NIGERIA-EUROPE, MÊME COMBAT (par Maurice D.)

Le Nigeria vient d’élire un nouveau président et de commémorer l’enlèvement il y a un an des 219 filles de l’école de Chibok dans l’État de Borno au Nord-est du pays.
En France, on connait généralement très peu de choses du Nigeria, pays le plus peuplé d’Afrique avec 180 millions d’habitants, grand comme deux fois la France. Première économie d’Afrique devant l’Afrique du Sud, très riche et très pauvre à la fois, au sein duquel s’est implantée Boko Haram, une annexe de l’Etat Islamique que ni l’armée nigériane nationale ni les troupes internationales n’arrivent à éradiquer.

03-04-2014_-_Nigeria_FCV_web__cle89bcfa

La zone rouge au Nord est dangereuse parce que musulmane. Celle du Sud, autour de Port Harcourt, bien que chrétienne, est tenue par le MEND.
En ocre, la région la plus peuplée, celle de Lagos est chrétienne.

Le Nigeria a connu plusieurs empires depuis les Noks au VIème siècle, les Haoussa, le Kanem, le Kanem-Bornou qui dura 600 ans et mena au XVIème siècle la civilisation nigériane à son apogée avant le déclin apporté par l’empire musulman d’Usman dan Fodio qui couvrit le nord du pays.

Au XVème siècle, les Portugais établirent des relations économiques fructueuses avec le Kanem-Bornou dont la prospérité était basée sur d’importants échanges économiques entre les Berbères du Sahara (sel, or, productions du Maghreb…) et les populations forestières du Sud. Les Portugais ayant su estimer la puissance de l’empire ne tentèrent pas de le coloniser. Les Anglais arrivés en 1553, par contre… Ils s’installèrent sur les côtes, chassèrent les commerçants Portugais et créèrent plusieurs ports pour y collecter les esclaves noirs fournis par les chefferies nigérianes à des intermédiaires très souvent arabes et musulmans pour les exporter vers les colonies anglaises d’Amérique.

Au XIXème siècle, ce commerce a été remplacé par celui des matières premières, et à partir de 1956 par celui du pétrole. Officiellement colonie anglaise depuis 1914, le Nigeria a obtenu son indépendance en 1960 avec comme capitale Abuja, Lagos restant la plus grande ville du pays. Le Nord est musulman, le Sud chrétien et animiste. C’est une République fédérale de 36 États.

Depuis 2010 il était dirigé par Goodluck Jonathan, un chrétien du Sud, du Parti Démocratique Populaire, bref un socialiste. En bon socialiste celui-ci a littéralement détruit l’armée, aujourd’hui « en miettes« . Les soldats sont payés l’équivalent de 100 € par mois, les familles ne touchent aucune indemnité en cas de mort au combat et sont expulsées de leur logement une semaine après le décès. Les salaires ont souvent plusieurs mois de retard, ce qui oblige parfois les militaires à revendre leurs armes et leur matériel pour survivre. Qui a de l’argent pour les racheter ? Boko Haram.

Jonathan a voulu avoir une action sociale qui a échoué en grande partie du fait que l’État central redistribuant l’argent des impôts et des aides internationales aux gouvernements locaux présidés par des émirs et des cheiks, cet argent se volatilise dans les poches des djellabas et ce beaucoup plus dans le Nord musulman que dans le Sud chrétien. L’argent n’arrive pas jusqu’au peuple qui, malgré la grande richesse du pays, est l’un des plus pauvres d’Afrique.

Désorganisation de l’armée, armes en circulation, extrême pauvreté du Nord musulman du fait de la corruption de l’élite islamiste (que combat Boko Haram) expliquent en grande partie la grande facilité avec laquelle Boko Haram a pu s’implanter au Nord-Est du pays et pas au Sud.

boko-haram-nigeria

Cela dit, le Sud a son mouvement indépendantiste, le MEND, Mouvement d’Émancipation du Delta du Niger, bien armé et bien entraîné aux tactiques commandos. Il s’en prend aux intérêts étrangers en enlevant des ingénieurs contre rançons, mais son action n’a pas de motif religieux. Il veut lutter contre la corruption, la pollution et le fait que les Iwas qui peuplent le Sud ne reçoivent rien de l’immense richesse pétrolière exploitée dans la région.

L’action du MEND n’est pas non plus tournée contre le peuple comme celle de Boko Haram qui voudrait l’asservir à l’islam « vrai », le « purifier » car il est pollué par les ennemis de l’islam, les Juifs, les Chrétiens, les apostats, les occidentaux, leur civilisation, leurs valeurs et leur culture en général, mais surtout les taghouts, ces musulmans modérés, pacifistes qui, en pratiquant un djihad défensif, montrent qu’ils n’ont rien compris à la loi divine de la charia. Même ceux qui croient faire un djihad offensif, mais non conforme à la « vraie » charia, doivent être punis ou éliminés s’ils ne se repentent pas de leur pêché. Comme les Frères musulmans « qui sont manipulés par Satan » et salissent l’E.I. en racontant qu’en commettant des tueries et en versant le sang E.I. donne une mauvaise image de l’islam.

Car la vérité, selon ces sunnites salutistes soutenus financièrement par les pétro-monarchies du golfe, c’est que Boko Haram, comme E.I. auquel il s’est rallié en lui faisant soumission, « détruisent pour le bien de la vérité, de la justice, pour la victoire de la religion d’Allah. Et pour que le châtiment d’Allah ne frappe pas l’oumma (la communauté des vrais croyants). Il faut savoir que si le djihad n’est pas décrété, Allah envoie un châtiment qui permet l’installation de l’incroyance avec des conséquences qui, en comparaison, font apparaître bien pâle le châtiment d’Allah… Les musulmans modérés, pacifistes, leur abandon du djihad guerrier et leurs incitations pour que l’oumma abandonne le djihad sont les raisons majeures du châtiment de l’oumma par Allah… Là est la cause des châtiments comme les tremblements de terre par exemple, qu’Allah fait tomber sur le monde« .

En somme : Les musulmans n’ont pas dans le monde la situation qu’ils devraient avoir, celle de maîtres gérant au mieux la barbarie des dhimmis, les non-musulmans soumis à l’islam, payant l’impôt islamique et acceptant les règles de la charia en échange de quoi ils seraient autorisés à pratiquer, sous surveillance et sans faire le moindre prosélytisme, leurs religions barbares. Comme cela s’est passé en Andalousie pendant 800 ans.

La situation actuelle des musulmans contraints de subir la barbarie de l’incroyance est une punition qu’Allah impose à l’oumma où les musulmans modérés « serrent la main des infidèles, des sectes, des factions, des partis politiques, des chrétiens qui commettent les massacres les plus vils et les plus redoutables… » Les batailles perdues, Poitiers, Lépante, les deux sièges ratés de Vienne, la résistance victorieuse de la Pologne contre l’armée musulmane… l’Afghanistan, l’Irak, la Syrie, l’Egypte aux mains de Sisi, la Tunisie qui échappe à la charia, etc. Mais aussi les catastrophes naturelles qui frappent les pays musulmans comme le tsunami sur le nord de Sumatra (région d’Aceh) sont les punitions qu’Allah envoie pour punir les musulmans qui ont renoncé au djihad offensif qui devrait leur assurer la domination du monde.

images-4

Quads, motos, tout est bon pour conquérir le monde !

Pour sortir au plus vite de cette situation catastrophique, les meilleurs des musulmans, comme le calife Al Badhdadi d’E.I., ont compris qu’il faut imposer la charia partout, que le meilleur et le plus rapide moyen d’y parvenir, c’est la terreur qu’inspire le sang versé de la manière la plus horrible et humiliante pour les infidèles : décapitations, égorgements, crucifixions, massacres de masse… En allant vite, en versant tout de suite beaucoup de sang et en punissant très durement ceux qui ne se rallient pas. Elle doit inciter les infidèles à se soumettre plus vite à la seule vraie religion et au seul vrai dieu, et cela évitera de bien plus grands massacres commis par les infidèles, les mécréants, les apostats, de droite comme de gauche, ceux de gauche étant « pires que ceux de droite parce qu’ils sont hypocrites » (les mounafikoun) en faisant croire qu’ils aiment l’islam alors qu’ils font tout pour le maintenir en état de soumission en l’incitant à être modéré et pacifiste. « Notre méthode (celle d’E.I. et de Boko Haram) est un acte de miséricorde envers toutes les créatures« . La violence djihadiste est donc « un acte de miséricorde« , les modérés et les pacifistes des criminels, et « Je rappelle que les Frères musulmans se sont joints à ces criminels pour condamner le terrorisme… et empêcher (en Égypte) les chrétiens d’être des citoyens de deuxième classe« .

images-3

Abubakar Shekau, chef de Boko Haram, musulman sunnite salafiste djihadiste est un saint pour l’islam malgré 15 000 morts et des milliers de femmes enlevées pour être vendues comme esclaves, leur place « normale » dans l’islam selon lui.

Les djihadistes sont « des soldats missionnaires« , dont le devoir de musulmans est de « brandir l’épée contre les juifs, les chrétiens, les polythéistes non-arabes jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’islam, ou qu’ils soient réduits en esclavage, ou qu’ils soient dirigés par les Arabes » « Qu’allah les accable ! Comme ils sont pervertis » (Coran 9/ 29-30) « Il faut abattre l’épée sur ceux qui s’abstiennent (du djihad, les modérés) et furent associés à ceux de la qibla (les musulmans qui pratiquent le djihad, mais défensif)… L’épée est tombée sur eux comme une miséricorde car il commettent un horrible péché« … « Ce que nous voulons rendre très clair, c’est que les gens qui détournent le peuple de l’islam du djihad n’ont apporté que tueries, destructions, corruption à l’humanité… Il n’y a pas de corruption dans la charia d’Allah… Quand je dis « les gens », je veux parler des juifs, des chrétiens, des apostats nationalistes, baassistes (socialistes), démocrates, des mauvais guides qui œuvrent dans les mouvements islamiques pacifistes« .

Nous voila prévenus. Faut-il croire comme certains crétins par ignorance que les valeurs de l’islam sont compatibles avec celles de la République ? Faut-il se soumettre ou résister et repousser l’islam comme nous avons déjà su le faire dans le passé, chaque fois que cette « nation » théocratique a voulu conquérir l’Europe pour la soumettre ? Aujourd’hui cela commence par l’invasion apparemment pacifique de millions de pauvres, la future chair à canon du djihad qui une fois dans la place n’aura pas plus de pitié pour eux que pour nous.

Maurice D.

Toutes les citations entre guillemets sont extraites du Mein Kampf islamiste Gestion de la barbarie, sous-titré L’étape par laquelle l’islam devra passer pour restaurer le califat, Instructions à suivre pour démoraliser et détruire l’occident, du cheikh Abu Bakr Naji.

cropped-minurne-300x78.png

0 0 votes
Évaluation de l'article
53 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank