LES VŒUX DE XI JINPING AU MONDE
(L’Imprécateur)

Les vœux du président Macron ne vous ont pas frappé ? Seule leur platitude, l’absence d »enthousiasme, les lieux communs dont ses propos étaient truffés vous sont restés en mémoire ?

Ceux de Xi Jinping, président de l’empire communiste chinois ne valaient guère mieux.

Les deux présidents ont une excuse, leur état de santé. Macron était encore sous l’emprise de Covid-19, Xi était sou le coup d’un anévrisme cervical.

Macron s’en tire mieux que Xi grâce à son sens du théâtre. On voit qu’il suit son prompteur du regard, et il est relativement animé dans ses expressions, agitant beaucoup ses mains.  Xi, raide comme un piquet, les mains croisées qu’il ne décroisera pas une seule fois, suit aussi son prompteur, mais on ne voit pas ses yeux, il n’y a que deux fentes impassibles sur son visage. Mais comme son regard est fixe, contrairement à Macron qui suit des yeux le défilement du texte sans bouger la tête, Xi bouge légèrement la tête de gauche à droite au fur et à mesure du défilement du texte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

blank


Le PCC, le Parti Communiste Chinois, ne peut pas connaitre l’échec, exactement comme le parti communiste soviétique ne connaissait que des succès. Le peuple le plus heureux du monde, la société la plus douce, les plus belles usines, les avions les plus performants, tout ne peut être que merveilleux dans le communisme, nous le savons, seule la méchante Nature le contrarie un peu et il faut bien en parler.

Xi commence donc ses vœux en remerciant longuement les soignants et finalement tout le monde. Les soignants ont permis à la Chine de dominer et d’éradiquer Covid-19. Il oublie juste de dire que Pékin est aujourd’hui partiellement confinée, une vingtaine de villes de Chine du Centre et du Sud le sont complètement, et quatre nouveaux variants (on ne dit plus « mutations ») de Covid ont été identifiés. Comme le contrôle des Chinois est plus que léger à Roissy, on les verra bientôt en France.

Puis, bonne nouvelle, les objectifs du 13ème plan de développement ont été atteints, le 14ème est lancé. La pauvreté commence à reculer en Chine. Sauf dans les campagnes où le revenu est de l’ordre de 1 à 10 $ par jour, mais il faut bien un début, les paysans attendront. Xi se félicite d’avoir sorti cent millions de Chinois de la misère. Après soixante-dix ans de communisme, y a-t-il vraiment matière à être fier ? Que les 90 millions de membres du PCC soient devenus riches, on le constate quand ils viennent faire du tourisme en Occident, mais il reste un milliard de Chinois dans la misère.

Xi évoque avec attendrissement les « excellentes récoltes » de l’année 2020. Gros mensonge puisqu’il y a eu des restrictions  alimentaires illustrées par la campagne de propagande « Finissez votre assiette« . En se brouillant avec l’Australie, la Chine a perdu une partie de ses importations de blé et de soja. Mais admettons que là où il n’y a pas eu d’inondations catastrophiques qui ont ravagé champs et rizières, de criquets qui ont mangé le blé, de petites chenilles qui ont rongé le maïs par l’intérieur, les récoltes ont été bonnes.

Puis, il s’enthousiasme « pour la communauté de destin pour l’Humanité » que va apporter la Chine, c’est-à-dire le communisme chinois pour tous.

Il apparaît un moment avec en arrière plan les photos de ses meilleurs amis et alliés dans sa conquête du monde dont il fera, comme il le fait de la Chine, « un pays socialiste moderne« . Pour les communistes purs et durs comme Xi Jinping, le socialisme a toujours été un version adoucie et transitoire du communisme, seule expression du vrai marxisme.

Dans l’ordre et de gauche à droite, Angela Merkel, Emmanuel Macron, Charles Michel, président du Conseil de l’Europe et Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne. Bonne information : nous avons maintenant la confirmation que ces quatre là ont rejoint Raffarin comme « meilleurs agents d’influence de la Chine » dans le monde occidental.

blank

Pas d’Africains, pas d’Américains, pas  de Russe, pas d’Asiatiques, pas d’Océaniens

Les silences de Xi Jinping sur certains sujets sont éloquents. Pas un mot sur le conflit Trump-Biden. Ses services de renseignement ont du l’informer que Trump va peut-être prendre l’offensive pour écraser les démocrates, « les pulvériser façon puzzle » comme disait Audiard. À moins que Trump ne l’ait prévenu lui-même, ainsi que Poutine, pour éviter de les prendre par surprise avec la réalisation de son plan : loi martiale, tribunaux militaires pour les traitres ayant tenté un coup d’état sur la démocratie américaine en truquant au delà de toute limite l’élection présidentielle…

Pas un mot de Xi sur les pays africains qu’il pille et recolonise à sa manière en les prenant à la gorge par des prêts qu’ils ne pourront jamais rembourser. Et pas un mot sur l’Europe qu’il considère comme déjà acquise à la cause du communisme chinois, puisqu’il tient dans sa poigne ses principaux dirigeants, Merkel, Macron, Michel et Van der Leyen.

Et finalement pas un mot non plus sur la finalisation de son projet de conquête mondiale dont il a fixé le terme à 2049, centième anniversaire de la prise du pouvoir communiste sur la Chine par Mao Zedong. Pourquoi en parler puisque les choses avancent selon son plan avec l’aide de ceux qui lui sont déjà soumis ? Ils croient qu’en collaborant avec la Chine ils font avancer la globalisation gouvernementale et financière, alors qu’en réalité il réalisent selon la vision de Karl Marx, un capitalisme financier global et hyper centralisé, dont le communisme international pourra s’emparer sans peine.

Car c’est bien là le rêve de Xi Jinping, être celui qui achèvera l’asservissement du Monde par le marxisme maoïste.

Nous avons eu deux présentations de vœux dont l’une n’a aucun intérêt, celle d’un président développant laborieusement un contexte politique ayant comme ligne de mire ce qu’il espère être sa prochaine réélection en 2022,

 

Il aura du mal à convaincre, ce n’est un secret pour personne, La République en Marche a explosé en vol depuis belle lurette et ne tient plus que par des rustines et des bouts de ficelles. Entre le flou total à la droite de LREM et la débandade à sa gauche, les velléitaires ne se cachent même plus dans le brouillard des déclarations de l’ex-majorité présidentielle pour critiquer le président, le Premier ministre et les ministres.

Et l’autre, celle du dictateur à vie chinois, guère plus intéressante en apparence, mais qui révèle indirectement l’ambition démesurée d’un dictateur à vie qui évite soigneusement de parler de son but ultime : être le maitre d’un Monde converti de gré ou de force au communisme en 2049, ce qui pourrait même advenir avant.

Lui n’a aucun souci de réélection, mais le PCC est agité de mouvements contestataires et l’on sait que dans ces cas-là, le problème est souvent résolu par la disparition prématurée du dirigeant devenu encombrant, avec funérailles somptueuses et militants en larmes.

L’Imprécateur
13 janvier 2021

NB – Les vidéos trouvées en France ne faisant que 2 à 3 minutes, il  fallu aller en Afrique pour trouver une version intégrale du discours de Xi Jinping avec sous-titre français, d’où le recours à Afrique-média.

 

blank

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank