QUAND LES DIEUX DE L’OLYMPE DESCENDENT LES CHAMPS ÉLYSÉES…
Zeus, Apollon et Artémis décochent leurs flèches sur le perron du Palais


AU CŒUR DES TÉNÈBRES

 

Devoir fêter les 60 ans de la Vème République dans le contexte d’abaissement définitif de la fonction présidentielle constitue à mes yeux, la pire des humiliations que nous puissions subir. Au-delà des pulsions érotiques – désormais notoires – de celui que je nommerai désormais et définitivement « L’Usurpateur », la photo antillaise n’a d’ailleurs d’autre fonction que de souiller une République et une Nation que cet individu déteste. En d’autres temps, eux aussi révolus, nous eussions usé du « Droit de résistance à l’oppression », inscrit dans la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Mais la plupart de nos compatriotes, assujettis à leurs prothèses techniques, aveuglés par leurs écrans, décérébrés, depuis plus de trente ans, par une École de l’ignorance et de la déculture, subissent, sans réagir, cet effondrement de tout sens, de toute Histoire, de toute grandeur et de tout destin. Comme en juin 1940, nous sommes entrés dans les ténèbres.

Notre heure reviendra, mais il y faudra sans doute des résistances qui ne pourront plus demeurer que verbales, et le recours à une Auctoritas, à une Podestas et à un Magister de fer. Soyons lucides : dans le combat qui nous oppose à l’anti-France, celle des « mignons », des « gitons », des « racailles diversitaires », des « parasites migratoires », des « féminocrates homophobes », des « terroristes végans », des « zadistes » et des « antifas », bref… contre la France des « ratés » et des « revanchards haineux et victimaires », nous avons perdu les premiers rounds.

Pour remporter la victoire, il nous faut des soldats, pas des politiques. Ceux-là, d’où qu’ils viennent, sont des collabos, venus, ou à venir.

Exilés dans notre propre pays, nous ne devrons notre Salut qu’à nous-même et à des guerriers.

 

Olivier Milza de Cadenet


MACRON-SUPER-STAR VA PARLER AUX GENS-DE-RIEN !

 

Jésus-Christ va parler !

On va enfin tout savoir sur Benalla, la petite frappe bien élevée… On va apprendre que, non, Macron ne méprise pas les Français, qu’il les aime au contraire, et leur promet la vie éternelle s’ils acceptent de crouler sous les impôts sans sourciller. Que la destruction progressive des classes moyennes n’est pas un signe de décadence comme le prétendent les Cassandre, mais un signe de bonne santé et de développement. Que les retraités ne survivent (dans l’opulence) que parce que les actifs les financent – en rajoutant éventuellement une couche sur le conflit intergénérationnel qu’il a déclenché. Et surtout, que l’immigration est une nécessité économique (baisse de la natalité) autant qu’une exigence morale (France, « pays des Droits de l’Homme », na-na-nère)… Que les migrants ne sont pas les hordes de sauvages que dénonce l’extrême-droite nauséabonde, mais de pauvres et braves gens instruits et policés, fuyant la guerre et la misère, motivés par une envie irrésistible de consacrer leur vie à la France et de s’intégrer par le travail (voyez l’exemple d’Aznavour…) Que l’islam vrai professe l’Amour, la Tolérance et la Paix, que le terrorisme frappe en priorité les pays musulmans et que la France, protégée par Big Brother, n’en supporte finalement qu’une part infime… Il conclura éventuellement en observant que non, les rats ne quittent pas le navire, mais que les ministres démissionnaires, épuisés par une lourde année de travail et de réformes, ont bien mérité de la Patrie. Et surtout, surtout, que l’année 2019 qui s’annonce sera une année « cruciale pour l’Europe » et qu’il faudra aller massivement aux urnes pour empêcher les méchants populistes de venir enrayer le processus de mondialisation engagé par les gentils démocrates internationalistes, la France éternelle devant montrer la voie à cette Europe égoïste de Visegrad qui veut contrôler ses flux migratoires, voire les tarir (quelle horreur !) Il pourra sortir à l’occasion cette métaphore qui marche à tous les coups « construisons des ponts et non des murs » (c’est beau comme du Claudel).

Voilà la note préparatoire de synthèse pour l’intervention médiatique prochaine de Big-Brother-Jésus-est-parmi-nous. Je laisse le soin à ses conseillers en communication d’en peaufiner et de développer le contenu, lui recommandant aussi de ne pas trop sourire devant la caméra, ses dents du bonheur faisant un peu trop carnassier dans le rôle du Sauveur.

 

Marc Le Stahler


« JE SUIS UN BANQUIER… COMME ILS DISENT… »
(pastiche d’une célèbre chanson de Charles Aznavour)

 



 

0 0 votes
Évaluation de l'article
8 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
pauledesbaux
pauledesbaux
9 octobre 2018 8 h 48 min

Ce pastiche AZNAVOURIEN chante exactement ce que l’on se dit journellement HÉLAS ! Contre l’argent qui n’a pas d’odeur ni de l’esclavagisme « offert » aux migrants, ni celui du pétrole, pourtant très forte, c’est le pot-de-fer contre le pot-de-terre de l’ensemble de ce PEUPLE DE FRANCE que nos aïeux ont défendu au péril de leur vie. QUELLE INJURE leur faisons-nous en retour : « vous voyez, grand-père, ce n’était pas la peine d’y aller… On n’en n’a rien à foutre de vos combats, de vos souffrances,de vos blessures : VOUS AVEZ COMBATTU POUR RIEN. » La guerre est pourtant programmée, mais la gagnerons-nous… Lire la suite »

MIKE
MIKE
7 octobre 2018 8 h 52 min

Bravo et merci pour cette saine colère si clairement expliquée !

applincourt
applincourt
6 octobre 2018 15 h 05 min

Superbe, à diffuser partout où cela est possible et par tous moyens.

Bravo et merci.

Mais pourquoi pas enregistrer et vendre en cassette ou CD , au profit de la résistance, en versant une une honnête participation à l’auteur des paroles et même de la musique ?

La résistance manque de moyens, pas de talents, trouvera-t-on un éditeur ? — APPLINCOURT

Min
Min
6 octobre 2018 9 h 50 min

« Comme ils disent » c’est une rumeur qui enfle.

J’aimerais ici aborder le sujet de l’intégrationnisme, de l’assimilationnisme. Deux notions également dangereuses en terme d’identité d’une nation. Une nation, c’est d’abord une race. En France elle est blanche et chrétienne. Au Nigeria, elle est noire. C’est parfait ainsi.
Le métissage systématique est le moyen par lequel, les planificateurs de cette invasion espèrent en finir avec nous.
C’est ainsi que la remigration prend tout son sens.

Boutté
Boutté
7 octobre 2018 6 h 49 min
Répondre à  Min

Le métissage qu’on nous propose (impose ?) est contraire à la protection des diversités génétiques tant prisées par la gauche .

hathoriti
hathoriti
5 octobre 2018 19 h 25 min

Lu et approuvé !
Remarquable pastiche d’Aznavour, un vrai régal !

TYPHOON
TYPHOON
5 octobre 2018 15 h 56 min

Il faut garder confiance. L’histoire, même dans les moments les plus sombres, a toujours vu se révéler des femmes et hommes de valeurs qui prendront les armes pour défendre leur identité, le territoire, les valeurs, bref la liberté donc la vie. Il est vrai qu’actuellement nous sommes pas loin du rez de chaussée voire du sous sol avec les pinocchios qui sévissent tous azimuts, mais sachons raison garder, nous sommes dans un cycle.

Chrisou
Chrisou
9 octobre 2018 15 h 45 min
Répondre à  TYPHOON

J’imagine mal les Français « prendre les armes » ….. D’abord « quelles » armes ????? Le balai ou la pelle ???? Combien de Français réalisent VRAIMENT ce qu’il se passe dans notre pays …. Tant qu’ils ont leurs RTT, leurs vacances, leur pinard sur la table … tout va bien. C’est lamentable, mais c’est comme ça. On verra bien aux élections Européennes ….

blank