« BIOETHIQUE » ? VRAIMENT ?
(L’Imprécateur)

Arrivant au pouvoir, on pensait que le nouveau premier ministre avait pour priorité de relancer l’activité  économique. Ce n’est pas le cas, son souci prioritaire a été la loi de bioéthique en suspens pour cause de Covid chinois. Il a donc prolongé la session parlementaire en ne laissant que peu de temps à l’opposition pour faire valoir ses arguments. Les députés non inscrits (dans un parti) n’ont eu, par exemple, qu’une demie heure pour défendre la vie des nouveaux nés, soit  en moyenne, que huit secondes pour défendre un amendement ! Ils ont du ne retenir que les plus importants

Pourtant; selon un récent sondage IFOP de juin, 71 % des Français ne voient aucune urgence dans cette loi et souhaitent qu’elle soit longuement discutée et pesée. Ce que justement ne veut pas le président. Il est  obsédé à l’idée que la loi de bioéthique sera probablement la seule trace que laissera son quinquennat par l’énorme bouleversement sociétal qu’elle va produire : la PMA pour toutes pour faire des bébés préformatés, le tri et la sélection des embryons humains, la multiplication des enfants sans père, la destruction de la famille traditionnelle, l’avortement sans limites et bientôt la GPA avec des bébés OGM et peut-être même des « chimères », moitié humains, moitié animal.

 



SOMETHING IS ROTTEN IN THE FRENCH REPUBLIC…
(Il y a quelque chose de pourri en République française)  

Entre trois et quatre heures du matin, une poignée (17% des 577) de députés, hagards, les yeux cernés, la bouche sèche, l’esprit embrouillé, ont voté à 60 %, c’est-à dire 10 % des électeurs qu’ils représentent, une loi fondamentale qui bouleverse des millénaires de relations globalement harmonieuses entre les hommes et les femmes, si l’on excepte le monde musulman (où la femme est un être inférieur à l’homme) et d’épisodiques crises d’ultra-féminisme (lesbien ou pas), comme celle que nous traversons actuellement avec cette députée LGBT-LREM qui prêche que ne  pas se marier, c’est échapper au viol, aux coups et à la mort !

Les élus de la République étant supposés représenter leurs électeurs, il est sidérant de voir qu’un dixième d’entre eux peuvent renverser des mœurs sociales affinées depuis des siècles, en pleine nuit, sous l’autorité d’un président de séance à qui la Justice tarde depuis des mois à demander des comptes sur l’usage qu’il a fait de l’argent des cotisants d’une mutuelle pour faire à son épouse avocate le somptueux cadeau d’un immeuble.

Rien de surprenant cependant quand on chiffre le nombre de décrets scélérats édictés en douce par le gouvernement précédent (Philippe), en profitant abusivement de l’état d’urgence sanitaire et du confinement. Gouverner en sautant par-dessus le Parlement représentant des citoyens et en ayant préalablement enfermé ces derniers « pour leur bien », c’est gouverner sans foi ni loi, à la mode Mugabe.

UNE LOI DE BIOÉTHIQUE QUI EST NI BIO, NI ÉTHIQUE

Le terme « bio » est une escroquerie sémantique inventée par les écolos politiques. De même que le terme « halal », à l’origine respect de la loi coranique, est devenu une taxe musulmane prélevée sur n’importe quoi du moment que la taxe est payée à l’imam, il existe un whisky « halal » (sans alcool, que seuls les musulmans peuvent confondre avec un whisky).

« Bio » pour le commun des mortels évoque un produit naturel. Pour l’administration qui délivre l’appellation « bio », « un produit naturel n’est pas forcément biologique. Un produit bio est avant tout un produit qui respecte une réglementation stricte et très précise qui se trouve détaillée dans un cahier des charges dont l’application est contrôlée par un organisme de certification, lui-même agréé par le CARTV » (1)

Le préfixe « bio » dans Loi de bioéthique signifie seulement que les pratiques de l’amour artificiel recensées dans la loi seront encadrées par une foule de règlements tatillons, comme dans tout acte législatif en France.

Car il s’agit bien d’amour artificiel et OGM. Personnellement j’aurais préféré « reproduction » artificielle, mais les deux ministres présents la nuit du vote pour s’assurer que les godillots LREM voteraient en respectant rigoureusement les consignes élyséennes ont insisté à plusieurs reprises, « c’est de l’amour, c’est de l’amour ».

OÙ EST L’AMOUR ?

  • Un type quelconque se masturbe et gicle 3 cl de sperme dans une éprouvette. Le sperme est congelé et stocké dans une « banque ».
  • Une nana quelconque accepte de faire un don  de 3 ou 400 ovocytes qui sont prélevés dans ses ovaires.
  • Spermatozoïdes et ovocytes sont triés, leur ADN examiné au microscope électronique leurs séquences listées pour définir les caractéristiques que leur union donnera : couleur des cheveux, de la peau, etc.
  • Après maturation des ovocytes retenus pour obtenir des ovules, on mélange ovules et spermatos en fonction de la commande, ce qui donne des embryons qui sont au futur petit humain ce que l’œuf est au poussin (mais sans la coquille).
  • Ces embryons sont à nouveau triés pour n’en retenir qu’une douzaine bien conformes à la commande. On en greffe un dans l’utérus de celle des deux femmes qui portera le bébé, l’autre étant aussi appelée « mère », la co-mère en quelque sorte bien qu’elle ne réponde en rien à la définition du mot « mère ». Si la greffe ne prend pas, on tente le coup avec un autre embryon, etc. Dans la GPA cette mère est une professionnelle puisqu’elle est payée pour ça, pendant neuf mois elle porte le bébé en formation.
  • Les embryons qui n’ont pas été sélectionnés sont donnés à des laboratoires industriels de recherche où des docteurs se livrent sur eux à des expériences diverses, comme le bon docteur Josef Mengele le faisait sur des hommes, femmes enceintes et enfants pour trouver comment améliorer la race et produire « l’homme nouveau » progressiste, et en même temps exterminer en masse et le plus vite possible les indésirables.

La loi autorise aussi la fabrication de « chimères », des être humains qui auront eu dans leur génome des greffes de séquences animales pour les rendre au choix agressifs (soldats sans peur), ne ressentant pas la douleur (cobayes pour des expériences), passifs (domestiques corvéables à merci)…
Les progressistes prétendent que c’est l’avenir.

Ensuite, un couple homme-femme, homme-homme, trans-trans, plus rarement un « triouple » homme-homme-femme ou femme-femme-homme, mais c’est arrivé, le plus souvent c’est un couple femme-femme qui vient chercher l’enfant.

Pourquoi l’acheter (GPA) ou se le faire greffer (PMA) alors qu’il est possible d’adopter ?

Parce qu’ils veulent que ce bébé soit conforme à leur « plan-enfant » comme ils ont fait un plan-appartement et un plan-voiture ou un plan-vacances.

Avoir un enfant à soi avec toutes les caractéristiques que l’on souhaitait, même s’il est un peu OGM, est socialement valorisant, on devient un couple normal.

Mais où est l’amour dans tout ça ?

LA PMA (Procréation Médicalement Assistée) EST UN CAS DIFFÉRENT

La PMA a été conçue pour permettre à des couples homme-femme souffrant de problèmes de stérilité d’avoir un enfant et de pouvoir ainsi fonder la famille qu’ils espéraient en s’unissant. La chose étant devenue possible par diverses techniques de fécondation, il est normal qu’elle ait été considérée comme souhaitable pour ces couples malheureux.

Son extension à des femmes qui sont tout à fait aptes à concevoir et porter un enfant est discutable. Il s’agit alors d’un caprice si elles sont seules, ou d’une forme de racisme sexuel par refus du contact avec un homme si elles sont en couple avec une autre femme.
Même forme de racisme sexuel dans l’autre sens quand un homme dit ne pas pouvoir toucher une femme parce que « c’est toujours humide quelque part, c’est sale« .

On peut admettre que l’opération soit prise en charge par l’État, donc le contribuable, quand c’est un problème de santé, la stérilité du couple, qui est en cause. Mais quand il s’agit d’une forme de confort personnel, l’enfant pour le plaisir, mais pas l’homme indispensable pour le concevoir et être son père, de quel droit l’État impose-t-il au contribuable le coût de ce caprice ? En fait, il n’a fait que céder à la pression du lobby LGBTQI+, espérant ses voix pour la prochaine présidentielle.

En fin de soirée un amendement a été déposé pour la suppression du délai imposé à l’avortement. Il a été porté par un groupe néo-nazi de féministes ultras. Il estime qu’il n’y aura pas d’égalité homme-femme tant qu’elles auront à supporter la grossesse jusqu’à l’accouchement.

Si cet amendement est maintenu, la France aura franchi le dernier pas la séparant de l’eugénisme nazi : on peut déjà tuer les vieux, les handicapés lourds et maintenant des bébés (comme les juifs, dans le cas des nazis) bien constitués et bien vivants ?
Nous aurions rejoint les pays les barbares.

Ça justifiait bien un braquage de nuit sur l’amour sincère et courtois que la France a mis des siècles a faire entrer dans ses mœurs.

CE QU’EN PENSE EMMANUELLE MÉNARD (Allocution à l’Assemblée)

« Avec la loi bioéthique, Emmanuel Macron tient enfin l’occasion de satisfaire son camp. À quel prix ? Celui de l’avenir de nos enfants… Des enfants – je l’ai dit et je le redirai sans cesse – que vous vous apprêtez à faire naître sans père… Que l’un d’entre vous ose, oui ose nous dire qu’un enfant n’a pas besoin de père ! Qu’il ose.

Mais c’est vrai que vous osez tout : le bébé médicament, l’embryon transgénique, les chimères animal-homme, l’absence du consentement du conjoint sur le don de gamètes, l’élargissement du diagnostic préimplantatoire aux maladies non héréditaires, la suppression de l’équipe pluridisciplinaire pour préparer les couples à la procréation médicalement assistée. Oui, vous osez tout !

Et en plus, vous mentez ! Vous avez juré, main sur le cœur, que vous diriez non à la gestation pour autrui. C’est faux ! Votre nouveau texte lui ouvre la porte… »

Espérons que le Sénat retoquera cette loi totalement ou en grande partie en septembre.

 

L’Imprécateur
6 août 2020

1 : https://cartv.gouv.qc.ca/qu-est-ce-qu-un-produit-bio

CARTV est canadien, en France, ce sont trois organismes privés, AB, Nature & Progrès et Bio cohérence, sous tutelle du ministère de l’Agriculture par l’Inoa

4.6 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pellerm
Pellerm
24 août 2020 13 h 05 min

Et c’est ainsi que nous entrons dans l’ère du Nouvel Ordre Mondial … »Le Meilleur des Mondes » ..aidés en cela par « HAARP  » (programme de recherches sur les hautes fréquences de l’ionosphère et des aurores boréales ) = bouleversements climatiques provoqués et contrôle mental des peuples par impulsions électriques …Attention au nouveau vaccin bourré de nanoparticules très sensibles aux rayons de la 5G .. Ajoutés à cela , les déversements quotidiens des « chemtrails » produits hautement toxiques grâce aux bons soins de la CIA ..DSI ..avec la complicité de l’Armée de l’air des pays intéressés ..dont la France !! Le but étant… Lire la suite »

lepatriote1111
lepatriote1111
8 août 2020 17 h 05 min

Ils ont raison de jouer aux apprentis -sorciers tous ces généticiens de malheur , tous ceux et celles lgbt , ils ne savent pas que l’ont ne bafouent pas les Lois de Dieu sans en payer le prix ! Malheur à vous par qui le scandale arrive !

Domi
Domi
6 août 2020 18 h 58 min

Tout à fait d’accord avec l’Imprécateur

3
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank