APPRENDRE A LIRE, ECRIRE, COMPTER…
(Anne Lauwaert)

En un siècle, l’enseignement a beaucoup évolué…
Anne Lauwaert nous raconte cette histoire. Il y avait autrefois une réelle volonté d’éducation permettant à tous ceux qui travaillaient dur d’accéder à des postes élevés ou de réussir dans le métier qu’ils avaient choisi grâce à l’enseignement professionnel, dans une volonté d’intégration de tous à la nation.
De nombreux étrangers s’intégraient ainsi dans la France comme en Europe et en étaient fiers ; certains devenaient célèbres, artistes, mais aussi architectes, ingénieurs, écrivains…
Et puis « nation », « patrie » « intégration » sont devenus des gros mots. La culture a progressivement été remplacée par l’ordinateur, l’esprit critique par le « prêt à penser » des inspecteurs de l’Éducation nationale. Aujourd’hui, on n’intègre plus, on encourage au contraire l’installation de « colonies » étrangères, notamment afro-musulmanes, à la périphérie d’abord, puis au cœur même des cités comme on le voit à Paris. Ce sont les seuls lieux où il est permis de « penser différemment ». Le Français d’origine a perdu ce droit et ça va maintenant jusqu’à des poursuites judiciaires.
Les étrangers ont le droit de vivre chez nous comme chez eux, et les Français ont l’ordre de vivre chez eux en étrangers.

L’Imprécateur



« Enseignement » : qu’est-ce que ça cache ?

Dans les années 1920, ma mère, paysanne flamande, avait été au pensionnat chez les sœurs jusqu’à l’âge de 16 ans pour apprendre l’économie domestique, le français et le piano. Son maniement du subjonctif est toujours resté un automatisme, même à 100 ans.

Ici, au fin fond de notre vallée, dans les écoles primaires des villages, un instituteur gérait 25 élèves de tous les niveaux dans une classe et tous en sortaient en sachant lire, écrire, calculer et avaient des notions d’histoire et géographie…

Les fils de « pauvres » qu’on estimait capables étaient poussés aux études par les Frères des Écoles Chrétiennes ou entraient au séminaire qui les préparait aux études supérieures.

Ainsi, mon père est parti de son petit village flamand à l’École des Frères à Bruxelles puis à l’Université pour obtenir le diplôme de licencié en pédagogie et psychologie et terminer sa carrière comme directeur pédagogique à l’Ecole Normale.

Premier basculement dans les années 1960

Déjà dans les années 1960, il rentrait à la maison furieux car “l’inspectorat voulait empêcher les enfants d’apprendre”. La méthode globale faisait rage…

J’ai eu la chance de suivre l’enseignement en section latin-mathématiques, vieux style, et de présenter l’examen de maturité en latin. Je garde précieusement dans une grande farde (1) mes devoirs de dessin scientifique et géométrie descriptive selon Monge… Imaginez une grande feuille, 36.5 x 55 de superbe papier Steinbach, tellement cher qu’on achetait une feuille à la fois et, tracé au tire-ligne de marque Kern, des lignes, pointillés, traits, quelquefois plus fins qu’un cheveu, avec de l’encre de Chine de couleurs différentes et les courbes tracées au “pistolet” (2)…

Le mercredi après-midi nous étions “libres”… libres de dessiner nos épures: “pénétration de volumes”, “cycloïde”, “épicycloïde”… Il y a même eu une “coupe de tore” (3)… Quand on avait terminé le dessin au crayon et qu’on le finissait à l’encre… immanquablement… splash : une grosse tache noire en plein milieu et… il fallait tout recommencer… Quand on avait sué pendant des heures, la prof remettait les travaux et on écopait d’un 4/10… avec écrit en rouge “Soin !”…
Nous étions des adolescentes… 

Années 1980, passage à l’ordinateur…

Un ami, dessinateur de pièces mécaniques, me dit: “Moi aussi je suis passé par là, maintenant tout ça se fait à l’ordinateur”.
Cette différence est capitale et on peut la transposer dans tous les domaines.

Les épures à la main signifiaient, au-delà du calcul mathématique, un apprentissage de maîtrise de soi, de dextérité, de finesse du toucher qui modelait le cerveau tout autant que la récitation de poèmes exerçait la mémoire, c’est à dire développait le cerveau humain tout comme apprendre à jouer du piano ou rouler à bicyclette, mais dans la subtilité.

Bien sûr l’ordinateur est un instrument extraordinaire mais les clics sur le mouse (4) ne développent pas les connexions fines entre les neurones… C’est tout un pendant psychomoteur qui se perd. Apprendre à lire avec la méthode analytique, le latin et le grec, les tables de multiplication et les déclinaisons développait les synapses dans le web du cerveau.

Où en sommes-nous aujourd’hui ?

Le Grand Remplacement en marche

Les élèves répondent “ta gueule” aux profs. Élèves et parents s’en prennent physiquement aux enseignants… La direction ne soutient pas son personnel. C’est aussi souvent le fait d’allochtones.
Est-ce nouveau ? Pas du tout !

Dans les années 1970, un soir, ma cousine, institutrice, nous raconte qu’elle a puni « un petit pays chaud » qui lui a répondu « aujourd’hui c’est toi qui commandes, bientôt ce sera nous qui commanderons »…

Une jeune enseignante avait été violée par ses grands élèves allochtones, cela avait fait scandale, un film avait même été projeté à la télévision.
Pourquoi a-t-on laissé la situation se dégrader depuis 50 ans?

Je viens de le comprendre, et ce sont Alain Wagner et Jean Frédéric Poisson qui nous l’expliquent : après 1973 et le chantage du pétrole, les pays de l’U.E ont signé des traités, comme le Processus de Barcelone, avec l’OCI (5) qui est l’ONU des pays arabo-musulmans pour instaurer des « settlements » c’est à dire l’implantation de colonies islamiques selon la sharia et interdisant l’intégration.
Voir les liens ci-dessous aussi de l’ISESCO où l’on peut lire les textes.

Tout s’explique : à partir de ces années-là tout se déglingue, y compris l’enseignement.

Le droit de vivre chez nous comme chez eux

Si les enseignants et parents d’élèves étaient au courant de ce projet ils comprendraient mieux pourquoi « il y a des difficultés » avec les élèves allochtones : on veut leur non-intégration.
La solution est simple : des écoles séparées pour les autochtones et pour les allochtones.

Semblablement, les associations de défense des droits de l’homme ne défendent pas le droit de tous les hommes d’accéder à l’éducation et à la formation professionnelles et encore moins à l’intégration, mais au contraire défendent le droit des nouveaux-venus de vivre chez nous comme s’ils vivaient chez eux…

Cela signifie transplanter le Tiers Monde en Occident, c’est-à-dire comme le disait le président Hollande : la partition et créer en Europe des quartiers, villes, régions allochtones.

Le tout est de savoir que c’est un projet et que donc il est absurde de vouloir intégrer si, d’abord,  on ne détruit pas ce projet de non-intégration.

Pour quelle raison l’enseignement interdit-il aux enfants d’apprendre à lire et à écrire ?
Si les citoyens sont capables de lire, écrire et raisonner ils sont capables de comprendre et se rebellent. Le Système se défend en branchant tout le monde sur le smartphone pour empêcher de penser. C’est aussi simple que ça.


Les élèves disent “ta gueule” aux profs ? Il est inutile que ces profs se ruinent la santé à vouloir redresser cette situation, qui est voulue. Ces élèves ont droit à leurs écoles avec leurs comportements. Que les enseignants qui ne s’y sentent pas heureux aillent travailler dans des écoles pour autochtones. L’école privée, c’est l’avenir !

Moins les citoyens en savent, mieux c’est pour le système

Les élites mettent leurs enfants dans des écoles privées. Des parents font eux-mêmes l’école à leurs enfants, à la maison. 

Ça coûte cher ? Oui, les enfants ça coûte très cher ! Ma mère disait qu’élever un enfant coûte autant que construire une maison. C’est une question de priorités : vous diminuez les autres dépenses (sorties, vacances, mode, voitures, nouvelles technologies, etc…) et vous investissez dans une bonne école. C’est capital car quand le Grand Chambardement entraînera l’UE et ses Traités dans sa débâcle, notre Europe aura besoin de citoyens formés capables de reprendre notre situation en main.

