CHRONIQUE D’UNE TRAGÉDIE ANNONCÉE
(Général A. Martinez)

Il y a quelques jours, le général italien Vicenzo Santo, interrogé par un journaliste sur la submersion migratoire actuelle, affirmait : « il suffit d’utiliser l’armée pour la mission qui est à l’origine de sa création, celle de défendre nos frontières. Il est tout à fait possible de mettre le holà à cette immigration désordonnée et massive. En quelques jours, l’armée italienne pourrait y mettre fin ».

Il a parfaitement raison, mais ces propos sont tenus par un officier général, donc un militaire, qui, comme tout militaire, qu’il soit Italien, Français, Allemand, Espagnol, Belge, Néerlandais, Polonais, Danois, ou Suédois s’est engagé au service de sa patrie pour laquelle il est prêt à se battre. Et il la voit aujourd’hui, pour le plus grand malheur de son peuple, sombrer vers le chaos orchestré par l’irresponsabilité de ses dirigeants politiques inaptes à commander en situation de crise majeure. Car ces dirigeants politiques, et pour nous Français, NOS dirigeants politiques, ne peuvent pas ne pas reconnaître que les propos tenus par ce général italien sont des propos réalistes et de bon-sens. Il suffit, en effet, de vouloir et d’ordonner. Un chef d’État responsable doit savoir que l’histoire est tragique mais que gouverner c’est prévoir, anticiper, et non pas être soumis à l’événement. En ne sachant pas décider ou en refusant de se déterminer face à l’événement, il ne fait que précipiter la tragédie en marche. Cette catastrophe aurait pu être évitée si, après l’éclatement en décembre 2010 de ce qu’on a appelé « le printemps arabe », des mesures préventives avaient été décidées dès le début de l’année 2011, avec la mise en place d’un « cordon sanitaire naval » face aux côtes libyennes élargi ensuite en Mer Égée, face à la Turquie. Et un général français – au moins un – analysait les conséquences possibles de ce « printemps arabe » et formulait ses inquiétudes dans un éditorial daté du 28 février 2011 (!) qui était transmis à nos parlementaires, députés et sénateurs ! Quelques extraits de ce document prémonitoire sur certains points méritent d’être rappelés ici. La totalité du document est disponible dans l’essai récemment publié aux éditions Apopsix « Quand la Grande Muette prendra la parole » (général A. Martinez), préfacé par Ivan Rioufol. Avec le recul de six années, on constate la faute impardonnable des responsables politiques européens et notamment français qui devraient rendre des comptes.

Face à cette révolution du monde arabo-musulman,
nécessité pour les Européens : anticiper ses effets & protéger leurs frontières
[extraits]

Une grande partie du monde musulman semble aujourd’hui ébranlée et bousculée dans ses certitudes. Alors que les islamistes proclament que l’islam dominera le monde et qu’ils élèvent le Coran au rang de constitution et la charia à celui de code de justice, un vent de révolte se lève progressivement dans cette frange territoriale qui s’étend du Maroc au Proche et Moyen-Orient. Inattendue, cette révolte qu’aucun expert n’avait prévue ou imaginée peut être qualifiée de véritable révolution qui marquera sans nul doute le XXIème siècle, non seulement à l’intérieur même du monde musulman mais surtout dans ses rapports avec l’Occident et donc avec le monde aux racines chrétiennes.

[…]

Reconnaissons que l’islam en tant que système politique – car il n’est pas seulement une religion – a prouvé son incapacité à procurer le progrès et le bien-être à ses sujets, maintenant la majorité de ces peuples dans l’ignorance, la pauvreté et le fanatisme. Ce système qui refuse les droits de l’homme au profit des seuls droits de Dieu a des siècles de retard sur le monde réel ce qui a créé un décalage considérable que le citoyen musulman moyen peut aujourd’hui découvrir enfin grâce au développement des moyens de diffusion de l’information et notamment de l’Internet. Le résultat ne peut être qu’explosif. Car rejeter pendant des siècles la modernité, les progrès de la science, l’accès à l’éducation et à l’instruction, a contribué à instaurer un retard colossal dans le développement de ces peuples et, par voie de conséquence, à entretenir un ressentiment à l’égard de l’Occident qui n’a cessé, lui, de progresser dans tous les domaines.

