ISLAMO-TERRORISME :
FINI, LA “BIENPENSANCE”.
MAINTENANT, AUX ACTES !
(Luc Sommeyre)

 


CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES

Coordinateur national des RÉSEAUX RÉMORA [1], je reçois depuis cet après-midi des dizaines de messages angoissés me demandant : « On attend encore ? », « Qu’est-ce qu’on fait ? », « Donne-moi quelques gars sûrs et prêts comme moi à stopper la chute de notre pays ». J’en passe de nombreux autres, plus déterminés encore, du genre « Depuis qu’on se connaît, je sais que tu t’attaches à rester dans le cadre de la loi. Malheureusement, ce cadre nous empêche de combattre l’ennemi qui, lui, est libre de toute contrainte. Il nous mangera comme l’ont fait le Vietminh et les Fellaghas ». Que voulez-vous que je réponde ?

Outre un apolitisme strict, nos Réseaux (constitués de façon informelle sans passer sous les Fourches caudines de la Loi de 1901) prônent en effet le respect de la Loi républicaine. Très bien. Nous nous y tenons.

Mais aujourd’hui, LA COUPE EST PLEINE.

À partir du moment où cette nébuleuse idéologique religieuse que les pouvoirs publics nomment pudiquement (ou plutôt hypocritement) « islamisme », ordonne formellement à ses fidèles, à tous ses fidèles : « combattez les associateurs collectivement » (Coran, sourate 9 verset 36), il s’agit là d’un ORDRE DE TUER au sens sémantique des mots employés dans le texte coranique. De tuer tous les non-musulmans sans exception, de façon « collective », c’est-à-dire indistinctement, que vous soyez chrétien, païen, juif, bouddhiste, agnostique ou bien encore femme, enfant, vieillard, handicapé ou non. Même si vous les protégez [2] et contribuez par l’impôt à édifier leurs mosquées. (Combien d’entre elles, dites « salafistes », ont été fermées durablement ?)

À ce que je sache, le Coran fait loi absolue pour tous les musulmans. Or c’est précisément cette sourate 9 (du Coran) qui est psalmodiée quotidiennement dans de nombreuses mosquées (dites « salafistes ») et même aujourd’hui publiquement, jusque dans nos rues comme à Clichy ce vendredi 22 septembre 2017 sous la protection de fonctionnaires de la Police Nationale (non-arabophones comme la plupart d’entre nous et rarement exégètes du Coran) qui ignorent complètement que cette prière-là appelle à les tuer, eux ! C’est cette même sourate aussi qui est répétée de manière lancinante lors des exécutions pratiquées partout dans le monde, notamment par les criminels de DAESCH.

Clichy, le vendredi 22 septembre 2017, prière de rue psalmodiant le verset 36 de la sourate 9 du Coran.

cliquez sur l’image et lisez bien le texte écrit sur la bannière, entourée en jaune
(pour revenir au texte : Retour Arrière)

− « Dites-moi, tous ces braves gens qui prient sur la voie publique… ce ne sont pas des terroristes, j’espère !
− « Mais non bien sûr : ce sont des fidèles de l’islam de France !
− « Ah bon… Me voilà rassuré. »

Ainsi est formaté à penser, le Bon Peuple protège ses futurs assassins « par charité chrétienne » comme dit l’usurpateur du Vatican, vautré sur le Trône de Saint Pierre.

Je vous invite à visionner une nouvelle fois et à prêter la plus grande attention à la vidéo déjà publiée le 25 septembre dans notre journal sous l’article intitulé APPEL PUBLIC AU MEURTRE [3].

Mais qui sont donc ces « associateurs » dont le Coran appelle au meurtre ?

Des perceptions du monde DIFFÉRENTES et INCOMPATIBLES

Personne n’ignore qu’en islam, Allah est le Dieu unique, seul et absolu : « Dieu est (le) plus grand » [Allahou akbar – اللهُ أَكْبَر].

Mais ce qui est important, surtout, c’est de comprendre bien que, dans la pensée islamique, Dieu est seul. Pour les musulmans, tous ceux qui associent des créatures au Créateur, c’est-à-dire qui vouent une adoration (qu’ils pensent partagée) à la Sainte Trinité, à la Vierge Marie et aux Saints comme dans le christianisme, « associent » ces figures à l’image de Dieu. Et je ne parle pas des juifs, des bouddhistes, des païens et des autres ! C’est en ce sens que les musulmans les appellent des « associateurs » [mouchrikoun – مشركون]. En islam, c’est le seul péché impardonnable par Dieu. Sur Terre, les « associateurs » doivent donc être punis de mort par tout croyant musulman qui suit les règles de l’islam originel à la lettre. Et c’est très précisément ce que dit le verset 36 de la sourate 9 du Coran, psalmodié désormais sur la voie publique en France et ailleurs, sous le regard bienveillant du Pouvoir et la protection de la Police Nationale.

Que les autres « musulmans » (ou plutôt incomplètement musulmans) n’aillent pas jusqu’au bout de leur religion importe peu. D’ailleurs, avez-vous observé des manifestations de masse des prétendus “musulmans modérés” contre les “musulmans intégristes”, ce fameux « clivage » que le Système peine à faire entrer dans les esprits ? C’est proprement impensable, sauf par manipulation psychique, ce à quoi semble s’employer (timidement) le recteur Dalil Boubakeur. Sans trop de succès apparemment. L’intégrisme islamiste gagne palpablement du terrain…

Conclusion : si vous n’êtes pas musulman, vous êtes un « associateur ». Vous êtes donc en principe condamné à mort. As simple as that! [4]

En ce sens, ces deux malheureuses jeunes femmes tuées à coups de couteau près de la gare Saint-Charles à Marseille ce dimanche 1er octobre par un musulman, étaient des « associatrices ». Elles ont donc été « exécutées » en tant que telles par un homme qui n’a fait qu’obéir au Coran. Les personnes égorgées ou poignardées ces derniers jours en Angleterre, les passants écrasés par un camion au Canada, toutes celles massacrées depuis la tuerie du Bataclan jusqu’à la tuerie de Vegas − revendiquée aujourd’hui par DAESCH sans qu’aucune preuve de lien avec le meurtrier ait encore été établie, mais nous savons que les chiens pervers aboient pour tenter de se montrer puissants [dernière minute − lundi 02 septembre 17:00] − [5] en France et par le monde étaient des « associateurs ».

  • POUR NOUS, les tueurs sont des assassins.
  • POUR EUX, les exécuteurs sont des croyants qui ont accepté le « martyr » (quand ils n’agissent pas dans l’ombre).

(Voir aussi les déclarations de Danièle Bonobo, députée « insoumise » du XVIIème arrondissement de Paris… On nage en plein délire, mais on tolèrera bien davantage ses propos calomniateurs que mes analyses !)

Un monde nous sépare.

On juge l’autre par rapport à notre culture. – NON !

Ne souriez pas. Même jaune. Cette nuance est d’une importance capitale.

On ne juge l’autre que par rapport à notre culture… PAS quand on est Chef d’État. PAS quand on est ministre de l’Intérieur. Parce qu’il existe des moyens d’investigation internationaux qui s’appellent les Affaires Étrangères et les Services secrets, et qu’on a tous les moyens de savoir aujourd’hui de façon très précise « comment on pense en chinois », « comment on pense en inuit » ou « comment on pense en arabe ». Ici et ailleurs. En tout lieu du globe terrestre.

Certes, si on juge par rapport à notre culture, un individu qui tire au hasard dans la foule pour tuer des innocents est à coup sûr un « déséquilibré ». Mais quand on prend pour exemple les Abdeslam, les Kouachi, celui de Marseille, celui de Nice, de Berlin ou de Londres, on n’a pas à faire à des « déséquilibrés » mais à des « Croyants ». Ou alors, on commet un crime à la mode imprescriptible : on s’ingère dans la vie d’autrui (on pense à sa place). Il ne nous appartient pas de déterminer si la doctrine islamique de base est schizogène ou non.

Recep Tayyip Erdoğan nous a bien prévenu : parler « d’islam modéré », c’est faire injure à l’islam !

Vous ne voudriez pas injurier l’islam, Monsieur le ministre de l’Intérieur… Jamais n’auriez-vous l’outrecuidance de contrarier les oulémas [6] de la mosquée al-Azhar [7], n’est-ce pas ?

Alors… quand vous crachotez dans les micros de la télévision d’état que « le gouvernement s’évertue à dissocier l’islam moyenâgeux de l’islam de France mais que c’est un travail de longue haleine » (ou à fort peu près) vous prenez les Français pour des imbéciles. Vous les trompez et les égarez. Pour parler très vulgairement, VOUS VOUS FOUTEZ DE NOTRE GUEULE, Monsieur le ministre Collomb ! Allez donc tenir ces propos en terre d’islam sans vous faire connaître, et revenez-en vivant. C’est tout le mal que je vous souhaite.

On en a eu des sévères, Place Beauvau [8]. Mais avec celui-là, on est gâtés !

VERS L’ACTION
De l’état de droit vers l’état « du » droit

Pour en revenir à mon 1er §, des milliers, des dizaines voire des centaines de milliers de Français et d’Européens se posent les mêmes questions que celles qui me sont quotidiennement lancées à la figure, que je ressens comme autant de camouflets. À moi comme à tous les dirigeants d’organisations patriotiques évidemment.

Faut-il que nos compatriotes aient été bien formatés, bien intoxiqués par la Bienpensance mondialiste pour se tenir tranquilles ! Les champions du monde, ce sont les Allemands. Les Anglais font très fort aussi. Mais partout en Europe, les langues se délient. Partout en Europe, les mâchoires se serrent. Les mains se crispent sur les crosses. Jusque-là, tout va bien. Si l’on peut dire…

Mais jusqu’à quand ?

La course de vitesse

Il est maladroit de se gausser de nos dirigeants politiques. Maladroit, parce qu’ils sont parfaitement conscients que la marmite est en ébullition et que le couvercle tressaute de plus en plus. Quelles que soient leurs déclarations lénifiantes pour tenter de calmer et de canaliser la colère montante.

Mais il est une constante immuable en géopolitique : aucun gouvernement, quel qu’il soit, ne peut s’établir durablement contre le Peuple, même manipulé et volontairement égaré. À un moment, ça explose. Et nous sommes très proches de l’explosion.

  • Nous le sentons.
  • Ils le savent.

Finalement voyez-vous, si la Démocratie de Platon est morte depuis longtemps, son esprit demeure.

L’alternative

  • Ou bien le Pouvoir comprend que « ça n’est pas encore le moment du Grand Remplacement » qu’il envisage depuis des lustres pour établir le Gouvernement mondial et IL AGIT pour conserver ses acquits,
  • Ou bien l’égrégore [9] des Peuples d’Europe va se manifester avec tant de force que CE SONT LES PEUPLES QUI AGIRONT.

Personnellement – je sais que mon vœu est partagé par la majorité des dirigeants patriotiques – je préférerais de loin que ce soit le Pouvoir qui agisse. Ceci pour des raisons évidentes de coordination et de puissance armée constituée.

Autrement, nous le savons tous, la guerre civile se profile derrières les brumes du marécage où nous vivons. ET CE SERA UN BAIN DE SANG.

Nos consignes ?

Simples : PRÉPAREZ-VOUS.

Rejoignez les organisations patriotiques constituées. Connues (comme le CERCLE DE CITOYENS-PATRIOTES du général Piquemal ou les VOLONTAIRES POUR LA FRANCE du général Martinez, voire les RÉSEAUX RÉMORA – organisation non-déclarée – de votre serviteur), peu connues ou secrètes.

Mais de grâce, évitez comme la peste les groupes de « patriotes de comptoir » dont l’imbécillité, les criailleries et l’inexpérience vous mettront en danger de mort, vous et vos familles.

L’heure est venue de TERRORISER LES TERRORISTES.

Ce sera eux ou nous. À vous de choisir.

La suite ?

Bientôt.

En l’attente…

Les RÉSEAUX RÉMORA demandent solennellement et instamment que toutes les victimes de l’islamo-terrorisme tuées sur notre sol soient déclarées « MORT POUR LA FRANCE » comme victimes de guerre avec les privilèges d’honneur et conséquences juridiques et financières pour leurs familles et ayants-droit.

 

Luc Sommeyre
1er octobre 2017

 

[1] http://www.remora-europe.eu/
[2] La sacro-sainte Bienpensance.
[3] http://www.minurne.org/?p=12318
[4] Aussi simple que ça !
[5] Voir http://www.minurne.org/?p=11678
[6] Théologien de l’islam sunnite correspondant pour les chrétiens approximativement à un Docteur de la Foi.
[7] La mosquée al-Ahzar, sise à El Hussein Square, Le Caire, fait autorité absolue dans le monde sunnite. C’est une sorte de « Vatican » de l’islam.
[8] Siège du ministère de l’Intérieur.
[9] Concept ésotérique désignant un esprit de groupe influencé par les désirs communs de plusieurs individus unis dans un but bien défini.

.ARTICLE DE LIBRE DIFFUSION.

www.minurne.org/?p=12453



 

 

ASSASSINAT DE SARAH LUCIE HALIMI, VICTIME DE L’ANTISÉMITISME ISLAMIQUE
(L’Imprécateur)

Mardi 3 avril, rue Vaucouleurs dans le 11ème arrondissement de Paris. Au deuxième étage d’un l’immeuble, un individu de 27 ans intelligent et costaud vit encore chez ses parents faute d’avoir cherché du travail. Il a de l’argent de poche, le RSA, il est musulman avec un passé déjà lourd de comportements violents.

Selon parents et voisins, « il s’est récemment radicalisé », devenant « un musulman très pratiquant ». D’autres témoignages, ceux de voisins, trouvés sur Internet (donc à confirmer) disent qu’en plus de passer son temps à la mosquée, il buvait sec et fumait, et pas que son tapis de prière, ce qui paraît tout de même assez contradictoire avec une pratique religieuse stricte… Mais cela pourrait être la cause, peut-être, d’une violente dispute avec les parents ce soir là qui a poussé plusieurs desdits voisins excédés à appeler la police à 04:30 du matin.

Cette dernière a dépêché des agents. Ont-ils été impressionnés par la violence de la bagarre ? Ou plus probablement ont-ils obéi à des consignes de non intervention envers cet individu « connu des services de police » ? L’enquête, s’il y en a une, le dira. Le fait est qu’ils ont préféré ne pas intervenir et appeler le RAID en se contentant de rester devant la porte du domicile du fou-furieux. Celui-ci, sportif, sort par la fenêtre et passe, par la façade, du second au troisième étage. Il brise une vitre de la fenêtre, entre dans l’appartement. Le bruit attire de sa chambre l’occupante, Sarah-Lucie Halimi, qui ne dormait pas en attendant la fin du cirque. Elle le repousse sur le balcon *.

C’était le lundi 3 avril, soit le 7 nissan 5777 dans le calendrier juif.

Sarah-Lucie, 66 ans, est juive, réputée pratiquante et pieuse. Médecin, elle avait créé une crèche dans le quartier. Il ne tente pas de la violer, mais la frappe tout de suite de plusieurs coups de couteau malgré ses cris et ses supplications, puis la jette encore vivante dans le vide. Du troisième étage. Elle meurt en heurtant le sol, l’autopsie devrait le confirmer, mais y a-t-il eu autopsie ? Ce n’est dit nulle part. La levée du corps a eu lieu dès mardi et le corps a été expédié à Jérusalem où l’enterrement a eu lieu jeudi matin 10 nissan 5777 dans le calendrier judaïque, soit le 6 avril.

Pendant que le musulman “très pieux” passait à l’étage supérieur et assassinait la dame juive, très pieuse elle aussi, selon la communauté Yaz Mordekhaï pour laquelle elle travaillait, les flics, qui attendaient toujours devant la porte à l’étage du dessous, ont commencé à réagir. Car, tout en frappant, le malade mental, disent les officiels, d’une maladie qui a pour nom “islamisme” hurlait “Allahou akbar !”. Sarah-Lucie, quoique juive et en un sens radicalisée elle aussi, n’aurait jamais eu l’idée d’assassiner un musulman en hurlant “Yaveh est grand !”.

Ce nouveau crime islamiste ne fera pas partie du débat présidentiel et ne fera pas sortir un million de personnes dans les rues. Dès mardi, on entendait poindre déjà la douce musique rassurante de l’accident dans des circonstances troubles, ou encore bien évidement, l’acte d’un déséquilibré aux propos incohérents. Commentaire politique tout de même raciste et nauséabond. Dire “Allahou akbar !”, les seuls mots qu’ont compris et entendu les témoins, serait considéré par notre élite politique comme une preuve de démence ? D’ailleurs, pour prouver cette allégation hasardeuse, le criminel a été conduit illico, juste après sa mise en examen, dans un établissement psychiatrique. Ainsi, les candidats de gauche à la présidentielle vont pouvoir dormir tranquille sans avoir à aborder le sujet de l’islam colonisateur en France.

Il n’en reste pas moins que déclarer officiellement qu’un musulman très pieux est forcément un fou et que son cas n’a pas à être examiné relève d’une grave islamophobie et devrait remuer la LICRA, le MRAP, l’UOIF et autres hurleurs à l’islamophobie  patentés.

Le crime islamiste est pourtant, en un sens, par ses conséquences peut-être plus grave que celui de Charlie-Hebdo, de l’Hyper-Casher, de Nice ou même celui déjà oublié d’Ylan Halimi, ce jeune juif enlevé, torturé et assassiné par les “barbares” de Youssouf Fofana parce qu’il était juif. Ces crimes-là, et la plupart des autres depuis, ont été commis au nom d’une organisation islamiste, longuement pensés et minutieusement préparés. Avec l’assassinat de Sarah-Lucie, le crime improvisé à motivation religieuse et raciste se démocratise, en quelque sorte. Désormais, n’importe quel musulman débordé par un peu trop d’islam, d’alcool ou de haschich peut passer à l’acte sans complexe pour faire son petit djihad-perso, son excuse et son mobile sont tout trouvés : « il s’est récemment  radicalisé ». Il sera d’office catalogué “fou” et ira passer quelques semaines dans un hôpital psychiatrique, tout de même plus confortable que la prison.

En France, pour ne pas perturber la campagne présidentielle nous dira-t-on, c’est-à-dire ne pas provoquer une vague supplémentaire d’adhésions au FN, la presse a à peine mentionné l’assassinat de Sarah-Lucie comme un fait divers sans grande importance. « Il s’était radicalisé », donc quoi de plus normal qu’il sorte un couteau pour frapper un Juif comme le prescrit le Coran, « Frappez-les au-dessus des cous » (verset 12 de la sourate Le Butin). De plus, c’est une femme dont la valeur humaine n’est juridiquement que la moitié de celle d’un homme comme l’évalue la Charia. Un musulman radicalisé normal en quelque sorte. « Nous allons devoir nous y habituer », comme dirait Manuel Valls s’il avait encore droit de s’exprimer en premier ministre.

Bien qu’officiellement la thèse de l’acte de terrorisme antisémite ne soit pas retenue par les autorités françaises, une fois encore le trouble s’installe avec des commentaires virulents de potentiels témoins ou amis qui dénoncent un crime antisémite. Car ceux-là connaissaient bien le criminel, mieux sans doute que le ministre de l’Intérieur qui a donné l’ordre de l’interner en hôpital pour tenter d’éviter le scandale d’un nouveau crime musulman antisémite en pleine campagne présidentielle qui apporterait de l’eau au moulin de Fillon et Le Pen. Cependant, bien que les faits soient, pour l’instant, clairement minimisés aux yeux du public français en cette période électorale sensible, le procureur Molins, qui a été chargé de faire toute la lumière sur cette tragédie, n’écarte pas, a priori, le caractère d’attentat et antisémite de ce crime.

Peu de remous en France, donc. Par contre, grosse émotion en Israël où des milliers de personnes ont suivi l’enterrement de Sarah-Lucie à Jérusalem. Les réseaux sociaux israéliens y bruissent de rumeurs hélas fondées : la France socialiste et islamisée est devenue antisémite. Juifs de France fuyez ce pays devenu dangereux et venez vous réfugier en Israël. Ne comptez pas sur la LICRA, le MRAP ou la Ligue des Droits de l’Homme pour vous soutenir et vous défendre. Ces associations opèrent à sens unique, ne prennent en considération que les offenses, de l’insulte au crime, commises contre les Noirs et les Arabes.

Les Blancs, les Chinois, les Sous-chiens, les mécréants et surtout les Juifs peuvent bien crever sous les coups des musulmans radicalisés, elles n’en ont rien à cirer.

L’Imprécateur

* Des divergences apparaissent cependant dans le déroulement des faits et du profil du meurtrier, notamment le chemin emprunté avant de pénétrer dans l’appartement de la victime qu’il aurait commencé à frapper au couteau dans sa chambre. L’enquête les clarifiera-t-elle ? Peut-être, mais pas avant fin mai.
Après la présidentielle.


 

 

COMMUNISME, NAZISME, SOCIALISME, ISLAMISME : LES AVATARS D’UNE MÊME FAMILLE (par l’Imprécateur)

Il est fréquent de lire des articles faisant un rapprochement entre le nazisme et l’islamisme qui ont en effet des points communs. Mais on peut étendre la comparaison à d’autres idéologies comme le communisme et son frère ennemi, mais de sang, le socialisme.

« Il est inutile de tenter le dialogue car on ne discute pas avec les islamistes » écrit Lydia Guirous, porte-parole des Républicains et essayiste dans Valeurs Actuelles. Inutile aussi de tenter de les dé-radicaliser, c’est voué à l’échec à de rares exceptions près. De nombreux exemples actuels montrent ce qu’il en est, il suffit de regarder l’état social des pays où l’islamisme cohabite avec l’islam : Afghanistan avec les talibans, Somalie avec les chebabs, Nigeria avec Boko Haram, Algérie avec le GIA (Groupe Islamique Armé), Egypte avec les Frères musulmans, Palestine avec le Hamas, etc. Les attentats ne cessent jamais, même si les islamistes ont été sévèrement battus comme en Algérie ou en Afghanistan, même si l’Etat fait tout pour les empêcher de nuire comme en Israël.

argenteuil-uneVu à Argenteuil : « La seule église qui illumine est celle qui brûle »
Aucune réaction des associations antiracistes subventionnées.

On le voit bien avec le « dialogue » très à la mode entre l’Eglise catholique et l’islam. Ce prétendu dialogue plait énormément au gouvernement socialiste qui l’utilise dans sa propagande pour justifier son laxisme avec l’islam. En réalité, l’islam se sert du « dialogue » pour obtenir des avantages comme des salles de prière dans des établissements catholiques, enseignement de l’islam dans les écoles chrétiennes, nourriture hallal pour les élèves des collèges où se trouve des jeunes musulmans, etc. L’Eglise, elle, cherche comment s’adapter à la présence de l’islam et pas du tout à obtenir des contreparties dans des échanges qui seraient équilibrés. Elle ne demande jamais à avoir un enseignement chrétien dans les mosquées, par exemple. Elle est clairement le dindon de la farce.

Le nazisme d’Etat a disparu avec le suicide d’Hitler dans son bunker le 30 avril 1945 et ne survit que dans des groupuscules insignifiants.

Le communisme d’Etat a disparu avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, qui a entrainé l’effondrement de l’URSS. Il ne survit dans son entièreté idéologique, politique et économique qu’en Corée du nord, et politiquement en Chine en cohabitation avec le capitalisme et le libéralisme, ailleurs par des partis croupions, comme en France où, avec ses ennemis trotskistes il sert de caution de gauche au parti socialiste à la veille de chaque élection.

Google ChromeSchermSnapz001

Une affiche du parti socialiste belge vantant l’alliance des ouvriers socialistes et des nazis  pour chasser le capitalisme et le communisme

Le socialisme, partout incapable d’assurer la prospérité et la sécurité des peuples, survit dans des formes politiques bavardes mais inefficaces, la social-démocratie, le social-libéralisme, l’écologie politique et quelques autres de moindre importance comme le radicalisme de gauche.

L’islamisme est au contraire en expansion rapide et gangrène de plus en plus de pays avec la collaboration de nombreux gouvernements tétanisés par sa violence et le poids électoral potentiel des musulmans.

Ces quatre idéologies ont plusieurs points en commun qui permettent de les classer dans une même famille, celle des faiseurs d’un homme nouveau. C’est ce point commun et crucial qui les rend mortifères ou, pour utiliser un mot savant aux racines grecques, « thanatophores », porteuses de mort.

Le communisme voulait créer l’homme parfait vivant en communauté, travaillant pour la communauté dirigée par une équipe réduite de décideurs se cooptant. Les phalanstères du XIXème siècle ; version politico-religieuse écolo-indoue, les ashrams ; plus moderne, le Comité central du parti, avec à son service une administration gigantesque. Les réfractaires étaient soient supprimés (les Ukrainiens par la famine), soit déportés (le Goulag) parfois c’était des peuples entiers (Tatars, Tchéthcènes, Juifs russes), soit, s’il s’agissait d’intellectuels, déclarés fous et enfermés dans des asiles psychiatriques-mouroirs, ou, dans le cas des politiques, exécutés après un procès truqué. Une armée énorme assurait la stabilité du régime et l’ordre communiste. Le communisme : environ 100 millions de morts.

Le national-socialisme, ou nazisme, voulait créer l’aryen socialiste parfait par des croisements génétiques et l’élimination de toutes les races « inférieures ». Mêmes procédés : exécutions, déportations, stérilisations, génocide des Juifs et des Roms, camps d’extermination, etc. L’armée, énorme elle aussi, assurant l’exécution du programme de purification de la race. Le nazisme : environ quarante millions de morts.

Le socialisme veut créer le socialiste multi-ethnique parfait, obéissant à des « valeurs » (changeantes au fil du temps et rarement définies). L’élimination des opposants ne se fait qu’exceptionnellement par la mort, la suppression de la peine de mort étant l’une des valeurs du socialisme. Mais le socialisme a d’autres moyens d’éliminer ses opposants : en les appauvrissant, en les « tuant » professionnellement ou socialement, en les salissant par l’usage de mots comme fasciste, réactionnaire, bourgeois, complotiste… Le socialisme politique et économique aboutit sans exception à la misère du peuple et à son découragement et produit fréquemment une diminution de l’espérance de vie. Excepté pour la nomenklatura et la bourgeoisie socialistes. Cela revient à terme à faire mourir prématurément des millions de gens, ce qui est au bout du compte plus lent mais tout aussi efficace que de les tuer tout de suite. Plusieurs pays d’Afrique se disant socialistes sont dans cette situation, le Venezuela y arrive. Généralement, le socialisme réussit à survivre à son échec en s’abâtardissant : reste le socialisme politique et l’idéologie, mais il revient à l’économie de marché, au capitalisme et au libéralisme comme en témoignent des cas récents : Suède, Danemark, etc.

image008

L’islamisme veut créer le musulman parfait, salafiste, c’est à dire vivant l’islam des origines tel que le décrit le prophète dans le Coran : pieux, machiste et guerrier. Il tolère la survie de ceux qui acceptent de se soumettre (islam = soumission) dans une situation de semi-esclavage, et de payer pour survivre dans une situation d’humains au statut social inférieur, les « dhimis ». L’islamisme veut exterminer tous les autres pour que ne restent sur Terre que les musulmans parfaits et riches, ainsi que leurs esclaves et leurs semi-esclaves, les dhimis. Depuis le VIIème siècle, l’islam a tué des dizaines de millions d’hommes dont environ 17 millions d’esclaves noirs et deux millions d’esclaves blancs, souvent émasculés pour qu’ils ne puissent avoir d’enfants.

Il y a d’autres points de ressemblance entre les quatre idéologies mortifères :

Chaque fois, une race de seigneurs richissimes (même chez les socialistes) domine un peuple misérable, écrasé d’impôts.

Chaque fois, elles ne tiennent que par la force armée et une police politique et-ou religieuse, et tuent la démocratie en imposant la façon politiquement et-ou religieusement correcte de penser.

Chaque fois, elles ne respectent pas leurs promesses de paix ou de « vivre ensemble »; elles ne les tiennent que le temps qui les arrange. Dès que ces quatre idéologies n’y trouvent plus leur intérêt, c’est-à-dire dès quelles sont suffisamment fortes, elles les rompent. C’est Hollande qui promet de baisser les impôts ou de rétablir la sécurité publique quand le peuple gronde un peu fort, mais revient à ses pratiques oppressives, liberticides et confiscatoires dès qu’il remonte un peu dans les sondages ; ce sont les communistes et les nazis qui s’accordent de 1939 à 1941 quand cela leur permet de chasser en bande pour s’approprier des territoires de l’Europe et se les partager, comme la Pologne ; ce sont les musulmans qui sont tolérants, conviviaux et pacifiques quand ils sont minoritaires ou opprimés par un pouvoir colonial, mais redeviennent tueurs dès qu’ils le peuvent parce que leur livre saint et leur dieu le leur ordonnent.

Chaque fois, elles accusent les autres, et notamment leur opposition, des crimes qu’elles commettent. Juifs, capitalistes, journalistes, religieux, intellectuels… peu importe, l’ennemi a toujours tort. Avec l’islam, cela prend des proportions ahurissantes. Libération vient d’en donner un exemple saisissant de stupidité et de malhonnêteté dans un article intitulé Actes islamophobes en France depuis le 14 juillet (2016). Une vingtaine au total et d’une gravité inouïe, jugez-en : des lardons dans la boite aux lettres d’une mosquée ; une tête de cochon ; un paroissien qui, intrigué par le comportement d’un franco-marocain dans une église, a téléphoné à la gendarmerie ; des jeunes qui ont écrasé, en voulant l’examiner, le gâteau qu’une musulmane voilée transportait dans un carton, pensant qu’il s’agissait peut-être d’explosifs ; un promeneur qui, sur la Promenade des Anglais, a osé dire à un musulman que l’islam n’était pas compatible avec la République ; des tags… et un musulman bousculé à Rouen sans conséquence physique autre que la peur et la vexation qu’il en a ressenti, le lendemain de l’égorgement du prêtre.

images-1imagesLibération a toujours vu clair pour dénoncer les crimes de ses amis !

Pas un mot sur les 194 attaques islamiques commises pendant la même période (juillet 2016) dans 24 pays et qui ont fait 1 671 morts et plus de 5 000 blessés. Principalement des musulmans c’est vrai, ce qui démontre que la haine des autres et l’islamophobie sont solidement implantées dans l’islam lui même. En oubliant aussi de mentionner les plus de 30 000 attentats commis au nom de l’islam depuis 2001 en quinze ans, soit 2 000 par an en moyenne, 6 par jour, avec chaque fois des morts. Mais tous ces crimes sont imputés à l’Occident qui opprimerait économiquement et socialement les musulmans (mais alors pourquoi viennent-ils s’y réfugier ?) et les a colonisés pendant quelques décennies au début du siècle dernier.

Encore un point commun, pour terminer sur une note d’espoir : deux de ces quatre idéologies mortifères ont disparu (le nazisme et le communisme), une est moribonde (le socialisme), seul l’islam est en voie de retour, mais gangrené par l’islamisme qui pourrait bien le faire imploser prochainement.

L’Imprécateur

banniere_2016_570

 

 

FORT HEUREUSEMENT, SOCIALISME ET ISLAM SONT MORTELS ! (par l’Imprécateur)

Petite phrase de Yann Moix : « Un jour, la France pourra être musulmane, et ce sera comme ça, ce sera le mouvement de l’Histoire » (On N’est Pas Couché du cuistre Ruquier). Il eût utilisé le conditionnel au lieu du futur, nous aurions pu être du même avis, mais c’est bien le futur qu’a utilisé ce gribouilleur laborieux, quoique doté de deux prix littéraires – symboles de la dégradation de la littérature romanesque en France depuis quelques années -.

« Et ce sera comme ça » ajoute le soixante-huitard de naissance qui, intellectuellement ressemble comme deux gouttes d’eau au héros de Soumission de Houellebecq.
« C’est écrit« , disait ma grand-mère qui, ayant vécu et survécu à deux guerres mondiales, voyait l’avenir en noir pour la France, un avenir plein de fascistes, de socialio-communistes et de musulmans.
« C’est écrit » est l’expression favorite des soumis au destin, un destin forcément cruel comme le croient tous les primitifs écrasés par les forces de la nature et les esprits toujours méchants qui s’acharnent à nuire aux humains et qu’il faut tenter d’amadouer avec des sacrifices.
Comme le font les musulmans qui, ces jours-ci égorgent (en toute illégalité républicaine) par centaines de milliers d’innocents moutons afin de s’attirer la clémence d’Allah.

Unknown

Ils font ça comme des cochons, sans aucune hygiène et font participer les enfants !

images

Des fleuves de sang à la gloire d’Allah le Miséricordieux

(Photos Wikipédia)

« Ce sera le mouvement de l’Histoire« .
Moix, l’islamo-socialiste, croit utile de le préciser, pléonasmisant ainsi son « ce sera comme ça » de la théorie socialiste selon laquelle la voie de l’Histoire a été écrite une fois pour toutes par Karl Marx et ne saurait changer malgré tous les démentis cinglants qu’elle a déjà infligés à cette idéologie aujourd’hui dépassée, comme on le constate partout dans le monde.
Excepté bien évidemment en Corée du Nord et en France où survivent encore quelques dinosaures.

Le Point effectue des sondages simplistes mais donnant le sentiment des Français sur les sujets d’actualité, sur une base infiniment plus large et plus crédible que celle des sondeurs officiels qui ne peuvent s’empêcher d’en corriger les résultats en fonction de l’air du temps et des desiderata de ceux qui les leur ont commandés.
Le dernier sondage du Point demandait aux lecteurs de classer leurs souhaits pour l’avenir.
62 000 ont répondu et la réponse qui vient en tête sur les six proposées est « Arrêter de nous mentir ». Elle recueille 35,1 % des voix, devant les migrants (28,9 %) et le chômage (25,2 %).
Encore plus intéressante est la réponse qui obtient le score le plus faible, 1,9 % (le score qu’obtiendra EELV à la prochaine présidentielle « et ce sera comme ça« ). Elle dénonce le mensonge qui prétend que le souci du gouvernement serait « la priorité doit être de rétablir un lien de confiance avec les Français ».
En quoi est-ce si intéressant ?

Les Français ont compris que les régimes totalitaires ne cherchent pas à établir un lien de confiance avec leurs citoyens, encore moins à le « rétablir » quand ils ont tout fait pour le rompre par leur violence, la privation progressive des libertés et une accumulation de mensonges sur les bienfaits à attendre de leur politique : le retour de l’emploi, la croissance et l’amélioration du niveau de vie par le multiculturalisme et le « vivre ensemble ».

Globalement, ce sondage signifie que la masse trop souvent inerte du peuple français commence à comprendre que le système imaginé dans les clubs de l’élite financière mondiale, Bilderberg, French American Foundation, système relayé par leur antenne nationale Le Siècle, dont pratiquement tous les ministres du gouvernement et le président sont membres, n’a d’autre finalité que d’opprimer les libertés, d’enchaîner les hommes et de « tuer » les réfractaires. Physiquement s’il le faut, mais le plus souvent professionnellement et socialement par une avalanche d’articles les stigmatisant et de procès s’ils deviennent, comme nous le sommes à Minurne, comme le sont Michel Onfray ou Eric Zemmour, Pierre Cassen ou Christine Tasin et bien d’autres, des « dissidents » de la pensée unique. L’objectif final étant la gouvernance mondiale des peuples soumis.

« Vivre dans un tel système n’est pas vivre, c’est tourner à vide, pour rien, pour personne » (Boualem Sansal dans 2084), en état de survie pour nourrir et engraisser les tenants d’une idéologie stupide, inhumaine et mortifère, qu’elle s’appelle socialisme ou islam. Et finir par mourir comme le souhaite Jacques Attali pour qui la machine humaine devenue objet de consommation inutile par sa vieillesse ou sa maladie doit être euthanasiée dès que l’administration en a décidé ainsi.

JACQUES ATTALI

« L’homme sera un objet de consommation… dès qu’il dépasse 60/65 ans, il coûte cher à la société : il est bien préférable que la machine humaine s’arrête brutalement…
Je suis pour ma part en tant que socialiste contre l’allongement de la vie.
L’euthanasie sera un des instruments essentiels de nos sociétés futures
 »
(L’homme nomade , Ed. Le Livre de Poche, 2005) Du Dr Mengele pur jus !

Ce système fait de ses militants, ou croyants, des machines bornées et fières de l’être, heureuses de leur aveuglement, des zombies confits dans la soumission et l’obséquiosité envers le pouvoir, des êtres mesquins, capables de tuer s’ils en reçoivent l’ordre, par adoration pour l’idéologie socialiste (cf. Khmers rouges) ou la théocratique islamiste (cf. djihadistes).

Nous arrivons heureusement dans la phase de l’histoire de ces idéologies où les plus intelligents, comme Michel Onfray, ou Dalil Boubakeur (qui vient de démissionner de la présidence de l’UOIF), commencent à surmonter leur conflit interne entre la soumission et la révolte. Et l’on comprend qu’il faille un grand courage et une grande volonté pour choisir un jour de basculer de la soumission si confortable dans la révolte, faculté qui n’est donnée qu’aux meilleurs.

C’est une bonne nouvelle qui montre que l’islam fondamentaliste et le socialisme doctrinaire et intolérant vont vers leur fin.

Courir dans le sens de la pente jusqu’à la chute est un sentiment très humain, tous les montagnards vous le diront.

L’Imprécateur

SIGNATURE 2015

 

BIG BROTHER A LA FRANCAISE (par Maurice D.)

Depuis deux ans trois quarts, le gouvernement ne parlait pour les délinquants que de clémence, liberté conditionnelle, liberté surveillée, liberté tout court, bracelets électroniques, non cumul des peines, raccourcissement des peines déjà bien courtes, dans un angélisme gentillet mais débile de bobos aimant la racaille, si possible de couleur, pour faire peuple.

images-1

Les ennemis de la société étaient ceux qui refusaient la construction de l’homme nouveau, socialiste et progressiste, métissé et lobotomisé, écolo et islamisé ou au pire laïcisé. C’est la chasse au Zemmour, au Tesson, au Dieudonné, à la Tasin, au Soral, à Minurne, à tous ceux qui contestent les bienfaits du genre, du totalitarisme socialiste, des cultures sympathiques mais archaïques venues de pays que nous avons sortis des guerres tribales, de l’esclavage et des mutilations (scarifications, excisions, …), de la misère, des famines et des épidémies endémiques de malaria, choléra, peste, lèpre et autres maladies du sommeil.

Avec les attentats du 7 au 11 janvier, le cri formidable du président et du gouvernement pour la liberté de penser et celle de publier, nous pensions que l’on dirait bientôt « ça, c’était avant ». Mais le soufflé républicain est vite retombé, tout cela continue, sauf sur un point : l’islam commence à être regardé avec circonspection, le mode de pensée socialiste restant cependant purement binaire. Il y a les gentils et les méchants, les musulmans et les islamistes, les modérés et les terroristes, les bons imams gallicans et les vilains imams étrangers. Un petit pas, mais un pas vers l’intelligence et la compréhension du monde jusqu’ici aveuglées du voile de l’idéologie marxiste.

Le sang et la cruauté féroce des égorgeurs ont commencé à le déchirer quand ils sont venus exercer jusque dans nos villes des talents qu’ils réservaient jusqu’ici à des pays lointains où la lapidation des femmes, la pendaison des homosexuels, l’amputation des voleurs, la décapitation des criminels, l’égorgement des « croisés » (nous), des mécréants et des apostats étaient présentés par nos élites de gauche comme d’aimables coutumes locales excusées par la beauté de la civilisation musulmane qui les portait.

Certains, éternels optimistes dont je suis, on cru un court moment que le voile continuerait à se déchirer, à s’ouvrir, l’aveuglement à s’éclairer de la dure lumière de la réalité du monde musulman, c’était un rêve. Mais quand on ne connaît l’islam que par les ryads de Marrakech et l’I.M.A., qu’attendre ? L’intelligence socialiste fonctionne comme un disque rayé qui après une phase de progression revient inexorablement à son point de départ puis, au bout de quelque temps, après une grosse désillusion repart vers le progrès jusqu’à la régression suivante.

