L’Etat verbalise une entreprise publique…
et encaisse l’amende !
(Suricate)

Ils sont nuls en économie, mais incontestablement doués pour les escroqueries ! Leur dernière trouvaille : mettre une entreprise publique en faute vis-à-vis de ses fournisseurs, faire constater ladite fraude par la répression des fraudes, puis grosse amende à 7 chiffres… que l’État encaisse et ne reverse pas aux victimes ! Jackpot !
Et qui paiera l’amende au bout du compte ?
Les clients ou plutôt le contribuable, puisque l’entreprise publique répercutera la perte sur ses tarifs !
Et si elle ne le fait pas ou ne le peut pas, l’Etat compensera sur le budget, alimenté par les impôts et taxes !


EDF entreprise d’État paie une amende à l’État

Bravo, joli coup, ils en apprennent, des choses utiles, à l’ENA ! Il faut élargir le recrutement des élèves énarques aux enfants des pontes des mafias européennes et internationales, en leur facturant leur scolarité, quand même !
Après tout, même méthodes, mêmes victimes et ça pourrait relever le niveau intellectuel moyen de l’école.

Thierry Benne de l’Ifrep-Europe a raison d’écrire qu’avec Macron, l’État de droit est devenu « l’État de proie« .

EDF est une Société Anonyme à Capitaux Publics, détenue aujourd’hui à 84 % par l’Agence des Participations de l’État (A.P.E), 15 % d’investisseurs institutionnels et 1 % d’actionnaires salariés. L’A.P.E. « incarne » l’État et dépend du Ministère des Finances, son budget est en annexe de la loi de finances.

Mais ce n’est pas l’A.P.E. qui gère la  S.A, EDF a un PDG, Jean-Bernard Lévy, polytechnicien. L’entreprise étant bénéficiaire, elle n’a aucune raison de ne pas payer ses fournisseurs dans les délais légaux, c’est absurde. Mais tout étant absurde dans la politique gouvernementale actuelle, incapable de réduire la dette et le déficit comme d’avoir un budget en équilibre, il ne faut plus s’étonner de rien. Que l’on mette des socialistes, des énarques ou des polytechniciens comme JB Lévy à la tête d’un État ou d’une entreprise d’État, le résultat au bout de quelques années est toujours le même : faillite de l’État ou de l’entreprise publique, misère pour le peuple.

Donc, EDF appartenant à l’État paie ses fournisseurs avec des délais trop longs. C’est une pratique fréquente dans les administrations, elle porte un préjudice évident aux fournisseurs privés d’une trésorerie dont ils ont besoin, au profit d’une entreprise de l’État. Or, on ne sait à l’initiative de qui, la Direction de la répression des fraudes s’est attachée à éplucher les comptes d’EDF et a découvert que pendant le premier semestre 2017, celle-ci à lésé 3452 entreprises en ne leur payant pas dans les délais prescrits 38,4 millions d’euros qu’elle leur devait pour des fournitures de biens et services. Montant de l’amende : 1,8 million €, Sapin ayant plafonné par une loi en 2016 le maximum à 2 millions d’euros. Et là, pas question de payer en retard ! Donc l’État va les encaisser.

Mais pas question non plus que l’État les répartisse entre les victimes au prorata du montant de leur créance impayée et du préjudice qu’elles ont subi, l’État garde tout !

Bon, ce ne sont pas 1,8 millions qui vont sauver le budget 2019 en perdition, et la somme n’est pas énorme. Mais sur le plan de la Justice, il y aurait beaucoup à dire ! Et ce n’est certainement pas Belloubet qui ira protester à Bercy pour demander que ce soit son ministère qui procède à la répartition des réparations.

L’ineffable Darmanin prétend « vouloir adresser un signal fort aux mauvais payeurs parmi les grandes entreprises ».
C’est donc bien lui l’inventeur de cette escroquerie étatique. Il était inutile d’en faire un communiqué de presse, il lui suffisait de traverser le couloir et de poser la feuille sur le bureau de Lemaire de patron.

En verbalisant ainsi toutes les entreprises publiques, l’État pourrait se mettre encore dans la poche une quarantaine de millions !

Suricate
12 août 2019

blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
union et fraternite
union et fraternite
20 août 2019 16 h 26 min

Purée, la tête de darmanin, il a le sourire du Jocker.
Pour en revenir à cet article criant de magouilles et d’escroqueries de la part de l’état pourris…
«  »Le beurre et l’Argent du beurre «  »…j’ai juste, ??

Daugeras
Daugeras
18 août 2019 18 h 18 min

Ce n’est pas la première fois qu’une entreprise est condamnée à payer une amende pour escroquerie, et que l’Etat encaisse l’argent qui aurait dû indemniser les victimes. Il y a quelques années un laboratoire pharmaceutique a été condamné à une amende pour avoir fait payer des prix excessifs pour des vitamines tout en alléguant des vertus que ces vitamines ne possédaient pas. Le laboratoire fut condamné mais les acheteurs lésés ne furent pas remboursés d’un centime sur le trop payé.

Pellerm
Pellerm
18 août 2019 16 h 28 min

Toujours en alerte le Suricate !! Une bien curieuse affaire qu’il vient de dénicher !!! Pas le temps de s’ennuyer depuis l’arrivée du prince au pouvoir .. on est toujours au bord de la nausée ..C’est très inconfortable !
La question qui se pose , c’est : Quand va t-on se décider à choisir le traitement de choc qui nous délivrera de ces malaises nauséeux …???

Boutté
Boutté
18 août 2019 6 h 06 min

Parallèlement le Ministère de la Défense paie la TVA sur les carburants qu’il utilise . Il paie sur le budget qui lui est alloué, bien sûr et rend donc à Bercy 20% de ce qu’il reçoit ainsi . Cette astuce comptable permet à l’État de sembler plus généreux . Il en est de même sur l’ensemble de ses achats, munitions comprises, et il doit se plier au dictât qui lui impose de rouler à l’essence, le diesel ne rapportant pas assez à Bercy.

blank