COMMENT COLLOMB A INCENDIÉ MACRON
(L’Imprécateur)


Le 3 octobre à 09:15, heure convenue pour la passation de pouvoirs, Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, attendait son successeur désigné par le président, Edouard Philippe, Premier ministre. Celui-ci arriva avec exactement 19 minutes de retard. Raison valable, ou signe de mépris ?

Les journalistes et les adjoints de Collomb présents comprirent très vite que l’ambiance ne serait pas des meilleures ! Collomb accueillit néanmoins le Premier ministre avec courtoisie, mais celui-ci avait son air des mauvais-jours. Pas de sourire, poignée de mains glaciale, lèvres serrées et regard sombre dès que Collomb prit la parole.

 

Gérard Collomb a d’abord piégé l’Élysée

La raison n’a pas été donnée par la presse, excepté Le Parisien : « L’Élysée n’a bien sûr pas appris par la presse le changement de ministre mais le fait que la passation de pouvoir serait ainsi organisée devant les caméras… » Car Gérard Collomb a bel et bien piégé l’Élysée qui avait demandé que la passation de pouvoir entre le ministre démissionnaire et le chef du gouvernement se déroule dans un « quasi huis-clos » (info confirmée par le Ministère de l’Intérieur). Philippe est quand même venu au show médiatique organisé par Collomb, car ne pas venir eût pu créer un clash politique alors que le mot d’ordre était de minimiser l’événement, « Il n’y a pas de crise politique » avait décrété Macron.

Collomb prend donc la parole en commençant par se féliciter de laisser un ministère « apaisé » alors que la Police était en révolte quand il était arrivé pour succéder à Matthias Fekl, lequel est retombé dans l’oubli le plus total depuis. Quelques banalités de bon aloi en amuse-gueules, puis Collomb sonne la charge contre le bilan de Macron, mais sans jamais citer son nom. Douze minutes de férocité condensée, sans notes, sans papier, le bilan catastrophique de l’état de la France après 18 mois de macronisme est donné d’un ton calme. Il faut toujours se méfier des vieux qu’on a humiliés et dont on s’est servi sans scrupule pour mener une politique qu’ils n’approuvaient pas.

Le prédicateur évangéliste-président dans son rôle :
Jupiter va vous sauver

Il faut comprendre Collomb. Il est inscrit au PS depuis un demi-siècle, mais n’est pas vraiment marxiste. Il est social-démocrate. C’est pour cela qu’il s’était rallié à Macron il y a deux ans, et avait rallié à Macron l’aile sociale-démocrate du parti socialiste. Il croyait que Macron allait vraiment améliorer les choses. Macron les a aggravées et le tableau qu’en fait Collomb est glaçant !

De toute évidence, il en a gros sur le cœur de ne pas avoir réussi à se faire entendre depuis qu’il occupe ses fonctions. Et il se venge. On comprend l’énervement de Philippe qui trépignait de rage de ne pouvoir faire taire Collomb !

Collomb n’a traité que deux sujets : l’état de la France et le fonctionnement de l’administration.

 

L’état de la France est déplorable par manque d’autorité de l’État

Sur le premier, Bruneau Retailleau du Mouvement Pour la France se dit « stupéfié » : « Très peu de gens ont relevé le discours apocalyptique qu’il a tenu, lui, premier flic de France sur le départ. Il a dit : ‘en France, il y a un séparatisme. Il y a des quartiers qui sont sous la loi des narcotrafiquants et des islamistes. Aujourd’hui, les Français vivent côte à côte ; demain, ils pourraient vivre face à face’… »

« C’est comme si Gérard Collomb annonçait une guerre civile » (Retailleau sur Europe 1).

blank

Le même après le discours de Collomb

Collomb n’a pas dit que ça, il a dit aussi qu’il n’y a plus d’autorité de l’État. Et puis, il faut bien faire le constat que Macron n’a plus de réserve de compétences pour les postes importants, car si Philippe doublonne sur les deux postes ministériels les plus importants de la République, c’est que si Macron est déjà contraint de mettre un Ferrand à l’Écologie, il n’a personne pour l’Intérieur. Castaner ? Darmanin ? – Grandes gueules, mais pas beaucoup de tête. De plus Macron veut un « obéissant », car dans le pouvoir jupitérien, tout remonte à l’Élysée. Aucune initiative n’est permise, surtout pas celle qui aurait consisté à reprendre les quartiers perdus rue par rue, immeuble après immeuble, saisir les armes et les stocks de drogue, stopper tous les trafics, surtout ceux d’êtres humains. Le président a des copains bronzés dans ces quartiers et ce n’est pas parce qu’ils ont commis quelques « bêtises » comme tirer à la Kalach sur des concurrents, égorger quelques infidèles… Vous comprenez ? Un bon sermon paternaliste de tonton Macron et ils rentreront dans le droit chemin.

 

L’État-énarque est incompétent et sans volonté

Après le discours apocalyptique sur l’état de la France, Collomb a continué sur l’État-énarque qui est supposé gouverner la France mais ne gouverne rien, sur l’action et les choix politiques actuels, ou plutôt sur l’inaction et l’absence de choix. Heureusement pour lui, Philippe était venu sans arme.

Le pays est au bord de l’explosion, et le gouvernement ne s’en rend pas compte, a dit en substance Collomb. Car il n’y a pas que les ghettos où règne la loi du plus fort, narcotrafiquants ou imams salafistes, il y a la gestion des migrants, « sérieux problème […] que l’on a transformé en situation ingérable ». Il a essayé d’attirer l’attention du chef de l’État. Il a eu en retour un de ces discours grandiloquents, creux et verbeux dont Macron a le secret, sur « un changement de méthode ».

 

Les ministères ne sont pas gérés (exception : la Défense)

On apprend ensuite que le budget du ministère de l’Intérieur, qui représente quand même plus de 19 milliards d’euros n’est absolument pas géré. Que personne n’est capable d’avoir une quelconque vision sur ce qu’il en est de l’évolution de la masse salariale, et qu’il n’y aucune comptabilité. Il y a cinq directions de l’informatique qui, chacune, travaille dans leur coin, sans aucune coordination avec les autres.

Et c’est pareil dans tout le pays, comme à l’Éducation Nationale, incapable de chiffrer le nombre de fonctionnaires qu’elle emploie. Les tableaux de bord les plus basiques qui permettraient de prendre des décisions n’existent pas. Selon les mots même de Gérard Collomb, l’État ne survit que par le dévouement des fonctionnaires qui s’échinent dans des conditions déplorables à remplir leurs tâches sur le terrain.

 

Ça travaille à la base, mais aux niveaux supérieurs : rien

Aux niveaux supérieurs – ceux que squattent les énarques – aucune idée de ce qu’il faudrait faire, aucune imagination, aucune capacité de décision, aucune volonté de réforme. Mais sur le terrain, « les préfets travaillent beaucoup » concède Collomb, mais peut-être seulement pour faire plaisir au préfet du Rhône…

« Les gens ont tout à fait raison de se plaindre de l’État et des politiques : que penser de personnages qui tiennent de grands discours sur la Révolution, sur la grandeur de la France… et qui, une fois arrivés au pouvoir, sont bien incapables de diriger leur petite affaire et laissent le mammouth se débrouiller tout seul ? » (Olivier Maurice, Boulevard Voltaire, commentaire du discours de Collomb).

Ce discours de Gérard Collomb fut un constat accablant sur l’amateurisme et l’incompétence qui président à l’Élysée, sous les lambris des ministères et sur l’héritage de quatre décennies d’inaction, de beaux discours et de brassage de vent.

blank

Discours de Gérard Collomb (13:28)
observez bien les mains « torturées » du Premier ministre…

blank

Sans commentaire

Édouard Philippe le remercie en quatre mots secs, puis lui prend la main pour lui dire adieu, mais Gérard Collomb ne le regarde même pas et part sans se retourner !

« En même temps », Redouane Saïd venait d’être arrêté. Il se dissimulait depuis trois mois sous une burka. La loi interdisant le port de la burka a été votée en 2010, mais qui oserait vérifier l’identité d’une personne emburkanée ? Il ferait aussitôt l’objet de poursuites judiciaires. Cela illustre bien les nombreux dysfonctionnements de l’État en France.

Je dois maintenant faire un aveu : Gérard Collomb vient de faire un grand bond dans mon estime qui, avant, frôlait le zéro.

 

L’Imprécateur
08/10/2018


blank

blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
36 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Castiglione
Castiglione
21 octobre 2018 9 h 38 min

Lien conférence d’Alain Wagner sur l’islamisation de l’Europe (durée 1h13)
https://www.youtube.com/watch?v=SMd10f5s9jw&feature=youtu.be

Dobermann
Dobermann
12 octobre 2018 7 h 23 min

COLLOMB est parti, mais la suite reste inquiétante… L’Intérieur, c’est pas rien… PANDREAU, PASQUA : des couillus. Le pire cas de figure serait CASTANER, ce type sous ses airs de M. Propre et de bon Père de famille cache est en réalité une vermine de 1ère classe . Explications : « Certains, au nom de l’islam, ont des comportements qui ne sont pas acceptables. Cela n’a rien à voir avec ce qu’est la religion de l’islam, qui est une religion de bonheur, d’amour, comme la religion catholique. » (@CCastaner#BourdinDirect 10:00- 23 nov. 2017) « Il y a quelques années, quand… Lire la suite »

necas
24 octobre 2018 3 h 17 min
Répondre à  Dobermann

Le vieux cacochyme abandonne le navire , tout en sachant que , les diverses situations, sont devenues , insolubles! ( disont : en France , bien sûr !) . Car ailleurs , le malaise des banlieues serait résolu en 15 jours ! Dans des pays , style , Maroc , Algérie , Arabie Saoudite, Chine , Colombie , Brésil , Russie ou Indonésie ; Malaises de Banlieues ? Dans tous ces pays çi dessus , cités , en 15 jours , le calme est revenu , et les croques morts seraient débordés de travail ! Tout ce bordel à l’année… Lire la suite »

Versaline
Versaline
12 octobre 2018 4 h 21 min

On ne peut avoir d’estime pour un ministre qui pleure comme une madeleine à la cérémonie d’investiture de son président ! Cela ne s’est jamais vu, et de plus de la part d’un ministre de l’intérieur… J’appelle ça une « c. m. »
et personnellement cela ne ne me fera pas remonter d’un poil l’estime que j’ai pour un tel personnage !

Dobermann
Dobermann
12 octobre 2018 7 h 04 min
Répondre à  Versaline

OUI, soyons intransigeant.

Des mecs qui pleurent comme le Bernard CAZEVIDE à une époque, suite à un trucidage islamiste en règle, c’est deux baffes dans la g., et rend ton tablier mon garçon , on est là pour bosser !

(Et que la HAINE t’anime pour relever la tête et napalmiser le terrain ennemi et non pas aller chez le marchand de bougies !ou chialer aux marches blanches !).

On a une sacrée bande de Tintin de Kermesse comme dirigeants depuis quelques paires d’années…

lepatriote1111
lepatriote1111
9 octobre 2018 18 h 34 min

Rien à voir avec le sujet traité ici , allez un peu d’humour .

https://youtu.be/-Pf6vXa5iCk

Luc Sommeyre
9 octobre 2018 19 h 39 min
Répondre à  lepatriote1111

Oui, c’est amusant… Mais n’oubliez pas, Cher Ami, que les commentaires doivent être en relation directe avec le sujet…

Gabriel 34
Gabriel 34
9 octobre 2018 15 h 09 min

Il aurait suffit que Collomb adresse une lettre ouverte à Macron envoyée aux médias avant sa démission…

Gabriel 34
Gabriel 34
9 octobre 2018 14 h 02 min

Les rats quittent le navire avant qu’il coule. Gérard Collomb fait un constat implacable mais se lave les mains et s’exonère de ses responsabilités qui sont grandes. Son inaction, ajoutée au fait qu’il n’a rien dévoilé de sa terrible vision de la France d’aujourd’hui pendant qu’il était aux affaires est accablante. Il est le premier responsable de ne pas avoir cherché le moins du monde à résoudre les problèmes posés, faisant semblant de ne rien voir, de ne rien entendre, de ne rien dire et répétant ad nauseam à chaque attentat le mantra de tous nos gouvernants, à savoir :… Lire la suite »

Luc Sommeyre
9 octobre 2018 14 h 17 min
Répondre à  Gabriel 34

@ Gabriel 34 — Votre analyse est juste et parfaite, Monsieur. Certains d’entre nous (dont moi, je le reconnais) se sont attachés à surtout considérer la « parole libérée » de M. Collomb qui — et c’est quand même le mérite de sa déclaration — a mis sous lumière crue les « machinations d’apaisement » ou plutôt « d’endormissement » de la population française face au danger de guerre civile qui nous opposerait aux mahométans. Pour autant, avait-il les moyens réels de mettre en œuvre les contre-mesures idoines dans le cadre du gouvernement monarchique et totalitaire de M. Macron ? Ou a-t-il pris le parti, peu… Lire la suite »

Gabriel 34
Gabriel 34
9 octobre 2018 14 h 33 min
Répondre à  Luc Sommeyre

Monsieur Sommeyre, merci pour votre commentaire.
Plus important: Collomb aurait eu un poids énorme dans l’opinion si il avait eu le courage de la prendre à témoin et d’exposer son constat en face à Macron AVANT DE DÉMISSIONNER…

Luc Sommeyre
9 octobre 2018 14 h 58 min
Répondre à  Luc Sommeyre

@ Gabriel 34 —

Sans doute. Mais vous savez comme moi que les IMAGES sont ultra-filtrées à l’Élysée et que jamais les services de la communication élyséenne n’auraient laissé passer une telle entrevue. Rencontre que, par ailleurs, Macron aurait refusée.
Ce faisant, sachant que sa déclaration était « en direct », je pense que Collomb a pris le parti « du moindre non-disant » !
Et les Dieux savent que, si j’étais Lyonnais, je ne serais pas un électeur de M. Collomb ! D’ailleurs, de nos jours, les élections ne sont qu’un « sondage d’opinion »…

Dobermann
Dobermann
10 octobre 2018 2 h 03 min
Répondre à  Gabriel 34

Désormais la question est : c’est pour quand la St Barthélémy ?

La marmite Allah 12.7 est chaude…

ARNAUD
9 octobre 2018 12 h 28 min

POUR CEUX QUI NE CONNAÎTRAIENT PAS L’AFFAIRE PH. LAYAT à LYON, ALLEZ VOIR : ça vous confirmera un certain nombre de choses sur G. COLLOMB et un Maire qui devient Ministre de l’intérieur au moment où la couronne en OR de NOTRE DAME DE FOURVIERE à LYON EST Volée!!!!!!!!!!

flèchebleue
flèchebleue
9 octobre 2018 11 h 02 min

« Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur, attendait son successeur désigné par le président, Gérard Philippe, Premier ministre. » Pauvre Gérard Philippe ! Que vient-il faire dans cette galère? Ceci dit, ce n’est pas « un coup de pied de l’âne » mais une véritable ruade d’un vieux baudet, pressé de retrouver bobonne et sa bonne vieille ville de Lyon et ça n’ira pas plus loin que cela. Hollandouille, lui, poursuit son petit bonhomme de chemin, semant ça et là quelques mines antipersonnel; CA VA PETER !!! J’entends beaucoup dire ça autour de moi mais il me semble que les français n’ont encore pas assez… Lire la suite »

Marc Le Stahler
Administrateur
9 octobre 2018 14 h 50 min
Répondre à  flèchebleue

C’est corrigé, merci ! Il est clair qu’Edouard (Philippe) n’a pas le talent de Gérard (Philippe)

anonyme
9 octobre 2018 19 h 58 min
Répondre à  flèchebleue

Édouard Philippe, ce grand dadais des 80 km/heure est détesté par tous les conducteurs : il ne fera pas long feu non plus… Je ne vois pas pourquoi vous l’admirez : il y a rien que de l’ennuie chez lui…..

Marc Le Stahler
Administrateur
10 octobre 2018 22 h 43 min
Répondre à  anonyme

Avez vous bien lu ?

Masca38
Masca38
9 octobre 2018 10 h 15 min

Il serait malsain de ne pas se rappeler ce que cette personne a eu le courage d’annoncer.

Dune 59
10 octobre 2018 17 h 15 min
Répondre à  Masca38

Nous habitons une ZUP dans le Nord de la France. Nous sommes tout a fait d’accord avec le constat de M. Collomb : trafic de drogue, tirs tous les soirs, voitures incendiées, dégradation de nos logements par vandalisme mais aussi par abandon de notre bailleur social et de la Mairie (maire se disant « socialiste en marche »).
Les dernières élections municipales notre quartier a voté pour la candidate du ex-FN : aussitôt la réponse du Maire a été qu’il ne s’occupait plus de notre quartier.
Voilà la dangerosité de ce gouvernement.

kanopus
kanopus
9 octobre 2018 9 h 34 min

Cependant, n’oublions pas qu’il prépare des élections et pour cela, qu’il se présente, malgré son âge, sous son meilleur jour…

Luc Sommeyre
9 octobre 2018 10 h 34 min
Répondre à  kanopus

@ kanopus

Çà n’est pas faux non plus.

perez
9 octobre 2018 9 h 05 min

Il ne faut pas non plus l’encenser, ce Monsieur dont la sortie est tambourinante certes, mais ces politiques ne pensent qu’en terme de mandats qu’ils soient électoraux ou pécuniers ! Voyant les dégâts M. Collomb préfère ne pas associer son nom à un futur guerrier qui s’annonce et qui l’empêcherait de se représenter à la Mairie de Lyon !

Luc Sommeyre
9 octobre 2018 10 h 37 min
Répondre à  perez

@ perez

Vous avez parfaitement raison. Mais je ne suis pas persuadé que Collomb songe à son propre avenir politique eu égard à son âge.
Je pense simplement (hors toutes prises de position politiciennes) que « la coupe était pleine ».
Je souhaite évidemment qu’il ne remporte PAS la mairie de Lyon. Mais pour analyser la chose publique, il convient simplement de prendre du recul, surtout par rapport à nos propres ressentis.
Plût au Ciel cependant que le futur maire de Lyon ne soit ni un imbécile ni un « vendu » car il en est tant « à droite » que « à gauche »…

necas
24 octobre 2018 3 h 26 min
Répondre à  Luc Sommeyre

Le vieux débris ne pense qu’à caser sa rombière à la Mairie de Lyon , pour cumuler encore plus de fric ! Ce type est un Gamellard de 1er rang , et se fout royalement des laissés pour compte ! Ce type est un fumiste hypocrite sans vergogne . Sûrement ce qu’on lui a enseigné dans les Loges ……

Roland
Roland
9 octobre 2018 8 h 31 min

(1) Si on considère que le ministre de l’Intérieur a par définition la responsabilité de l’administration de France (préfectures, police, collectivités locales, élections etc…) les critiques acerbes de M. Collomb sur le mauvais fonctionnement de la France amènent à la conclusion que la France n’a que faire de réformettes constitutionnelles telles que celles opérées depuis des décennies. La France a besoin d’un vrai changement de constitution qui permette aux citoyens de se réapproprier le pouvoir politique. Nous avons, nous Français, le désir de pouvoir peser sur les choix politiques. Ceci passe par la consultation fréquente de la population sur les… Lire la suite »

Luc Sommeyre
8 octobre 2018 21 h 55 min

Comme dit Marc Le Stahler, nous devrions créer un journal « élitiste »…
La tâche est rude… [soupirs]

lepatriote1111
lepatriote1111
8 octobre 2018 21 h 51 min

Le sinistre de l’intérieur ayant senti que le vent avait tourné , que la vindict populaire s’amplifie, le « vieux rat » quitte le navire avant que l’on lui impute tout et de mettre en avant son incapacité de régler les problèmes d’insécurité, il y a longtemps que le sieur Collomb aurait dû démissionner. Il savait très bien qu’il avait les mains liées par micro-con.
Je n’ai aucune sympathie, ni d’estime pour ce triste personnage qui est une larve .

necas
24 octobre 2018 3 h 35 min
Répondre à  lepatriote1111

D’autant plus que , lorsque on lit les faits divers , à Lyon , dans les cités balnéaires , style , Bron , Mât du Taureau , etc …, et j’en passe , le Collombo est très loin d’avoir un bilan positif !!! Traffics de cannab , vengeance , saletés partout , criminalité, radicalisme religieux , escroqueries, bagarres , rodeos , etc ….. Un  » beau  » bilan aussi , ce Collomb ! Pas étonnant qu’il aie largué vite fait Place Beauvau , à Paname ! Il n’a jamais réussià endiguer la violence à Lyon même ! Donc , dd’autant… Lire la suite »

hathoriti
hathoriti
8 octobre 2018 15 h 57 min

En effet, Luc Sommeyre; je partage votre avis et la conclusion de l’Imprécateur !

Dissident
Dissident
8 octobre 2018 12 h 19 min

collomb n’est rien d’autre qu’un socialaud franc-mac infiltré dans la ripoublique en marche vers le chaos pour sauver ce qui peut l’être du socialisme.
L’état français est gangrené par cette engeance depuis trop longtemps.
Il ne faut jamais accorder quelque crédit que ce soit à un socialaud, sont job est d’endormir les cerveaux pour leur inoculer le poison du communisme.

N’ayez aucune pitié : qu’il crève !

TYPHOON
TYPHOON
8 octobre 2018 12 h 10 min

Nous arrivons à un tournant politique dans le monde entier: un raz le bol général du peuple méprisé par les « élites » qui d’un revers de la main balaie les problèmes du quotidien et méprise les citoyens pour s’occuper de ce qui rapporte immédiatement: le fric, la notoriété, et le pouvoir qui va avec. En France il y a belle lurette que la « Ripouxblique » a été livrée à tous les trafics en tous genres et au communautarisme plein pot et ingérable. Chapeau à Collomb qui à vidé son sac avec classe et brio.

Moncomble Charles
Moncomble Charles
8 octobre 2018 11 h 53 min

Collomb a redressé son image politique en partant et clôturant son mandat par ce discours, certes, assez dur mais tellement plein de vérité et de lucidité… Enfin « un », au gouvernement, qui a osé lever le rideau sur les dessous de la République avant de baisser le sien à l’Intérieur. Courageux et très technique, visionnaire sur un futur qui s’annonce plutôt sombre. Bravo monsieur Collomb, excusez moi de m’être trompé à votre égard, je vous croyais comme les autres… J’ai fait une grosse erreur.

necas
24 octobre 2018 3 h 41 min
Répondre à  Moncomble Charles

Il Est comme les autres ! Vous rigolez ? Sauf qu’il sait mieux embobiner les gens , pour que vous acceptiez de lui donner le Bon Dieu sans confession ! Vous êtes bien naïf , cher ami …..
Un politicard reste un politicard à jamais ! Comme les Francs Maçs , d’ailleurs …..

Luc Sommeyre
8 octobre 2018 11 h 37 min

J’approuve le « repentir » de L’Imprécateur à l’endroit de M. Collomb.
Si par convenance, loyalisme et diplomatie, il s’est montré sous un jour sinistre, sa sortie fut éclatante.

Boticéa
Boticéa
12 octobre 2018 9 h 19 min
Répondre à  Luc Sommeyre

Discourir pour mieux berner.
Un politique reste un politique.

blank