BOLSONARO : UN MODELE POUR LA FRANCE ?
(L’Imprécateur)

Fraîchement élu, Jair Bolsonaro, nouveau président « populiste » du Brésil, ne perd pas son temps. Son gouvernement est déjà constitué alors qu’il ne prendra officiellement ses fonctions que le 1er janvier prochain. Et parmi les premières mesures annoncées, dont la réduction par deux du nombre de ministres qui passera de 30 à 15 (en France 38, mais nous sommes un pays très riche !) il y  a celle-ci qui met la gauche en état de sidération : il annonce qu’il va supprimer les aides et financements gouvernementaux à la presse et aux télévisions de gauche, car il « ne voit pas pourquoi le contribuable devrait financer des producteurs de fake news » !

 

Imaginons la même mesure en France

Imaginez la même chose en France : Le Monde, Libération, L’Humanité, Radio France et France Télévisions plus quelques autres comme L’Obs, privés des millions que leur versent les contribuables via l’Etat et qui sont la condition de leur survie. Finie la propagande pour la gauche et Macron. Obligés de revenir au B.A.-BA du journalisme : être neutre, informer objectivement, enquêter pour essayer de déceler la vérité dans le magma d’infos contradictoires, dire aux lecteurs et auditeurs-spectateurs ce que sont vraiment l’immigration et la traite négrière organisée par le gouvernement à travers la Méditerranée, enquêter sur le plan d’islamisation de l’Europe signé par l’énarque Giscard d’Estaing de la Trilatérale en 1975 avec plusieurs pays arabes et que tous les dirigeants socialistes ont suivi et suivent depuis Mitterrand jusqu’à Macron.

https://www.dailymotion.com/video/xgiof5

Dire la vérité sur l’état désastreux de l’économie que les fonctionnaires de l’INSEE camouflent sur ordre… Bref, ce que recommence à faire Marianne depuis que le milliardaire tchèque qui en a pris le contrôle a mis Natacha Polony à sa tête, et l’on retrouve l’esprit « Jean-François Kahn » des origines qui fit le succès de Marianne.

Les journaux de gauche perdent leurs lecteurs

Tous les journalistes de gauche dans le monde perdent leurs lecteurs. Ils se lamentent et invectivent ces populistes qui ne comprennent pas que le camp du Bien, c’est eux. Ils devraient se souvenir de la vraie raison pour laquelle le plus souvent ils ont été embauchés : copinage ? piston ? clairement classés « de gauche » dans l’école de journalisme d’où ils sortent (à celle de Sciences Po la concurrence est rude !) ? pour les filles, maîtresse ou femme d’un politicien de gauche, autre ?…
Leur soumission au régime et aux milliardaires qui possèdent leurs journaux est trop flagrante.

Il y en a, je ne le cache pas, dont j’admire le talent quand, trop rarement, ils font preuve de ce dont ils seraient capables s’ils étaient libres, mais comme la plupart du temps ils se contentent de reprendre sans les vérifier les dépêches souvent mensongères, par omission ou délibérément, de l’AFP, je finis par les mépriser pour leur renoncement à exercer leur métier dignement et avec courage pour se coucher en larmoyant leur incompréhension des lecteurs qui les abandonnent.

La presse de gauche ment trop pour être crédible

Les journaux de gauche mentent trop souvent, si bien que leurs lecteurs en proie au doute finissent par douter même quand ils disent la vérité. On le remarque dans la déconnexion de plus en plus manifeste entre les journalistes de gauche et leurs lecteurs, mais aussi dans l’effondrement des ventes de la presse de gauche alors que celle de droite (Ex : Valeurs actuelles) progresse. Ils sous-estiment et  mésestiment la façon dont pensent ceux à qui ils s’adressent et peinent donc à leur faire une démonstration efficace de leur capacité professionnelle et de leur talent. Si bien que leurs lecteurs finissent par contester tous les arguments qu’ils leur présentent et passent à l’info certes souvent erronée ou aléatoire que l’on trouve sur internet, mais au moins contradictoire et où l’on peut exercer sa capacité critique pour trouver ce qui est probablement vrai.

Le Figaro, 22 octobre 2018. Des légumes aussi parfaits, sans la moindre trace d’attaques d’insectes ont évidemment été traités et probablement avec l’un des 13 pesticides classés « bio », comme le cuivre qui est notoirement toxique pour les limaces… et l’homme. 

Les lecteurs de leurs journaux leur reprochent d’être de façon beaucoup trop évidente les propagandistes de lobbies pourtant déclarés comme le bio ou les éoliennes qui vendent leur « moins 25 % de cancers » (1) ou leur « énergie verte » (2) deux affirmations non prouvées par les études scientifiques. On ne peut pas simplement cacher cette réalité sous le tapis en traitant ceux qui se méfient d’imbéciles. Ils ont de bonnes raisons d’être suspicieux et le scepticisme n’a rien de malhonnête.


À gauche le niveau culturel baisse

Les journalistes devraient aussi tenir compte du fait que grâce à l’éducation nationale, les lecteurs, surtout les jeunes, sont de moins en moins cultivés, donc de moins en moins aptes à saisir des démonstrations parfois brillantes, mais totalement inadaptées à leur niveau de compréhension. Les méthodes de la démonstration et de la critique de la démonstration leur sont inconnues. Les journalistes devraient s’efforcer de dire en termes simples, sans jargon professionnel, la réalité des choses (3) quel que soit le domaine abordé, politique, économie, religion, science…

Il ne faut pas oublier aussi que le niveau de connaissance de la langue française a sérieusement régressé. On trouve dans les thèses de doctorants (bac +5) d’innombrables fautes d’orthographe, de grammaire, de français (phrases sans verbe, incompréhensibles..). Les journalistes devraient éviter d’en faire et se méfier des correcteurs automatiques des ordinateurs qui en font encore plus qu’eux.

Enfin, les lecteurs se rendent parfaitement compte que la presse n’est pas libre. Outre le fait qu’elle est dans les mains d’une poignée de milliardaires, les membres du CSA, « le gendarme de l’audiovisuel »,  sont nommés par le président de la République, le président de l’Assemblée et celui du Sénat et le moins que l’on puisse dire est que le CSA est loin d’être objectif et tout aussi éloigné de la liberté d’expression.

blank

L’actuel président du CSA est Oliver Schrameck, un vieux socialiste recasé là par François Hollande et qui en est resté à l’information de type totalitaire des années 80. Les présidents de Radio France (4) et de France Télévisions sont aussi nommés par le président. Le magistrat Philippe Bilger avait dénoncé à l’époque « le climat de connivence et de clientélisme » qui avait entouré la nomination de Delphine Ernotte, la vielle dame qui trouve que « il y a trop de vieux mâles blancs » à la télé et en a déjà viré un certain nombre, comme William Lémergie de Télématin. L’expulsion de journalistes brillants comme Taddeï et Zemmour (que l’on soit d’accord avec eux ou non) montre bien que le pluralisme de l’information n’est plus, sur le service public, qu’une légende moisie.


L’Imprécateur

5/11/2018

1 : J. Baudry et al.,  Association of Frequency of Organic Food Consumption With Cancer Risk: Findings From the NutriNet-Santé Prospective Cohort Study Med. p-p 1-10, associe la consommation d’aliments bio à un risque réduit de cancer. L’article a été repris par plusieurs journaux en oubliant seulement la conclusion « If the findings are confirmed, promoting organic food consumption in the general population could be a promising preventive strategy against cancer« . Si les résultats sont confirmés, la promotion de la consommation d’aliments biologiques dans la population en général pourrait constituer une stratégie préventive prometteuse contre le cancer. Avec des « si » et des conditionnels, on  peut démontrer n’importe quoi de faux. Après quoi, les auteurs demandent que les recherches soient poursuivies, « more research is needed » un appel à peine déguisé à plus de subventions.

2 : L’énergie « verte » vendue par certains escrocs de l’énergie ne peut pas être verte. Les 1,5 à 2 % d’électricité aléatoire produits par les éoliennes sont injectés dans le réseau et mêlés aux 80 % de nucléaire + 18 % d’hydraulique, gaz et fuel.

3 : Exemple : Supposons que dans un article vous ayez à parler de la théorie des cordes. Si vous donnez les équations des physiciens et des mathématiciens, votre lecteur est perdu. Si vous lui dites « Les briques de l’univers sont des minuscules particules, les atomes, les photons, les électrons, les bosons, etc. Ils sont gérés selon la théorie de la gravité universelle d’Einstein. Mais celle-ci ne peut pas expliquer le big-bang créateur d’étoiles ni les trous noirs dévoreurs de matière. Les mathématiciens avec les mathématiques quantiques ont donc « inventé » les « cordes », microscopiques ficelles vibrantes et élastiques qui en vibrant à des fréquences variables et en s’associant ou se dissociant créent ou détruisent de la matière, les photons, les électrons, etc. On peut alors dépasser les limites  imposées par la gravité, comme la vitesse de la lumière, et imaginer comment l’univers s’est soudain créé et comment les trous noirs absorbent tout. Le problème est que pour le moment personne ne sait comment « voir » ces « cordes ». Mais les physiciens du CERN ont mis plusieurs années avant de photographier  un boson de Higgs pour la première fois (en 2011) et maintenant personne ne doute plus de l’existence des bosons« .
C’est évidemment sommaire, incomplet et partiellement inexact, mais votre lecteur aura compris le principe de base de la théorie des cordes et progressé dans son niveau de culture.

4 : Le président de Radio France, Mathieu Gallet, grand ami de Macron qui l’a nommé, a récemment été révoqué pour favoritisme. Macron n’a pas été capable de prendre sa défense, cela aurait pu chez certains confirmer le soupçon de liaison entre eux  qui a couru sur le net.


blank

blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Le gaulois
Le gaulois
6 novembre 2018 10 h 47 min

C’est très bien dit rien à rajouter

serge
serge
6 novembre 2018 9 h 04 min

La gauche s’est toujours esbaudie devant les « intellectuels assis avec du recul ». S’ils sont assis c’est parce qu »ils sont trop paresseux pour rester debout. Le recule est nécessaire pour qu’ils puissent se coucher facilement.

TYPHOON
TYPHOON
6 novembre 2018 8 h 16 min

Le ras le bol du bon peuple s’étend sur toute la planète. Il y a une prise de conscience qui se généralise quand aux mensonges d’une gauche bobos hyper friqués qui distille son venin, à travers des médias auxquels plus personne n’accorde une quelconque confiance. La désinformation gauchisante a vécue.

Le gaulois
Le gaulois
6 novembre 2018 10 h 49 min
Répondre à  TYPHOON

Exact je n’aurai pas dit mieux

necas
14 novembre 2018 3 h 24 min
Répondre à  TYPHOON

Pour avoir moi même vécu là bas : je peux vous affirmer que la Police Militaire aura carte blanche pour allumer la pègre ! Et la Légitime Défense sera de plus en plus en faveur de cette police militaire ! Et les juges vont aller dans le même sens , parce qu’il n’est pas conseillé de contrarier les autorités au Brésil ! Très déconseillé , si vous voulez vivre longtemps . …. De même , ne jamais oublier que , Bolsonaro vient de la Police Militaire , donc , il donnera un fort tour de visse envers les délinquants !… Lire la suite »