NAUFRAGE DE L’ÉTAT DE DROIT
CHRONIQUE D’UNE DESCENTE AUX ENFERS ANNONCÉE
(Général Antoine Martinez)

Share Button

Alors que l’état d’urgence est en vigueur, le peuple français, médusé, assiste à l’embrasement d’une multitude de zones du territoire où la loi de la République n’est plus appliquée et dans lesquelles la police n’est plus tolérée car considérée comme une force d’occupation. Ces événements inacceptables et inadmissibles ne sont cependant pas une surprise. Ils sont la conséquence de l’impuissance et de la démission des pouvoirs publics, du renoncement des responsables politiques à affronter les réalités en tentant depuis des années d’acheter la paix civile, notamment dans ce qu’on appelle « les territoires perdus de la République », prêts dorénavant à s’embraser au moindre incident. Les gouvernants sont arrivés aujourd’hui au point de non-retour où ils ne maîtrisent plus rien car ayant toujours un temps de retard et étant toujours dépassés par l’événement.

Dans ces conditions, ils pourraient très bientôt ne plus être en mesure de maintenir ou de rétablir l’ordre public avec les seuls moyens habituels, c’est à dire la police et la gendarmerie. La Cité est en feu et l’ordre public n’existe plus.

Mais cet ordre public, marqueur important de notre démocratie, ne peut régner durablement que dans la Cité évoquée par Aristote et dans laquelle les citoyens sont réunis par un choix de vie commune, cette dernière étant assurée et consolidée par la référence à un même passé mythique, à des héros communs, à des rites et des lois intégrées et partagées. Nous sommes loin aujourd’hui de cette Cité, car il a suffi d’une quarantaine d’années seulement pour que l’héritage historique du peuple français, vieux de deux millénaires bercés par la Grèce et la Rome antiques et nourris par la culture judéo-chrétienne, soit mis en péril en raison de l’irresponsabilité, du manque de clairvoyance, du déni de réalité et même par la compromission de nos « élites politiques » qui ont exercé et qui exercent aujourd’hui le pouvoir.

Avoir laissé faire et accepté une immigration massive, incontrôlée et injustifiée et vouloir intégrer des musulmans, en l’occurrence par millions, dans une société occidentale laïcisée et qui a pour fondement le christianisme a constitué et constitue une pure folie et reste une utopie contre laquelle il va bien falloir que les Français réagissent.

Compromission, car ce quinquennat finissant qui a été qualifié de « quinquennat pour rien » a, en réalité, aggravé la situation et a été marqué par des événements dramatiques dus à des dysfonctionnements majeurs dans l’application de l’état de droit et à des décisions inadaptées et contraires aux intérêts de la France et de la nation française.

Il est vrai que depuis les années 1980, le principe de l’assimilation a été fortement ébranlé puis carrément attaqué par les nouveaux arrivants trop nombreux, plus soucieux de faire grandir l’oumma et refusant de se conformer aux règles et au mode vie du pays accueillant. Ils ont d’ailleurs été encouragés dans cette voie par les promoteurs du droit à la différence qui ont ouvert ainsi la porte au communautarisme. Il faut pourtant rappeler que l’assimilation qui a été l’un des principes qui a fait la France et sa richesse jusqu’à la fin des années 1970 a eu le grand mérite de rendre la diversité vivable car elle permettait précisément l’avènement d’un fort sentiment d’appartenance à une nation et d’une volonté affirmée d’unité nationale qui ont forgé l’identité française. Peut-être est-il utile et nécessaire de rappeler aux contempteurs de cette identité qu’elle repose sur un socle qui comprend trois volets : une Histoire, une culture avec sa langue, le français, et un mode de vie que beaucoup nous envient.

Et c’est l’adhésion à ce socle, à cet héritage, à cette mémoire qui aurait dû et devrait être facilitée, favorisée et inculquée par l’école car c’est ce qui crée les conditions du vouloir vivre ensemble et garantit l’unité pour former des projets communs.

Mais l’école, aux mains des experts du pédagogisme qui l’ont menée à sa ruine, ne le fait plus depuis longtemps. D’ailleurs, elle est même devenue le creuset de la libanisation du pays. Elle a failli à sa mission depuis plus de quarante ans, sans réaction des responsables politiques qui se sont succédé. Pis, l’actuel ministre de l’Éducation nationale agit contre les intérêts de la nation française en favorisant, et finalement en appliquant dans sa réforme la politique culturelle islamique de l’OCI en préconisant l’enseignement de l’islam et l’apprentissage de la langue arabe dès le CP.

Cela dit, on ne peut assimiler que des individus. Il est impossible d’assimiler des peuples. Mais si on en est arrivé là, c’est parce que les responsables politiques ont laissé se constituer, depuis de nombreuses années, ces territoires perdus de la République que sont ces centaines d’enclaves occupées par des populations issues de l’Afrique noire et du Maghreb – et abandonnées par une grande partie des autochtones – où règne aujourd’hui la loi de l’islam.

Et force est de constater que cette immigration extra-européenne a été encouragée à refuser l’adhésion à ce socle pour imposer sa loi incompatible avec notre culture et notre mode de vie, ouvrant ainsi avec certitude, à plus ou moins brève échéance, la voie vers une future confrontation. Il faut bien reconnaître que le nombre invalide à l’évidence tout espoir d’intégration.

Les violences urbaines actuelles le démontrent. Les diatribes violentes et haineuses contre la France en témoignent. Et l’ordre public n’existe déjà plus dans ces territoires perdus sans que cela émeuve nos gouvernants. L’absence totale de réaction du gouvernement et le laisser-faire dans ces territoires ces derniers jours, après une interpellation musclée de la police, conduisent à des violences urbaines inacceptables qui s’étendent dangereusement. Cette démission de l’État favorise l’aggravation de la situation, alimente la propagation de la chienlit et compromet sérieusement le rétablissement de l’ordre public.

Mais faut-il s’en étonner lorsque le Chef de l’État outrepasse son rôle en se rendant au chevet d’un individu, blessé lors d’une interpellation violente qu’il a lui-même provoquée et à laquelle il a tenté de se soustraire par la force, et qu’il désigne à la vindicte publique les policiers sans attendre les résultats de l’enquête ?
Ne se rend-il pas compte qu’il verse ainsi de l’huile sur le feu et participe à l’engagement de cette spirale infernale ?
Comment a-t-il pu, par ailleurs, reconnaître explicitement devant deux journalistes le péril que représente l’islam – et non pas l’islamisme – puisqu’il a évoqué lui-même sa crainte d’une partition du pays, et être resté et continuer de rester inactif devant ce risque ?
Quelle conception écœurante de la politique !
En vérité, il ne fait que confirmer un état de fait illustré par ces violences urbaines.

Il existe bien des enclaves sur notre territoire occupées par un peuple intrinsèquement étranger pour une grande partie au peuple français même s’il possède des papiers français et dans lesquelles la loi de la République a été remplacée par la loi de l’islam.

Et il faut en être conscient, cet autre peuple ne se sentira jamais français, et ne le mérite d’ailleurs pas. Il faut entendre sa haine à l’égard de la France.

Mais faut-il s’en étonner lorsqu’un candidat à la présidence de la République, en déplacement en Algérie où il est allé chercher son adoubement, ose affirmer que la France a commis un crime contre l’humanité avec la colonisation ?
Faut-il lui rappeler les raisons du débarquement des forces françaises, en 1830, en Algérie qui n’existait pas en tant que telle encore car c’est la France qui a construit ce pays ? (*)
Faut-il lui apprendre – car il ne le sait pas – que l’Europe subissait depuis plus de trois siècles les actions de piraterie et l’esclavage des barbaresques menées en Méditerranée et sur les côtes européennes par la Régence d’Alger intégrée à l’empire ottoman,  et que le roi Charles X, en accord avec ses homologues européens, décida d’y mettre un terme ?
Faut-il lui apprendre que lorsque les Français s’implantèrent un peu plus tard sur le territoire représenté par les actuels Tchad et République Centrafricaine pour éradiquer l’esclavage, la population sédentaire avait été en grande partie déportée par les trafiquants d’esclaves arabo-musulmans. Et pour ajouter à la barbarie, cette déportation ne s’est pas seulement limitée à la privation de liberté et au travail forcé. Elle fut aussi une véritable entreprise génocidaire d’extinction ethnique par castration, car ces esclaves ne devaient pas faire souche en terre d’islam !
N’est-ce pas là un vrai crime contre l’humanité ?
Et ce sont les descendants de ces esclavagistes qui veulent nous faire la morale aujourd’hui et nous obliger à la repentance ?
Mais c’est eux qui doivent faire repentance !

