LES ENARQUES NUISENT-ILS A LA REPUBLIQUE ?
(L’Imprécateur)

La trop grande intelligence – « trop complexe et trop subtile » – de La République en Marche n’arrive pas à sortir la France de l’ornière où l’ont jetée les énarques des générations précédentes depuis qu’ils ont pris le pouvoir il y a une cinquantaine d’années.

On croyait que le président Macron avec son « mon intelligence est trop complexe… » était le plus prétentieux des LREM, il a été battu par Gilles Legendre, le chef des godillots avec son mea culpa « Notre erreur est d’avoir été probablement trop intelligents, trop subtils…« 

Succédant à Nathalie Loiseau à la direction de l’ENA, en 2017, Patrick Gérard, (qui n’est pas énarque !) avait estimé le niveau des candidats « en dessous de la moyenne« , fustigeant leur caractère « moutonnier« , « trop formaté« , leur manque d’esprit critique, d’imagination et leur difficulté à prendre une décision que, le plus souvent, ils éludent dans leur jargon technocratique.

Le seul aspect très positif de leur profil étant une excellente mémoire qui leur permet d’apprendre tout par cœur et rapidement, donc de franchir avec succès les épreuves des examens et concours. Si le concours est conçu pour sélectionner le niveau intellectuel réel hors mémoire, ils s’y « plantent » souvent, comme le jeune Emmanuel Macron (deux fois) à celui de l’Ecole normale supérieure.

Mémoire ne signifie pas intelligence, même les Blobs sans système nerveux ont de la mémoire et sortent plus vite d’un labyrinthe que de nombreux mammifères, même humains. (1)

Quand ils sortent de l’ENA ils n’ont pas appris grand-chose qui améliore leur culture générale, on le constate avec le niveau en histoire-géographie très faible du président lui-même qui ignore l’essentiel de l’histoire et de l’outre-mer français.

Il déclarait, par exemple, en décembre 2017 à la Réunion, en parlant des troubles sociaux en Guyane « il faut arrêter de bloquer le fonctionnement de l’île« .

On aurait pu admettre l’erreur s’il n’avait pas parlé en une autre occasion de la Guadeloupe pays indépendant, ou de la Nouvelle-Calédonie comme d’un élément clé « de l’Indo-Pacifique« .

Ils ne sont même pas bons en droit public comme le montrent la douzaine d’infractions graves à la Constitution commises par le président ou sous sa responsabilité, que le Conseil Constitutionnel, constitué lui aussi d’énarques, n’a pas relevées, préférant sans doute passer son temps à pinailler pour corriger des propositions parlementaires qui ne lui paraissent pas suffisamment politiquement correctes dans l’esprit macronien.

Il y a quelques exceptions…

François Asselineau : un énarque intelligent

Piètres orateurs, ils sont mauvais en économie et finances

Les discours des énarques sont rarement brillants, cela arrive, mais le plus souvent il s’agit d’un enfilage de lieux communs utilisant très peu de mots au sens vague et flou, comme s’en amusait ce tableau qui a circulé sur internet où n’importe qui pouvait construire un discours politique en apparence cohérent et de style très politiquement énarquien en mélangeant dans n’importe quel sens les mots piochés dans les cases.

Ils ne sont pas experts non plus en économie, imprégnés des vieilles et obsolètes théories keynésiennes et marxistes, ni en finances, même quand ils sont passés par l’Inspection des Finances, comme en témoignent les piètres résultats obtenus en conception de budgets équilibrés, cohérents et efficaces pour l’économie du pays, et leurs décisions qui, la plupart du temps ne répondent pas aux besoins.

Pourquoi la France a-t-elle des résultats inférieurs à la moyenne ?

Les Français aimeraient qu’on leur explique pourquoi la quasi totalité des pays européens ont des budgets en équilibre, un taux de chômage entre 3 et 5 %, un taux de croissance souvent supérieur à 3 %, des exportations excédentaires, une fiscalité raisonnable et parfois un niveau de vie deux fois supérieur à celui des Français.  

La France a 9 % de chômage, un taux de croissance qui peine à atteindre 1,5 %, des exportations largement déficitaires, une dette qui vient de franchir le cap de 100 % du PIB et un niveau de vie en chute libre malgré les intelligences soi-disant subtiles ou complexes de nos énarques.

Et contrairement à ce que disent les Macron et les Legendre, ce n’est pas parce que les Français sont réfractaires aux réformes, alcooliques, illettrés ou bons à rien. Qu’on les laisse travailler sans les inonder de normes changeantes, d’interdictions multipliées à l’infini en les assommant d’impôts dont une bonne partie est dilapidée en cadeaux à des potentats africains, une foule d’associations qui se démultiplient à l’infini pour augmenter le volume des subventions qui vont engraisser les gros malins de l’association-mère, à des syndicats qui investissent dans des châteaux et des stages sous les cocotiers sous prétexte de formations pour leurs cadres, en augmentations de salaires et d’avantages défiscalisés que se votent les élus sans contrôle, etc.

Il n’est pas certain que la France ait besoin d’énarques

Les Français, ont un niveau d’instruction générale relativement faible qu’ils doivent à une instruction publique et à des grandes écoles en-dessous de la moyenne internationale (classements PISA, Shangaï, etc. ) mais heureusement, qu’ils parviennent souvent à améliorer à l’occasion de leur formation professionnelle ou par des efforts personnels dont se croient dispensés les heureux pistonnés et financés à vie sortis de Sciences Po et de l’ENA.

Qu’on laisse travailler les Français sans leur empoisonner la vie et ils redresseront tous seuls le pays comme ils l’ont fait entre 1945 et 1970. Ils n’ont pas besoin d’énarques et ils ont compris (ce sont les gilets jaunes) qu’ils doivent la médiocrité de leurs résultats nationaux et la décroissance de leurs revenus et de leur niveau de vie à l’incompétence et à la suffisance d’une trop grande partie de leurs élites auto-proclamées. Celles qui attribuent de façon stupide et dérisoire leurs échecs répétés à ce que les Français n’apprécieraient pas suffisamment leur intelligence « trop complexe » ou « trop subtile ».

La France n’est pas armée pour intégrer l’Europe

Le pire est à venir avec deux erreurs fondamentales et mortifères à terme dont les énarques se gargarisent : l’Europe et l’immigration massive.

Un député LREM au quotient intellectuel visiblement déficient a récemment déclaré dans une émission publique qu’il « est clair » que LREM doit gagner les prochaines élections européennes de manière à pouvoir « procéder au transfert des éléments de la souveraineté de la France à l’Europe« .

A-t-il jamais lu la Constitution ? Ses articles 4 (les élus « doivent respecter les principes de la souveraineté nationale« ) et 5 (« Le président veille au respect de la Constitution… Il est le garant de l’indépendance nationale« ), sont très clairs sur ce sujet.

La souveraineté française appartient au peuple, si ses représentants veulent en modifier quoi que ce soit, ou en mettre une partie sous la coupe d’un traité international, il ne peuvent le faire qu’après en avoir reçu le mandat du peuple.
Ce qui implique un référendum ou, si le peuple n’est pas consulté ou a été désavoué après un vote négatif, la destitution du président, la démission du gouvernement et de nouvelles élections législatives.
De plus, la France en état de grande faiblesse économique du fait des mauvaises politiques menées depuis une demi siècle n’est pas suffisamment armée pour intégrer une Europe fédérale.

Les 4 missions de l’ENA et sa place dans l’Europe

Cela dit, on comprend mieux l’appétence des énarques pour l’Europe quand on connaît les quatre missions de l’ENA :

1 / Le recrutement et la formation initiale des hauts fonctionnaires français et étrangers
2 / La formation continue et le perfectionnement de fonctionnaires français et étrangers
3 / Les relations européennes et internationales bilatérales et multilatérales en matière de gouvernance publique et d’administration
4 / La formation aux questions européennes et la préparation aux concours d’entrée dans les institutions européennes.

À croire que tout énarque qui ne devient pas ministre ou président de la République a pour vocation d’intégrer l’administration européenne non élue où les très gros salaires défiscalisés sont de mise !

Cela dit, on oublie que la mission de l’ENA telle qu’elle fut définie par le général de Gaulle et Michel Debré était de former « les meilleurs grands commis de l’État« , c’est-à-dire des seconds, ce qui aurait dû conduire à exiger d’eux qu’ils renoncent à leur statut de fonctionnaires privilégiés avant d’entrer en politique.

Les mafias colonisent et  pillent l’Europe

Enfin, il y a un nouveau problème qui surgit : l’installation dans tous les pays européens de mafias autrefois cantonnées dans leur pays d’origine. Depuis leurs premiers pas dans les années 90, les mafias albanaises et italiennes ont installé des bases solides en Europe et en France même. Pour les italiennes, Europol s’est efforcé de combler « l’important déficit d’information » qui existe autour des activités des mafias comme la N’Drangheta en Europe. Comme Europol l’a lui-même noté, la « difficulté de collecter des informations » souligne le fait que les mafias opèrent « sous le radar ». En novembre 2018, Europol a mis en place un réseau opérationnel spécifique axé sur les activités de la mafia italienne à l’étranger, la police antimafia italienne jouant un rôle moteur.

Il a donc fallu 18 ans pour que la bureaucratie européenne se bouge !

Elle a ainsi laissé le temps aux réseaux de la mafia de s’incruster, ce qui rend la lutte contre ce cancer beaucoup plus difficile, et beaucoup plus coûteux pour les citoyens que si le problème avait été pris dès les premiers signes. C’est un des dégâts collatéraux de l’inflation exponentielle de l’appareil déjà si coûteux de la bureaucratie de l’Union Européenne.

La France n’est pas organisée pour gérer une immigration de masse

La seconde erreur est celle du choix que les énarques ont fait de l’immigration de masse sans contrôle.

Beaucoup de pays réussissent à intégrer sans gros problèmes des quantités importantes d’immigrants parce qu’ils savent organiser et gérer  leur immigration. Ce fut le cas en France quand elle posait des règles à respecter par les candidats à l’immigration, ce que font la quasi totalité des pays dans le Monde.

À partir du moment où n’importe qui peut, comme aujourd’hui, sous prétexte d’un humanisme mal compris et dévoyé, entrer quand il veut, comme il veut, sans aucune préparation ni moyens en comptant sur la générosité du pays d’accueil, on entre dans le cadre de l’improvisation anarchique qui sévit dans l’administration française actuelle.

Cela ne peut engendrer que la misère pour tous à long terme, génératrice de conflits sociaux dont il faut être énarque ou de gauche pour ne pas voir qu’ils se profilent déjà et vont dégénérer en « face à face » comme l’a prédit Gérard Collomb.

D’autant plus que ce ne sont pas les classes aisées qui en souffrent, mais le petit peuple des travailleurs. Il n’a pas les moyens de se barricader dans des immeubles sécurisés avec des parkings privés fermés. Quand il part à pieds pour aller jusqu’à l’arrêt de bus, la station de métro ou la gare, c’est lui qui encaisse les insultes, parfois les coups, voire les attaques au couteau. Ce ne sont pas les énarques qui passent dans leurs grosses voitures que le chauffeur ira garer là où personne ne viendra y mettre le feu parce que c’est la voiture d’un mécréant blanc.

L’Imprécateur
27 décembre 2018

1 : Blobs voir https://youtu.be/47qiwqKRef0


blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
8 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Raoul Dheste
Raoul Dheste
5 janvier 2019 12 h 52 min

Les énarques nuisent-ils à la République ? Autrement dit, l’ÉNA nuit-elle à la « République » ? est une excellente question, dont l’essence shakespearienne n’echappera à aucun zoologiste, car elle nous projette immédiatement dans une interrogation obligatoire sur deux fondamentaux : la République, d’abord, dont l’accaparement sémantique par la France, ses autorités, ses perroquets et autres serviteurs des médias – comme on dit des artilleurs à propos de leur outil de travail – est aussi rigolo que les expressions « locataire de l’Élysée » ou « locataire de Matignon » qu’emploient si volontiers des étourdis qui ne comprennent pas ce qu’ils disent, ou qui n’en comprennent… Lire la suite »

Pellerm
Pellerm
30 décembre 2018 20 h 57 min

Ce qui est dommage , c’est que le matraquage et le formatage depuis 40 ans , les lois anti racistes et toutes les associations mortifères ont influencé nos gilets jaunes , qui n’osent pas encore aborder le problème de l’immigration débridée …le pacte de Marrakech signe la fin de notre civilisation ! Pourtant , ils le ressentent bien au fond d’eux ..et le RIC demandé va dans ce sens bien sûr ! Débarrassons nous d’abord de tous ces « énarques » inutiles et malfaisants …La suite viendra naturellement , mais à quel prix ? A toute l’équipe de Minurne et à ses… Lire la suite »

Victoire de Tourtour
30 décembre 2018 20 h 35 min

A propos de l’inculture de énarques, Louis Mexandeau disait de Ségolène Royal qu’elle était d’une « inculture encyclopédique ».

claude Roland
claude Roland
29 décembre 2018 17 h 16 min

Asselineau est un bon énarque cultivé aux discours et conférences très instructives. MAIS, il n’a aucun charisme et ne peut pas mener un peuple.
Il nous faudrait plutôt un nouveau Bigeard.

Dorylée
Dorylée
28 décembre 2018 21 h 29 min

Coluche le disait à sa façon :  » On a des hommes politiques que le monde entier nous envie. Mais dans l’ensemble, ils ne viennent pas les chercher. Ils sont les meilleurs du monde en politique française ; mais comme il n’y a que nous que ça intéresse, ça sélectionne… »

claude Roland
claude Roland
29 décembre 2018 17 h 13 min
Répondre à  Dorylée

Coluche disait aussi : « confiez la gestion du désert à un énarque, et un an après, il importe du sable »

Claude Roland
Claude Roland
28 décembre 2018 9 h 02 min

Excellente synthèse ! Il va falloir enfin oublier qu’en France on a « tout meilleur de la galaxie » et que nous sommes « les meilleurs de la galaxie ». Pour réformer ce pays, ce sera véritablement les 12 travaux d’Hercules. Mais il faut agir vite car notre pays est à l’agonie et les charognards pullulent, attendant dans l’ombre le moment propice pour la dépecer. Et ce ne sont pas les énarques dans leur costume-cravate étriqué, bien à l’abri dans leurs voitures, leurs palais, leurs préfectures qui vont le sauver. Français debout ! Il est l’heure d’innover en tapant un coup de masse sur… Lire la suite »

Fran
Fran
28 décembre 2018 0 h 08 min

Bon article… Comme d’habitude ! Merci !!!

blank