CORONAVIRUS : EPIDEMIE ou PANDEMIE?
(L’Imprécateur)

Le sentiment diffus qu’une épidémie ou pandémie se prépare à décimer une partie de la population suscite des réactions contradictoires.

Ceux qui ont une mémoire familiale se souviennent que parmi leurs arrières-grands parents plusieurs moururent de la grippe dite « espagnole » mais déjà venue d’Asie en 1918. Ils se souviennent aussi qu’elle fit entre 30 et 80 millions de morts dans le monde en quelques mois ; que la grippe asiatique de 1956 avec le virus H1N1 en fit 4 millions ; la grippe de Hong Kong en 1968-69 avec H3N2, car le virus avait muté entre temps, en fit à peu après autant. Si de plus, ils constatent que le VIH, qui en était à 33,2 millions de morts en 2007 continue à progresser en 2020, notamment en Afrique où il tue 100 000 Africains par an, ceux-là risquent de s’affoler.

Ils ont peut-être tort, mais le flou dans les informations ne les rassure pas. Aucun des chiffres donnés par les autorités et répercutés par les médias au sujet du coronavirus 2019-nCoV n’est fiable.
Sur la Chine, ils varient du simple au quintuple.
Sur la France ce n’est guère mieux. Hier matin, les médias oscillaient entre 5 et 8 cas alors qu’on était bien à 8, dont 2 parmi l’effectif des rapatriés de Wuhan arrivés en Airbus militaire à Marseille.
Le nombre annoncé pour ces premiers retours de Wuhan est passé de 140 jeudi à 169 le lendemain et à 180 vendredi. Quant à ceux arrivés à Aix dimanche en Airbus A380, leur nombre variait entre 250 et 400, transportés d’Istres à Aix, bien serrés dans des cars !

Alors on comprend que les Français n’aient confiance, ni dans l’information officielle qui enjolive la situation à un niveau qui en devient ridicule, ni dans la presse qui moutonne derrière cette information officielle.

CERTAINS RICANENT ET CHERCHENT LES FAKE-NEWS : ILS ONT TORT !

Et puis il y a les beaux esprits, à 80 % domiciliés dans les beaux quartiers, qui hurlent à la fake-news dès qu’un site avance avec prudence une hypothèse plausible, comme celle de l’implication possible du laboratoire P7 de Wuhan spécialisé dans l’étude des pires virus.

J’ai lu ce soir sous la plume d’un décodeur que l’existence de brevets sur les coronavirus était une fake-news. Et ça, ci-dessous, c’est quoi ? Et il y en a plusieurs comme ça. Mais évidemment il faut savoir faire de la recherche documentaire, ce que très peu de jeunes journalistes aujourd’hui savent faire.

Ce brevet européen a été pris en 2015 par le Pirbright Institute anglais. Où apparaît la fake-news, c’est lorsque, voyant qu’en plus des organismes officiels britanniques figurait parmi les donateurs Steve Jobs, des internautes idiots et malveillants ont lancé la fausse nouvelle suivante : Steve Jobs propriétaire du brevet sur le coronaviurus a déclenché l’épidémie de Wuhan pour que des morts justifient l’achat par les gouvernements de dizaines de millions de doses de vaccin qui vont faire la fortune du laboratoire dont il est le propriétaire.

Pirbright (*) a du faire une mise au point que je résume ici : Oui nous avons un brevet sur une souche de coronavirus parmi des dizaines d’autres. La concurrence est rude entre laboratoires et quand l’un d’entre nous réussit à élever une souche au niveau qui permet de l’étudier et d’en tirer un vaccin, il est prudent de prendre un brevet pour ne pas se faire voler le fruit de milliers d’heures de travail et de millions d’euros d’investissements.

Non, ce brevet ne concerne pas nCoV, mais l’un des coronavirus qui déciment les élevages de volailles et de porcs dont il attaque les bronches.

Les points rouges sont les attaques du coronavirus sur les cellules pulmonaires d’un porc

CULTIVER UN VIRUS SERT À TROUVER UN VACCIN

À quoi sert d’élever un virus ? Cela permet de provoquer de petites mutations qui aboutissent à une version très atténuée du virus dont on peut alors espérer tirer un vaccin.

Le problème avec 2019-nCov, c’est qu’il a muté récemment. Il est donc mal connu des laboratoires qui, pour le moment, ne savent qu’une chose, c’est qu’il est proche du virus qui a provoqué le SRAS, lui aussi venu d’Asie, et qui fit environ 800 000 morts en 2003, mais relativement éloigné du virus qui a provoqué le MERS Middle East Respiratory Syndrom.

Le MERS-CoV est apparu en 2012 en Arabie saoudite, l’épidémie est en cours et, selon l’OMS, sur 2428 cas recensés, il y a eu 838 morts, et encore 36 morts en 2015 sur 183 cas apparus en Corée du Sud. MERS semble partir vers l’Est asiatique et ne pas monter en Europe.

Les beaux esprits ricaneurs vont dire « Voyez, nous avons raison, il n’y a aucun risque pour la France ». C’est là qu’apparaît leur méconnaissance, tant de l’histoire mondiale des épidémies et pandémies que sur les notions les plus élémentaires de biologie.

ON SAIT TRÈS PEU DE CHOSES SUR LES ÉPIDÉMIES

Aujourd’hui encore, on ne sait pas dire où apparaîtra une épidémie, ni quand, ni comment, c’est-à dire par quel vecteur, ni par quel virus ou autre microbe, ni déterminer même approximativement sa durée et non plus prévoir le nombre de morts.

L’OMS prévoit par exemple entre 80 et 100 millions de morts du Sida d’ici 2025 à cause de son retour en force en Afrique de l’Est et du Sud et aussi par l’extension partout des pratiques LGBT. Mais rien n’est certain, un médicament efficace et bon marché peut être mis au point qui remplacerait ceux aux prix astronomiques d’aujourd’hui que seuls les pays occidentaux peuvent s’offrir.

Une seule méthode fonctionne actuellement pour limiter les dégâts : l’isolement, surtout quand la transmission se fait par voie aérienne. Mais il y en a eu d’autres, radicales, comme en Angleterre en 1666 quand les autorités décidèrent d’incendier tous les quartiers insalubres de Londres, ce qui effectivement stoppa l’épidémie de peste.

On évalue à 100 millions le nombre de morts dans le monde causés par la peste entre 1346 et 1351.

« Une peste terrible vint fondre sur les peuples de l’Orient et de l’Occident, elle emporta une grande partie de cette génération » écrit Ibn Kaldhoun. On la crut arrêtée, mais elle resurgit vers 1400 à Constantinople et fit environ cent mille morts par jour pendant quelques semaines.
Il s’agissait du virus Yersinia pestis, mais d’autres épidémies baptisées « pestes » n’en étaient pas.
La « peste amérindienne » qui emporta 75 % des indiens d’Amérique entre 1518 et 1650, donc sur plus de 130 ans, était une variole. Et la « peste d’Athènes » qui éradiqua un tiers des Athéniens entre 426 et 430 était un typhus.
Depuis le XXème siècle, ce sont plutôt des grippes et des maladies pulmonaires qui font les épidémies et pandémies, et ce n’est que très récemment que l’on commence à trouver des remèdes adaptés.

En travaillant sur le deltacoronavirus IBV (Infection Bronchitis Virus) qui infecte les volailles et les porcs, Pirbirght Institute a fini par mettre au point un vaccin qu’il a aussitôt breveté (n° P 10130701) et Institut Pasteur annonce qu’il progresse sur le vaccin qui permettra de lutter contre 2019-nCoV, et pourra le mettre sur le marché… dans vingt mois.

AVANT LE VACCIN OU L’ARRÊT SPONTANÉ, 2019-nCoV PEUT PROSPÉRER

Ce qui laisse largement le temps à 2019-nCoV de prospérer.
Nous avions 3 cas en France il y a une semaine, 1 à Bordeaux et 2 à Paris, tous Chinois. « On maitrise » ont dit les autorités. Deux jours plus tard il y avait trois cas de plus, deux Chinois, et le lendemain 1 Français, le médecin qui avait diagnostiqué l’un des Chinois. « On maîtrise encore « . Donc en trois jours on est passé de 3 à 6. Puis samedi 2 cas nouveaux, soit 8 au total. « On maîtrise toujours « .

Mais ces deux derniers chez les 180 revenants de Wuhan en Airbus militaire. Ils ont voyagé 13 heures bien serrés dans un avion, sont maintenant tous ensemble dans un hôtel-club près de Marseille. L’incubation dure entre 2 et 8 jours, dit-on, et les symptômes n’apparaissent pas toujours tout de suite, raison pour laquelle l’isolement doit durer au minimum 14 jours. Combien de nouveaux cas dans la quinzaine qui vient ? Sans compter les « entre 250 et 400 » (sic) qui sont depuis hier « près d’Aix en Provence » (re-sic) et qui ont eux aussi voyagé bien serrés (mais un peu moins) dans un Airbus A380.

Les lieux de résidence sont en principe cernés par la gendarmerie, mais on a fait promettre aux isolés qu’ils ne tenteraient pas de s’en aller avant les 14 jours de rétention obligatoire. Espérons-le !

IMAGINONS UN SCÉNARIO POUR WUHAN

Maintenant, revenons brièvement à Wuhan et faisons une supposition qui, cela va de soi, n’est aucunement une preuve ni une accusation.

On peut imaginer que le laboratoire P4 généreusement offert par la France travaillait, comme le fait Pirbright Institute, sur les coronavirus spécifiques aux volailles et aux porcs. Poulets et porcs sont l’une des bases de l’alimentation chinoise, ce serait normal.

On sait aussi que des biologistes pakistanais sont venus à Wuhan faire des travaux dans le cadre d’une recherche militaire sur une arme biologique. Il est tout aussi normal que l’armée chinoise se soit intéressée à ces travaux. Et l’on sait encore que le porc est génétiquement très proche de l’homme, ce qui permet de réaliser des greffes d’organes de porcs sur des humains, il y a eu des expériences réalisées.

Imaginons toujours qu’en bricolant des variantes du deltacoronavirus pour chercher celle qui permettrait un vaccin pour les poulets et les porcs, ils en aient fabriqué une qui puisse passer du porc à l’homme sans que les chercheurs s’en soient aperçus tout de suite et qu’ils l’aient testée sur les porcs sacrifiés pour les expériences. Il y a du petit personnel qui s’occupe des porcs qu’il faut bien nourrir, nettoyer, soigner, déplacer. Le petit personnel est-il aussi rigoureux sur l’hygiène que les chercheurs ? En principe oui, mais qui en jurerait ?  Et puis tout d’un coup il y a un cas à l’extérieur. Et deux mois plus tard des dizaines de milliers de contaminés potentiels et des centaines de morts

Ce n’est qu’un délire imaginatif bien sûr, et non une fake-news !

L’Imprécateur
3 février 2020

* The Pirbright Institute is aware that misinformation regarding the Institute and its research is circulating on social media following an outbreak of a new (novel) coronavirus that infects humans in Wuhan, China. These are the facts regarding our coronavirus research and funding.

The Pirbright Institute carries out research on infectious bronchitis virus (IBV), a coronavirus that infects poultry, and porcine deltacoronavirus that infects pigs. Pirbright does not currently work with human coronaviruses. More information on our coronavirus livestock research can be found on our website.

The Institute holds Patent no. 10130701 which covers the development of an attenuated (weakened) form of the coronavirus that could potentially be used as a vaccine to prevent respiratory diseases in birds and other animals. Many vaccines are made in this way, from flu to polio. We have not yet developed an IBV vaccine, but research is ongoing.

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
claude Roland
claude Roland
8 février 2020 19 h 51 min

Tout ceci va dans un sens qui arrangerait bien certains ultrariches qui ont pour objectif de réduire la population de la planète à 500 millions d’habitants dociles sous leur contrôle. Cf. le texte des Pierres de Géorgie. C’est gravé dans le granit !
Mais un jour ils vont y arriver… Qui dirait que cette épidémie n’est pas un galop d’essai ?

Dissident
Dissident
5 février 2020 14 h 38 min

Difficile de s’y retrouver.
Que pensez-vous de çà ? :

https://www.youtube.com/watch?v=qoBoryHuZ6E&feature=youtu.be

jean claude COLIN
jean claude COLIN
3 février 2020 14 h 08 min

Bonjour a tous enfin j’espère que ce jour sera bon . une info qui vaux ce qu’elle vaux un amis chinois qui habite Paris mais n’est pas allé en chine depuis 16 mois donc pas de craintes. m’a informé début janvier que en chine ils payent le prix d’une connerie immense ils font élever les cochon depuis quelques mois en Afrique pour les payer moins cher et donc les cochons ont ramené une maladie nouvelle et si tu manges de ce cochon tu en meurt et il y a déjà plusieurs cas et je pense que cela se tiens puisque… Lire la suite »

Alain
Alain
6 février 2020 15 h 18 min
Répondre à  jean claude COLIN

Pourquoi alors , selon votre hypothèse, n’y a t il aucun cas déclaré en Afrique ?

blank