MURGERIE À L’ELYSÉE

La grande bourgeoisie socialiste aime s’encanailler. Je parle de celle qui ne circule qu’en voitures semi-blindées, cernée de gardes du corps, avec des fonctionnaires-porte-parapluie pour le leur tenir au-dessus de leur tête quand il pleut, comme feu Bokassa, parfois leur cigare, comme ces deux secrétaires généraux de syndicat qui tendent leur Cohiba à leur chauffeur en descendant de la Vel Satis ou de la C6 de fonction, qui fait de tête le compte de ses millions entre la lecture d’un article du Monde et un de Libération, qui fait du vélo avec un break du ministère qui suit derrière avec trois ou quatre fonctionnaires-porte-vélo à bord pour le récupérer et le remettre au garage dès que les journalistes seront partis, et d’autres dont les fonctionnaires-domestiques portent leurs dossiers, excepté pour monter les marches de l’Elysée ou de Matignon, parce que là ça fait le mec ou la fille qui bosse pour la patrie de passer devant les caméras en serrant contre son cœur un gros dossier dont on n’a pas encore lu la première ligne.

UnknownUnknown 06.52.41

Quand on vient d’une province tranquille où le voyou et le frisson d’angoisse que vous provoque la petite décharge d’adrénaline qui va avec est rare, c’est un besoin encore plus pressant. Va-t-il me frapper après m’avoir violé (e) ? Que la vie que je mène est dangereuse !

Débarquant de Tulle, morne ville, notre président du parti socialiste, François Hollande, a éprouvé naturellement ce besoin pressant de fréquenter des racailles notoires et patentées.

Unknown

Cesare Battisti arrêté par la police brésilienne

Cesare Battisti, membre des Prolétaires armés pour le communisme, assassin de quatre personnes en Italie (un gardien de prison, un policier, un boucher et un bijoutier, sans oublier le fils de celui-ci resté paraplégique près voir reçu une balle pendant le mitraillage de son père) avait trouvé refuge en France où, en 1985, François Mitterrand voyant en lui un héros de la gauche prolétarienne et un confrère écrivain, lui avait promis qu’il ne serait pas extradé. Il était quand même à la Santé et il écrivait des romans policiers plutôt nuls mais que la gauche française snobinarde s’arrachait. Bedos, Moustaki, Delanoë, Bernard-Henri-Lévy et même l’abbé Pierre le soutenaient, c’est tellement beau un assassin d’extrême gauche ! François Hollande aussi qui alla lui rendre visite à plusieurs reprises à la Santé, plaidant « la pureté de sa cause » !

On doit condamner mais on peut comprendre un exalté un peu simple d’esprit qui assassine un empereur, un roi ou un président qu’il juge responsables de la situation catastrophique dans laquelle se trouve le pays. Quand tout va mal, le responsable est celui qui est à la tête de l’administration et de l’armée. Mais où est la pureté de la cause quand les victimes sont deux fonctionnaires au niveau hiérarchique le plus bas et deux commerçants de petites entreprises personnelles dont l’un se promenait avec son petit garçon ? Aucun héroïsme, aucune cause justifiant ces crimes crapuleux d’un voyou qui avait cru trouver une famille dans un parti de minables qui n’ont jamais réussi à convaincre grand monde et se masturbaient en pensant déclencher une révolution prolétarienne avec quelques assassinats d’innocents sans la moindre envergure politique. Cesare Battisti n’est pas un héros, c’est un pur crétin, mais parlant bien comme qui vous savez.

En 2012, un journaliste d’investigation, Karl Laske, a d’ailleurs été surpris en découvrant le conformisme, l’aveuglement et la stupidité auto-satisfaite de la gauche politico-médiatique française qui soutient des causes indéfendables et sordides uniquement parce qu’elle croit y trouver une proximité idéologique avec l’extrême gauche. Laske a du mérite et du courage bien qu’étant de gauche, mais nul n’est parfait, c’est un ancien de Libération passé à Mediapart, dont le travail d’enquête est minutieux et toujours très professionnel. C’est lui qui a eu le mérite de dénoncer les financements très obscurs du Canard Enchainé dont les liens fusionnels avec certaines personnalités de la gauche socialiste expliquent ces attaques subites à boulets rouges contre d’autres personnalités de droite comme de gauche qui les gênent.

Karl Laske constate que Battisti a été jugé pour meurtres et condamné sur des preuves incontestables, confirmées par deux jugements en Cour d’Appel et par la cour Européenne des Droits de l’Homme, l’admirer est d’une stupidité toute socialiste.

Arrivé accidentellement à l’Elysée, Hollande n’a pas renoncé à ces fréquentations crapuleuses.

images

Il sourit, mais un peu crispé quand même, le délicieux frisson de l’angoisse !

Il s’est d’abord affiché avec le comique troupier Jamel Debbouze, se rendant à plusieurs reprises pour jouer avec lui dans le petit théâtre que celui-ci a monté et aussi souper avec lui et ses copains des cités. C’est toujours bon pour la pub quand on se dit de gauche.

