IL FAUT CHANGER L’ISLAM (général Al Sissi)

Un nouveau président ? Qui habiterait enfin l’habit présidentiel ? C’est ce qu’ils veulent nous faire croire avec comme point de départ le symbole du grand bureau vide pour les vœux présidentiels : Hollande aurait fait table rase du passé, il entamerait la seconde phase de son mandat, la « reconquista » socialiste et les succès qui vont avec, prélude à sa victoire triomphale contre Marine Le Pen en 2017 (croit-il).

Les mots, toujours les mots, le mensonge, toujours le mensonge, la dissimulation, toujours la dissimulation, ce sont les domaines dans lesquels les socialistes excellent.

Réécoutez-donc Hollande pérorant à moitié ivre le 4 janvier 2012 à Bordeaux-Mérignac. C’est con, mais c’est enlevé, il faut le reconnaître, et plein de Français se sont laissés convaincre par l’emphase délirante et fortement alcoolisée du candidat reprenant, est-ce un conseil de l’un de ses communicants, le tic d’Obama, un coup de tête à droite, un coup de tête à gauche, jamais un regard en face, c’est trop dangereux de regarder de face, on voit quand vous mentez. Seul problème, Obama ne tourne que la tête, Hollande penché en avant tourne aussi son gros postérieur, ce qui le rend ridicule :

« Unité nationale« , « liberté de la presse« , « Paris capitale du monde« … on en a entendu depuis dix jours ! Les ministres requinqués par cette nouvelle stratégie de communication ont retourné leur veste à la vitesse de l’éclair, voilà Taubira qui prône la sévérité de la justice et Belkacem qui critique l’islam et veut rétablir la discipline à l’école. Des places juteuses comme le sont les leurs, ça ne se perd pas pour un stupide respect de ses convictions personnelles, s’ils (et elles) en ont d’autres que l’appât du fric et l’envie du pouvoir.

Néanmoins, il faut « positiver » comme dirait Raffarin : cette gigantesque pitrerie construite par la « com » de l’Elysée sur l’assassinat de 17 dessinateurs, policiers, policières et anonymes Juifs, a peut-être réveillé les Français s’ils ont compris que la politique « arabe » absurde menée par Fabius et Hollande depuis trois ans est l’une des causes directe de l’agressivité de la plupart des pays musulmans envers la France et de leur soutien au jihad que mènent contre elle les plus virulents des bras armés de l’islam.

De plus, encourager Charlie-Hebdo, petite publication ultra-gauchiste devenue par la grâce de ses morts l’organe de presse le plus rentable de France, 1 million de subvention et 12 million de profit en dix jours, a été une autre faute politique : sa « une » a déjà coûté la vie à dix personnes, rien qu’au Niger, mis en danger la vie de dizaines de milliers de Français résidant dans les pays musulmans d’Afrique et du Moyen-Orient, va coûter une fortune à l’Etat en protection des ambassades et consulats, mais aussi faire perdre à la France des marchés prometteurs. À Niamey (Niger) tous les bars et les commerces tenus par des Français ont été incendiés ce qui va coûter des millions d’euros à leurs propriétaires, ainsi que plusieurs églises. Et le Niger est notre allié ! Il y a des gens qui s’extasient de voir produire autant d’effets nocifs. Et comme je ne veux pas que vous pensiez que j’exagère, voici en format PDF ce numéro introuvable dont vous pourrez ainsi apprécier la violence et la vulgarité. (cliquer sur le titre)

CHARLIE HEBDO N.1178

vulgaire

rembousez

Mais il y a plus grave : plusieurs des pays, dont des alliés de la France dans cette région du monde, manifestent clairement leur agacement : le Maroc ne s’est pas déplacé pour participer à la manif, les Etats-Unis se sont arrangés pour être absents ce jour-là, le Sénégal interdit la diffusion de Charlie Hebdo.

Et il ne sont pas les seuls, beaucoup d’entre eux ont laissé des manifestations anti-Charlie violentes se développer. Et le problème que nous avons maintenant, c’est que eux font l’amalgame entre Charlie-Hebdo, l’Occident et la France.

Critiquer, oui, contester, oui, caricaturer, oui. Nous ne nous en sommes pas privés en publiant une Vie de Mahomet. Mais il y a l’art, il manque à Charlie, et la manière, l’ultragauchiste Charlie ne s’en encombre pas. Cela explique que, hors incendie et attentat, il plafonne à un nombre de lecteurs tellement bas que certains en plaisantent : il y aurait, disent-ils,  plus de journalistes et de dessinateurs que d’abonnés à Charlie. En vrai, Charlie tire à environ 30 000 exemplaires, soit environ 15 000 ventes avec un taux d’invendus vraisemblable de 50 %.

La question primordiale est de savoir si l’Etat français a compris qu’il a un ennemi intérieur déterminé, violent, sans scrupules, inhumain et plus nombreux qu’il ne voulait le reconnaître jusqu’ici : l’islamisme, déclinaison violente de l’islam.

La question subsidiaire est de savoir si l’Etat français comprend que faire une distinction subtile entre des musulmans « modérés » et des musulmans « fondamentalistes » en invitant à ne pas « faire d’amalgame » est compatible avec la réalité d’un islam uni par le coran et par sa foi en Allah.

Pour le savoir, rien de tel que demander à un fondamentaliste :

« Le Jihad que nous préparons aura lieu en France. Pour nous, ce pays ne représente pas un adversaire à combattre, mais une terre à conquérir. Cette conquête s’opère de plusieurs manières. Avec la cinquième armée du monde, des services de renseignement qui focalisent tous leurs efforts sur Al-Qaïda et une majorité d’infidèles qui nous considèrent comme des ennemis, les méthodes à employer doivent reposer autant sur la séduction que sur la ruse et la violence« .

La séduction ???

« Oui. Les musulmans de France s’en chargent déjà. Les salafistes recrutent de nouveaux adeptes chaque jour, et convertissent les jeunes Français pour les amener sur le chemin de l’islam. »

(Al-Qaïda en France, Samuel Laurent, ed. Seuil)

En faisant croire à un islam « modéré, » les musulmans « de France » endorment toute la gauche française confite dans son rousseauisme primitif et congénital : ils ne peuvent être que gentils puisqu’ils n’appartiennent pas à des sociétés occidentales, d’ailleurs ne votent-ils pas socialiste ? En réalité les seuls modérés de l’islam « de France » sont ceux qui, crédités d’être musulmans en raison de leur origine africaine ou moyen-orientale, ne pratiquent pas l’islam, soit environ 30 % des immigrés africains et moyen-orientaux.

Les musulmans pratiquants sont tenus par le coran, les hadiths, la charia et leurs imams. Beaucoup se plaisent en France et ne souhaitent pas êtres violents avec leurs voisins chrétiens et juifs, mais si on les convainc que c’est nécessaire et même obligatoire, que c’est la volonté d’Allah… Allahou akbar !

Le président égyptien Abd Al-Fattah Al-Sissi est venu en France fin novembre 2014. Pour acheter des armes et notamment des Rafale. Le marché ne se fera pas, Macron ayant été convaincu par les Etats-Unis et le Qatar qu’il ne fallait pas en vendre à l’Egypte que Saoudiens et Quataris craignent plus que tout car elle refuse l’islam radical des Frères musulmans : il a donc bloqué le marché et les Américains vendront leurs F-16 !

Al-Sissi est allé le 28 décembre 2014 à l’université islamique AL-Azhar du Caire. Il y a prononcé un discours que Hollande, Valls, Fabius et les autres incultes en matière d’islam auraient du écouter avant de bramer au « padamalgam » et autres sornettes qu’ils se laissent souffler par Dalil Boubakeur et Tarik Ramadan, frères ennemis en politique, mais frères en religion quand l’islam est en jeu.

Al-Sissi ne fait pas de différence, comme le font nos politiques et journalistes ignorants, entre « musulmans modérés » et « islamistes terroristes », d’accord sur ce point avec Al-Qaïda : modérés et islamistes ne sont que les deux facettes (la séduction et l’action terroriste) du même esprit de conquête totale par l’islam du monde non-musulman. Par contre il fait une distinction entre l’islam-religion et l’islam-idéologie (voir mon article « Réformer l’islam« ). Pour le moment, les seuls à avoir fait cette distinction sont les soufis* : ils restent pleinement musulmans, mais ont éradiqué de leur pensée tout ce qui dans l’islam est archaïque, violent (70 sourates appellent au meurtre « par le cou », décapitation ou égorgement), inadapté à l’évolution du monde, ils ont corrigé l’idéologie de l’islam.

« Il faut changer radicalement l’islam, dit A-Sissi, et le discours religieux est important« . Il a raison, on ne vaincra pas l’islam radical par les armes. Des Kouachi et des Coulibaly il en renaîtra sans cesse. Comme l’explique Al-Qaïda, ces assassins sont à usage unique : « Nous ne sommes pas le KGB ni la CIA. S’ils quittent le territoire, ils ne vont pas rejoindre leur ambassade ou un pays tiers. Ils quittent ce monde en martyre, et rejoignent le paradis d’Allah« . C’est ce qui explique ces sorties suicidaires : ils VEULENT être abattus par les forces de l’ordre une fois leur mission remplie.

« Le problème n’est pas la foi dans l’islam » a continué Al-Sissi, mais dans l’idéologie qu’il colporte, que les musulmans ont sanctifiée au cours des siècles et qui ne correspond plus à l’époque actuelle. Ils l’ont sanctifiée à un point tel qu’il leur « est devenu presqu’impossible de la contester« . Or, « cette idéologie est une source de danger, de meurtre, de destruction partout dans le monde… Il est inconcevable que 1,6 milliard de musulmans puissent vouloir tuer 7 milliards de non-musulmansLes religieux musulmans ne voient pas clair parce qu’ils sont enfermés dans leur idéologie« . Puis Al-Sissi demande avec beaucoup de respect au recteur de l’université al Azhar de réfléchir à une sorte de concile œcuménique des musulmans qui réfléchirait à cette question, parce que, termine-t-il sur un ton plus dramatique, « la nation islamique est déchirée, détruite, elle court à sa perte et c’est nous qui la portons à sa perte« .

Le Président Égyptien Al-Sisi à Al-Azhar: Nous Devons Changer Radicalement Notre Religion

Maurice D.

* Les musulmans soufis sont des personnes qui recherchent l’intériorisation, l’amour de Dieu, la contemplation, la sagesse. Il s’agit d’une organisation initiatique et ésotérique. Ils sont très conservateurs sur le plan religieux de l’islam, mais ne le confondent pas avec l’islam politique et militaire dont ils s’écartent.

cropped-minurne-300x78.png

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
47 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank