RENDONS A L’AFRIQUE… CE QUI LUI REVIENT !
(Cédric de Valfrancisque)

« L’affaire des restitutions prend aujourd’hui la forme d’une boîte de Pandore…La France n’a pas fini de payer… En décembre 2020, l’Algérie fit savoir qu’elle réclamait la restitution intégrale des archives ramenées en France après 1962. On est bien loin de l’apaisement et il est peu probable que le rapport Stora, qui a été présenté au président le 20 janvier 2021, aille dans un sens opposé… »

Etienne Mignot (1)

 

Certains de mes lecteurs me reprochent  mon pessimisme quand j’écris que nous sommes en train de vivre l’agonie de la nation France, la mort de l’Occident chrétien, et quand j’ajoute, car je le pense profondément, qu’avec Emmanuel Macron, tout est en train de s’accélérer.

Quelques imbéciles et quelques naïfs se laissent berner par son sempiternel « et en même temps », ce qui lui permet, selon la formule d’un journaliste à sa botte, de « contenter son électorat de droite tout en renforçant sa jambe gauche ». Son verbiage ambigu fonctionne relativement bien puisqu’il caresse la « gauche-caviar » ET la « droite-cachemire » dans le sens du poil.

Ça ne plait pas au vulgum pecus mais  Macron se moque comme d’une guigne du populo, des gueux, des prolos, ou, plus exactement, il déteste toute forme de populisme. Comme Soros, Biden, Attali, Ursula Von Der Leyen, et François 1er, l’islamo-gauchiste qui trône au Vatican…

Mais Macron veut griller les étapes et n’hésite pas à s’asseoir sur nos lois, us et coutumes, pour faire avancer, de façon quasi dictatoriale, ses projets mortifères pour le pays.

Car c’est bien en dictateur qu’il nous impose (selon l’avis d’un « Conseil de défense » ou de quelques Diafoirus pontifiants), tantôt un confinement, tantôt une assignation à résidence, tantôt un couvre-feu. Selon l’humeur du Prince, on nous contraint au port de la muselière, on rallonge ou pas notre laisse, on nous permet de prendre le frais avec ou sans ausweis. Au pays parangon « des droits de l’homme et des libertés », notre liberté peut se limiter à une heure de promenade, à un kilomètre, puis vingt, puis dix (2) de notre domicile-prison. C’est la pifométrie la plus totale !

Quand nous étions jeunes, nos parents nous donnaient parfois « la permission de minuit ». Aujourd’hui, on nous prie de considérer comme une fleur le fait de pouvoir prendre l’air jusqu’à 19 heures au lieu de 18. Pour un peu, il faudrait qu’on dise merci à ce ramassis d’incapables !

Tout en répétant à l’envi que le vaccin n’est pas obligatoire en France, on nous laisse miroiter une levée d’écrous si nous sommes vaccinés… avec des vaccins contestés (comme l’AstraZénécaca) ou… en rupture de stocks. Et Bruxelles voudrait bien nous imposer un « certificat de vaccination européen ». Macron, lui, parle d’un  « Pass sanitaire », ce qui revient au même.

Ce long préambule pour vous dire que, citoyen-lambda n’ayant pas commis de fautes en dehors de quelques excès de vitesse (3), je ne pensais pas être un jour tricard dans mon propre pays.

Mais cette pandémie est une bénédiction pour le pouvoir : on ne parle que de ça, ce qui permet de nous faire avaler en loucedé… tout le reste.  

Le 26 décembre 2020, par exemple, le Journal Officiel publiait la loi relative à la restitution des biens culturels aux Républiques du Bénin et du Sénégal. Cette loi permet le retour dans ces pays de 27 œuvres conservées au musée « Jacques Chirac » du Quai Branly et au musée de l’Armée.

Cette loi inique crée un précédent qui pourrait s’avérer funeste pour les collections publiques françaises. Ces œuvres sont pourtant  inaliénables, insaisissables et imprescriptibles.

Il est donc surprenant (stupéfiant ?) que les deux chambres aient validé un texte qui s’oppose au Code du Patrimoine et, accessoirement, aux intérêts des Français. En effet, c’est le peuple français qui est le propriétaire réel de ces trésors. L’Etat n’en est que le garant et il n’a, envers les œuvres de nos musées, que des devoirs ; entre autres, un devoir impérieux  de conservation.

Macron ne connait pas notre histoire, et il n’aime pas le passé colonial de la France. Le 7 mai 2017, il devenait président de la République et, presque aussitôt, il se positionnait de façon claire en faveur des restitutions d’œuvres soi-disant « volées » par les colonisateurs.

Le 28 novembre 2017, lors d’un discours-fleuve à Ouagadougou (Burkina Faso), il prenait l’engagement solennel, vague et parfaitement illégal, de « rendre le patrimoine africain à l’Afrique sous cinq ans ».

Dans la foulée, il chargeait deux cires-bottes de rédiger un rapport (4) allant dans ce sens. Les conclusions dudit rapport s’assoient sur la législation française (et sur le droit international) et préconisent le retour – excusez du peu ! – de 90% des collections d’œuvres africaines en Afrique.

On parle de 50 000 objets, uniquement au musée du Quai Branly. Et ce torchon, qui se moque éperdument du droit, suggère « une restitution rapide et sans recherches supplémentaires de provenance des objets prélevés en Afrique…présumés acquis dans des conditions inéquitables… ».

Comme il fallait s’y attendre, dès le 23 novembre 2018, l’Algérie et le Maroc faisaient savoir qu’ils demandent eux-aussi des restitutions massives.

Le 17 janvier 2019, lors d’un déplacement à Dakar, Edouard Philippe en remettait une couche en rendant le sabre d’El Hadj Oumar Tall, qui fut à l’origine d’un empire éphémère conquis grâce au Jihad. Il faut quand même savoir que cette rapière « sénégalaise » est un sabre d’officier d’infanterie modèle 1821, dit « à la Montmorency ». Sur le dos sont gravées les inscriptions « Manufacture de Klingenthal ». Bon, après tout l’énarque Macron croyait que la Guyane était une île, peut-être que l’énarque Edouard Philippe ne sait pas que Klingenthal est une localité du Bas-Rhin (et que le Rhin ne se jette pas dans le fleuve Sénégal) ?  Ces gens-là sont des ignares dans tous les domaines !

Mais revenons aux choses sérieuses : le « fait du Prince » aura eu raison de l’inaliénabilité des collections publiques. Au début de la pandémie, on se souvient que Brigitte Macron, née Trogneux, généreuse avec NOTRE argent – proposait de vendre du mobilier national au profit des personnels soignants des hôpitaux. Faire des cadeaux avec l’argent des autres, ce sont bien des manières de parvenus de gauche ! Ces gens-là n’ont décidément ni scrupule, ni pudeur, ni morale !

Macron  porte la responsabilité de ce scandale d’Etat mais, soyons honnête, pas un homme politique n’a protesté, ce qui prouve que, soit les partis politiques ont peur de l’immigration afro-maghrébine, soit ils racolent les suffrages des Français par le Jus Solis.    

Cette demande de restitution des œuvres africaines est une revendication déjà ancienne, entre autres de Christiane Taubira, cette indépendantiste guyanaise dont Hollande a fait un(e) garde-des-sceaux, et du CRAN (5) : une revanche sur l’ancien colonisateur honni.

A la longue, puisque Macron a ouvert la boîte de Pandore, il nous faudra TOUT rendre à nos anciennes colonies, même à celles qui, comme l’Indochine, ne nous réclament rien… pour l’instant.

Puisque les plus vindicatifs sont les Africains, commençons par l’Afrique.

Rappelons la triste frénésie décolonisatrice – sur pression conjointe des Soviétiques et des Américains – qui a détricoté, en quelques années, notre Empire africain. 

La fin de notre protectorat au Maroc a été actée le 2 mars 1956, suivie  presque aussitôt, le 20 mars 1956, par celle de notre  protectorat en Tunisie. Ensuite, ce sera la grande braderie.

Après la Guinée rebelle – indépendante par vote majoritaire de ses habitants depuis le 2 octobre 1958 – viendra le tour du Cameroun (1erjanvier 1960), puis tout le reste va suivre : Indépendance  du Togo (27 avril), du Dahomey (l’actuel Bénin, 1er  août), de la Haute-Volta  (l’actuel Burkina-Faso, 5 août) du Niger,  (5 août également), de la Côte d’Ivoire (7 août) du Tchad (11 août), de l’Oubangui-Chari (République Centre-Africaine, 13 août), du Moyen-Congo (Congo-Brazzaville, 15 août), du Gabon (17 août), du Sénégal (20 août), du Soudan français (Le Mali, 22 septembre), de la Mauritanie (28 novembre), de Madagascar enfin (14 décembre 1960).

Et, le 5 juillet 1962, ce sera le tour de l’Algérie que nous braderons en même temps que le Sahara et ses immenses gisements d’hydrocarbures…

On se souvient que le Quai Branly – qui abrita jadis les amours cachés de François Mitterrand et d’Anne Pingeot, la mère de  Mazarine – est devenu « musée des Arts premiers » à la suite d’une foucade de Chirac qui voulait laisser une trace dans l’histoire, malgré son règne calamiteux. Or  Chirac était un amateur éclairé, et même un expert, en matière  d’arts dits « premiers ».   

Au temps des expositions universelles et/ou coloniales (6) – expositions qui ont contribué au rayonnement de la France dans le monde – on parlait d’ « Art nègre ». Ceci n’avait rien d’infamant, de méprisant ou d’insultant. Pas plus que la « Revue nègre » dans laquelle triomphait Joséphine Baker. Après tout, Léopold Sédar Senghor et Aimé Césaire ont revendiqué leur « négritude ».

Quand  « nègre »  est devenu un gros mot, voire une insulte, on a parlé d’« Art primitif » pour désigner ces œuvres à la facture assez grossière, rustique ou simpliste. Nouveau tollé !

Alors, la France étant entrée en repentance, on a inventé les « Arts premiers », ce qui ne veut strictement rien dire : premier de quoi ? On se le demande !

De mes voyages  en Afrique – Noire ou du Nord – je n’ai pas rapporté grand-chose : quelques tapis, poufs, poignards, plateaux en cuivre, etc… mais jamais d’œuvres d’art. Je suis assez hermétique aux « Arts premiers ». Les masques en bois d’ébène, les statuettes grossières, n’ont pas, tant s’en faut, la finesse et l’esthétique des statues grecques ou romaines produites bien avant notre ère.

Mais « des goûts et des couleurs on ne discute pas » d’autant plus que, de nos jours, ne pas avoir les mêmes goûts que les gens de couleur est presque un délit.

Dieu sait pourtant que j’aime l’Afrique, que ce soit le Maghreb ou l’Afrique Noire.

J’ai également un profond respect pour les soldats – noirs ou maghrébins – que se sont battus pour la France, comme pour les peuplades africaines en général. Les Africains, je les respecte chez eux, et accessoirement chez nous, s’ils adhèrent à nos valeurs, s’ils aiment la France, s’ils ne nous traitent pas d’esclavagiste et s’ils ne cherchent  pas à nous imposer leurs mœurs (ou la Sharia).

Aussi, comme il est, à mes yeux, hors de question de rendre à l’Afrique des œuvres d’art qui nous appartiennent, je préconise qu’on lui rende les cerveaux et les compétences dont elle aurait tant besoin pour son développement futur.

Commençons par supprimer  la double (voire la triple) nationalité (7) qui est une spécificité française : pour moi, on ne peut pas servir deux maîtres à la fois. Je n’ai rien contre Madame Esther Benbassa, arrivée en France en 1972 et qui est trinationale (Turquie, Israël, France). Je me demande simplement quel camp elle choisirait en cas de conflit entre la France et la Turquie, par exemple ?

Supprimons  également  le Jus Solis, cette ineptie qui voudrait nous faire croire qu’un zébu né dans une écurie serait un cheval. On est français par le sang (reçu ou versé) ou, après un long processus d’intégration, d’adhésion à nos valeurs, nos coutumes et à nos lois.

Arrêtons de faire des Français par… hasard de naissance! Et puis, être Français ce n’est pas une question de couleur de peau, c’est d’abord, c’est surtout, aimer la France

Supprimons aussi le « regroupement familial ». Nous avons le droit (et le devoir) d’opter pour une immigration choisie. Refusons de devenir une colonie de peuplement de nos anciens colonisés.

Je ne supporte plus, dans mon propre pays, de me faire insulter et/ou de recevoir des leçons de morale par des gens qui doivent tout à la France. Mais j’ai l’honnêteté de reconnaître qu’il s’agit parfois de gens de valeur (intellectuelle) ou de talent (artistique ou sportif).

Aussi, je me dis que si nous rendions Laetitia Avia au Togo, Sibeth Ndiaye au Sénégal, Najat Belkacem au Maroc, Assa Traoré (et ses frères) au Mali, Danielle Obono au Gabon, Omar Sy à la Mauritanie, Yannick Noah au Cameroun, nous rendrions un immense  service à l’Afrique pour nous faire pardonner d’avoir été des colonisateurs et des esclavagistes. Les deux derniers – Omar Sy et Yannick Noah – vivent aux États-Unis ce qui fait que même le fisc français n’en souffrirait pas.

Rendons aussi à l’Afrique ces rappeurs qui « niquent les keufs, la France (et accessoirement nos mères) » et ne sont jamais poursuivis pour « incitation à la haine raciale » puisqu’ils ont, parait-il, une revanche à prendre. On se demande bien contre qui et pourquoi ?

Il va sans dire – mais tellement mieux en le disant – que nous devrions aussi renvoyer en Afrique tous les Africains de moindre importance, qui nous arrivent illégalement et massivement tous les jours. N’essayons pas de comprendre  la démarche masochiste qui pousse ces pauvres gens à venir vivre dans un pays majoritairement peuplé de Blancs, racistes, islamophobes et qui trainent leurs tares génétiques de descendants d’esclavagistes.

Comme leur arrivée n’est pas motivée par les allocations et aides sociales diverses et variées que la France leur distribue généreusement, réservons lesdites aides aux nationaux qui en ont bien besoin.

En deux mots, après avoir rendu l’Afrique aux Africains, rendons… les Africains à l’Afrique !

Cédric de Valfrancisque
5 avril 2021         

1)- Article publié dans « Le Bien Commun » N° 27 – mars 2021.

2)- Voire 30 km dans certains cas.

3)- Au pays de « RadarLand », je suis sponsor officiel des forces de police ; je les finance assez régulièrement.

4)- Rapport Savoy-Sarr, consultable sur le Net.

5)- Le Conseil Représentatif des Associations Noires de France regroupe plus d’une centaine d’associations de défense des Noirs. Faut-il que notre pays soit odieusement raciste pour faire financer par NOS impôts autant d’associations qui n’aiment pas le Blanc ?

6)-  En 1889, 1894, 1896, 1898, 1902, 1907, 1922, 1924, 1931 et 1937. De belles  expositions, quand la France n’avait pas honte d’elle-même.

7) – Est-il  normal que plusieurs députés français (LEREM,  PS, LFI) aient la double nationalité ?

 

4.7 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Allobroge
Allobroge
9 avril 2021 17 h 27 min

« Je ne supporte plus, dans mon propre pays, de me faire insulter et/ou de recevoir des leçons de morale par des gens qui doivent tout à la France.  » C’est exactement ce que devait ressentir les algériens en Algérie avant l’indépendance. Ils devraient s’en souvenir car ils risquent bien de devenir les prochains pieds noirs dans le sens nord sud !

Dissident
Dissident
6 avril 2021 18 h 09 min

Les urnes, parlons-en, voici un exemple :

La dangereuse tarée escrolo-communiste qui dirige Poitiers a été valablement élue aux dernières municipales.
Les chiffres :
Par 5 995 votes sur 43 705 inscrits d’une commune de 87 906 habitants.
C’est donc çà la démocratie ?

Dissident
Dissident
6 avril 2021 18 h 06 min

Votre texte est une somme indiscutable.
Le plus triste dans tout cela est le silence assourdissant des élus dits « de droite ». Ils ont tout laissé tomber.
Le chemin qu’a pris la France sous la conduite du petit marquis poudré d’énarque mène au précipice. Je doute sincèrement que la voie des urnes nous sauve.
Plus nous attendrons et plus l’issue sera violente car ni les allogènes ni leurs soutiens de la gauche extrême ne se laisseront faire.
Le peuple de France ne pourra compter ni sur les forces de l’ordre ni sur l’armée.
L’avenir est sombre.

lepatriote1111
lepatriote1111
6 avril 2021 16 h 05 min

Malheureusement malgrés ce rappel de faits historiques et devant la lâcheté de nos sinistres gouvernants depuis 40 ans , combien de moutons de Panurge vont ils voter pour foutriquet ou de son double à la prochaine élection présidentielle , le cauchemar risque de durer encore longtemps !

Claude Roland
Claude Roland
6 avril 2021 10 h 58 min

A mon avis, Serge GRASS et Le Gaulois ont raison tous les deux sur leur remarque respective. Comme les Français ne comprennent pas le danger de traverser une voie de chemin de fer qu’en se prenant le TGV en pleine gueule, je dirais que les Français comprendront le danger de l’immigration quand des migrants clandestins, non contrôlés médicalement, rapporteront ébola (ou autre épidémie grave) en France, ce qui sera bien pire et plus dramatiquement rapide en contagion que le p’tit covid. Et là les mesures des pieds nickelés, pourtant cette fois justifiées, n’y feront rien. Et 95 % de la… Lire la suite »

Serge GRASS
6 avril 2021 6 h 49 min

Il faut aussi exiger que l’Afrique rende à la France tous les investissements que les contribuables français ont payés, Par exemple le canal de Suez !

Le gaulois
Le gaulois
6 avril 2021 0 h 55 min

Je suis d’accord sur le principe il faut restituer a l’Algérie tout ce qui lui appartient et en découle surtout tous les justiciables qui remplissent nos prisons et nous coûtent une fortune chaque années ainsi que tous les assisté handicapés et autres qui viennent vivre a nos crochets et autres rmistes a vie occupant des appartements dans nos hlm au lieu d’élever des chèvres comme le faisait leur ancêtre dans le haut Maghreb. Les autres actif et respectueux de notre civilisation peuvent rester si ils sont bien chez nous du moment où ils font pas de vague. Accepter d’offrir l’hospitalité… Lire la suite »

7
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank