MACRON AU PIED DU MUR
(Michel Onfray)

Cet excellent article, signé Michel Onfray, est paru sur son site, dans la rubrique bien-nommée : « Berezina« .

La pandémie Coronavirus est le premier et gigantesque fléau mondial de ce nouveau millénaire, dans lequel la France, par l’impéritie de ses dirigeants, joue hélas l’un des premiers rôles…

Le confinement dans lequel nous venons d’entrer est le résultat de l’inexpérience et de l’incompétence du président et de son gouvernement. Au lieu, en décembre 2019, d’ironiser sur la Chine et de rappeler stupidement – pour justifier son inaction – que « la grippe normale fait 10 000 morts par an », ce gouvernement de fantoches aurait dû immédiatement prendre les mesures de protection qui s’imposaient, en particulier aux frontières.

Et surtout préparer la riposte sanitaire, en stockant suffisamment de masques et de tests de dépistage.

Car, aujourd’hui, pour « aplatir la courbe de Gauss » (il est bien temps de comprendre les bases de la statistique), il faut réduire le nombre de malades. Pour gagner du temps.

Or, pour savoir si quelqu’un est atteint du Covid-19, il faut le tester ; et nous manquons de tests.
Et, pour accueillir et traiter les patients, il faut des masques ; or, nous manquons de masques.

Il convient ici de saluer le dévouement total du personnel sanitaire et médical, qui travaille dans des conditions épouvantables qui parfois, bien involontairement, peuvent même, par manque de moyens, provoquer une accélération de la pandémie.

Par exemple, quand un médecin non protégé est contaminé, faute de protection, et ne peut le savoir, faute de tests, risquant lui même de contaminer d’autres porteurs sains qu’il va examiner ensuite.

Ce cercle vicieux aurait pu, aurait du, être évité.
Cessons de nous extasier sur les postures gaulliennes de Macron et de ses sbires ; ils n’ont rien fait, sauf retarder la riposte, accentuer la virulence de l’attaque en privant la France des armes nécessaires.

« Nous sommes en guerre », a-t-il dit à 6 reprises lors de son allocution. C’est vrai, il faut d’abord combattre et réduire ce fléau qui va, selon toute hypothèse, faire une hécatombe. Ensuite, mais seulement ensuite, il faudra juger (pour haute trahison, puisque nous sommes en guerre) ceux qui ont été incapables de préparer la France à cette attaque pourtant prévisible, et – comble de ridicule – maintenu contre vents et marées le 1er tour des élections municipales.

Il faudra écouter une femme, témoin majeur, qui commence à s’exprimer (voir l’article du Huffington Post).
Agnès Buzyn, ex-ministre de la Santé, avait clairement compris le drame qui allait s’abattre sur la France, alors qu’elle quittait pour des raisons plus que triviales le poste alors éminemment stratégique qui lui avait été confié.
Qu’elle parle ! Vite et fort ! Elle sera pardonnée. Mais les autres devront être jugés par le peuple français !
Oui, Macron est au pied du mur. Du Mur de la Honte !
Cette fois-ci, nous ne laisserons pas faire.

Marc Le Stahler
17 mars 2020


MACRON AU PIED DU MUR (par Michel Onfray)

PHASE 1

Il ne fallait pas être grand clerc pour comprendre que, la Chine ne passant pas pour très économe de la vie de ses citoyens, le confinement de l’une de ses villes de plusieurs millions d’habitants par les autorités communistes témoignait de facto en faveur de la gravité de cette crise du coronavirus. Je l’ai pour ma part fait savoir sur un plateau de télévision fin janvier. Ce pays, dont il est dit qu’il prélève dans les prisons les condamnés à mort, qu’il exécute afin de vendre leurs organes frais au marché noir des transplantations partout sur la planète, n’est pas connu pour son humanisme, son humanité et son souci des hommes concrets. C’est le moins qu’on puisse dire… En prenant ces mesures, il disait à qui réfléchissait un peu qu’il y avait péril en sa demeure, donc en la nôtre. Qui l’a vu ? Qui l’a dit ? Qui a compris cette leçon ? La plupart ont vu et dit ce que les agents de l’État profond disaient qu’il fallait voir et dire.

Mais, comme pour illustrer la vérité de la sentence qui dit que le sage montre la lune et que l’imbécile regarde le doigt , il y eut quantité de prétendus sachants pour gloser sur le doigt et oublier la lune : c’était une gripette, elle ferait moins de morts qu’une vraie grippe ; la véritable épidémie, c’était la peur des gens – et les intellectuels et les journalistes du régime libéral en profitaient pour rejouer la scie musicale du peuple débile et de la sagacité des élites…

Pendant que la populace achetait des tonnes de papier toilette, ce qui permettait d’avouer qu’elle avait, disons-le comme ça, le trouillomètre à zéro, les comités de scientifiques invisibles chuchotaient à l’oreille du président ce qu’il convenait de faire entre gestion de l’image présentielle et santé publique, proximité des élections municipales et mesures d’hygiène nationale, situation dans les sondages et décisions prophylaxiques. Un mélange de Sibeth Ndiaye et de docteur Knock fabriquait alors la potion infligée par clystère médiatique au bon peuple de France. Nul besoin de préciser qu’il s’agissait d’une soupe faite avec une poudre de perlimpinpin aussi efficace qu’un médicament commandé sur internet… en Chine!

Quel était cette potion magique ? Une grande admonestation libérale, un genre de leçon de chose prétendument antifasciste. Il s’agissait de montrer aux abrutis de souverainistes la grandeur de l’idéologie maastrichienne : plus de frontières, libre circulation des hommes, donc des virus! Les chinois étaient contaminés mais ils n’étaient pas contaminants : nous étions immunisés par la beauté du vaccin de Maastricht ! Pendant qu’ils fermaient leurs frontières, nous ouvrions les nôtres plus grand encore – si tant est que cela puisse être encore possible… Nous nous offrions au virus.

Voilà pourquoi, sur ordre du chef de l’État, le gouvernement français s’est empressé d’aller chercher sur place les expatriés français qui travaillaient en Chine. On n’est jamais mieux servi que par soi-même : si l’on devait se trouver contaminés, qu’au moins ce soit en allant nous-mêmes chercher le virus sur place et le ramener en France. Mais pas n’importe où en France, non, pas à Paris, bien sûr, ni au Touquet, mais en province qui est, en régime jacobin, une poubelle ou un dépotoir dont on se souvient toujours dans ces cas-là. Une première livraison s’est faite dans le dos du maire d’une commune du sud de la France, une seconde en Normandie où nous avons l’habitude des débarquements.

La mode à l’époque, nous étions dans le premier acte de cette histoire, consistait à rechercher le client zéro : celui qu’il aurait fallu confiner chez lui pour que rien n’ait lieu, un genre de bouc émissaire à traire. C’était chercher la première goutte du raz-de-marée avec le projet de l’enfermer dans une bouteille afin que la catastrophe n’ait pas lieu.

Il fut dit que, peut-être, ce numéro zéro serait à chercher sur la base militaire d’où étaient partis les soldats français missionnés pour aller taquiner le virus chinois sur place avant de rentrer chez eux. Que croyez-vous qu’il advint à ces militaires ayant été au contact de gens immédiatement mis en quarantaine après leur retour de l’empire du Milieu ? Ils ont été renvoyés chez eux en permission… Pas question de les mettre en quarantaine ! Quelle sotte idée c’eut été! Qu’on aille donc pas chercher aujourd’hui le client zéro car il se pourrait bien qu’on puisse obtenir des informations qui nous permettraient demander des comptes au ministre de la défense et au chef des armées auxquels il a obéi.

PHASE 2

L’acte deux a été guignolesque : le tsunami arrivait et on lui avait creusé des voies d’accès sous forme de canaux à gros débits, et ce avec l’aide du génie militaire français. S’y est ajouté le génie du chef de l’État. Le grand homme, qui se prenait pour de Gaulle et Gide en même temps, mais aussi pour Stendhal (on est beylien ou on ne l’est pas) nous a délivré la parole jupitérienne : il fallait se laver les mains, éviter la bise et éternuer dans son coude – j’imaginais qu’anatomiquement il était plus juste d’envoyer ses postillons dans le pli de son coude car je me suis luxé l’épaule en essayent d’éternuer « dans » mon coude… Du savon, du gel et un coude : nous étions prêts, comme en 40, le virus n’avait qu’à bien se tenir.

Il a continué à progresser bien sûr. Et le pouvoir a fait semblant d’estimer que le plus urgent était toujours de savoir qui avait postillonné le premier. Il n’y avait pas de foyers d’infection mais des « clusters », ce qui changeait tout. Il s’agissait en effet de ne pas donner raison aux benêts qui estiment, comme moi, qu’un peuple n’est pas une somme d’individus séparés, comme les monades de Leibniz, ce qui est l’idéologie libérale, mais une entité qui est elle-même une totalité. Aller chercher le virus en Chine c’était une fois encore estimer que la minorité (d’expatriés) pouvait imposer sa loi à la majorité (du peuple français). Que périsse le peuple français, mais les maastrichtiens n’allaient tout de même pas donner tort à leur idéologie alors que le réel invalidait déjà leurs thèses dans les grandes largeurs!

L’élément de langage maastrichtien fut : « le virus ignore les frontières » – comme Macron et les siens, qui les ignorent tout autant… La plume du chef de l’État lui a même fourbi la formule adéquate: « Le virus n’a pas de passeport »- on dirait un titre de San-Antonio.

Tous les pays qui, comme Taïwan ou Israël (dont on n’a pas parlé, un pays qui, lui, a le sens de son peuple), ont décidé la fermeture des frontières, sont passés pour des populistes, des souverainistes, des illibéraux, des passéistes qui n’avaient rien compris à la grandeur nihiliste du progressisme.

Or, ces faux progressistes vrais nihilistes n’aspirent qu’à une seule chose: le gouvernement planétaire d’un État universel où les techniciens (les fameux scientifiques, comme il y en aurait au GIEC ou dans ce comité invisible qui conseille (!) Macron) gouverneraient le capital en faisant l’économie des peuples.

Le coronavirus leur donne une autre leçon politique : la suppression des frontières, c’est la possibilité, pour tout ce qui menace contamination, de se répandre à la vitesse de la lumière… Le virus n’ignore pas les frontières, mais les frontières savent et peuvent le contenir.

PHASE 3

La preuve, le troisième acte décidé par… Emmanuel Macron lui-même. Dans un premier temps, le Président tire une salve pendant un long monologue d’une demi-heure : fermeture des crèches, des écoles, des collèges, des lycées, des universités, réduction des contacts avec autrui, en priorité les personnes âgées. Et puis, bien sûr, le coude et le savon, le gel et la bise, des armes de destruction massive.

Or, qu’est-ce que ce confinement sinon l’invitation à fabriquer autant de frontières qu’il y aura de Français ? La frontière nationale n’est pas bonne, mais la frontière qui sépare de son prochain est présentée comme la solution, la seule solution nous dit-on. Le virus qui ignore les frontières se trouve donc tout de même contenu par les frontières pourvu qu’elles soient érigées par chacun contre son prochain pensé comme un contaminateur potentiel. Ce qui marcherait pour les monades ne marcherait donc pas pour les États ! Étrange paralogisme …

Il faut donc radicalement éviter les contacts et les brassages, il faut donc remettre ses voyages et ses déplacements, il faut donc rester le plus possible chez soi, mais mais mais : le premier tour des élections municipales n’est pas reporté ! Comprenne qui pourra ! On dit que Gérard Larcher, président du Sénat, se serait opposé au report des élections : mais qui est ce monsieur auquel le président de la République mange dans la main ? Quel est son pouvoir ? Des dizaines de millions d’électeurs sont donc invités à se ruer en direction de lieux confinés, les bureaux de vote, dans lesquels, tout le monde en conviendra, on évite les contacts et les brassages et on montre qu’on doit préférer rester chez soi pour éviter les promiscuités.

Le lendemain, quelques heures après la prise de parole présidentielle, le Premier ministre est envoyé au front pour enfoncer le clystère plus profond : fermeture des cafés, des restaurants, des boîtes de nuit, des musées, des bibliothèques, de tous les lieux publics, etc. Mais, toujours : maintien du premier tour des élections municipales. On se lavera les mains avant et après, on respectera une distance d’un mètre avec son voisin, puis on mettra son bulletin dans l’urne. Il faudra bien empoigner le rideau à pleine main pour l’écarter afin d’entrer dans l’isoloir, mais aucun risque – le savon veille… Magique !

Que s’est-il passé le lendemain du jour de la décision de ce presque couvre-feu? il faisait beau, dans les rues de Paris, des gens ont fait leur footing, d’autres se sont un peu dévêtus pour prendre le soleil près du canal Saint-Martin, certains faisaient du vélo ou du roller, de la trottinette aussi. Ils transgressaient la loi ? Et alors ? Pas un seul policier n’a verbalisé qui que ce soit. Tout le monde se moque de l’État qui n’a plus d’autorité et plus aucun moyen de faire respecter l’ordre républicain ! La peur du gendarme est une vieille lune qui a rejoint celle des dragons et du diable ! De la même manière qu’une jeune fille porte un voile musulman en présence de Macron (ce qui est formellement interdit par la loi) et que rien ne se passe, le mépris affiché des décisions du chef de l’État témoignent de la déliquescence dans lequel se trouve le pays et dans quel mépris est tenue la parole de cet homme.

Les libéraux et leurs cervelles soixante-huitardes voulaient des monades et des consommateurs en lieu et place de citoyens et de républicains ? ils les ont… Ils souhaitaient jouir sans entraves ? ils jouissent sans entraves… Ils affirmaient qu’il était interdit d’interdire ? ils se croient résistants en se faisant la bise… Ils croient toujours que CRS=SS ? Ils n’auront pas même vu la queue d’un policier municipal à vélo ou en mobylette, sinon en roller, pour leur rappeler que Jupiter dans son Olympe a décidé qu’il fallait éternuer dans son coude.

Olympien comme le comédien d’un club de théâtre dans un lycée, Emmanuel Macron a dit: « Ce que révèle d’ores et déjà cette pandémie, c’est que la santé gratuite, sans condition de revenus, de parcours ou de profession, notre État-providence, ne sont pas des coûts ou des charges, mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe. » Et puis ceci: « Ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. » Quel talent ! Quel menteur ! Quel bouffon ! Mais quel mauvais comédien…

Cet homme qui a mis sa courte vie au service du Veau d’Or fait semblant aujourd’hui de découvrir que piétiner l’intérêt général, conchier le bien public, compisser la santé dans les hôpitaux quand elle était pilotée par les comptables, ce n’étaient peut-être pas exactement les bons choix ! Qui croira cet hypocrite dont toute la politique depuis qu’il est au pouvoir consiste à détruire le système de santé (et de retraite) français ? C’est la quintessence du projet politique libéral mené sans discontinuer par les présidents de la V° république depuis la mort du général de Gaulle.

Quiconque écoute les personnels de santé depuis des mois (ils sont en grève depuis un an…) sait qu’en temps normal, avec cette politique libérale, ils sont débordés et impuissants tant l’hôpital public est malade sinon mourant. Qui pourra croire que la France est en état de recevoir un afflux massif de malades du coronavirus alors que la congestion était déjà là avant l’épidémie ?

Ce qui est dit par quelques spécialistes de la santé c’est, je vais l’exprimer de façon brutale, que lors du pic à venir, phase 4, nommons-là comme ça, il faudra, faute de places pour tous, trier les arrivants et laisser les vieux à leur sort, donc à la mort… Voilà où mène le libéralisme initié par Pompidou & Giscard, augmenté par Mitterrand en 1983, accéléré par le traité de Maastricht en 1992 et tous ceux qui, droite et gauche confondues, communient dans cette idéologie, puis par Macron qui, depuis son accession à l’Élysée, a voulu activer ce mouvement à marche forcée.      

Voici une autre leçon donnée par cette crise, en dehors d’apprendre l’impéritie du chef de l’État: les caisses sont vides quand il s’agit d’augmenter le SMIC ou le salaire des plus modestes ; elles le sont quand ces mêmes personnes doivent être soignées (on ne compte plus ceux qui ont renoncé à s’occuper de leurs dents, de leur ouïe, de leur vue  à cause de leur pauvreté ; elles le sont quand il faut se soucier des paysans dont l’un d’entre eux se suicide chaque jour ; elles le sont quand il faut construire des écoles ou des universités, doter les hôpitaux de matériel performant, humaniser les prisons, recruter des fonctionnaires, financer la recherche scientifique dont nous aurions bien besoin aujourd’hui, laisser ouvertes des écoles de campagne, maintenir en vie les lignes de chemins de fer en dehors des grandes villes et des grands axes; elles le sont quand il faudrait se donner les moyens de récupérer la multitude de territoires perdus de la République), elles le sont si souvent quand il faudrait construire une République digne de ce nom.

Mais il y a de l’argent pour faire face à cette crise économique qui s’annonce… Tous ces gens mis au chômage technique par cet état de siège seront payés – par les assurances chômage. C’est bien sûr très bien, mais il y avait donc de l’argent… Plus un café, plus un restaurant, plus un lycée, plus une école, plus un commerce, sauf liste donnée, plus un cinéma, plus une salle de spectacle ne sont ouverts, mais Macron nous assure que « l’État prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints de rester chez eux ».

Mais alors, bonne nouvelle : l’État existe encore ?
Il peut fonctionner ?
Il sait faire autre chose que prélever les impôts et recouvrer les amendes ?
Il sait faire autre chose qu’envoyer sa police et son armée tabasser les gilets-jaunes ?
Il sait faire autre chose que de subventionner des médias publics pour diffuser massivement l’idéologie maastrichtienne ?
Il sait faire autre chose que de libérer les élus délinquants renvoyés chez eux ?
Vraiment?

Ce virus fait donc dire des bêtises à Macron: on pourrait donc être solidaires et fraternels en France ? On pourrait estimer que le consommateur hédoniste n’est pas l’horizon indépassable de notre modernité et qu’on peut aussi être un citoyen responsable ? On pourrait trouver de l’argent public pour financer des solidarités nationales au-delà des habituels bénéficiaires ? Il y a là matière à révolution: il est bien certain qu’Emmanuel Macron est le dernier homme pour la réaliser.

Après le virus, il faudra y songer.

En attendant, l’Allemagne ferme ses frontières avec trois pays, dont la France !
Maastricht tousse, crache et menace l’embolie.

Michel Onfray
17 mars 2020

 

 

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
BOCQUET Philippe
BOCQUET Philippe
20 mars 2020 10 h 59 min

Monsieur onfray, bonjour,
Vous avez, le bon raisonnement, vous voyez
Entourez vous de soldats, d’ouvriers et de paysans, de gestionnaires qui veulent la défense du pays et prenez la direction des affaires. Avec votre vision du monde, et des gens motivés {il y en a beaucoup} ça le fera.
Ce qu’il nous manques ce sont des gens aux idées claires pas des affairistes, des mafieux, des curés
Nous on est dans le cambouis
Allez y nous n’avons presque plus rien à perdre

Vincent Wambergue
Vincent Wambergue
19 mars 2020 20 h 20 min

Un grand Homme Michel Onfray!!

CHRIS
CHRIS
19 mars 2020 17 h 05 min

EXCELLENT
TOUT EST DIT

GALAND Marie Louise
GALAND Marie Louise
19 mars 2020 12 h 35 min

Cette page d écriture est une merveille qui reflète exactement le fond de ma Pensée.. et d une exactitude telle que je l ai lu avec avidité et vais non seulement la relire mais la proposer a des esprits ouverts qui n ont qu une envie ….que l on retrouve une France en Ordre avec quelqu un a sa tête Digne de la Gouverner non celui actuel qui Divise …pour mieux … Régner… Espérons que cela change bientôt…

Thierry Lagarde
Thierry Lagarde
19 mars 2020 12 h 10 min

je vous trouve très conciliant avec agnes BUZIN! mes voyants se sont tous mis à clignoter! quand vous etudiez son comportement dans ce dossier , il me semble qu’elle devra au contraire rendre des comptes aux Francais! pourquoi tant de mansuétude ?

Claude Roland
Claude Roland
18 mars 2020 18 h 19 min

Ces énarques incapables qui nous gouvernent, qui les élit depuis 40 ans ?!!! Ceux qui sortent de l’ENA (Ecole Nationale des Anes) ne sont pas les plus brillants, loin s’en faut. Un rapport d’évaluation des compétences des énarques de son cabinet, rédigé en 1964 à la demande de Pierre Messmer, soulignait déjà la faiblesse de leur culture générale, leur conformisme intellectuel, leur manque d’imagination et leur difficulté voire incapacité à décider. Et pour les bourdes, c’est le festival ! Le rapport suivant, publié en 2015 par l’énarque Mme Baldacchino, souligne lui aussi le manque de culture et d’esprit critique, le… Lire la suite »

Dissident
Dissident
18 mars 2020 10 h 40 min

Beau texte, beaux développements mais quand même … Je suis toujours stupéfait de voir de grands intellectuels tomber avec autant de facilité dans ce vieux piège idéologique soigneusement entretenu par la gauche. Tout semblait si parfait et PAF ! c’est l’ultra-libéralisme qui tue … Comme si en France on savait ce que c’est que l’ultralibéralisme. Je préfèrerais qu’on nous guérisse de l’ultra-gauchisme, de l’ultra-socialisme, de l’ultra-communisme, de l’ultra-écologisme et surtout de l’ultra-islamisme… Au lieu de nous ressortir le vieux mythe du libéralisme, il aurait pu parler du capitalisme de connivence ou du « combinisme », du copinage, du partage de gâteau entre… Lire la suite »

Henri Couhin
18 mars 2020 14 h 50 min
Répondre à  Dissident

Oui, l’ultra-libéralisme tue, l’ultra-libéralisme c’est essentiellement pour moi le désastre mondial de la financiarisation cette métastase funeste. Aucun « ultra-isme » autre ne tient votre comparaison.

Claude Roland
Claude Roland
18 mars 2020 18 h 14 min
Répondre à  Henri Couhin

Vous n’avez pas encore compris que les financiers avec leur étendard d’ultra-libéralisme chevauchent sur le cheval socialiste et enfument ainsi tous les benêts incultes qui composent la sphère gauchiste mais qui osent la ramener alors que depuis 40 ans, le socialisme nous détruit ?!!!

Dissident
Dissident
19 mars 2020 13 h 39 min
Répondre à  Henri Couhin

Allez sortir vos salades à votre cellule locale du parti communiste !

droin
droin
18 mars 2020 1 h 48 min

Onfray courageux et brillant…

blank