UNE AUTRE VISION DU CONFLIT UKRAINIEN (Jean Goychman)

On dit souvent qu’une hirondelle ne fait pas le printemps, pas plus qu’une seule voix ne pourrait suffire à établir une vérité. Mais lorsque plusieurs voix se font entendre simultanément, venant de gens différents et indépendants les uns des autres, et disent sensiblement les mêmes choses, on peut alors leur apporter un certain crédit. Ainsi en est-il des informations concernant la guerre en Ukraine. Alors que la doxa éditorialiste de certains médias est d’afficher une sorte de « foi du charbonnier » concernant la victoire de l’Ukraine sur la Russie, d’autres sources, et pas n’importe lesquelles, font état d’une situation bien différente.

 

 

DES VOIX DISSONANTES

Douglas Macgregor - Wikipedia

C’est le cas du colonel Douglas Mc Gregor, qui fut un des conseillers militaires de Donald Trump, qui relate lors d’une interview récente les origines de la guerre, et n’hésite pas à dire qu’il existe une différence importante entre les propos de la diplomatie américaine et le sentiment du Pentagone. Ce dernier pense que ni les Etats-Unis, ni leurs alliés, sont en mesure de livrer une guerre « conventionnelle » (entendez non-nucléaire) contre la Russie. Les forces Russes sont extrêmement importantes et bien équipées alors qu’on a répandu l’idée que la Russie était faible, en s’inspirant de la propagande nazie de la seconde guerre mondiale, ce qui est stupide.

Pour la suite des opérations, Mc Gregor se montre très pessimiste et pense que cette défaite de l’OTAN contre la Russie va entraîner la fin de l’OTAN. Cela entraînera également le changement d’un certain nombre de gouvernements en Europe d’ici quelques mois. Ils seront remplacés par d’autres qui remettront en question la position américaine en Europe. Il pense également qu’il y aura d’importantes répercussions aux Etats-Unis et que le peuple américain demandera des comptes aux dirigeants qui ont mis leur pays dans cet état

Author Talks: Richard Haass on the world | McKinsey

C’est également le cas de Richard Haass.  Il a exercé durant une vingtaine d’années la présidence du CFR, donc au cœur de l’état-profond américain dont il connaît tous les rouages. Il était un des personnages-clé en matière de politique étrangère américaine. Sa parole a donc du poids. Dans une interview du 03 juillet , on trouve le texte:

« Après avoir dirigé l’organisation pendant deux décennies, M. Haass a déclaré qu’il était parvenu à la conclusion inquiétante que le danger le plus grave pour la sécurité du monde à l’heure actuelle était les États-Unis eux-mêmes » a-t-il déclaré dans une interview au New York Times.

« L’effritement du système politique américain signifie que, pour la première fois de sa vie, la menace interne a dépassé la menace externe » a-t-il ajouté.

« Au lieu d’être le point d’ancrage le plus fiable dans un monde instable, les États-Unis sont devenus la source la plus profonde d’instabilité et un exemple incertain de démocratie » a estimé M. Haass, cité par le journal.

About Me (M. K. BHADRAKUMAR) - Indian Punchline

Mais il y a également des diplomates étrangers , comme l’Indien M K Bhadrakumar, qui expriment leurs doutes sur la situation réelle de l’Ukraine face à la Russie. Il écrit notamment, sur la situation actuelle et juste avant la réunion de Vilnius, parlant de l’épisode russe :

 Il est concevable que Washington en déduise qu’il s’agissait d’une réunion « vérité et réconciliation » présidée par Poutine. D’importantes décisions auraient été prises pour que le Kremlin puisse garder les yeux sur l’Ukraine de manière optimale.

Voilà qui va pratiquement éteindre la lueur d’espoir des Alliés de l’OTAN, qui pensaient que les incertitudes politiques en Russie entraveraient l’effort de guerre du Kremlin. Il est évident qu’il n’y a aucune « fissure » sur le mur du Kremlin. Poutine reste fermement aux commandes et les opérations militaires visant à disperser l’offensive ukrainienne, qui dure depuis un mois, réussissent au-delà des attentes.

En conséquence, les Alliés de l’OTAN devraient faire preuve d’un plus grand réalisme. Hélas, des décisions politiques capitales pour la sécurité européenne ont été prises sur la base de renseignements erronés.

Les Américains n’avaient aucune idée de la capacité de l’armement russe ou de l’industrie de défense du pays, de sa capacité à se mobiliser sans faille pour une guerre continentale, de l’état d’esprit du peuple russe, de la puissance de Poutine, dont la cote de popularité s’élève régulièrement à 80% (plus du double de celle de Biden), de la capacité de l’économie russe à résister aux sanctions, ou du contrecoup des sanctions, qui finiraient par dévaster les économies européennes.

D’AUTRES SIGNES À PRENDRE EN COMPTE

Bien qu'interdites, les bombes à sous-munitions tuent et mutilent encore | L'humanitaire dans tous ses étatsIndépendamment de ces analyses, dont la compétence sur le sujet de leurs auteurs ne fait aucun doute, certaines décisions, notamment en matière de fournitures d’armes à l’Ukraine, suscitent la réflexion. Joe Biden dit, qu’après plusieurs mois d’hésitation, les Etats-Unis allaient envoyer des armes à sous-munitions. Ces armes avaient été développées durant les années 70, essentiellement dans un but d’antiguérilla, par un certain nombre de pays. Elles permettent de « neutraliser » une certaine zone en la recouvrant avec une densité importante de petites munitions qui se fragmentent en remplissant l’espace avec des projectiles extrêmement dangereux pour tout être se trouvant dans cette zone. En outre, les munitions qui n’explosent pas à l’impact avec le sol gardent leur caractère meurtrier, notamment pour les civils et en particulier les enfants.

Ces armes fort peu sympathiques ont été détruites par les pays qui se sont engagés à ne plus les utiliser. Malheureusement, les Etats-Unis n’étaient pas signataires, la Russie non plus, de ces accords. Cependant, on peut vraisemblablement déduire que, si les Etats-Unis les proposent, c’est surtout parce qu’ils n’ont guère d’autres munitions à proposer. C’est l’aveu que tout leur stock disponible pour soutenir un pays tiers est épuisé. Ce qui revient à poser la question de la quantité d’armes dont dispose encore l’armée ukrainienne ?

Poser cette question, c’est en partie y répondre et, de l’avis de plusieurs spécialistes, les approvisionnements ukrainiens sont insuffisants. Ce que confirme par ailleurs le général Zaloujny dans un entretien donné au Washington Post.

MK Bhadrakumar termise son analyse sur ce sujet en écrivant:

« Entre-temps, selon les rumeurs à Kiev, le commandant en chef des forces armées, le général Valeri Zaloujny, a recommandé à son président Zelenski que l’offensive militaire ukrainienne en cours depuis un mois n’est tout simplement pas viable face à la puissance écrasante des forces russes et qu’elle devrait être interrompue »

Le contexte mondial, avec l’émergence de plus probable d’un monde « multipolaire » que les médias occidentaux ont tendance à ignorer, va pourtant bouleverser le rapport de forces entre l’Occident et le reste du monde. Vladimir Poutine le sait parfaitement et il est probable qu’il adopte une position purement défensive, du moins tant que la Russie ne sera pas directement menacée. Pour cette raison, le conflit ukrainien risque d’être gelé, les deux adversaires véritables que sont la Russie et les Etats-Unis ayant, pour des raisons différentes, un intérêt à cette situation.

On peut comprendre le dépit de Volodimir Zelenski, mais il est assez probable que, concernant l’Ukraine, comme le disent les Américains, « Game is over ! »

Jean Goychman

15 juillet 2023

 

7 Commentaires

  1. Quoi qu’on en dise, les malheurs vont s’accroître sur toute la planète. Destructions, famines… Les industries de guerre prennent de l’ampleur dans tous les pays…. Moi, j’y vois un immmmmense avantage: le mal va détruire le mal ! Il ne restera que peu de monde sur terre, je vous l’accorde, mais, qui peut prétendre de toute façon, qu’un jour il ne la quittera pas. Autant se faire tout petit, puisque les géants orgueilleux, se sont donnés les moyens de s’entretuer. Cause juste, soutenons plutôt Poutine qui combat le nazisme américain et est ainsi un rempart providentiel nous éloignant un tantinet du Big Brother décrit dans le film “Orwell 84” 84 étant l’année qu’il avait prévue pour l’invasion… Mais le 13 mai, l’arsenal soviétique a explosé à Severomorsk dans la Baltique. Eh oui … mais d’autre part, , c’étaient déjà des nazis qui dirigeaient le débarquement en 44, car Churchill et Roosevelt étaient des illuminati, face au camp des illuminati de l’est Lénine Staline et consort… Donc c’est UNIQUEMENT pour leur montrer leur gros bras qu’ils ont détruit Hiroshima et Nagasaki. Lisez “Des pions sur l’échiquier” de William Guy Carr et vous pourrez changer le contenu de tous les livres d’histoire de vos enfants prisonniers de l’idéologie du Mammouth dirigé par l’équipe pédago Mérieux de Lyon.

  2. J’ai toujours considéré zelenki comme un individu à la solde des USA :une sorte d’agent
    car une region qui veut une sorte d’ independance à ce point :c’est tout de même suspect
    En caricaturant à l’extrême voire comiquement , Imaginez que la corse se batte comme l’UKRAINE pour se separer de la france et qu’un pays arabe (situation encore plus comique) prenne sa defense :Est ce que ça ne paraitrait pas suspect ? :et bien On trouvera toujours des cons qui diraient que c’est normal au nom du bassin méditerranéen.Vous vous doutez que la russie ne cedera jamais jamais au grand jamais.et connaissant sa nature ancestralement “va tout” ,elle pourrait être extrement dangereuse : on dirait que les politicards ,semblent nier l’histoire psychologique des pays :Ca leur passe au dessus de votre tête.mais c’est d’une importance capitale :c’est génétique
    Personnellement je condamnerai non pas poutine qui est dans la legitimité mais zelensky.
    un iRRESPONSABLE qui peut causer l’apocalyse.

  3. Poutine a largement démontré par le passé qu’il est un remarquable joueur d’echecs. Il a toujours quelques coups d’avance…. Concernant sa bagarre vite réconciliée avec Prigogine, qui n’a pas fait de nombreux morts comme on aurait pu le craindre et arbitrée par le biélorusse, je me demande si ce n’était pas un simulacre de révolution dans le but de faire réagir quelques officiers supérieurs russes dont Poutine voulait se départir, ce qui n’a pas manqué.
    Je n’ai jamais rien lu sur cette possibilité mais je trouve que cela collerait assez bien aux 3 principaux personnages impliqués… Qu’en pensez vous, les sages de Minurne ?

  4. Les Américains sont des prétentieux et des moralistes à la petite semaine, malhonnêtes intellectuellement et ce depuis l’époque de Lafayette !
    Ils ont exterminés des millions de “peaux-rouges” en deux coups de cuillères à pots, puis après la défaite des sudistes et la ruine des planteurs, les noirs devenus tous hommes libres ( d’autres avaient été souvent affranchis avant la guerre avec Nord- Sud par leurs maîtres qui n’étaient pas tous des ordures).
    Guerre de Sécession voulue hypocritement par le Nord et le vénéré Abraham Lincoln qui avait pour but de faire embaucher par l’industrie lourde établie au Nord, dans laquelle les blancs ne voulaient pas travailler comme des ouvriers plus ou moins esclaves eux-même, puisque sous-payés. Préférant lors exterminer la Nation Indienne (Apaches, Sioux, Sémminoles, Commenches, si je n’oublie personnes, soit 25 millions de sacrifiés en moins d’ un siècle; ce qui permit entre autres cette fameuse conquête du Far-West…
    La politique et la diplomatie sont mensonges et comme le dit ce dicton :
    La guerre est faite par les pauvres gens gens qui ne se connaissent pas pour défendre les intérêts de gens nantis des deux camps qui eux se connaissent très, très bien !
    Jusque 1936, le loobing Germano- américain qui fut le premier à générer majoritairement le peuple qui devint celui des Etats-Unis, soutenat objectivement et avec succès A.Hitler sur lequel ils comptaient pour calmer, puis mâter si possible les communistes de Russie et d’Europe !
    Il y a d’ailleurs une forte imprégnation de l’organisation militaire et industrielle des USA calquée sur l’organisation et la mentalité Prussienne, façon Bismarck !
    Evidemment, peu de gens sont au fait de tout cela, et avec l’Enseignemnt National post 68 et 1974 et la doxa mainstrean lèche minarets et manipulateurs des Droits de l’Homme dévoyés de leur Esprit initial; c’est “mort pour la France ! “

  5. Les épisodes de guerres traduisent toujours des malheurs pour les populations humaines, militaires ou civiles, et dans chaque camp.
    Sans parler des dégâts collatéraux sur les environnements (animaux, végétaux etc.).
    Bref, des désastres auxquels, en la circonstance, nous participons avec l’allégresse imbécile de nos dirigeants JupiterMacron en tête : quo-belligérants contre la Russie, ce qui pourrait un jour nous retomber sur la gu..le, et cela a d’ailleurs bien commencé avec les restrictions que nous subissons suite aux “punitions” imposées à Poutine.
    Cet article met en évidence la folie de l’OTAN et du Président Biden qui encourage les escalades dans le conflit avec l’aval des valets Européens.
    Tous sont coupables et mériteraient un jugement sans indulgence à la hauteur des conséquences que leurs décisions ont engendrées.
    Mais il en est un qui, à mon sens, récolte la couronne des caractères d’abomination politique et humaine, c’est Zelensky qui, installé par les américains, a vendu son pays à Biden et l’OTAN, n’hésitant pas à impliquer son peuple dans ce désastre en vue d’ambitions que j’ai de la peine à cerner.

  6. Je ne suis pas sûre d’avoir tout bien compris car le sujet est vaste et complexe, mais il m’a semblé que certaines “retombées” ne seraient pas forcément négatives, notamment la fin de l’OTAN et les changements de gouvernements européens… non ? Mais qu’est donc allé faire FOUTRIQUET dans cette galère ? Zorro… Viiiiite…

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié apres contrôle.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.