POUR UNE PAIX D’EQUILIBRE ENTRE LA RUSSIE ET L’UKRAINE (Olivier Patio)

La bienpensance politiquement correcte mais cependant belliciste me reproche, sur Twitter, de plaider pour une paix d’équilibre entre la Russie et l’Ukraine.
Peut être une image de 3 personnes et texte qui dit ’THE WEEK 19 FEBRUARY 2022 ISSUE1371 £4.49 THE BEST OF THE BRITISH AND INTERNATIONAL MEDIA Face-off over Ukraine Is war inevitable? Page NATO’

 

Elle me reproche de ne pas suivre mécaniquement et bêtement la pensée américaine.
Elle me reproche d’être un pacifiste, établissant sans discernement un lien honteux avec les accords et l’esprit de Munich (*).
Elle me reproche d’affirmer qu’Emmanuel Macron est désormais bien incapable de gagner la paix sur le continent européen.

JE LUI REPONDS QUE NOUS NE SOMMES PLUS EN 1938 :

La Russie est une puissance qui détient un pouvoir politico- militaire suprême avec l’arme de la Dissuasion nucléaire, que l’Allemagne de 1939 n’avait pas.
Même avec un soutien financier et d’armement exceptionnel de l’Occident à l’Ukraine, militarisée depuis longtemps par l’OTAN, cette guerre sur le continent européen reste objectivement ingagnable.
Oui, il faut avoir la lucidité et le courage d’affirmer que cette guerre est trop coûteuse en vies humaines et en argent des contribuables pour la poursuivre dans ces conditions. Elle plombe toute notre économie alors que nous avons d’immenses problèmes intérieurs à ne pas oublier et à régler (problèmes qui n’existaient pas dans la France de 1939..). Et elle nous a fait perdre des options vitales d’approvisionnements énergétiques.
Oui, il est honnête de considérer que l’Occident ne pourra jamais briser totalement le régime russe qui survivra à Vladimir Poutine parce qu’il est au service d’un modèle de civilisation qui n’est pas le nôtre.
Les soviétiques, en 1979, puis les américains, en 2001, se sont usés et cassés les dents en voulant contrôler puis démocratiser l’Afghanistan. Le risque est le même vis à vis de la Russie et de ses intérêts vitaux. La Russie résistera quoiqu’il en coûte et autant que nécessaire. Il serait irresponsable de nier cette évidence.
Une victoire de l’Ukraine même surarmée contre la Russie est donc une utopie occidentale portée de façon irresponsable par une classe politique française intellectuellement défaillante.

MON AVIS N’EST FONDE ICI QUE SUR LE PRINCIPE DE REALISME

En voulant accentuer l’effort de guerre ukrainien, le pouvoir n’en est plus à un mensonge historique prêt. S’appuyant sur l’ignorance du peuple, et sur de pseudo valeurs démocratiques, le pouvoir ment, cyniquement, comme un monstre froid.
De Gaulle a dit un jour:
« Il n’y a pas de politique qui vaille en dehors des réalités. Une stratégie doit par conséquent toujours s’ancrer dans la réalité. »
Il n’y a donc pas de vision possible de cette guerre sans réalisme.
Le réalisme ne doit pas être confondu avec le pacifisme. Il doit s’imposer dans toutes nos réflexions.
L’objectif de la France devrait s’incarner davantage dans la réalité plutôt que dans un alignement idéologique, aveugle et coûteux, sur les intérêts hégémoniques et les objectifs impérialistes des Etats-Unis.
On ne peut pas uniquement penser la guerre en termes de valeurs. Nous devons surtout penser la guerre dans le monde réel car elle nous confronte tout simplement à la réalité.
Une paix d’équilibre est encore possible à l’est de notre continent sous réserve du respect des intérêts nationaux et de long terme de chaque partie au conflit. Elle est encore possible, car à ce rythme, et sous cette intensité, elle risque fort de nous échapper pour longtemps.
Le problème pour Emmanuel Macron est que la réalité est beaucoup trop contraignante. Il faut en effet du courage pour l’affronter. Et il faut pouvoir rester libre de son jugement.
Absence de courage politique? Mobilisons-nous! – L'Europe avance, que fait la Suisse?
Le courage, en politique ? Vaste sujet.
(*) Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, les accords de Munich sont signés entre l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie représentés respectivement par Adolf Hitler, Édouard Daladier, Neville Chamberlain et Benito Mussolini à l’issue de la conférence de Munich du 29 au 30 septembre 1938. Ils ont pour but « d’éviter la guerre » et de régler pacifiquement le conflit qui oppose Adolf Hitler et la Tchécoslovaquie.

Olivier Patio

30 décembre 2022

blank

blank

 359 total views,  6 views today

5 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
libretjust
libretjust
17 janvier 2023 15 h 36 min

Bonjour et une Bonne Année courageuse. Est ce que l’on vas attendre d’être des immigrants et esclaves dans notre propre pays. OUI, la PAIX et la réconciliation est la SEULE solution et la résistance contre les traites qui nous soumettent doit s’organiser le plus vite possible avant d’être totalement neutralisée. A vos ordres pour que survive Notre BELLE FRANCE,

Phil2
Phil2
4 janvier 2023 2 h 39 min

Grand merci pour ce texte juste et intelligent !

Martel
Martel
2 janvier 2023 18 h 19 min

L’heure n’est plus à d’hypothétiques accords de paix alors que ceux de Minsk précédemment signés et acceptés dès deux parties n’ont jamais été respectés par l’ukronazistan qui n’a eu de cesse de bombarder le donbas et rpd avec la cécité tacite de la France /alémanique en charge de les faire appliquer . Or, du propre aveu du binôme mortifère holandouille Merkel leur silence complice n’avait d’autre but que de permettre à l’organisation terroriste antlantique nord d’armer plus avant le nazistan . Un traité de paix interviendra après l’éradication des nazis et complices et leur reddition sans autre condition qu’une soumission… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
2 janvier 2023 11 h 54 min

Les occidentaux, infestés par l’idéologie gauchiasse-LGBTQ+, sont dans l’utopie. Ils prennent leurs désirs pour des réalités ! La Russie chrétienne va clairement écraser l’Ukraine et la dépecer, en en jetant un morceau à la Pologne et à la Roumanie. L’OTAN aura montré sa faiblesse, finalement. Si la guerre froide avait tourné brulante, les Russes avaient de fortes chances d’arriver à la côte atlantique. Et ces chances sont aujourd’hui plus flagrante. Dieu merci, telle ne semble pas être l’intention de Vladimir Poutine et des Russes pour qui l’Europe pue la dépravation des moeurs et la perversion mentale. Reste que l’Europe va… Lire la suite »

4
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank