ELECTIONS EUROPEENNES ET POLITIQUE INTERIEURE
(Jean Goychman)

Depuis quelques semaines, le gouvernement et les députés de la majorité infusent le message que la campagne pour les élections européennes ne devait pas interférer avec la politique intérieure française. Tous ces gens sont bien gentils et certainement d’une entière bonne foi, mais leur mémoire semble leur faire défaut.



L’élection présidentielle est-elle un acte de politique intérieure ?

Répondre par la négative serait absurde. Or, durant la campagne présidentielle, le candidat Macron a pourtant constamment évoqué le sujet. C’était même le point central de son discours autour duquel s’articulait tout le reste. Cela avait le mérite d’être très clair. Le programme d’Emmanuel Macron ne se définissait même QUE par rapport à l’Europe. En matière de gestion des finances publiques, il fallait revenir au sacro-saint traité dit « de la règle d’or » et ceci le plus rapidement possible, La rigueur budgétaire ayant été mise à mal soi-disant par la crise de 2008 ; l’Allemagne avait, du haut de son budget en équilibre et de son endettement maîtrisé, imposé aux pays plus « laxistes » un retour impératif à cette rigueur gravé dans le marbre du texte du traité.

Mais l’objectif réel d’Emmanuel Macron n’était pas (ou du moins pas seulement) de remettre la France « dans les clous » du traité de Maastricht de 1992, lequel prévoyait des « critères de convergence » des pays européens candidats à l’entrée dans la monnaie unique.

En réalité, il voulait aller bien au-delà, de façon à imposer un fédéralisme européen sectoriel, le but final étant naturellement de réunir ensuite les différentes pièces de ce puzzle supra-national.

Cette méthode n’est pas sans rappeler celle des « petits pas » de Jean Monnet : plutôt que de définir les objectifs réels de la démarche, qui pourraient conduire les peuples à réaliser qu’on allait les déposséder de leur souveraineté, on le fait « en tirant des bords » pour que la direction de la route demeure ignorée.

Premier objectif : rassurer les allemands

En arrivant à l’Elysée en mai 2017, la priorité d’Emmanuel Macron était de convaincre la chancelière allemande et les autres dirigeants de la CDU au pouvoir depuis plus de dix ans qu’il allait faire, lui, ce que ces prédécesseurs n’avaient pas pu ou su faire, c’est-à-dire contraindre le peuple français à accepter une politique de rigueur qui allait permettre d’équilibrer les budgets futurs, Il espérait bien en contre-partie, que les allemands allaient l’aider pour faire avancer l’intégration européenne.

On ne veut plus employer le mot fédéralisme depuis que de Gaulle avait, non sans ironie, démontré l’absurdité de cette vision, lors d’une conférence de presse en 1962. Mais ne soyons pas dupe, c’est toujours ce même projet que l’on veut nous imposer.

Malheureusement pour notre fringant président, l’alliée potentielle sur laquelle il pensait pouvoir s’appuyer n’avait plus l’oreille de ses amis politiques, ni même celle de ses électeurs, singulièrement refroidis par sa politique migratoire. Le projet de notre président d’installer, avec le concours d’Angela Merkel, un ministre des finances de la zone euro a donc capoté, inaugurant une série d’échecs successifs qui ont fait de lui aujourd’hui et sur le plan européen, un homme seul.

Cependant, les conséquences des actions politiques des premiers mois du quinquennat apparurent au bout de plusieurs mois. Comme souvent, l’orage se déclencha alors qu’on croyait le nuage passé. Le facteur déclenchant fut la hausse prévu pour le 1er janvier 2019 des taxes sur les carburants, sous le prétexte de « sauver la planète ».

En réalité, il fallait tout bonnement augmenter les impôts pour diminuer les déficits et respecter le traité de 2012.

Changement de discours

Ayant compris que les « populistes » voulaient à tout prix préserver la souveraineté de la nation, Emmanuel Macron fit évoluer en conséquence ses éléments de langage. Sait-on jamais, « sur un malentendu, ça peut marcher…» selon la célèbre réplique de Michel Blanc. Toujours est-il qu’est apparue la « souveraineté européenne ».

Ce terme n’a aucun sens car l’Europe n’est pas une nation et le peuple européen n’existe pas, mais quelle importance ? L’essentiel est de noyer le poisson et on verra bien après. En un mot, comme disent les matheux, on suppose le problème résolu et on avance les pions pour passer à l’étape suivante. C’est une sorte de « qui ne dit mot consent » basé sur une avance de phase du propos. Si personne ne proteste, la cause est entendue et tout retour en arrière s’avère impossible. C’est ce genre de raisonnement totalement vicié qui conduit à des des déclarations comme celle de Jean Claude Junker « Il n’y a pas de choix démocratique contre les traités européens ».

Ce qu’il y a d’extraordinaire dans cette campagne électorale des européennes, c’est que tous les candidats sont d’accord pour reconnaître que l’ Union Européenne ne fonctionne pas et qu’il faut en changer les mécanismes, mais les propositions pour y parvenir sont rares et difficilement compréhensibles.

Seuls le Rassemblement National, Debout la France, les Patriotes et, dans une certaine mesure, l’Union Pour la République parlent ouvertement  d’une « Europe des Nations ».
Le RN et DLR proposent la voie interne au travers des alliances au niveau des peuples européens et de leur représentation parlementaire. Les Patriotes et L’UPR proposent de quitter l’Union Européenne,

Quant aux autres partis politiques, ils semblent pour le moment esquiver le débat, à l’exclusion de la liste Modem-LREM qui défend contre vents et marées plus de fédéralisme européen, en faisant semblant de ne pas entendre la colère des peuples qui monte.

Comment peut-on dissocier la campagne électorale de la politique intérieure ?

La réponse est simple : on ne le peut pas ! Les deux sont intimement liées. L’enjeu de ces élections européennes peut avoir des répercussions énormes sur notre devenir de citoyens français. Emmanuel Macron a été porté au pouvoir par l’ensemble de cette élite mondialiste à laquelle il appartient, et il ne peut s’en affranchir. Sa politique intérieure française est donc presque entièrement subordonnée à ses objectifs européens, à savoir relancer l’intégration européenne, non pas dans le but d’en faire une Europe -puissance internationale, mais pour en faire disparaître progressivement les nations qui la composent.

L’Europe est devenue un véritable enjeu mondialiste et les tenants de cette vision du monde ne peuvent pas laisser les « populismes » ruiner leur démarche commencée dès la fin de la guerre.
Bien sûr, ce n’est pas leur stratégie pour la campagne électorale et les euro-mondialistes feront tout pour empêcher qu’elle interfère avec la politique nationale.

Les électeurs français ne doivent pas se laisser abuser et songer que leur bulletin de vote du 26 mai prochain sera lourd de conséquences pour l’avenir de notre nation.

Jean Goychman
25 avril 2019

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Albarèdes
Albarèdes
30 avril 2019 16 h 29 min

bien sûr, mais comme le scrutin est à la proportionnelle à 1 tour, qu’il faut 5% pour avoir des élus et 3% pour être remboursé des frais électoraux, il reste une seule possibilité au « patriote » qui veut que sa voix compte…Maintenant, s’il veut aider macron, il peut aller ailleurs!

Pellerm
Pellerm
29 avril 2019 12 h 44 min

Merci Jean Goychman . Tout est dit dans votre article . La programmation de la suppression des Nations est déjà bien amorcée ..l’ Europe n’est qu’un leurre temporaire pour installer un pouvoir mondialiste ..Traité d’ Aix la Chapelle qui remettra l’Alsace et la Lorraine aux mains des Allemands .. La Catalogne qui s’approprie les Pyrénées orientales etc , etc ..pour devenir des « états » indépendants dans l’Europe …sur-immigration imposée , déculturation et déracinement …La Messe est dite .L’ Europe est déjà morte ..!!! L’extrême onction ne la sauvera pas ..et on ne transformera pas une morte en puissance nouvelle ..Ceux qui… Lire la suite »

ARNAUD
ARNAUD
26 avril 2019 16 h 58 min

L’Europe, étant une imposture, depuis le traité de Lisbonne par SARKO, Seule la sortie de l’UE , donc le Frexit, peut nous redonner de l’espoir, en virant également MACRON!

necas
27 avril 2019 11 h 34 min
Répondre à  ARNAUD

Vous pourrez noter , que Macron , lors de son allocution, s’est bien gardé d ‘ aborder les sujets sur l ‘immigration débordante et les quartiers zones de non – droits à l’intérieur du pays !!!!
étonnant , non ? comme disait si bien DESPROGES ! Et pourtant , tout cela nous coûte un pognon de dingues !!!!! FREXIT ? oui oui , à 1000 % !!!!!!!!

necas
27 avril 2019 11 h 40 min
Répondre à  ARNAUD

pierrette ; même l’Espagne n ‘en peut plus de l’invasion migratoire chez eux ! malgré que beaucoup de migrants remontent vers le nord , france , allemagne , danemark , suède :
il se produit beaucoup de rixes , en espagne , et de plus en plus d’espagnols en ont plus que marre de cette délinquance subsaharienne ; ça finira mal , je le crains , car la patience espagnole n’est pas la française !

necas
26 avril 2019 6 h 40 min

Les européennes ? une belle imposture qui en finit avec notre souverainté nationale ! Macron obéit au doigt et à l’oeil , pour ne pas froisser ses amis de la finance .

blank