LA DICTATURE DES MOTS (par Maurice D.)

L’information va vite. Entre l’envoi du texte par Maurice et sa mise en ligne, il semble qu’on connaisse l’identité du « dément » qui a reproduit à Copenhague les attentats de Paris (on vise les caricaturistes, puis les Juifs).
Un jeune homme bien sous tous rapports, Danois, comme l’ont rappelé toute la journée avec insistance les autorités danoises, qui ont décidément les mêmes délicatesses que les nôtres avec le « nazislamisme »…

000 - Copenhague

 

Né au Danemark !
Elevé au Danemark !
Abattu au Danemark !
La traçabillité est respectée…

 

Dans la foulée, on a aussi appris la profanation du cimetière juif de Sarre-Union en Alsace, 200 à 300 stèles vandalisées. C’est la 3ème fois que ce cimetière est profané.

MLS


Dans un commentaire, l’un de nos lecteurs a attiré mon attention sur deux nouveaux tics de langage du président : « est-ce que.. ? » et « qu’est-ce que ça.. ? » avec deux exemples « Est-ce que nous sommes capables de vire ensemble ? » au lieu de « sommes-nous capables… » et « qu’est-ce que ça veut dire un équipage ? » au lieu de « que signifie être un équipage ? ».

Je n’écoute le président que dans les imitations qu’en fait Nicolas Canteloup chaque soir sur TF1, ou les extraits de ses discours que donnent les chaines d’information.
Il y en a beaucoup trop, une véritable logorrhée verbale sur tout et n’importe quoi, le président voulant visiblement s’occuper de tout, être partout, commenter tout, faire semblant d’être actif sur tout. Et ses ministres l’imitent !

Fusillade à Copenhague : un mort. L’assassin a tiré depuis l’extérieur du bâtiment sur les participants d’une réunion où était invité l’ambassadeur de France François Zimeray. Celui-ci n’a pas été touché, ce n’est d’ailleurs pas lui qui était visé mais Lars Vilks, dessinateur d’une des premières caricatures de Mahomet qui n’a pas été blessé non plus. Un mort danois, dans la capitale du Danemark : la police danoise a pris l’affaire en main et recherche un suspect en doudoune et passe-montagne rouge « Un homme de 25-30 ans, d’environ 1,85 m, de corpulence athlétique et d’apparence arabe« . En France on aurait dit qu’il s’appelait Vladimir pour ne pas stigmatiser qui vous savez.

copenhague-33_5213519

Plus tard dans la nuit, le même est allé tirer sur une synagogue, deux morts de plus. Puis il aurait été abattu par la police danoise, qui vérifie son identité et cherche des complicités : « Nous supposons qu’il s’agit du même coupable derrière les deux affaires et nous supposons également que le coupable qui a été tué par la police à la station de Nørreport est la personne derrière ces deux assassinats »

Une affaire danoise que le Danemark qui a déjà connu plusieurs attentats commis par des musulmans intégristes est parfaitement capable de gérer tout seul. La preuve en est que le bâtiment où se tenait la réunion étant bien protégé, l’agresseur n’a pas pu y pénétrer. On aurait aimé qu’il en soit de même à Paris pour Charlie-Hebdo !

Bernard Cazeneuve s’est précipité tout de suite à Copenhague. « Cazeneuve est en pointe (sic) sur ce dossier » répétait en boucle la journaliste de BFMTV. Mais pour quoi faire ???? Il n’a vraiment rien d’autre à faire que d’aller se mêler d’une affaire qui ne concerne en rien la France, en tout cas pas directement ? La journaliste précise qu’il est un ami de l’ambassadeur. Ce serait donc une affaire personnelle. Dans ce cas, Cazeneuve a-t-il pris un vol régulier Paris-Copenhague et payé son billet ?

C’est là qu’intervient le président socialiste de la commission de défense de l’Assemblée nationale qui déclare « Nous répondrons à la violence par la démocratie« . Ce qui sonne bien, mais ne veut strictement rien dire. Supposons qu’il ait été présent dans la supérette Casher de la porte de Vincennes au moment où Coulibaly y entrait Kalachnikov au poing. Il lui aurait donc dit « Monsieur, nous allons créer une commission pour décider de ce qu’il y a lieu de faire et nous voterons, un vote auquel nous vous invitons démocratiquement à participer… » ? On croit rêver !

Un pays sensé répond à la violence et à l’agression par la dissuasion d’une force porteuse d’une violence plus grande que celle de l’agresseur. C’est la politique de la France depuis qu’elle a créé sa force de dissuasion nucléaire qui signifie clairement « tu me frappes, tu es mort ». C’est ce qu’a fait avec succès le dernier maire de New York pour réduire la violence criminelle qui régnait dans la ville : tout délit entrainait une sanction sévère.

Dans un discours du président, on note tout de suite l’emploi de mots inappropriés, portés par une élocution hachée, les phrases coupées n’importe comment, les hésitations qui trahissent une pensée confuse, l’incohérence du raisonnement, le flou mental. Ou alors, mais ce serait pire, il tient les Français pour des imbéciles doublés d’analphabètes et il pense se mettre ainsi à leur niveau, comme ces parents qui parlent « bébé » à leur enfant en utilisant abusivement la troisième personne : « Qui c’est qui va donner la bonne sousoupe à bébé ? C’est manman ! Et bébé il va ouvrir une grande bouche… » Alors que le bébé comprend aussi bien « Je vais te donner la soupe, ouvre grand la bouche » et qu’il apprend ainsi plus vite à parler correctement avec des mots justes sans en être le moins du monde traumatisé.

Les mots sont importants. L’usage des mots appropriés contribue grandement à la démocratie dans un pays en donnant aux citoyens la possibilité de comprendre ce que préparent ou veulent leur imposer ceux qui les dirigent. Il faut croire que ce n’est pas le but que recherchent ces derniers. Tous ou presque ont peur de la démocratie, ont peur que les « gens du peuple » comprennent ce qu’ils veulent réellement faire.

Le candidat à la présidentielle nous a promis début 2012 prospérité, liberté, travail pour tous, égalité sociale et paix. Croyez-vous que les Français auraient voté pour lui s’ils avaient su qu’il préparait une démocratie populaire, censure généralisée, quatre guerres en deux ans, bientôt cinq, soumission des citoyens par le chômage et l’impôt, endoctrinement généralisé par une presse soumise* ?

Aujourd’hui plus que jamais nous devons suivre le conseil de Noam Chomsky, linguiste au M.I.T. : « Vous devez apprendre à vous défendre. Si nous avions un vrai système d’éducation, on y donnerait des cours d’autodéfense intellectuelle« . Dans une vidéo, il explique par exemple comment tous les gouvernements, quels qu’ils soient, saisissent toujours l’occasion d’un événement dramatique comme le 11 septembre 2001 (ou le 7-9 janvier 2015) pour imposer plus de subordination aux citoyens. Sous prétexte d’unité nationale, de sécurité et de lutte contre le terrorisme qu’ils ont eux-mêmes contribué à développer par laxisme, angélisme, ou un subtil calcul, parce qu’ils ne savent plus diriger autrement que par la contrainte.

Deux faits sont particulièrement inquiétants. D’abord, il est consternant de voir l’état réellement déplorable de la réflexion, du savoir et de la raison dans de larges pans de la vie politique, intellectuelle, médiatique et même académique (universités, grandes écoles). Dans certains secteurs de ces institutions, certaines des choses qui se font et se disent fleurent bon l’inculture et le charlatanisme.

La deuxième préoccupation que nous devons avoir est politique concerne l’accès des citoyens des démocraties (qui le sont de moins en moins), à une information riche, sérieuse et plurielle qui leur permettrait de comprendre ce monde dans lequel ils vivent.

Sur ce plan là, l’état de nos médias est particulièrement inquiétant : concentration entre quelques mains de ploutocrates et de banques, Niel, Pigasse, Bergé, Lazard, Rothshild… journalistes formés dans des écoles toutes socialistes ou presque, dérive marchande, rôle de propagandistes du gouvernement qu’ils sont amenés à jouer dans la dynamique sociale au moment où nous sommes bombardés d’informations et de discours qui cherchent à obtenir notre assentiment sur la politique présidentielle, aussi débile et incohérente soit-elle, et à nous faire agir de telle ou telle manière.

Les dérives clientélistes, le réductionnisme économique et sociétal que l’on décèle actuellement dans la politique socialiste et chez les décideurs du monde de l’éducation qui sévissent au ministère concerné, constituent une grave raison supplémentaire de ne pas être rassurés quant à l’avenir de la démocratie.

Mais à cette avancée de l’irrationalisme, de la bêtise, de la propagande et de la manipulation, on peut toujours opposer une pensée critique. Exercer son autodéfense intellectuelle, dans cette perspective, est un acte citoyen que le pouvoir s’efforce d’empêcher. Dans mon prochain article, je m’efforcerai de vous montrer comment le pouvoir utilise certaines propriétés des mots, des statistiques, des chiffres pour tenter de vous asservir. Il n’aime pas et interdit tout ce qui contrevient à son idéologie.
Et quand il ne peut pas interdire, il censure ouvertement ou de façon sournoise.

Un exemple : pour voir le film Timbuktu qui décrit avec des images superbes comment une ville, Tombouctou, est tombée aux mains de musulmans djihadistes, j’ai du parcourir 60 km parce que dans le département tout entier, seuls deux cinémas le présentaient, et encore, à des heures impossibles (18 h 30 et minuit) et une seule séance par jour. Ces djihadistes prient, vont à la mosquée, parlent avec l’imam, invoquent constamment le nom d’Allah, imposent progressivement et presque avec douceur la terreur de la charia. « Tu reconnais que tu as chanté ? – Oui, – Tu sais que c’est puni de cinquante coups de fouet ? –Oui, – Je regrette d’avoir à la faire, mais c’est Dieu qui l’ordonne, béni soit son saint nom… » La pauvre fille subit sa peine et pendant qu’on la fouette se remet à chanter pour montrer sa résistance à l’oppression musulmane. Même comportement résistant chez le héros, un Touareg éleveur de bétail, humoriste (la vache qui guide le troupeau s’appelle GPS !), poète, doux, pacifiste et joueur de guitare, quand il déclare avec un courage que rien ne montrait précédemment, « Il y a un moment où il faut que ça s’arrête » et sort le vieux revolver de son père. Il meurt avec sa femme, tués dans une fusillade.
Vous comprenez qu’un tel film est un danger pour un gouvernement qui veut nous vendre que l’islam est « une chance pour la France« .

Pièce jointe copie 2

Selon une déclaration récente de l’Ambassadeur d’Algérie à Paris, » il y a 7 millions de franco-algériens en France » Combien de maghrébins et d’Africains musulmans ?

Un autre film est également menacé de censure : American snipper de Clint Eastwood, un dangereux terroriste comme chacun sait ! Il montre un tireur d’élite qui, en Afghanistan, « neutralise » environ 160 talibans à lui seul. Très bien fait, ce film connaît un grand succès partout. On peut se demander s’il est bien de montrer un assassin professionnel et d’en faire un héros, c’est un sujet à discuter. Mais ce n’est pas pour cette raison que le sénateur UDI Yves Pozzo di Borgo a écrit à Hollande pour demander son interdiction : « le snipper tue des musulmans, ce qui pourrait choquer… » Et il y a des gens qui ont voté pour lui !

Maurice D.

* Document donnant le montant des subventions par journal, cherchez le vôtre .Subventions presse

minurne-300x78

0 0 votes
Évaluation de l'article
47 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank