UN GOUVERNEMENT D’OPPORTUNISTES ET D’IDÉOLOGUES
(Jacques Myard)

COMMUNIQUÉ DE JACQUES MYARD, DÉPUTE DES YVELINES


La composition du gouvernement Macron / Philippe est l’illustration de l’incohérence et des contradictions inhérentes à la ligne politique du Président de la République.

En dehors de quelques ministres républicains comme Jean-Yves Le Drian et Gérard Collomb dont les qualités sont reconnues, ce gouvernement est un gouvernement d’opportunistes et d’idéologues !

Le ralliement d’Édouard Philippe, de Bruno Le Maire et de Gérald Darmanin est à inscrire dans l’ambition forcenée des intéressés qui ne pensent qu’à leur carrière, en étant prêts à toutes les trahisons, à tous les reniements ! C’est sans doute là la nouvelle morale politique voulue par le Président.Ce n’est pas la mienne!

Un seul point positif, on y verra plus clair au sein des Républicains, enfin sans eux !

Quant au camp des idéologues, on y trouve surtout des tenants de l’eurobéatitude, la nouvelle religion, ils détiennent la vérité et sont prêts à changer le peuple qui a l’insolence de ne pas voter comme ils l’ont décidé selon le fameux adage de Brecht !

Un point particulier pour Sylvie Goulard qui me confiait dans notre parcours commun au ministère des Affaires étrangères « Je ne me sens pas française » et c’est cette personne qui est placée au ministère de la Défense rebaptisé ministère des Armées, ça promet !!!

Quant au sieur Bayrou, le poussin du jour, bien connu pour son immobilisme lorsqu’il fut ministre de l’Éducation nationale , on est rassuré d’avance sur la fermeté qu’il va mettre en œuvre au ministère de la justice pour combattre la délinquance!

Ce gouvernement formé de personnalités aussi disparates et en complète opposition nous réserve un concert de couacs. C’est une certitude !


 

LES RAISONS DE LA COLERE : L’INTIFADA FRANCAISE ! (communiqué de Jacques Myard)

 

COMMUNIQUE DE PRESSE
de Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République

 

La colère des policiers est incompréhensible pour le Gouvernement qui estime que ce mécontentement réside uniquement dans leur épuisement  en raison de leurs multiples engagements en raison de l’’Etat d’’urgence.

Cet aveuglement, total et dramatique, s’’inscrit dans l’’idéologie d’’un gouvernement pétri de principes décalés par rapport aux réalités du terrain.

La réalité est d’’une grande simplicité : nos policiers font face à une véritable INTIFIDA dans les banlieues et au lieu de le reconnaître et d’’agir en conséquence, le Gouvernement se gargarise « d’’Etat de droit » comme si ce mot-valise pouvait être une réponse à la situation de guérilla qui se développe dans nombre de quartiers. Pire « l’’Etat de droit » est perçu comme synonyme d’’impuissance de l’’exécutif car il renvoie à l’’autorité judiciaire qui n’’apporte pas les sanctions à la hauteur des défis.

Chaque jour, les pompiers sont caillassés tout comme les policiers qui sont régulièrement la cible d’’armes à feu ou de cocktails molotov.

Il n’’est guère étonnant que les policiers en aient assez d’’être des cibles sans défense et exigent légitimement d’’avoir les moyens de faire face et de riposter car ils sont bien doublement en état de légitime défense : en premier lieu, ces hommes ou ces femmes sont agressés en tant que personnes physiques et, en second lieu, ils sont agressés en tant que représentants de l’’Etat !

Dans les deux cas de figure ce n’’est pas acceptable, ils doivent avoir le droit de riposter sur le champ !

Cette situation illustre tout simplement la faillite de l’’Etat et surtout du Gouvernement. Elle ne peut plus durer sauf à conduire la France à la guerre civile. Elle n’’est plus tolérable et commande une politique forte de maintien de l’’ordre, même par l’’emploi de la force armée.

Le reste n’’est que lâcheté coupable qui engendrera les pires troubles, sachons-le !

Jacques Myard

jacques-myard


Vous pouvez suivre Jacques Myard sur…

twitter @JacquesMyard

Site web : www.jacques-myard.org

 

COMBATTRE LE TERRORISME AVEC L’ÉTAT DE DROIT ?
ASSEZ D’HYPOCRISIE GOUVERNEMENTALE !
(par Jacques Myard)

COMMUNIQUÉ DE JACQUES MYARD,
DÉPUTÉ, MAIRE DE MAISONS-LAFFITTE,
PRÉSIDENT DU CERCLE “NATION ET RÉPUBLIQUE”

jacques-myard

La polémique enfle ces derniers jours : l’État de droit actuel suffit-il pour combattre le terrorisme ?

La vérité est que l’’État de droit n’’est qu’’un mot-valise et qu’’il se modifie en fonction des situations. En tout état de cause, il peut être plus contraignant tout en demeurant l’’état de droit.

Il n’’y a donc aucune contradiction entre le recours, nécessaire, à tous les moyens de droit et la lutte contre le terrorisme à la condition d’’adapter ce régime et de l’’appliquer complètement.

Toutefois, il est hypocrite, comme le fait le Gouvernement, de fustiger ceux qui veulent renforcer les moyens de l’’État de droit alors que ce même Gouvernement se refuse à utiliser tous les moyens de l’’état de droit actuels pour combattre le terrorisme.

Deux exemples :

1 – LA DÉCHÉANCE DE NATIONALITÉ

Pourquoi le Gouvernement se refuse-t-il à appliquer l’article 23-8 du Code Civil ?

Cet article dispose très clairement :

« Perd la nationalité française le Français qui, occupant un emploi dans une armée ou un service public étranger ou dans une organisation internationale dont la France ne fait pas partie ou plus généralement leur apportant son concours, n’’a pas résigné son emploi ou cessé son concours nonobstant l’’injonction qui lui en aura été faite par le Gouvernement.
« L’’intéressé sera, par décret en conseil d’État, déclaré avoir perdu la nationalité française si, dans le délai fixé par l’’injonction, délai qui ne peut être inférieur à quinze jours et supérieur à deux mois, il n’’a pas mis fin à son activité.
« Lorsque l’’avis du Conseil d’État est défavorable, la mesure prévue à l’’alinéa précédent ne peut être prise que par décret en conseil des ministres 
».

Cela permettrait d’’interdire le retour de ces barbares assassins qui sont actuellement en Syrie et combattent dans les rangs de l’’État Islamique, organisation terroriste qui entre dans le champ d’’application de l’’article 23-8.

J’’interpelle à ce titre le Gouvernement par une question écrite.

2 – NOUS SOMMES EN GUERRE

C’’est le leitmotiv du gouvernement : oui, nous sommes en guerre !

Dans ces conditions, appliquons l’’article 35 de la Constitution sur la déclaration de guerre, ce qui doit permettre au Gouvernement de prendre des mesures de restriction d’’aller et venir pour tout individu présent sur le territoire national dont les activités prouvent qu’’il est au service d’’une « puissance » ou « organisation terroriste étrangère ».

C’’est là l’’application de l’’état de droit permanent, tant en 1914 qu’’en 1939.

Assez d’hypocrisie gouvernementale, appliquons tout l’’état de droit sans exception !

assemblee-nationale


Jacques MYARD
Député de la Nation
Maire de Maisons-Laffitte
Président du Cercle Nation et République