EUROPEENNES : LE GRAND ENFUMAGE !
(Eric de Verdelhan)

« La neutralité est un mensonge. Il n’y a point d’Etat, sans doctrine d’Etat… »
(Charles Maurras)

« Les politiciens « apolitiques » vivent dans l’hypocrisie et le mensonge… autant les individus isolés qui se prétendent apolitiques vivent dans la faiblesse et l’illusion, ou bien dans la complicité. Leur apolitisme n’est qu’une forme, elle aussi honteuse, de la politique. »
(
André Comte-Sponville)

 



Au départ, le mouvement  spontané des « Gilets jaunes » avait toute ma sympathie.

J’étais  assez content que la « France d’en bas »(1) – ces Gaulois réfractaires au changement que Macron méprise – se rebelle et parte en bataille contre ce gouvernement de « godillots », tous ou presque aussi arrogants qu’incompétents.
Le ras-le-bol  couvait depuis longtemps. Finalement c’est la hausse du prix des carburants qui aura servi de détonateur. L’entêtement  et le mépris du gouvernement ont fait le reste…

Mais ce mouvement a vite trouvé ses limites : pas de leaders crédibles, des revendications désordonnées (et souvent irréalistes), une incapacité à assurer son service d’ordre, des violences (2) qui ont effrayé le bourgeois, lequel, « pétochard » depuis toujours, est prêt à se jeter dans les bras de n’importe quel homme fort, voire d’un jeune freluquet qui parle fort.

Macron, qui est tout sauf un imbécile, est en train de retourner l’opinion à son profit.

Les « Gilets jaunes » se déclarent  tous apolitiques, ce qui est une ineptie car, comme le disait si justement  Charles Maurras : « Tout est politique ! ».

Politique (latin politicus) vient du grec politikos, de polis : la ville et de  politikè qui signifie :
« Science des affaires de la cité ». La politique, c’est tout simplement l’organisation de la cité ou, de nos jours, de l’État.

Quiconque s’intéresse, même de loin, à la vie de son pays fait forcément de la politique, sans pour autant être militant ou adhérent d’un parti politique.

Macron, l’homme qui est de gauche « et en même temps » de droite, l’ennemi de la « vieille politique » et des partis, a repris la balle au bond : il allait écouter les Français, tous les Français.
Tel un pasteur évangéliste, il a organisé des « grands débats », des grand-messes  totalement  bidonnées durant lesquelles il peut à nouveau enfumer les naïfs, les imbéciles et les gogos.
Et aussitôt, la presse servile a  applaudi les performances de l’avorton présidentiel : une fois de plus, il « renversait la table », « cassait les codes » et impressionnait par sa faconde – laquelle n’est pourtant qu’une diarrhée verbale – et sa pseudo connaissance des dossiers (3).
Il reprenait, dans la foulée, quatre points dans les sondages…ou cinq…ou six ?

Cet enfumage lui permettait également de commencer la campagne des Européennes, en avance (et aux frais du contribuable). Sa victoire me semble d’ores et déjà une évidence et il la devra à la bêtise des Français et aux «Gilets jaunes», soi-disant apolitiques.

La rouquine Ingrid Levavasseur, aide-soignante et mère célibataire de deux lardons, annonce qu’elle conduira une liste aux Européennes. Elle sera entourée de socialos et de déçus – comme elle – du Macronisme. La liste est soutenue par « Nanard » Tapie, le miraculé.
On se souvient qu’en 1994, « Nanard », à la demande de François Mitterrand – solidarité entre voyous – avait mené une liste aux Européennes, pour « plomber » celle de Michel Rocard. Ce coup-ci « Nanard » roule pour Macron car la liste « Gilets jaunes » fera surtout perdre des voix au Rassemblement National.

Pour ne pas être en reste, la grisonnante Jacqueline Mouraud (dite Jacline ?), accordéoniste musette, hypnothérapeuthe et agent de sécurité, qui élève seule trois enfants(4), vient tout juste d’annoncer qu’elle créait un parti politique : « Les émergents ». Je suppose qu’elle a voulu dire « émargeant » car elle a compris qu’on peut  vivre grassement de la politique. C’est même un des rares métiers qui ne demande ni diplôme, ni la moindre compétence.

Elle aussi est apolitique, bien sûr ! Comme Eric Drouet, qui roule pour Mélenchon.

J’allais oublier le chanteur ringard  Francis Lalanne qui fait « L’âlâne… pour avoir du son » et pour qu’on (re)parle de lui. Je n’oublie pas qu’il fut jadis socialiste et suppôt de Mitterrand.

Du côté des « Ripoux-blicains », tiraillés entre les européistes débridés, les centristes mous (pléonasme !), la droite juppéiste(5), le courant dit « gaulliste » et les souverainistes, on voit poindre un triumvirat étrange, sorte d’association de la carpe et du lapin : le jeune philosophe François-Xavier Bellamy, conservateur viscéralement  de droite, mène sa liste avec deux centristes ouverts à l’Europe passoire et aux avancées « sociétales » de la gauche.

François-Xavier Bellamy

Laurent Wauquiez, qui ne sait plus quoi inventer pour rassembler son camp, et (tenter de) ratisser large vient de recevoir Eric Zemmour, auquel il trouve toutes les qualités. Au même moment Rachida Dati, colistière de Bellamy, expliquait qu’elle ne partageait pas ses valeurs. Puis, Estrozizi, le maire « motodidacte »(6) de Nice, y allait lui aussi de son couplet fielleux contre Bellamy.

Autant dire que ce normalien brillant, foncièrement de droite et catholique pratiquant, n’a pas besoin d’ennemis pour aller au casse-pipe : ses « amis ripoux-blicains » se chargeront de lui faire la peau. Sa liste fera autour de 10%, et encore…

A titre personnel, j’ai davantage de sympathie pour François-Xavier Bellamy – dont les idées sont proches de celles de Marion Maréchal et des miennes – que pour Marine Le Pen qui déclare ne pas savoir ce qu’est la droite et déteste les conservateurs. Et pourtant, en mai prochain, j’invite mes amis à ne pas se tromper de bulletin de vote.

Pour ma part, je ne voterai pas pour François-Xavier Bellamy, car je n’ai aucune confiance dans les promesses des « Ripoux-blicains ». On les a vus à l’œuvre au Parlement Européen : leurs députés ont systématiquement voté contre les intérêts français (renforcement de la Commission au détriment de notre souveraineté nationale, CETA, etc…). Ils ont adopté, comme un seul homme,  le « politiquement correct » sur toutes les questions « sociétales » si chères à la gauche.
Ils ont condamné  les États (Pologne, Hongrie) qui s’opposent à leur invasion et entendent protéger leurs frontières.
En clair, ils font très exactement le contraire de ce que Laurent Wauquiez préconise avant les Européennes

A l’inverse, les députés RN, regroupés au sein de l’ENL (Europe des Nations et des Libertés), ont  toujours défendu la souveraineté nationale et la dignité humaine : la ligne politique du RN est on ne peut plus claire sur ces sujets. Il suffit d’écouter les prises de positions de Nicolas Bay sur le sort réservé par l’UE au président Orbán, de Marie-Christine Arnautu sur la famille, de Philippe Loiseau sur l’agriculture…

Le rapprochement voulu par le RN avec le groupe de Visegrád (7) et l’Italie de Mattéo Salvini est de bon augure pour tenter de réformer les institutions européennes de l’intérieur, en instaurant un rapport de force avec la Commission de Bruxelles.

Je sais déjà que la « droite-cachemire » sera tentée de voter Bellamy, qui rassure la « Manif pour tous ». D’autant plus que Marion Maréchal est – provisoirement j’espère – retirée de la vie politique. Cette droite BCBG n’a pas pardonné à Marine Le Pen son manque d’implication sur les questions éthiques, pas plus que moi d’ailleurs. Il est vrai qu’elle était, à l’époque, sous l’influence néfaste de l’inverti Philippot.

Mais, au risque de me répéter, ne nous trompons pas d’enjeu :

Les Européennes sont un moyen de s’opposer à l’immigration-invasion voulue par le couple Macron-Merkel. Ce déferlement migratoire qui est un réel danger pour notre identité nationale et notre sécurité.
La droite molle n’a toujours pas compris qu’une nation peut se remettre d’une crise économique, pas d’une invasion.

Je ne voterai pas non plus pour les petites listes – financées par on ne sait qui ? – et  venues là uniquement pour affaiblir le score du Rassemblement National : elles feront, elles aussi, le jeu de Macron, donc celui d’un « européisme »  débridé  qui fait le bonheur de la finance apatride.

Je voterai pour le RN, sans le moindre état d’âme : par conviction et par devoir.

Quant à François-Xavier Bellamy, je suis presque certain que nos chemins se croiseront un jour, pas forcément si lointain. Quand « la droite la plus bête du monde » aura enfin compris qu’elle doit s’unir et défendre ses valeurs plutôt que de courir après les idées « progressistes » de la gauche.

Je ne désespère pas de voir un jour Robert et Emmanuelle Ménard, Philippe de Villiers, Marion Maréchal, François-Xavier Bellamy, Eric Zemmour, Patrick Buisson et quelques autres sous la même bannière.

Macron aura eu un mérite : celui de faire exploser les partis traditionnels. Ce serait un comble qu’il soit involontairement à l’origine du réveil de la Nation-France, non ?

Eric de Verdelhan
2 février 2019

 

1)- Appellation que l’on doit à Jean-Pierre Raffarin.

2)- Violences qui ne sont pas du fait des « Gilets jaunes ».

3)- Sauf sur l’ISF, il n’a jamais répondu précisément à une question, comme durant sa campagne pour la présidentielle : bis repetita !

4)- On présume que la suivante sera mère célibataire de quatre enfants ?

5)- Parler de droite juppéiste est idiot car, selon toute vraisemblance, Alain Juppé  appellera à voter Macron aux Européennes.

6)- Christian Estrosi, qui n’a pas le moindre diplôme, fut, dans les années 70, un champion motocycliste d’où son surnom de « motodidacte ».      

7)- Pologne, Hongrie, Tchéquie et Slovaquie.


0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Omar Krüger
Omar Krüger
15 février 2019 3 h 08 min

oui c’est une approche pragmatique pleine de bon sens. On ne pourra jamais être d’accord sur tous les détails. Chacun a ses affinités particulières et c’est très bien. Les questions sociétales ne sont là que pour diviser. Elles ne concernent qu’une minorité absolue. Maintenant entre les discours de Nicolas DA, Asselineau, même le parvenu de Wauquiez et le RN il ne subsiste pas un papier à cigarette sur les grands sujets. Les ‘petits’ ne font que noyer le poisson, créent davantage de divisions et participent à la victoire de Macrouille sciemment ou pas. Il s’agit d’un vote pour les mondialistes… Lire la suite »

anonyme
anonyme
5 février 2019 11 h 34 min

pour votre gouverne sachez que Macron est un autiste :Rama Yade demande un examen spychiatrique de Emmanuel Macron ..(sur you tube.) plein de gens se posent la question d’ailleurs sur sa santé mentale je l’ai lue dans des comentaires un peu partout.

Gloriamaris
Gloriamaris
2 février 2019 22 h 00 min

Ingrid Levavasseur, comme Édouard Martin en son temps, aura son hochet en forme de joli poste de député de paille européen dont le salaire exorbitant non imposable calmera les ardeurs révolutionnaires et qui la discréditera à jamais aux yeux de ses anciens soutient qu’elle aura cocufié. Mouraud et Drouet suivront le même chemin : ça ne coûte rien c’est le contribuable qui paye et ça n’a aucune influence sur les décisions de l’ivrogne, chef de l’orchestre européen…

costaz guy
costaz guy
4 février 2019 15 h 51 min
Répondre à  Gloriamaris

Bien vu ! Rien à rajouter!!….

claude Roland
claude Roland
2 février 2019 19 h 12 min

Et je parie que si Macron perd les européennes, il criera que c’est à cause de Poutine !

claude Roland
claude Roland
2 février 2019 18 h 56 min

Bien sûr, Macron fait tout pour semer des mines en laissant créer des petits partis d’opportunistes (Levavasseur, Nanard, Mouraud) qui dilueront et disperseront les voix. C’est gros comme un câble de grue ! Mais ça risque de marcher car Macron parie sur la connerie légendaire de la plupart des Français. Ah si le RN était mené par Marion Maréchal au lieu de sa tante vindicative à l’égard de Macron et d’autres, le RN aurait alors toutes ses chances, mais effectivement, il fait encore peur aux bourgeois « pétochards », avec l’aide des médias de masse qui s’en serve d’épouvantail. Toutefois, le RN… Lire la suite »

TYPHOON
TYPHOON
2 février 2019 12 h 07 min

Tout à fait d’accord mais, « comme tout est politique » le troupeau aura toujours un berger qui sera forcément « politique ». Alors y a-t-il une solution ??

blank