Sa dernière maîtresse officielle, Julie Gayet, a compris cette fascination de son amant pour la racaille et a récemment invité à souper à l’Elysée l’un de ses représentants les plus emblématiques, Didier Morville, alias JoeyStarr, leader du groupe de rap Suprême Nique Ta Mère.

img-tifo-parisien-en-2009-1333893768_620_400_crop_articles-155508

Le CV de JoeyStarr est éloquent : 14 condamnations dont plusieurs à de la prison ferme et cinq pour agressions dont quelques-unes sur sa femme, la treizième étant une agression au hachoir à viande. Il explique cette instabilité et cette violence par le fait que son père lui-même alcoolique et violent a, quand il était petit, tué son lapin domestique, l’a cuit devant lui et l’a obligé à le manger. Il s’en passe des choses à Saint-Denis !

Drogué et alcoolique, facilement hystérique et sado-maso, il devient « graffeur » et écrit sur tous les murs de Paris sa marque : NTM. C’est ensuite qu’il se lance dans le rap et crée Suprême NTM en 1988. Outrages aux forces de l’ordre (crachats sur des gendarmes), rebellion, agression d’hôtesses de l’air, de passants, trafic de cocaïne, faux permis de conduire, multiples infractions au code de la route, ivresse sur la voie publique, coups et blessures sur sa femme, les condamnations pleuvent.

C’est cette « chance pour la France » que sa copine Julie Gayet invite à souper. Les artistes aussi aiment se faire des petites peurs au contact des fripouilles, des arsouilles, des hors-la-loi.

images

Quand on n’a fréquenté toute sa vie que des bourges de gauche et qu’on ne va dans les ZPS (zone prioritaires de sécurité, ainsi appelées parce qu’il y règne une totale insécurité) qu’accompagné de 350 gendarmes et policiers, ça excite de voir de près un indigène bien typé.

JoeyStarr dit qu’il a été « surpris » quand Julie Gayet lui a téléphoné pour l’inviter à passer la soirée « avec son fiancé » et, connaissant la légèreté de la cuisse de Julie, il n’a pas pensé à ce fiancé-là, LE fiancé ! Quand il comprend enfin, « Je redemande si je viens, j’accepte et puis voilà« , dit-il.

Julie-Gayet-fiancée-avec-François-Hollande-

L’Elysée lui a bien plu. Surtout la quantité et la qualité des alcools servis à la table du président. Après les vins fins auxquels il fait honneur, on imagine ses hôtes se poussant du coude « Tu vas voir, quand il est complètement bourré il devient violentDangereux ?Oui, mais t’inquiètes, les gardes sont prêts à intervenir, on va bien rigoler« , JoeyStarr s’extasie devant un vieux rhum de Haïti qu’il apprécie en connaisseur. L’ambiance étant chaude et JoeyStarr restant de bonne humeur, tout le monde s’y met, les fonctionnaires-serveurs cessent de faire le service, « ils ont posé la bouteille sur la table« , comme ça tout le monde peut se servir sans retenue. Comme dans les films ou le héros dit au barman « laissez la bouteille et apportez-en une autre ». « J’ai fait participer tout le monde » raconte tout fier le héros de la murgerie (dans les cités, se soûler à mort se dit « se murger », du nom de l’ancienne rue Alphonse Murge, célèbre pour ses troquets).

« En sortant de là, j’étais quand même bien fracassé » reconnait JoeyStarr et l’on imagine que les autres ne valaient guère mieux, à moins qu’ils aient fait comme dans ces spectacles du 19ème siècle où l’on enivrait un chimpanzé ou un vagabond pour rire à leurs pitreries, mais l’on n’ose y penser, ce serait ignoble.

l-affiche-n-89-ntm-joey-starr-revue-865175234_ML

Puis, notre héros de l’Elysée sort par la grande porte, salué par les gendarmes comme ils doivent le faire pour un invité de marque du président.

L’excellent Nicolas Gauthier ajoute dans Boulevard Voltaire que « Dans le même temps, Samy Naceri était placé en garde à vue pour s’être pouillé la tronche avec l’une de ses ex-femmes. Et, toujours dans le même registre, Valérie Trierweiler, elle aussi condamnée pour avoir torgnolé un banal client dans un simple bar, lequel aurait eu l’outrecuidance de lui demander des nouvelles de François Hollande sur un ton qui aurait été « ironique », à en croire Le Figaro. Seulement voilà, le torgnolé n’est pas exactement n’importe qui. Il s’appelle Mohamed Rizki. La présomption de « racisme » sera-t-elle retenue par les autorités judiciaires, sachant que le « Mohammed » en question a tout de même porté plainte ? »

On sait s’amuser dans la haute bourgeoisie de gauche, celle qui dirige la France.

Maurice D.

minurne-300x78

 

 

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
33 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank