est au 29ème rang. Comment est-ce possible ?

Plus de deux tiers des 175 pays figurant dans l’Indice de perceptions de la corruption obtiennent une note inférieure à 50, sur une échelle allant de 0 (secteur public perçu comme extrêmement corrompu) à 100 (secteur public perçu comme extrêmement intègre). Le Danemark arrive en tête du classement avec une note de 92 sur 100, tandis que la Corée du Nord et la Somalie ferment la marche, avec une note de 8 sur 100 seulement. Les pays obtenant une note élevée disposent toujours d’une administration transparente permettant aux citoyens de demander des comptes à leurs responsables et, comme au Danemark où les citoyens sont satisfaits de leur classe politique, les déclarations de patrimoine et de revenus des élus sont sérieusement contrôlées, ce qui n’est pas le cas en France où deux ministres socialistes du Budget (Cahuzac, Macron) se sont fait prendre la main dans le sac et où la déclaration patrimoniale du président lui-même est fortement soupçonnée de sous-évaluation. Une mauvaise note dénote un recours systématique à des pots-de-vin, l’absence de sanctions en cas de corruption et une inéquation entre les activités de l’administration et les besoins de la population. Cahuzac et Thévenoud (qui « oubliait » de déclarer ses revenus) sont-ils sévèrement sanctionnés ? La réponse explique en partie la 29ème place de la France qui en 2010 était au 26ème rang.

« L’Indice de perceptions de la corruption montre que les abus de pouvoir des responsables politiques et des hauts fonctionnaires entravent la croissance économique », affirme José Ugaz, président de Transparency International. Et de cela, les Français sont bien conscients. Au Danemark, en Norvège, en Suisse, en Allemagne et bien d’autres pays, les élus et les plus hauts fonctionnaires ont des rémunérations, des retraites, des indemnités de chômage, des avantages en nature inférieurs à ceux de leurs homologues français, et ces pays sont mieux gérés et en croissance avec un faible chômage. Ceci n’explique-t-il pas cela ?

De plus, un majorité de 58 % des Français considère l’islam comme une menace, ont compris que le droit du sol ne fabrique pas automatiquement des Français et que le multiculturalisme ne fait pas le « vivre ensemble », lui-même de qualité très inférieure à la bonne vieille cohabitation pacifique entre ethnies et religions que connaissait la France (et de nombreux pays arabes) avant que des apprentis sorciers ne veuillent changer son peuple, son identité, sa religion et réécrire son histoire à leur sauce totalitaire. « Le modèle multiculturel a été imposé en Europe par des gens plus ou moins hostiles à l’identité traditionnelle de leurs pays respectifs. Ce qu’ils ont présenté comme un accueil aux nouveaux réfugiés était… le rejet de leurs propre héritage… ceux qui ont résidé ont été dénoncés comme racistes et xénophobes, une façon de les exclure du débat. » (Roger Scruton -intellectuel britannique- Le Figaro).

Erdogan

En Europe, il n’y a plus qu’Angela Merkel pour faire la loi et elle impose un traité ahurissant de naïveté avec la Turquie du dictateur mégalomane Erdogan pour faire entrer cent millions de Turcs en Europe. Ce n’est pas Hollande avec son incompétence, son inculture dramatique et son manque d’autorité qui va y changer quoi que ce soit.

« Ce sondage donne raison à Valérie Trierweiler : il y a la caste des dirigeants d’un côté, oligarchie prétentieuse, pontifiante, squatteuse de palais nationaux, de prébendes, de places au soleil, de plateaux de télévision, parfois malhonnête et grassement payée pour le résultat désastreux que l’on lit ; et, de l’autre côté, les sans-dents, les humbles, les Français, en somme, qui subissent et voient, effarés, s’ouvrir le gouffre sous leurs pas, hébétés de l’incompétence bouffie de ceux qui devraient montrer le chemin de l’avenir et n’agissent que pour eux-mêmes. Et ils ont le culot d’en redemander ! Le « réenchanteur du rêve français » ne gouverne plus un pédalo : il a trouvé refuge dans la cabane en planches disjointes de Madame Irma, la voyante, en attendant 2017 » (Yannick Chauvin, Boulevard Voltaire).

L’Imprécateur

Bannière 2016

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank