MACRON CHERCHE-T-IL UNE GUERRE CIVILE RELIGIEUSE ?
(L’Imprécateur)

Jamais la France n’a connu un président aussi doué pour se faire haïr en divisant les Français, en les montant les uns contre les autres. On attendait de lui qu’il redresse l’économie de la France malmenée par 40 ans de socialisme s’ajoutant à 50 ans d’énarchisme, comme il l’avait promis dans sa campagne électorale sans programme – ce dont il s’était vanté. « On se fout des programmes, ce qui importe c’est la vision ». Ayant échoué sur ce terrain là, il botte en touche pour jouer sur le terrain religieux.

L’ennui, c’est que de cette fameuse vision il n’a pas dit grand-chose à l’époque, notamment que son projet était de dissoudre la souveraineté française dans l’Europe qu’il fantasme. Cette vision-là (car ainsi que Sainte Thérèse d’Avila et Bernadette Soubirou, Macron a des visions), on l’a apprise par le godillot Aurélien Taché : « Le fait de transférer une grande partie de la souveraineté nationale au niveau européen, c’est le cœur de ce qu’on proposera aux élections européennes, ça c’est très clair » (1).
Et aussi, et c’est encore plus grave : « Que la France laisse son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, je suis pour« .

Mais laissons pour le moment de côté l’histoire de l’abandon à l’Allemagne du siège de la France au Conseil de Sécurité, c’est peut-être un avis personnel et stupide du petit Taché, quoi que… Par contre, l’obsession maladive de dissoudre la France dans une Europe Fédérale dont elle ne serait plus qu’une province soumise est bien au cœur du projet Macronien. Et son projet de « réforme » de la Loi de 1905 fait partie de ce projet puisque son urgence subite découle directement d’un avis récent de la Cour Européenne des Droits de l’Homme.

La CEDH était jusqu’au 18 décembre dernier hostile à une introduction de la charia dans le droit européen, estimant que la charia est incompatible avec les valeurs de la démocratie et des droits de l’homme. Et puis l’occasion de changer de position lui a été donnée par la plainte d’une musulmane anglaise ayant abandonné l’islam après son mariage et privée d’héritage après la mort de son mari par un tribunal islamique voulant punir cette mauvaise musulmane. Elle a porté plainte auprès de la justice britannique, et le tribunal civil anglais l’a déboutée au prétexte qu’étant musulmane, c’est la charia qui s’appliquait à elle bien qu’elle soit citoyenne britannique et athée. Et donc aussi, le jugement du tribunal islamique l’ayant privé de succession parce qu’elle était une mauvaise musulmane. Il faut connaître ce cas pour comprendre ce qui nous attend du fait du tropisme islamique de Macron.

En effet, dans la foulée, la CEDH a publié un avis disant qu’un État peut s’il le souhaite, «créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers». En d’autres termes, un État européen peut accorder à sa communauté musulmane la liberté d’être régie par des normes de la charia, sans que cela soit, en soi, contraire à la Convention européenne des droits de l’homme. Ajoutant cependant que les intéressés doivent être d’accord.

L’avis ne concerne pas que la communauté musulmane, c’est clair, mais les musulmans ont aussitôt habilement interprété la clause sur l’accord des intéressés comme le droit de choisir sa juridiction en cas de crime ou de délit. Par exemple, un musulman qui lapide sa fille parce qu’elle a fauté avec un garçon de son âge sans être mariée, ou poignardé un mécréant croisé dans la rue et dont la tête lui déplaisait, demandera à être jugé par le tribunal islamique du quartier qui le félicitera pour avoir appliqué la charia ; par contre, s’il doit être jugé pour un vol, il demandera à être jugé par le tribunal correctionnel officiel qui le condamnera à une peine légère, amende ou prison, pour éviter d’avoir la main tranchée sur ordre du tribunal islamique.

Ce « statut spécial impliquant des privilèges particuliers » accordé aux religions est contraire à la Loi de 1905. D’où l’urgence compulsive que ressent brusquement Macron de modifier la Loi très républicaine de 1905. Officiellement, ce n’est pas le but. Macron est assez intelligent pour comprendre qu’invoquer l’introduction de la charia dans ou en parallèle du droit français est voué à l’échec dans le climat de contestation actuel. Donc: « Le gouvernement envisage de modifier la loi de séparation des Eglises et de l’Etat, afin de mieux organiser et encadrer le financement de l’islam en France« . Un but louable, mais qui peut être atteint par d’autres moyens.

D’autre part, et ce n’est pas mieux, ce qui est fondamental dans la loi de 1905, c’est la séparation des Eglises et de l’Etat. Cela implique que l’Etat ne s’ingère pas dans l’organisation d’un culte. Or là, sous des prétextes qui sont tout à fait corrects (l’organisation de l’islam, la volonté d’avoir un islam apaisé et de contrôler certaines dérives), le pouvoir exécutif envisage de modifier la loi pour permettre un financement du culte par l’Etat, et une réorganisation du culte islamique. Parce que ce que Macron veut, c’est un islam qui ne ferait plus peur pour faciliter dans un premier temps son intégration dans la République, le second temps étant, par l’injection lente mais irrévocable de la charia dans l’organisme républicain, de le transformer en république islamique.

Cela n’est évidemment pas dit clairement par Macron, mais ressort en filigrane de nombreuses de ses déclarations, depuis son livre Révolution jusqu’à ses derniers discours : la progression de l’islam est inéluctable, la solution intelligente et progressiste est de l’accepter tout en l’adaptant de gré ou de force à la société française. « En même temps », il ne faut pas faire peur aux Français, donc avancer masqué, d’où l’intitulé de son projet de réforme de la loi de 1905.

Ce que ne voit pas et en comprend pas Macron, c’est que ce faisant, il risque fort de provoquer une nouvelle éruption du conflit civil et religieux qui couve en France depuis le milieu du XVIIIème siècle quand les Lumières ont soulevé le problème de la laïcité, qui a connu plusieurs explosions et qu’Aristide Briant avait, après plusieurs années d’action diplomatique (qui politiquement lui ont coûté cher), réussi à éteindre avec cette loi de 1905, un joyau d’intelligence dans le compromis.

Au point qu’aujourd’hui, voyant ce texte remarquable de simplicité et de clarté menacé par la bêtise islamo-compatible macronienne, aussi bien les communautés religieuses qui avaient eu du mal à l’accepter dans les premières années avant de découvrir ses aspects positifs, que les mouvements laïcs qui ne le trouvaient pas assez dur comme les extrêmes laïcards de la Libre pensée, se dressent contre le projet de modification du texte. Tous ont compris qu’il s’agit avant tout pour l’Etat de prendre le contrôle des religions et la communauté musulmane elle-même, qui pourrait financièrement en bénéficier, refuse que l’Etat se mêle de l’organisation du culte mahométan. Pour elle, c’est impensable coraniquement parlant. Et du point de vue franc-maçon aussi mais pour une autre raison : « Ce qui est fondamental dans la séparation des Eglises et de l’Etat, c’est que l’Etat ne s’ingère pas dans l’organisation d’un culte » (2).

La loi de 1905 est parfaitement adaptée, même aujourd’hui, à la gestion de l’islam, il suffirait de l’appliquer avec la même rigueur que ce qui fut fait pour le catholicisme et les trois autres religions (3) après la a promulgation de la loi, dès 1906.

Si le seul problème est, comme le prétend LREM de « mieux organiser et financer l’islam« , il suffit de refaire ce qui a été fait en 1920 pour la Grande mosquée de Paris qui fut financée par l’Etat, le terrain faisant l’objet d’une « donation perpétuelle et gratuite » par la mairie, le tout garanti par une loi d’exception (4).

Ce que craignent les religieux et les laïcs, c’est que Macron profite de  cette réforme pour réintroduire le religieux dans le domaine public, ce qui toucherait au fondement de la loi de 1905.

Dans la modification qu’envisageait Nicolas Sarkozy en 2004 (5), il n’y avait aucune atteinte aux fondements de la loi, seulement un renforcement du contrôle de l’Etat sur les financements étrangers pour libérer l’islam en France de la tutelle des pays étrangers. C’était à la fois intelligent et suffisant pour régler le problème que dénoncent LREM et Macron. Mais tout le monde a compris que c’est autre chose que souhaite Macron, quitte à prendre le risque d’une guerre civile et religieuse.

L’Imprécateur
6 janvier 2019


1: 2 décembre 2018, déclaration publique d’Aurélien Taché à Salut les Terriens en présence de N. Dupont-Aignan et Natacha Polony

2: Source Grand Orient de France.

3: En 1905 quatre religions étaient concernées : catholicisme, la religion très nettement dominante à l’époque, protestantisme calviniste, protestantisme luthérien (on pourrait rajouter aujourd’hui un protestantisme libéral) et judaïsme.

4: Loi du 19 août 1920

5: La République, les religions, l’espérance, par Nicolas Sarkozy



0 0 votes
Évaluation de l'article
14 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
claude Roland
claude Roland
9 janvier 2019 18 h 01 min

Pour tous ceux qui se marrent quand quelqu’un d’informé leur présente les faits qu’ils moquent et appellent « la théorie du complot ». Il n’y a pas de complot, juste une conspiration mondiale de l’idéologie mondialiste : « Certains croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les meilleurs intérêts des États-Unis, nous caractérisant ma famille et moi comme des « internationalistes » conspirant avec d’autres autour du monde pour construire une structure politique et économique mondiale plus intégrée – un seul monde, si vous préférez. Si c’est ce dont on m’accuse, je plaide coupable, et j’en suis fier. » –… Lire la suite »

Allobroge
Allobroge
7 janvier 2019 14 h 09 min

« Le fait de transférer une grande partie de la souveraineté nationale au niveau européen, c’est le cœur de ce qu’on proposera aux élections européennes, ça c’est très clair » (1).
Et aussi, et c’est encore plus grave : « Que la France laisse son siège au Conseil de Sécurité de l’ONU, je suis pour« .
Haute trahison mais alors que font et que pensent nos représentants démocratiquement élus ?

Claude Roland
Claude Roland
7 janvier 2019 10 h 48 min

«créer un cadre juridique déterminé pour accorder aux communautés religieuses un statut spécial impliquant des privilèges particuliers». C’est donc le préambule pour une partition de la France qu’avait évoqué Hollande pour le futur du pays. C’est bien la peine de dire que « la république est une et indivisible » !… Mais Macron compte sur le sommeil des Français si longs de la ‘comprenoire’ et avec une mémoire de poisson rouge. Il est donc clair qu’il vend bel et bien notre pays à l’islam. Ainsi, comme il est expliqué dans cet article, un musulman délinquant pourra choisir sous quel droit il sera… Lire la suite »

BobbyFR94
BobbyFR94
7 janvier 2019 10 h 27 min

Bonne année à TOUS les Patriotes, tout d’abord !!! et BONNE ANNEE à l’équipe de MINURNE bien-sûr :-)))) Je persiste, mais c’est la première fois, sur ce site j’entends, que je l’écris, que la « politique » des MONDIALISTES a changé sa priorité !!! En effet, ce n’est plus un remplacement de peuple, « simple » si je puis l’écrire ainsi, mais une réduction RAPIDE, BRUTALE, du nombre d’individus, blancs majoritairement, et instruits, qui ne sont plus nécessaires, les équations sur les questions fondamentales ( captation et/ou production de l’énergie électrique à l’infini – stockage de cette dernière sous quelques forme que ce soit,… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
7 janvier 2019 11 h 01 min
Répondre à  BobbyFR94

Bel exposé. Je me tue à dire depuis des années que nos dirigeants savent TRES bien ce qu’ils font car ce sont des saboteurs, des traîtres qui, effectivement, devraient être jugés comme tels. Leur camouflage était basé sur le fait que les peuples ne pouvaient pas croire qu’ils seraient trahis par leurs propres dirigeants. La plupart des gens n’ont d’ailleurs pas la moindre idée de mesure du niveau de dangerosité de la peste verte, le nazislamisme. Mais vous avez raison, il s’agit bien d’une destruction contrôlée du monde dont les grandes lignes sont gravées dans le granit des Pierres de… Lire la suite »

mac gyver
mac gyver
8 juin 2019 7 h 40 min
Répondre à  BobbyFR94

Ce dont « ils » ont besoin, c’est de clients ,pas de citoyens ! Ce qui condamne le peuple de souche, des pays démocratiques « revendicateurs » ! ( rapprochement à faire avec le plan Kalergi ,dont la transcription légale a été Maastricht) ! Le grand remplacement est nié ,pourtant il suffit d’ouvrir les yeux, pour en mesurer le réel impact ! Mais ce qui me désole ,c’est la soumission du peuple ,devant l’avenir qui lui est réservé ! Question : Pourquoi aucune réaction révolutionnaire ?

necas
7 janvier 2019 4 h 20 min

La plus grande peur de Macron , n’est pas les Gilets Jaunes , Non ! Sa plus grande peur est que les banlieues , toutes les banlieues de France se soulèvent ensemble , suite à une bavure policière ! C’est son plus grand cauchemar, actuellement. Car si les banlieues bougent , Macron est fini et il le sait . De même , lui et ses godillots se servent de la police , pour se protéger , eux mêmes, alors que la police est sensée protéger le peuple , c’est la Constitution ! Donc , ces politicards dévient le rôle des… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
7 janvier 2019 11 h 07 min
Répondre à  necas

Macron, les Forces de l’ordre et l’armée ont peur du soulèvement des banlieues surarmées et de mieux en mieux encadrées (notamment par des fichiers S, anciens vétérans de la Syrie), mais par ailleurs, il applique un plan de la grande finance internationale né au 17ème siècle et qui arrive à son terme. C’est bel et bien « après moi le déluge » qu’il organise en douce. Mais en cas de soulèvement des banlieues, il sera, avec les fiottes qui l’entourent, évacué par hélico et mis à l’abri ailleurs, peut-être en Suisse, laissant les Français se débrouiller avec le chaos. C’est donc une… Lire la suite »

BobbyFR94
BobbyFR94
8 janvier 2019 0 h 52 min
Répondre à  Claude Roland

Claude, absolument, sauf que le macron, lui, n’a pas peur des banlieues, il sait qu’il pourra s’enfuir en laissant les Français se faire exterminer !! Comme l’écrit Leon, il est étrange que l’on ait si peu de réactions de la part des muzzs, ceux « officiels » ou pas en fait … Et les fiottes qui l’entourent crèveront aussi, je suis prêt à parier là-dessus, la plupart étant des idiots utiles, soit au gouvernement, soit aux NAZISLAMISTES !!! ll est trop tard pour pouvoir faire marche arrière de toute manière, c’est pourquoi je tente ré-informer le plus de monde possible, du moins… Lire la suite »

necas
10 janvier 2019 12 h 09 min
Répondre à  Claude Roland

Exactement, Mr Roland : Macron est au service d’une entité mondiale , qui se sucre sur le dos des peuples . Les Francs -maçs sont partout , et se gavent partout sur le globe . Quant à un soulèvement des banlieues, Macron ferait bien de s’en méfier , car le boxeur de Crs a de très bons potes de cités , qui ont mis un bocson au tribunal , lors de la comparution du boxeur . Et la Proc a été obligée de faire évacuer la salle ! Ce qui veut dire , que le fait d’enfermer le boxeur ,… Lire la suite »

BONCHAMPS
BONCHAMPS
11 janvier 2019 22 h 47 min
Répondre à  Claude Roland

Un BIGEARD ? Vous n’en trouverez pas !!! Souvenez vous que ce sont les paysans chouans qui ont obligé nos aristocrates à réagir contre les républicains .Beaucoup d’aristos étaient paralysés de peur et les paysans en ont retrouvés cachés sous leur lit…. Vous vous demandez si nous réussirons à le virer le sodomite MACRON ? Vous ne voyez donc pas qu’il a avec lui toutes ces ordures des forces du désordre , gendarmes et policiers qui nous triquent et nous gazent chaque fois qu’on bouge une oreille!!! Lorsque ceux de la synagogue siffleront le début des vrais hostilités, les mougeons… Lire la suite »

Zglb
Zglb
12 janvier 2019 0 h 49 min
Répondre à  BONCHAMPS

Bonchamps, ces « aristos » n’étaient pas des trouillards: M Henry, Lescure, Charrette, Bonchamps étaient-ils des couards ? non.

Zglb
Zglb
12 janvier 2019 2 h 03 min
Répondre à  Zglb

C’était Charrette qui était caché sous son lit.

BONCHAMPS
BONCHAMPS
11 janvier 2019 22 h 25 min
Répondre à  necas

NECAS n’a pas tout compris et prend le sodomite incestueux MACRON pour un mougeon ou un jambon …..Est ce que la bande à MACRON craint les millions de métèques des banlieues ? Que nenni , elle les contrôle de A à Z et elle les garde en réserve pour mettre en pratique le plan dévoilé par le juif TOUITOU https://www.youtube.com/watch?v=HuukqqtniSg
Si NECAS avait des doutes sur qu’expliquent les infâmes rabbins , qu’il écoute alors ce qu’en avait dit notre bon Roger HOLLEINDRE au sujet de l’emploi des sauvageons et racailles de banlieue par les services du ministere de l’intérieur.

blank