LA JEUNESSE SOCIALO-COMMUNISTE DE MACRON
(Suricate)

La photo ci-dessous est celle du jeune Emmanuel Macron en compagnie du mentor qu’il a fréquenté étroitement quand, pour l’éloigner de la sulfureuse Brigitte, ses parents l’envoyèrent à 16 ans poursuivre ses études à Paris.

Emmanuel ne tomba pas amoureux d’une fille de son âge comme l’espéraient ses parents, il devint intime d’un vieux corse, Robert Piumati.

 

Publié par Edouard Boulogne le 10 juillet 2019

Qui connaît Robert Piumati, le Vautrin-Pygmalion de MANU-Rastignac ?


Le blog Le Scrutateur fait allusion à une relation homosexuelle, pourtant peu probable, bien que le comportement récent de Macron avec des jeunes hommes noirs prête à confusion.

« On voudra bien me pardonner d’avoir pensé en découvrant Piumati d’avoir pensé à un célèbre personnage de la Comédie humaine, d’Honoré de Balzac : Jacques Collin, dit Trompe la mort, dit l’abbé Carlos Herrera, et surtout Vautrin (dans Le père Goriot, où il fait une entrée remarquable). 

Vautrin est un ancien forçat, extrêmement intelligent (et pervers) dont l’ambition personnelle est entravée par son passé, mais qui ne renonce pas à la réaliser par personne interposée, de préférence par un homme jeune, beau et intelligent. Car Carlos Herrera voue un certain intérêt, parlons allusivement, pour la gente masculine dans la fleur de l’âge. 

J’ai pensé aux relations d’initiation Piumati-Macron, d’autant plus qu’elles s’exerçaient Place de la Contrescarpe, exactement à deux pas de la pension Vauquer. » (Le Scrutateur). 

Le Monde donne quelques précisions :

« Qui connaît Robert Piumati ? Même les biographes du président ignorent le nom de cet homme, mort il y a dix ans. Pourtant, ce flambeur du Quartier latin, financeur discret du Parti communiste, a joué un rôle important dans la vie du jeune provincial venu étudier à Paris. »

Robert Piumati dirigeait l’agence Tourisme et Travail, propriété de la CGT pour laquelle elle organisait les vacances des militants, et véritable « pompe à finances » pour le PC.

« C’était mon copain, Robert… », dit Macron.

« …Mais les dîners avec lui ne se réduisent pas à une passade d’étudiant en mal de frissons. Comme les réunions de travail chez Jean-Pierre Chevènement, les soirées de La Rotonde et de La Contrescarpe racontent l’un des épisodes les plus méconnus de son parcours politique : ce moment républicain et souverainiste passé à l’ombre d’un patron « rouge » et du « Che », à la charnière de l’ancien et du nouveau millénaire » (Le Monde).

Il y a des marcheurs pour soutenir que Macron n’a jamais été socialiste. Il apparaît ici qu’il a préféré le socialiste Chevènement, créateur du Mouvement des Citoyens (MDC), hostile à Jospin et au communisme, mais il ne faut pas oublier qu’après avoir voté Chevènement en 2002, il adhéra rapidement au PS où il était encore officiellement quand Hollande le recruta comme ministre.

Ensuite, pour correspondre au nouveau profil ni-droite-ni-gauche qu’il voulait se donner, il a arrêté de payer sa cotisation au PS, ce qui permet de dire qu’il n’en est plus membre.

Pourtant, tous ses amis de l’époque sont restés socialistes : Serge Orru, qui fut directeur de Turistra, autre pompe à fric du PC, maintenant conseiller d’Anne Hidalgo ; Marc Ferracci dont le père, André fut une figure du communisme corse, aujourd’hui conseiller de Muriel Penicaud ; Jean-Yves Autexier, fidèle de Chevènement. Quand Ferracci épouse Sophie Gagnant, Macron la prend comme Directrice de cabinet.

Puis arrive Henry Hermand, richissime commerçant socialiste qui conseillera à Emmanuel d’épouser Brigitte, paiera la noce et 500.000 € pour l’appartement du couple.

Ces 500.000 € ont-ils été remboursés ?

Difficile à savoir, comme il est impossible de savoir où sont passés les 3.000.000 € versés par Rothschild à Macron.

Suricate
19 janvier 2020

Sources : Le Monde et Le Scrutateur

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
5 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pellerm
Pellerm
24 janvier 2020 12 h 27 min

Ses « Liaisons dangereuses  » malheureusement ne s’arrêtent pas là ..Cet homme n’est qu’un petit pion docile aux mains de ses mentors ..Son  » EGO  » démesuré en a fait l’idiot utile de toutes les oligarchies mortifères régnantes ..
Où est donc passé le fou nommé  » Ravaillac » ?? Il est vrai que de nos jours , ce brave homme n’aurait aucune chance de réussir compte tenu de l’ampleur de la garde rapprochée de ce précieux prince ..!

Gloriamaris
Gloriamaris
24 janvier 2020 22 h 07 min
Répondre à  Pellerm

Un CHEYTAC M200 Cal 408 se fiche des gardes rapprochées comme un vieux Carcano calibre 6,5 mm a eu Kennedy. Mais ça n’est pas l’usage chez nous. On préfère médire, décrier, condamner, sanctionner juste avant de  » reveauter  » pour celui sur lequel on crachait hier…

Dissident
Dissident
20 janvier 2020 9 h 54 min

Ca sent le sapin, l’immonde lâche µcron…

Claude Roland
Claude Roland
21 janvier 2020 9 h 13 min
Répondre à  Dissident

Pensez-vous ! les mauvaises herbes sont rudes et difficile à faire disparaître… Et avec un peuple de « poulets de batterie »… on est pas rendus !

Dissident
Dissident
22 janvier 2020 12 h 19 min
Répondre à  Claude Roland

C’est vrai.
On a même plus le droit au glyphosate pour s’en débarrasser.
Reste le lance flamme …

blank