Le gouvernement a subitement pris conscience du danger. Quand les tueurs sont dans la rue voisine et qu’ils annoncent qu’ils viendront s’ils le peuvent jusqu’à la place Vendôme, la place Beauveau, l’hôtel Matignon et l’Elysée, ça dépoussière tout d’un coup l’instinct de survie !

violence-islamSafariSchermSnapz089

Ils sont djihadistes et français, ils étaient à Barbès et voulaient sa peau

Vite l’armée dans les rues, les militaires sont payés pour prendre les rafales de kalachs, pas les politiques, vite savoir par le renseignement où sont et ce que préparent les porteurs de kazakhs et de sabres d’Allah.

Nos gouvernants ont aussitôt fait l’une des seules choses qu’ils savent faire, avec se faire mousser devant les caméras et les micros, ils ont pondu une loi, et, comme d’habitude, elle est mal rédigée, imprécise, verbeuse.

« Terrorisme, premiers blocages de sites, premier couac » a titré la revue de la Défense nationale.

L’idée de bloquer la propagande des sites terroristes est bonne. Mais au lieu de cibler le problème bien précis de l’islam violent et de prendre des mesures spécifiques qui le concerneraient, les rédacteurs du ministère ont voulu élargir l’application de la loi à la surveillance de la pédopornographie, aux donneurs de fessées et aux déviances du politiquement correct selon des variantes qui sont mal définies et ouvrent la voie à tous les abus administratifs et politiques.

De plus, si les services qui se livraient déjà officieusement et sans être encadrés à la surveillance, l’espionnage, l’identification et le suivi d’éventuels citoyens potentiellement dangereux et notamment terroristes avaient acquis une expérience suffisante, celle-ci est remise en question par les nouvelles procédures kafkaïennes inscrites dans la loi et le premier essai réalisé n’est pas un succès !

« Repéré en premier lieu par un journaliste de RFI puis repris par NextInpact, le premier exemple connu de blocage administratif d’un site Web faisant apologie du terrorisme fait des remous. Le premier site visé, islamic-news.info, est aujourd’hui inaccessible suite à une procédure de blocage administratif telle qu’elle a été décrite dans le décret d’application de la loi antiterroriste » (Défense). Quatre autres sites islamistes choisis par l’OCLCTIC sont visés.

L’Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologie de l’Information et de la Communication est un machin utile, appelé à se développer. C’est probablement aussi l’embryon d’un futur ministère de l’Information, c’est-à-dire ministère de la Censure et de la propagande, comme il y en eut un, socialiste, en 1938, repris en 1940 par le député-maire socialiste d’Aubervilliers, Pierre Laval, futur premier ministre du gouvernement de Vichy, qui mit dans son équipe des membres de l’Internationale communiste entrainés au repérage et à la dénonciation des patriotes résistants, mais aussi des rares militants communistes qui refusaient la collaboration avec les nazis ordonnée par le PCF et furent livrés à la Gestapo. Il y a encore des ministères de l’Information en Palestine, en Iran, en Irak, en Birmanie et quelques autres pays. C’est un grand progrès pour notre sécurité disent messieurs Valls et Cazeneuve.

000 - Big BrotherLe hic, c’est que le site Islamic-news.info qui vient d’être fermé était hébergé par OVH, qui en tant qu’hébergeur français du site aurait dû, selon la loi, être prévenu de la présence d’un contenu illégal, afin de procéder lui-même à un retrait. Seulement OVH n’a pas été notifié d’un tel contenu et a découvert dans la presse que les mesures de blocages avaient été mises en place à son insu à l’encontre de son client. L’administration a effectivement « oublié » de procéder à la notification, ce qui fait désordre : OVH « ne se laisse pas faire« , le blocage administratif des sites est en effet une mesure prévue par les textes pour être prise en dernier recours, lorsque l’éditeur et l’hébergeur du site ont refusé de répondre aux sollicitations de l’OCLCTIC pour faire enlever un contenu jugé dangereux pour la sécurité publique.

Aujourd’hui soumises à l’approbation d’un juge, les techniques d’espionnage comme la mise sur écoute d’un téléphone, la pose de mouchards, de micros et de caméras dans les appartements et les voitures, même ceux et celles des particuliers, l’interception de courriels, l’utilisation de logiciels furtifs du type keylogger qui espionnent l’utilisateur à partir d’un clavier (ou de la souris) et ne sont pas détectés comme virus par l’ordinateur, pourront ne plus avoir besoin que d’autorisations administratives. Cela fait peur à juste titre aux associations de défense des libertés sur internet, notamment l’une des plus connues, La Quadrature du Net. Mais pas seulement, la CNIL elle-même, (Commission nationale de l’informatique et des libertés), déclare, dans un document que s’est procuré Le Monde, que ces nouveaux moyens auront des « conséquences particulièrement graves sur la protection de la vie privée et des données personnelles« . Enfin, le Conseil national du numérique (CNNUM) a lui aussi fait part de son « inquiétude » concernant ce projet de loi.

manuel-te-regarde

On va tout droit, lentement peut-être, mais sûrement, vers une surveillance étroite du courrier, du téléphone, des conversations et des mails des citoyens. Tout ça par une loi peut-être rédigée pour bien faire, surveiller les 1 700 djihadistes français recensés, les imams suspects, les déviants de l’islam repérés, mais peut-être aussi rédigée à dessein pour donner au gouvernement socialiste la possibilité d’instaurer à terme la dictature de la pensée que certains élus et dirigeants de gauche appellent de leurs vœux.

Les « hommes de l’ombre » seront libres d’intercepter les communications téléphoniques et électroniques, théoriquement à condition que cela soit en lien direct avec l’enquête. Mais sans le moindre contrôle judiciaire, qui garantit qu’ils n’outrepasseront pas ce droit nouveau pour complaire à des hommes et des partis politiques ? Surtout que les écoutes pourront être archivées pour une durée d’un mois et les données de connexion pour cinq ans, ce qui laisse largement le temps aux opérateurs de détecter « par traitement automatique, une succession suspecte de données de connexion« .

Maurice D.

cropped-minurne-300x78.png