[…]

En réclamant aujourd’hui la liberté et la démocratie, ces peuples révoltés aspirent en fait au bien-être, comme tout être humain libre, et finalement aux valeurs et principes défendus par l’Occident. Ils reconnaissent de fait l’universalité de ces valeurs. On assiste ainsi paradoxalement mais objectivement au triomphe des valeurs portées par la pensée chrétienne à l’origine des droits de l’homme.

[…]

Il convient toutefois de rester prudent sur l’évolution du processus en cours et sur ses conséquences impossibles à cerner pour l’instant. Et si cette révolte a surpris tout le monde, les responsables politiques occidentaux, et particulièrement européens, se doivent à présent d’anticiper. Il y a urgence. […] il faut être lucide et ne pas accepter de suivre et subir les événements mais les précéder.

[…]

L’origine de la révolte est d’ordre social, provoquée par la misère et le chômage, et elle se produit dans des pays conduits par des régimes dictatoriaux ou des monarchies qui n’ont rien à voir avec la démocratie. Cela amène ces derniers à réprimer cette aspiration à plus de liberté avec une violence inouïe pour certains. Ces dictateurs ont maintenu leur peuple dans la pauvreté en stigmatisant l’Occident (forcément responsable de leur situation) alors que la plupart de ces pays disposent de richesses confisquées par leurs dirigeants. Incompétents, corrompus et irresponsables, ils n’ont rien appris de l’Histoire, et leur refus d’accepter l’évidence laisse augurer des lendemains douloureux, avec peut-être la mort au bout pour certains d’entre eux. […] Mais si les situations des pays concernés sont différentes, des points communs les rassemblent: ces peuples ont été maintenus, pour la plupart, dans la misère et la précarité, sont frappés par des taux de chômage ahurissants et ont été privés jusqu’ici de liberté, notamment d’expression. Le réveil sera donc violent. D’autant plus qu’un autre point commun les caractérise, la démographie, incontrôlée, facteur aggravant et véritable bombe à retardement. L’ensemble de ces points communs doivent rapidement être pris en compte par nos gouvernants, car, alors qu’on aurait pu s’attendre logiquement à ce qu’une partie des Tunisiens installés en Europe et notamment en France rentre au pays après le départ de leur président, c’est un flot de milliers de clandestins tunisiens, poussés par la misère, qu’on a laissé débarquer en deux jours en Europe. […] Le citoyen européen ne peut pas accepter cela. Imaginons la suite, lorsque les régimes libyen ou algérien auront été balayés. L’Union européenne doit condamner ces dictateurs et aider ces pays mais elle doit vite adopter des mesures concrètes et non pas, comme elle vient de le décider, la création d’un groupe de travail pour « prendre toute mesure urgente que la situation imposerait ». Des mesures fermes sont justifiées tout de suite par un état d’urgence à décréter en provoquant la réunion d’un Conseil européen extraordinaire. Il convient de coordonner nos moyens et les déployer immédiatement dans des actions préventives et dissuasives de surveillance et de contrôle au plus près des côtes du sud de la Méditerranée et, si nécessaire, d’intervention et de refoulement systématique des clandestins. Renforcer les moyens de contrôle et de refoulement à la frontière entre la Turquie et la Grèce, véritable passoire, est également impératif. Il faut empêcher que ne se réalise le scénario cauchemardesque du « Camp des saints » de Jean Raspail. Faire preuve d’attentisme dans ces circonstances serait non seulement coupable mais suicidaire pour nos pays, ce qui faciliterait en outre la tâche des islamistes.

[…]

De plus, ces organisations islamistes, bien conscientes de l’évolution du monde, ont probablement bien compris que la révolution à laquelle nous assistons aujourd’hui dans les pays musulmans à la périphérie de l’Europe devrait provoquer des changements […] ces organisations pourraient donc se radicaliser encore plus et tenter de provoquer le chaos là où elles le peuvent. Et le territoire européen ne sera pas épargné car ces islamistes y sont bien implantés et ils pourraient être beaucoup plus actifs et dangereux. […] On le voit donc, la situation est volatile et il est impossible pour l’instant de prédire non pas le futur mais le simple avenir immédiat. On sent bien que plus rien ne sera dorénavant comme avant et que ce XXIème siècle marquera l’Histoire.

[…]

À court terme, il faut, de toute façon, prévenir l’envahissement du territoire européen par des hordes de clandestins. C’est pour l’instant une priorité vitale que les gouvernants européens ne peuvent pas ignorer.

Carte datant de 2014 (imaginez 2017…)

Six années après la rédaction de cet éditorial, on constate non seulement la confirmation de cette tragédie annoncée pour les peuples européens et concrétisée par cette invasion migratoire – amorcée dès le début de l’année 2011 mais amplifiée par l’État Islamique à un niveau qui a largement dépassé ses promesses faites à la fin de l’année 2014 – mais on mesure également la lâcheté et la culpabilité impardonnables et condamnables des dirigeants européens et donc français. Non seulement ils ont manqué à leurs devoirs à l’égard des peuples dont ils ont la responsabilité et qu’ils doivent protéger, mais, en étant incapables d’anticiper ce qui était pourtant prévisible, ils aggravent la situation. Alors, devant les drames qui se préparent, la réponse ne réside-t-elle pas dans la révolte des peuples européens qui doivent à présent réagir et forcer leurs dirigeants à inverser le cours funeste des choses ?

Général (2s) Antoine Martinez
Coprésident des Volontaires Pour la France
10/08/2017

 

L’ETAT ISLAMIQUE SE DOTE D’UNE ARME DE GUERRE MÉDIATIQUE (par Maurice D.)

Autrefois, la guerre était une chose simple : deux armées s’affrontaient et la plus forte ou la mieux conduite l’emportait. Aujourd’hui, la guerre se mène sur tous les plans : militaire, économique, psychologique, diplomatique et médiatique.

Instruits par celle d’Afghanistan, les musulmans jouent de toutes ces cordes, et l’Etat Islamique le fait fort bien. Il est en train de compléter son arsenal médiatique jusqu’ici concentré sur internet avec un organe de propagande maintenant disponible en français : DABIQ

Bsp4wpFCEAEudSk.jpg-large

Après quelques pages de présentation du nouvel état islamique et de son magazine, nous sommes prévenus que le musulman arabe et non arabe ayant retrouvé son honneur, « personne n’osera s’attaquer à lui sans être châtié et toute main qui s’approchera de lui sera coupé » (sic). Ainsi, le sang coule très vite tout au long des 50 pages du magazine.

Le sang des musulmans non sunnites et des non musulmans ne cesse de couler mais, c’est curieux, la quasi totalité des cadavres présentés est arabe, ce qui laisse à penser que le califat E.I est avant tout une affaire entre arabes qu’il faut unifier sous la bannière sunnite avant d’asservir l’Occident mécréant, de détruire l’Iran, Israël et d’éradiquer les Juifs de la surface de la Terre.

SafariSchermSnapz031 SafariSchermSnapz034

À gauche, des corps de soldats de la coalition, à droite un cheikh sunnite tué par la coalition 

On apprend que « Les musulmans aujourd’hui parlent fort et sont forts, ils vont faire comprendre au Monde le sens du mot terrorisme, ils vont piétiner l’idole du nationalisme, ils vont piétiner la fausse divinité démocratie, ils vont montrer la tromperieIl est temps de se soulever devant la tyrannie, les agents des croisés, des athées et les protecteurs des juifs« .

Il y a deux camps et pas trois, celui de l’islam et des musulmans, et celui des Juifs et des Croisés qu’il faut convertir ou supprimer. L’émigration vers l’état islamique est une obligation pour tout bon musulman, surtout s’il est savant, juriste, ingénieur, médecin, etc. Car l’EI a besoin d’eux et nul ne doit oublier que la mission d’un bon musulman est de détruire tout ce qui n’est pas musulman : « Et combattez-les jusqu’à ce qu’il ne subsiste plus de fitnah (erreur) et que la religion soit entièrement à Allah » (p.33, c’est un verset du Coran qui est cité).

SafariSchermSnapz032
Les soldats de la coalition sont toujours montrés soit tués, soit en situation dramatique grâce à la vaillance des djihadistes d’E.I.

Le magazine montre des photos de musulmans sunnites heureux et fiers d’être djihadistes

SafariSchermSnapz033

Et des mécréants massacrés.

SafariSchermSnapz035

D’autres numéros de Dabiq sont disponibles via internet, mais pas encore dans les kiosques en France, la plupart en anglais en attendant les éditions en allemand et autres langues européennes.

Ils justifient l’extermination des Yézidis, « minorité mécréante d’adorateurs du diable« , et la mise en esclavage de leurs femmes et enfants « l’asservissement et la vente de femmes et d’enfants yézidis sont légitimes – dans le respect des règles en vigueur« . Cela va de soi !

Les « règles en vigueur » interdisent par exemple de séparer un bébé de sa mère, ils doivent être vendus et mis en esclavage ensemble et tout doit être fait pour qu’ils se convertissent « Beaucoup de ces femmes et enfants ont embrassé l’islam de leur plein gré et pratiquent désormais la religion avec assiduité, après avoir quitté les ténèbres du polythéisme. » Tout va bien, à genoux devant le corps égorgé de leur mari et de leurs grands garçons, les filles étant gardées comme esclaves sexuelles, ces femmes « embrassent l’islam de leur plein gré » est-on prié de croire (Dabiq n°4).

images
Soit elles se convertissent à l’islam, soit elles sont violées puis vendues
Les jeunes filles vierges sont gardées intactes car elles valent plus cher

Pourquoi avoir créé Dabiq, revue luxueuse et agrémentée, si l’on peut dire au vu de leur nature sanglante, de nombreuses photos ? « L’EI veut faire parler de lui. C’est pourquoi il souhaite ardemment multiplier les relais individuels sur les réseaux sociaux. Dans le même temps, il ne doit jamais perdre la maîtrise du message idéologique central », explique le politologue germano-egyptien Asiem El-Difraoui.
Ce message idéologique central, c’est « regardez et soyez terrorisés, l’islam vous asservira ».

Des films de propagande sont également produits, un peu dans le style de la propagande nazie, où les armées musulmanes sont toujours vainqueurs, les croisés, les Juifs et les Arabes mécréants chiites, alaouites, finalement écrasés malgré leur perfidie et leurs crimes, Le choc des épées, Flames of War, etc.

Il est intéressant de savoir qui finance Dabiq qui vise une publication à l’échelle mondiale. On le sait, son producteur est l’agence multi-media Al-Hayat.

Or qui est Al-Hayat ? À l’origine un journal publié en arabe au Liban. Il a été acheté en 1990 par le prince saoudien Khalid ben Sultan ben Abdul Aziz Al-Saud, mais la rédaction est restée libanaise. Avec un peu plus de 100 000 lecteurs, Al-Hayat n’est pas une publication de grande envergure, mais il croule sous l’or saoudien et gère des filiales comme Al-Hayat multimédias.

images-1Le prince, multimilliardaire amateur de chevaux, de yachts gigantesques et de femmes

images
Ici avec des officiers supérieurs américains

Or, voilà qui est intéressant : Al-Hayat est la tribune préférée des intellectuels favorables à la stratégie américaine dans le monde arabe « La ligne éditoriale du journal est résolument pro-américaine et alignée sur les positions saoudiennes officielles. » (Un aspect méconnu de l’alliance entre Ryad et Washington, par Mohamed El Oifi).

Nous avons à Minurne un spécialiste de cette question, Luc Sommeyre, je lui laisse le soin de développer ce sujet du rôle très trouble que jouent l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, dont le président est, il faut le rappeler car cela ne saute pas aux yeux, prix Nobel de la paix, dans le conflit monde occidental contre E.I. dans lequel la France joue le rôle de mercenaire supplétif de la coalition americano-saoudienne.

images-2
Un commentaire est-il nécessaire ?

Ah ! J’allais oublier. Il n’y a naturellement aucune photo ou mention de femmes dans Dabiq. L’islam est une affaire d’hommes, les femmes n’y ont pas leur place ailleurs qu’à la cuisine et au lit.

Maurice D.

cropped-minurne-300x78.png