INCONSISTANCE, INCOHÉRENCES
et BLA-BLA-BLA
(L’Imprécateur)

Le pouvoir dépassé, mal informé, inexpérimenté, se trouve mis à nu par la crise sanitaire. Il étale à ciel ouvert son incapacité à prendre rapidement les bonnes décisions et, quand il y arrive, c’est après avoir dit tout et son contraire, exploré toutes les pistes jusqu’à ce que le hasard lui montre où est la bonne solution.
C’est le cas dans la gestion des masques.



L’ÉNARQUE FONCTIONNE COMME UN « BLOB »

Le blob est « un génie sans cerveau« , disent les éthologues.
L’énarque est une curiosité de la nature en ce sens qu’il fonctionne comme un blob.

https://www.arte.tv/fr/videos/082726-000-A/le-blob-un-genie-sans-cerveau/

Quand le professeur Charles Gave dit dans une émission télévisée « Macron est un idiot« , il définit précisément le profil intellectuel type de l’énarque : l’énarque seul peut-être agréable, parle bien, est séducteur, plaisant… mais il ne devient vraiment intelligent que lorsqu’il est en prise avec son réseau. D’où ce besoin vital pour eux d’être constamment connectés entre eux.

Le blob est le plus ancien des êtres vivant sur terre (un milliard d’années) et il est inclassable, c’est une cellule unique qui peut devenir énorme (entre 10 et 20 m2), ressemble à un lichen visqueux de couleur jaune, n’est ni un animal, ni une plante, ni un champignon. Il n’a ni estomac, ni système nerveux, ni cerveau, mais il chasse, se nourrit, se déplace, a de la mémoire, instruit ses semblables en leur transmettant son expérience, et surtout résout des problèmes complexes au point que les informaticiens étudient comment utiliser ses compétences en connexions rapides et directes pour améliorer les ordinateurs quantiques.

Placé face à 7 plats plus ou moins riches en protéines et sucres, le Blob envoie sans hésiter des filaments en exploration droit sur les deux plus riches, se déplacera pour aller les manger et mélangera le plus riche en protéines avec le plus riche en sucres en les recouvrant simultanément pour les absorber.

L’INTELLIGENCE C’EST S’ADAPTER RAPIDEMENT À UNE SITUATION IMPRÉVUE

Si le Blob a survécu un milliard d’années à toutes les épreuves, c’est parce qu’il a toujours trouvé rapidement comment les surmonter et s’adapter à la situation nouvelle. Changements de climat, glaciations, réchauffements bien plus sérieux qu’aujourd’hui, variations importantes de la teneur en gaz de l’atmosphère, changements de végétation, etc.

Il a fallu aux énarques trois mois pour comprendre que le masque était, en attendant les vaccins, la meilleure solution pour lutter contre coronavirus. Du jour au lendemain ils s’approprient la découverte que des millions d’autres ont faite avant eux, de la Corée au Vietnam, et même en France, et nous intiment l’ordre de trouver des masques ou de les fabriquer nous-même s’il n’y en a pas.

Mais ils ont encore des progrès à faire, comme dans la gestion des hôpitaux militaires et les déplacements de malades par voie ferroviaire ou héliportée.

L’ÉNARQUE COMMENCE TOUJOURS PAR LA SOLUTION COMPLIQUÉE

Chaque fois, ils commencent par la solution la plus stupide et la plus onéreuse et vous verrez que d’ici quinze jours à un mois, leurs petites cellules grises ayant eu le temps de se connecter, ils vont découvrir qu’il y avait une solution rapide, facile et peu coûteuse pour résoudre le problème du surnombre des malades au terminal de la route de la soie chinoise, Mulhouse dans le Haut Rhin.

Autrement dit, ils ont une forme d’intelligence incohérente (que Macron appelle complexe) qui a besoin de temps et de connexions pour devenir cohérente.

C’est vrai pour les statistiques sur les contaminés et les décès. Deux mois pour comprendre récemment qu’en se fondant pour trouver des solutions sur les seuls chiffres fournis par les hôpitaux publics – comme en Chine – ils passaient à côté du problème en le sous-estimant gravement. Ils vont maintenant compter et ajouter les morts du virus en EHPAD et à domicile.

C’est vrai pour les masques et les tests jugés inutiles puis indispensables (ajouté au fait que la France n’en avait plus). C’est vrai pour les visites chez le médecin, d’abord interdites (il fallait appeler le SAMU),  puis recommandées. C’est vrai pour les sorties recommandées par le président (photographié au théâtre peu avant l’ordre de confinement), puis interdites, etc.   

Ce le sera bientôt quand ils vont réaliser qu’en privilégiant les hospitalisés Covid sur les autres pathologies ils ont préparé une augmentation de la mortalité sur ces dernières et une augmentation sérieuse des coûts de soins et d’opérations qui de bénignes seront devenus graves. C’est encore trop tôt pour le mesure, il n’y a que moins d’un mois que les hôpitaux ont reçu pour instruction d’arrêter les opérations et traitements non urgents pour se consacrer au virus-Wuhan.

L’EXEMPLE DES HÔPITAUX MILITAIRES ET DES TRANSPORTS EN TGV

Il y a un exemple  intéressant et d’actualité qui se déroule sous nos yeux : les hôpitaux militaires et les évacuations par TGV et hélicoptères de malades depuis les hôpitaux publics saturés vers des hôpitaux de l’Ouest et du Sud de la France qui disposent encore de lits. Un article, que l’on m’a transmis non signé, a été publié sur le sujet. Je vais m’en inspirer en le complétant.

blankLe 19 mars a démarré la mise en place d’un hôpital militaire de campagne avec engins de terrassement et une logistique incroyable pour 30 lits « sous la tente » ! Il a fallu organiser des transports militaires par avion  pour tout le matériel, et une semaine pour monter les tentes et installer les équipements sanitaires, les commodités pour le personnel soignant, des vestiaires, des lieux de stockage du matériel médical, etc.

Temps de mise en place : 3 semaines minimum entre la décision et le jour « J » opérationnel.

Il a fallu préalablement 10 jours pour pour trouver un emplacement adéquat, pas trop loin du centre-ville de Mulhouse, et de l’espace pour créer les parkings, livrer et poser un périmètre de sécurité avec des barrières, des panneaux de protection, etc.

ILS N’ONT PAS PENSÉ AUX SALLES DE SPORT DÉSERTÉES !

« En même temps » comme dirait Macron (dont l’intelligence « complexe » manque sérieusement de connexions), tout près de là, les Allemands, dont l’intelligence est plus pragmatique, ont vu qu’en raison du confinement, les écoles et les clubs sportifs étant fermés, les gymnases étaient vides et ils ont choisi de les transformer en hôpitaux provisoires.
Certains, situés non loin de la frontière rétablie, accueillent ainsi aujourd’hui des malades français !

  • Les gymnases sont proches des centres villes avec des accès directs ;
  • Pas de problème de réquisition d’un terrain ;
  • Ils ont le plus souvent un parking attribué, pas besoin d’en aménager un comme à Mulhouse avec des engins de terrassement ;
  • Ils sont déjà clôturés pour éviter les incivilités ou l’utilisation pendant la nuit par des bandes de jeunes désoeuvrés, casseurs et fumeurs de joints ;
  • Ils ont une hauteur de plafond suffisante pour disperser l’air vicié, ce qui n’est pas le cas des tentes de l’armée obligée de ventiler artificiellement ;
  • Ils ont une meilleure protection aux vents et aux intempéries ;
  • Ils ont des fenêtres et des vasistas pour l’aération ;
  • Ils ont déjà les sanitaires installés, douches, lavabos, toilettes ;
  • Ils ont des bureaux pour le personnel et une salle de rangement pour le matériel sportif où peut-être entreposé le matériel médical, ou bien aménagée en salle d’opération ;
  • Ils sont souvent chauffés ou faciles à chauffer ;
  • Ils sont souvent voisins d’autres locaux sportifs actuellement inutilisés ;
  • Ils peuvent contenir des centaines de lits ;
  • Ils peuvent être cloisonnés facilement et aménagés confortablement pour le personnel de permanence ;
  • Ils sont faciles a nettoyer et décontaminer, de même les vestiaires.

Alors pourquoi dépenser « un pognon de dingues » pris sur le budget des Armées pour monter une opération d’hôpital militaire de campagne exigu et ridiculement insuffisant ?

ILS N’ONT PAS PENSÉ AUX CHAMBRES VIDES DES CLINIQUES PRIVÉES !

Même chose avec ces transports à des centaines de kilomètres de malades en phase avancée sinon terminale, et mis en état de coma artificiel, par TGV à raison de 36 malades par convoi de cinq voitures n’accueillant que 8 malades chacune, ou d’hélicoptères transportant un malade et le personnel médical. Tout cela pour un coût astronomique.

Non loin, des cliniques privées ayant actuellement des lits et des chambres disponibles ont offert de les mettre à disposition. Elles n’ont pas eu de réponse.

L’Administration française et le service public répugnent majoritairement à travailler avec le secteur privé.
Et pourtant, si la guerre, déclarée par Macron au virus-Wuhan peut être gagnée plus vite et avec moins de morts, ce sera du en bonne partie à l’aide du secteur privé…
Ces moines de la Grand Chartreuse qui ont mis 10 000 litres d’alcool pour fabriquer du gel hydroalcoolique à la disposition du CHU de Grenoble, qui a également pu avoir des masques fabriqués par une entreprise artisanale locale.
Bernard Arnault (LVMH) a fait venir des masques de Chine quand l’administration française ramait pour en trouver.
Des industriels ont modifié leurs chaines pour fabriquer, qui du gel, qui des respirateurs.
Des particuliers ont mis les masques qu’ils avaient en réserve à disposition des soignants locaux quant l’État les leur refusait, etc.

Et quand la crise sera terminée, on entendra les énarques-blobs chanter sur tous les tons

« Votez pour LREM ! Nous avons géré la crise de main de maître, nous allons maintenant redresser la France et nous vous demandons d’être unis et solidaires dans cette dure épreuve qui va nécessiter des limitations et suppressions de libertés que nous devrons vous imposer, et les augmentations dingues d’impôts qui sont indispensables !« .

L’Imprécateur
7 avril 2020

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
2 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Dissident
Dissident
9 avril 2020 11 h 17 min

On peut signaler les entreprises disposant d’avions privé qui les ont mis gratuitement à disposition pour transporter des soignants rapidement sur des lieux de besoin;
L’association organisatrice se nomme Aviation sans frontières.
Dassault prête ses Falcon par exemple.
Les pilotes se mettent à disposition.
TOTAL offre le carburant.
Mais l’administration ne cède pas sur les taxes d’aéroport.

Serge GRASS
8 avril 2020 11 h 16 min

Votre analyse qui repose sur la bêtise des énarques est à mon avis fausse. Tout ce qui est fait est réfléchi, programmé pour organiser la psychose et en même temps faire un grand théâtre pour faire croire que l’on fait beaucoup pour protéger le peuple alors que c’est le contraire qui est réalisé.
Je ne pense pas que ce soient des idiots, mais des salauds

blank