MACRON ET L’ESPIONNAGE CHINOIS EN FRANCE
(L’Imprécateur)

« Je souhaite que nous puissions mutuellement davantage développer la présence et le rôle des Instituts Confucius et des écoles françaises et alliances françaises pour justement développer la place de nos langues, ainsi que toutes les initiatives que nous avons à prendre en matière d’échanges universitaires, de formations professionnelles et doctorales ».

Président Emmanuel MACRON, discours du 9 janvier 2018, à Pékin


Lu comme cela, c’est une initiative bien sympathique. Cependant le problème est toujours le même : soit les conseillers et Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères l’ignorent, soit, ce qui est possible, ils ne lui ont rien dit.

Le président renforce en France l’organe de propagande et d’espionnage du Parti Communiste Chinois, bien connu de tous, excepté de notre gouvernement.

S’il l’était, une procédure destitution devrait être lancée contre le président.

Xi Jiping veut imposer le communisme chinois au monde entier

« Nous avons pris l’initiative de construire une communauté de destin pour l’humanité et promu la réforme du système de gouvernance mondiale Notre parti a été guidé par le marxisme-léninisme, la pensée de Mao Zedong, la théorie de Deng Xiaoping, la théorie des trois représentants et la perspective scientifique du développement (de Jiang Zemin)
Il est clair que la diplomatie « à la chinoise » d’un grand pays
(comme le nôtre) a pour objectif de promouvoir un nouveau type de relations internationales et de construire un destin commun pour l’humanité » (Xi Jiping, 18-10-2017)

Aujourd’hui, le régime communiste chinois a combiné le pire de deux idéologies : l’idéal communiste, mais en écartant une partie du marxisme  pour y intégrer le système capitaliste dans sa version la plus brutale. La Chine n’est même plus une économie de marché ou une économie planifiée, c’est une économie capitaliste brute où aucune législation ne protège l’individu ou la société, mise en œuvre par le parti communiste.

Xi Jinping ne cache pas ses ambitions démesurées pour propager la pensée marxiste et l’idéal de la lutte révolutionnaire à l’échelle mondiale. En procédant par étapes validées au plus haut niveau politique, menées sur tous les fronts, en Chine, comme à l’étranger, pour réaliser ce qu’il baptise le « rêve chinois », annonçant une nouvelle ère pour l’humanité entière.

Ceci par l’atteinte d’un idéal de bonheur, au moyen de la seule pensée unique et communiste du Parti, mise en œuvre par une structure à broyer et refondre les esprits rebelles, et garder comme seuls dignes de cette nation, les vrais, les purs nouveaux « Aryens » de l’esprit rouge, les membres du PCC, qui sauront obéir à son programme.

C’est une caractéristique typique des régimes totalitaires ; qu’ils soient socialistes comme au Venezuela, à Cuba, au Zimbabwe ou en Corée du Nord ; fascistes comme le furent l’Allemagne et l’Italie ; ou communistes mixés de capitalisme comme la Chine et le Vietnam. L’objectif final est toujours le « bonheur du peuple » au prix de l’extermination de tous les déchets humains qui refusent la ligne du Parti, avec un  P majuscule.

Communisme et socialisme sont des idéologies politiques ayant toutes les caractéristiques d’une religion fasciste, donc totalitaire. Comme l’islam : « Si l’islam n’est pas politique, il n’est rien » (Ayatollah Khomeyni, L’islam politique, philosophique, social et religieux, 1979).

Inoculer « l’ADN  rouge » dans les facultés

L’un des vecteurs essentiels de la conquête du monde par le communisme est le réseau des Instituts Confucius. Un autre est constitué par les routes de la soie qu’il est logique de protéger par des bases militaires, comme Djibouti pour la Mer Rouge et Le Pirée pour la Méditerranée.

Obsédé par la Russie, l’OTAN ne semble pas les voir. Trump les mentionne à sa manière peu diplomatique, mais franche, en parlant de « réseau terroriste du Parti Communiste Chinois« .

L’objectif des Instituts Confucius, déjà présents dans 138 pays, c’est d’ « inoculer l’ADN rouge dans l’esprit des professeurs et des étudiants dans les Facultés« . Pourquoi ceux-là en particulier ? Les Chinois savent que si l’élite intellectuelle est acquise à une cause, elle fait tout pour l’imposer à l’ensemble de la population une fois arrivée au pouvoir.

Mais cette activité d’enseignement de la langue s’avère n’être que le masque de l’activité réelle : espionner et recruter des espions. En effet, si Confucius est encore embryonnaire en France, il est bien développé en Allemagne. Or, selon une déclaration de l’Association des professeurs de chinois dans les pays germanophones (Fachverband Chinesisch e. V.), le niveau du test d’évaluation de l’enseignement du chinois selon les données de Hanban (HSK) n’est pas bon, et le niveau d’acquisition est largement en dessous du niveau requis.

L’activité essentielle des IC, recruter et espionner

Par contre, les facultés et établissements d’enseignement supérieur sont l’endroit idéal pour recruter des espions d’un bon niveau intellectuel et technique, mais aussi pour apprendre si l’un ou les deux parents d’un étudiant occupent un poste ayant accès à des secrets de fabrication intéressants pour l’industrie chinoise, voire l’armée. Certaines universités font de la recherche militaire.

Le ministère de l’Intérieur surveille les Instituts Confucius avec le même soin que les fichés S

Dans le  personnel des Instituts Confucius, on trouve de simples enseignants, mais certains appartiennent aussi aux services de sécurité chinois et ont pour mission de recruter des espions.

Les instituts Confucius sont des centres d’espionnage et des centres de propagande, rien d’autre. L’objectif principal est d’endoctriner les gens et de recueillir des informations pour le régime totalitaire chinois.

Ce sont là les deux principaux objectifs. S’ils ne sont pas exprimés ouvertement, ils sont connus.

https://www.youtube.com/watch?v=fizhN5AAmHI

L’objectif de l’institut Confucius est de s’infiltrer dans une université établie et d’en faire partie afin de l’orienter progressivement vers le communisme et la considération de la Chine communiste.

La plupart des gens, jusqu’au plus haut niveau de l’État, n’y voient aucun mal, pas même au fait que tout soit financé par le Parti Communiste Chinois. De même que certains se félicitent de ce que les pays du Golfe financent tous les ans des dizaines de mosquées salafistes et d’écoles coraniques…

Le passé européen et asiatique du communisme n’est pas étudié dans les programmes de l’Éducation Nationale et quand il l’est, il est édulcoré et enjolivé. Les élèves et les gens en général, surtout les jeunes, savent très peu de choses sur les atrocités communistes commises en Europe de 1945 à 1989 et sur celles commises en Asie, surtout si on remonte à 20 ou 30 ans en arrière.

Que ce soit en Europe de l’Est ou dans les pays asiatiques, le communisme a imposé des régimes de terreur. Si l’on compare leurs modes de fonctionnement, il y a plus de similitudes que de différences.

Qu’ils soient nazis, communistes ou islamistes, ils utilisent la même terreur, le même genre de camps de concentration, d’asiles psychiatriques et de prisons, les mêmes tortures, les mêmes viols, les mêmes exécutions sommaires, etc.

Le PCC contrôle tout. Contrôle-t-il Macron quand il va en Chine ?

Le Parti Communiste Chinois contrôle les instituts Confucius de A à Z. Les directions, le corps enseignant, les agents des services secrets, les étudiants, les programmes, les recrutements… tout remonte à Pékin et redescend de Pékin ; rien n’est fait sans l’autorisation du PCC. Ils se moquent éperdument de l’éducation des enfants et des jeunes, excepté quand ils en repèrent qui pourraient plus tard servir leurs objectifs.

Ils voulaient s’établir à l’Institut royal de technologie de Stockholm il y a quelques années, mais les Suédois ont vite compris leurs objectifs et les ont chassés, cet Institut travaillant sur des programmes commandés par l’aviation et la marine suédoises.

Aux Etats-Unis, où ils occupent une bonne centaine d’universités, les yeux commencent à s’ouvrir.
À l’université Evergreen, dans l’État de Washington, les étudiants se comportent comme les Gardes Rouges de la révolution maoïste, humiliant les professeurs, dénonçant ou détruisant ce qui n’est pas conforme à leur idéologie qu’ils disent « progressiste », affichant la supériorité de la race noire sur la blanche, du genre et de l’intersectionnalité sur l’hétérosexualité. Un comportement néonazi que le FBI soupçonne inspiré par une jeune chinoise, très en prise avec la direction de l’université, colocataire d’un professeur dénoncé par elle, qui faillit être lynché et dut quitter Evergreen sous protection policière.

En France, l’université de Lyon II et III s’est vite débarrassée de Confucius quand les professeurs ont découvert que Confucius les privait progressivement de la liberté d’enseigner et de critiquer pour imposer les codes du communisme.

Et s’ils prétendaient ignorer le danger que présente l’Institut Confucius, le président et le gouvernement n’auraient aucune excuse, car le problème est connu en France aussi :

« Confucius, en cheval de Troie »,
« François Bayrou ouvre un Institut Confucius à Pau, outil d’influence et d’espionnage du régime chinois« .
The Epoch Times
« Soft power à la chinoise« .
Les Echos…

Mais entre la sécurité nationale et les dollars qu’apporte Confucius, le choix d’un énarque est vite fait !

blank

Si Emmanuel Macron retourne en Chine, il faudra le surveiller de près, car il n’a pas seulement ramené un contrat avec les Instituts Confucius en 2018, il en a ramené un autre de son voyage à Pékin 2019, il y  quelques jours, pour la réfection de la flèche de Notre-Dame sur un projet proposé par des architectes chinois et qui serait co-financé par le Parti Communiste Chinois.
C’est moins grave que de pervertir nos enfants et étudiants par l’idéologie communiste,  mais cela montre la faiblesse et l’ignorance du président dès qu’il traite avec des dirigeants plus malins que lui.

L’Imprécateur
24 novembre 2019

blank

5 1 vote
Évaluation de l'article
5 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Gloriamaris
Gloriamaris
27 novembre 2019 9 h 59 min

C’est ainsi que l’on a remarqué qu’à BREST, de nombreuses étudiantes chinoises se marient avec des marins de la FOS, des ingénieurs de ENSTA. Mais ça n’est qu’histoires d’amour évidemment. On pourra juste regretter que les maris ne pipent pas un mot de mandarin : ça les aiderait à comprendre ce que dit leurs épouses quand elles téléphonent à  » maman  » à Beijin…

lepatriote1111
lepatriote1111
24 novembre 2019 17 h 25 min

Micron ne voit pas plus loin que le bout de son groin , seul l’agitation de gros billets ou de gros chèques sont importants pour lui , le reste n’est que futilité , qui vont nous coûter très chère!!

Serge GRASS
24 novembre 2019 14 h 50 min

Pour les marchands que défend Macron, la Chine est d’abord un fournisseur de produits à bon marché qui permettent des marges énormes. Les dépenses de recherches en France n’ont pas pour objet de développer des filières technologiquement avancées en France, mais de transférer ces technologies en Chine pour les industrialiser et permettre aux marchands de continuer leurs business en utilisant les brevets financés par les Français mais industrialisés en Chine. Autrement dit Macron n’est pas un idiot mais un traître qui vole le peuple français au profit de ceux qui l’ont fait élire.

blank