Le constat est cruel mais implacable : le politique n’est pas à la hauteur de sa fonction et cette dernière a même été, au cours de l’actuel quinquennat, discréditée, abaissée, affaiblissant ainsi les institutions à un moment où la situation exige l’autorité de l’Etat. Et cet état de faiblesse de l’Etat face aux menaces, notamment intérieures, constitue un accélérateur de la dégradation de la situation et de la dérive vers la confrontation inévitable. En effet, le risque majeur auquel sera confronté bientôt – et peut-être plus vite qu’on ne le pense – notre société pourrait bien se traduire par une totale submersion des capacités régaliennes de l’État avec des violences urbaines et des émeutes de très grande ampleur qui conduiraient à des affrontements meurtriers. Et cette situation pourrait être mise à profit par les dizaines de milliers de djihadistes et djihadistes potentiels prêts à semer la mort au signal. L’impuissance et la démission de l’État ont donc bien signé la mort de l’ordre public et ouvert la voie à la violence, voire à une guerre civile ethnique.

Une tâche immense attend le prochain président de la République. Mais il ne pourra pas échapper au débat capital qui porte sur l’exercice du pouvoir et donc sur les exigences qu’il requiert. Le peuple, qui lui aura confié la destinée du pays, doit exiger de lui, notamment à un moment difficile marqué par une guerre à l’extérieur mais également et surtout à l’intérieur, d’exercer sa fonction de façon responsable, avec fermeté et rigueur, en ayant une vision à long terme, en sachant identifier les menaces qui guettent la collectivité dont il doit assurer la protection.

Et la première menace à contrer, c’est l’islamisation criminelle de notre société qui conduit la nation à sa perte. Il devient donc urgent de stopper l’immigration extra-européenne et même d’inverser ce processus. 

Le 19 février 2017

(*) Peut-on rappeler à cette occasion la pertinente remarque de Ferhat Abbas, qui fut président du GPRA (Gouvernement Provisoire de la République Algérienne) « La France n’a pas colonisé l’Algérie, elle l’a fondée ».
À lire dans le Dictionnaire des Citations
MLS


En cliquant sur le lien ci-dessous, vous pourrez écouter le podcast de l’émission de Radio Courtoisie diffusée le 3 février et à laquelle ont participé les généraux Martinez et Piquemal, le colonel Fanet, Alain Wagner et Luc Sommeyre.
  

https://www.youtube.com/watch? v=L8sD7RMHS3U&feature=youtu.be


général Antoine Martinez

général Antoine Martinez


Général (2S) Antoine Martinez

Co-président de Volontaires Pour la France

VPF

<— Cliquez sur le logo pour accéder
au site
des Volontaires pour la France

 

Share Button
 

19 réflexions au sujet de « NAUFRAGE DE L’ÉTAT DE DROIT
CHRONIQUE D’UNE DESCENTE AUX ENFERS ANNONCÉE
(Général Antoine Martinez)
 »

  1. Ping : Le naufrage de l’Etat de droit… | Cercle de “Citoyens-Patriotes”

  2. scénario de politique fiction, nos politiques et nos médias ne réalisent même pas les risques qu’ils prennent à accepter de fait les zones de non-droit qui se sont installées dans notre Pays : imaginons une cinquantaine de gaillards déterminés, disséminés sur le territoire français et qui se mettraient à « éliminer » méthodiquement de la racaille, en quelques semaines la France serait à feu et à sang et notre République serait détruite. Finalement commencer une Révolution avec un si petit nombre de patriotes serait tellement facile que certains risquent de s’en apercevoir et passer à l’acte.

     
    • Je n’ai aucune idée du nombre de personnes qui raisonnent et qui pensent comme nous en France ! Les zones de non-droit poussent comme des champignons sur tout l’hexagone ! Un retour à l’ordre est encore possible, mais si l’armée ne se contente que de regarder, alors notre culture et notre futur de Français sera balayé en quelques années . Ouvrons nos yeux et décortiquons juste un peu avec beaucoup de franchise notre vie quotidienne! Et bien cette vie quotidienne est déjà devenue l’enfer !
      Je confirme moi aussi vos propos. Bonne soirée.

       
  3. Suite et fin du p’tit dernier

    La mer que tu voyais danser le long des golfes clairs s’est colorée, oh pas dans le style couleurs
    criardes franchouillardes, mais dans le genre coup de grisou, comme à Courrières, que tu ne
    voudrais pas savoir, mon Pépé! Un genre qui pète à la gueule, qui te transporterait direct à la
    Grande Guerre, dans un grand coup de pied au cul, ton juste cul de patriote qui pète français et
    fièrement!
    Eh, oui mon Pépé, c’était au temps où la France t’aimait! C’était du temps que t’avais de la liberté,
    Pépé! C’était au temps où ta mie s’offrait son deux pièces, un presque bikini.
    Aujourd’hui, tu ne trouverais plus ces délicates pâtisseries que tu affectionnais tant: les « têtes de
    nègres »! Depuis, on les a remplacées par des têtes crépues avec de grandes gueules ! Cependant
    t’aurais aussi du croissant à becter mon Pépé à t’en faire péter la sous-ventrière!
    Dors bien mon Pépé, ne reviens pas! Je te remplacerai!
    Français – Patriote
    Force et Honneur
    Semper Fidélis

     
  4. Allez, un p’tit dernier pour la route! Après j’arrête, sinon je vais me faire jeter!

    Dors mon Pépé !
    Ah, ma chère France, toi que j’aime tant pour ta culture, tes richesses, tes petites femmes, ta
    gastronomie et tes saucissons à l’aïl! Aujourd’hui tu me proposes la culture du kebab, du vide intersidéral,
    sans Racine, sans Corneille ni Molière, la misère à tous les étals, du couscous garbit, du
    saucisson Halal, bref une explosion de bédouinisme mortifère!
    Aurais-tu pu pu imaginer, pépé, du temps de tes premiers congés payés, une scène du malade non
    imaginaire jouée par un « Hollande et ses Valseuses » ou encore un Corneille shooté au petit beur
    croissant du genre: « Nous partîmes cinq-cents mais par un prompt renfort nous nous vîmes quinze
    millions en arrivant au port…De Marseille et de Calais »?
    Ah Pépé! Si tu y voyais tous ces culs tournés vers la Mecque, tu entonnerais de suite, fier et fort, La
    Marseillaise avec tes compatriotes armés, couvrant du même coup le chant des pets musulmans!
    Pour tout ce qui est de l’olfactif, rassure-toi, ça te rappellera les vieilles décharges à ciel ouvert!
    Ah Pépé Rappelle-toi quand tu quittais Pantin, Issy-Les-Moulineaux, Paris, goûtant les joies
    nouvelles des congés pour filer droit sur notre belle Côte d’Azur avec ta marmaille piailliante, tous
    entassés dans ta 4CV, ta fierté de travailleur, ta femme en jolie robe du « Printemps », toi immuable
    dans ta salopette! T’en étais fier de ton pays, hein Pépé?
    La mer…

     
  5. Allez! Je ne résiste pas au plaisir de partager un de mes modestes écrits avec vous, j’espère que vous y trouverez du plaisir:

    Allah Mehr !
    Sitôt que Cazeneuve, gènie très inspiré,
    S’occupe ardemment de tous nos immigrés;
    En tous chemins et en tous les lieux,
    Contre lui s’élèvent bien des pieux;
    Les chrétiens dans le coeur obscurcis,
    S’imaginant par trop être déjà occis,
    Libèrent rassérénés par dessus les mosquées,
    Leurs chants gaulois de guerre bien orchestrés;
    Les musulmans sous djellaba s’agitent,
    les messianistes impétueux s’excitent;
    Le cri âpre des corbeaux au-delà des plaines,
    Annonce dans la lumière la venue de la haine;
    D’alors les bruits étranges, alarmants, du halal à l’étal,
    Se répandent, s’amassent comme nuées en cavale;
    De leurs envolées les noirs oiseaux migrateurs,
    Tels Icare, dans l’océan trouvent leur malheur.

    Français – Patriote
    Force et Honneur
    Semper Fidelis

     
  6. Je suis Français, patriote, chrétien, prêt à me battre et à mourir pour mon pays! Et lorsque nous patriotes nous lèverons, qu’importe ceux qui seront en face! Si nos flics, nos gendarmes sont du côté ennemi, ils seront donc nos ennemis! Il en ira de même pour les militaires!
    Alors qu’importe de mourir lorsqu’on marche droit dans ses bottes avec au fond du coeur l’amour de son pays, de sa Patrie! Les morts finiront vainqueurs car ils referont rugir le coeur de beaucoup d’endormis! Qu’importe que mon voisin soit un lâche; un lâche armé qui se lève pour se découvrir guerrier devient un rude combattant!
    N’oubliez jamais que les peuples opprimés ont toujours pris les armes et nous n’échappons pas à cette règle!
    Aux armes citoyens!

     
  7. Bonjour ami(e)s de LA France, la seule, la vraie, la nôtre !
    Mes respects mon Général,
    Voici ma réaction à votre texte : Bon ! et alors quoi ? Je suis allé à la manifestation des Flics en colère, un soir tard, il y a quelques semaines déjà et j’ai tenté de dialoguer avec l’un d’eux à propos de tout le cirque qui se déroule à l’heure actuelle, sans succès ! Impossible d’avoir un discour quelque peu constructif avec la Volaille, Y sont trop cons et méprisants envers les « sans-dents »… Rejeté directement sans avoir pu argumenter… Bref, j’ai compris que ces tocards de gardiens de lapin ouvriraient le feu sur la populasse sans la moindre hésitation pour obéir « aux ordres ». Triste… Protéger et servir, D’accord, mais qui ? Voilà ce qui attend toute personne qui voudrait bien se rebiffer un tant soit peu, abattu par nos propres poulets… Triste, encore une fois! Alors si vous souhaitez que les Français se soulèvent et prennent les armes,( lesquelles ?) vous pouvez toujours rêver, je n’irai PAS mourir pour mon voisin qui n’a rien à faire de moi et de petite vie. Un acte individuel, pourquoi pas, armé de courage et d’une fourche ? Pour aller où ? je ne ferai pas cent mètres… Matraqué et plus sûrement abattu par cinq balles de 5.56… Où bien une de 9 bien placée… Bon ! et alors quoi ? Je fais quoi moi ? Le « sans-dents » BLANC, CATHOLIQUE et surtout SOLVABLE, mangeur de COCHON dans ma banlieue, ce sont, je crois, les pires des tares par les temps qui…

     
    • Je suis bien d’accord avec vous , je veux bien purger ma Patrie , allez au casse pipe pour que mes enfants et petits enfants aient un avenir plus serein , mais y aller tout en sachant qu’une majorité des force de l’ordre n’hésiteront pas a ouvrir le feu sur les Patriotes ou à leurs rentrés dans le lard , surtout qu’une grande partie des Français attendent que se soient nous les Patriotes qui aillent faire le ménage .
      C’est plus facile pour les forces de l’ordre de matraquer des Patriotes que d’ aller cravater les crevures qui pillent ,volent, violent , dealent ,rackettent etc..
      Allez crever pour rien non merci , pour le moment j’assure mes arrières protéger ma famille est le principal objectif à ce jour , pour la suite je verrai le moment venu .
      Pour finir , il nous faudrait un nouveau Général de Gaulle qui ai les tripes et les couilles de dire stop et mettre fin à cette chienlit socialo-ripoublicain , et un ministre de l’intérieur de la trempe de Charles Pasqua pour faire le ménage et purger la France de tous ces cancrelats et pourritures inassimilables .

       
  8. D’ici à peine deux mois, tous, nous nous retrouverons au carrefour de notre grande histoire.
    Deux directions nous seront offertes , la première laisser faire et accepter encore une fois ce socialisme décadent et dictatorial sachant qu’après le vote il nous faudra tous , s’agenouiller plusieurs fois par jour dans nos rues, le cul en l’air en direction du SUD EST, ou pire encore, nous retrouver à faire la file devant un BANCOMAT !
    La seconde direction est celle de sortir de L’euro, de l’Otan et de retourner au Franc. De sauver nos églises d’une destruction programmée! De sauver notre industrie donc notre travail. De sauvegarder notre langue grâce à une saine et profonde restructuration de nos écoles .De se réapproprier du contrôle de nos frontières , de procéder immédiatement au renvoi vers les basses latitudes de tous ces assassins et casseurs qui défient notre police , nos lois et violent nos femmes .
    C’est ce FUTUR auquel aspire aujourd’hui le FRANCAIS qui aime son terroir, son histoire , sa culture et qui refuse ce multiculturalisme sauvage et satanique imposé aujourd’hui par la religion d’État appelé laïcisme. A’ propos de multiculturalisme , bien sûr pour qui est intéressé , je vous invite à regarder cette excellente vidéo diffusée sur le Youtube Russe : https://rutube.ru/video/0838c286bfccc603f63bfe3f9e0d15ea/
    Bonne journée.

     
  9. Et aujourd’hui, Benoît Hamon, candidat à la magistrature suprême, vient de donner un blanc-seing aux bandes ethniques pour entraîner notre pays dans cette DESCENTE aux ENFERS.
    Comment en effet appeler autrement cette déclaration : « Si elle (MLP) arrive au pouvoir, c’est l’embrasement garanti des banlieues » ?
    C’est quasiment un appel à l’insurrection, et elle risque de se produire dès le lendemain du 1er tour (B. Hamon qui a probablement beuglé « ras-l’front » dans les rues en 2002 ne peut l’ignorer).
    C’est aussi, d’une part l’absolution accordée par avance à tous les insurgés des banlieues pour toutes leurs exactions (c’est pas leur faute, c’est la faute à Marine), et d’autre part la condamnation sans appel des électeurs FN (c’est leur vote qui a déclenché les émeutes, ils seront donc tenus pour responsables de tout ce qui s’ensuivra).

    Préparons-nous à vivre très prochainement des heures sombres. En résistant, pas en courbant l’échine.

     
  10. Article pertinent pour faire un constat, uniquement un constat; mais…
    Faire ce constat ne mène à rien s’il n’est pas suivi d’actions militaires! La frilosité? Ras le bol!
    Si l’armée ne prend pas le pouvoir, nous allons droit à une guerre civile des plus ignobles et par ailleurs la troisième guerre mondiale n’est plus à nos portes, elle est sur le palier!
    Les forces armées ont le pouvoir et le devoir de protéger les citoyens et la nation!
    C’est une OBLIGATION!!!!!
    Alors? Général Martinez où va-t-on et que fait-on? Nous les patriotes ne demandons qu’à servir notre pays et qu’il retrouve sa fierté!
    En tant que très haut gradé, vous avez des informations que le citoyen lambda n’aura jamais!
    Que nous sommes loin dans l’action, Général Martinez, du grand Patriote Charles De Gaulle! Non que je vous mette dans le registre de la suspicion! Vous avez le courage de diffuser les réalités dérangeantes faisant une cible de votre personne!
    Mais enfin, ne comprenez-vous pas que vous avez des milliers et des milliers de patriotes prêts à se lever et à suivre nos militaires! Il ne faudrait pas grand chose pour réveiller les dormeurs!
    Voyez cette pétition que vous ne pouvez que connaître puisqu’elle a été adressée aux hauts responsables de l’Etat Major:
    https://www.petitions24.net/appel-destitution-gouvernement-par-larmee-francaise

    Des civils prêts? Oui!

     
  11. Faudrait qu’on se soulève comme en Roumanie, renverser ce Gouvernement d’incompétents notoires, je reste persuadée que la Police, les Gendarmes, l’Armée seront des nôtres, le ras le bol est général chez tous les citoyens! En même temps, j’ai foi en Marine Le Pen qui viendra redresser la Nation, je ne vends pas la peau de l’ours avant de l’achever, Mais nécessaire pour qu’elle passe! Ça y va de notre vie! La Droite la Gauche ça suffit!

     
  12. Vous, l’armée : l’aiderez vous ce prochain président ?
    Vous , l’armée : allez vous suivre l’exemple de Gal de Gaulle ?
    Vous, l’armée : n’êtes vous pas -tout comme il le fut- au service de La France avant TOUT ?

     
    • Bravo quatre-huit, bien envoyé, qui aura la carapace du vrai patriote : le Gl grand Charles d’aimer tant sa France, sa maîtresse disait tante Yvonne. Et que devient un autre Gl : Didier Tauzin?, tous ces hauts gradés, bien beau les parlotes et courriers, on veut de l’action.

       
      • à Quatre Huit et Nerity,
        Ouais, l’Armée ou bien ce qu’il en reste !
        Bon ! et alors quoi ? On veut de l’Action, de quelle sorte ?
        Par exemple; refuser de payer tous les impôts ? Refuser de payer ses PV ? Refuser de payer les hordateurs ? rRfuser de payer toutes les taxes plus débiles les unes que les autres ? Refuser de consommer, tout simplement ?
        Quoi d’autre ?
        Allez, prenons les Armes ! pour les retourner contre qui ?
        Qui est, réellement, prêt à mourir, à sacrifier sa vie pour le bien des autres, QUI ? C’est fini ce temps-là, personne ne levera le petit doigt, l’espoir, dit-on, fait vivre, Inch Allah, on verra bien le 23 Avril au soir… En attendant…

        Bien amicalement.

         

Laisser un commentaire