Dans les années 1960 la préfète du Lycée de Forest, Melle Thomas nous disait : « Personne ne vous oblige à venir dans ce lycée. Vous n’êtes pas ici pour faire de la musique ou du sport, mais pour sortir d’ici avec suffisamment de connaissances pour que les portes des universités du monde entier vous soient ouvertes ».
Au lycée d’alors, il n’y avait pas de temps pour faire autre chose qu’étudier.

Les accords UE-OCI ont instauré la partition

Mes parents me disaient : « Nous nous privons de vacances, non pas pour que tu ailles courir les rues avec des copines, mais pour que tu aies un diplôme qui te permette de te défendre dans ta vie ».
Ils avaient raison. 

Ma mère aurait voulu être infirmière mais à son époque, avec ses parents,  « ce n’était pas le genre de la maison », alors il n’était pas question que moi, je gaspille l’opportunité qu’elle n’avait pas eue.

L’enseignement actuel est un des aspects de la partition instaurée par les accords UE-OCI.
Jusqu’à quand cela va-t-il durer ?

Forcément il faut empêcher les nouveaux venus d’apprendre à lire… 

Mais ! Nous possédons des dizaines de spécialistes, archéologues, linguistes, ingénieurs, historiens, etc. qui ont analysé l’islam. Quand les catholiques ont examiné leurs croyances après Vatican II, les églises se sont vidées. Quand les musulmans auront lu les études de Anne-Marie Delcambre,  Jean Jacques Walter, Alain Wagner, François Déroche, etc. les mosquées se videront. C’est inéluctable. C’est la grande peur de l’OCI et la raison pour laquelle ils nous imposent « un nouveau narratif qui prétend que l’islam fait partie de notre culture »

Le monde chrétien s’acoquine avec le monde mahométan ? C’est l’union sacrée des “croyants” contre la laïcité et l’athéisme, car s’il n’y a plus de croyants, le “new indulgences business” s’écroule.

Gare au défaitisme : toutes les idéologies finissent par s’écrouler, c’est inéluctable et pour ce jour-là nous devons être prêts.
Les adolescents d’aujourd’hui sont les adultes dont nous aurons besoin demain et qui nous demanderont des comptes. 

Anne Lauwaert

1 : « Farde », un classeur de grande taille

2 : « Pistolet », instrument à l’origine en bois puis en plastique qui permet de tracer à la main toutes sortes de courbes

3 : « Tore », tube courbé se refermant sur lui-même

4 : « Le mouse », la souris

5 : OCI, Organisation de la Coopération Islamique


Liens vidéos :

https://www.youtube.com/watch?v=w6Cb4sFhopU

Alain Wagner :  « 1975, nos élites européennes ont vendu l’Occident à l’islam »

Alain Wagner est analyste et spécialiste de la problématique islamiste. Dans cette interview, il expose point par point toute la stratégie d’invasion de l’Europe par les masses islamiques, documents officiels à l’appui.

https://youtu.be/2l03EdG-1r8

Jean Frédéric Poisson explique le même thème dans son livre « L’islam à la conquête de l’Occident, la stratégie dévoilée » 

La “Stratégie de l’action islamique culturelle à l’extérieur du monde islamique » a été adoptée par l’OCI  à Doha en 2000. Le texte se trouve sur le site de l’ISESCO

https://www.isesco.org.ma/fr/ 
https://www.isesco.org.ma/fr/strategies/

https://www.isesco.org.ma/fr/the-islamic-cultural-action-outside-the-islamic-world/

à la rubrique « Stratégies »

Cela explique le « narratif philo-islamique » qu’on nous impose c.-à-d. que l’islam fait partie de notre culture ce qui est divulgué par la presse qui elle-même a été rendue idéologiquement philo-islamique.

Il faut y ajouter les livres de Christian Chesnot et Georges Malbrunot  au sujet du Qatar :

https://www.youtube.com/watch?v=bG03Q8bKIbo

https://www.youtube.com/watch?v=ZE8LW6rACqY

aussi en Suisse :

https://www.rts.ch/info/regions/10342245-le-qatar-un-acteur-privilegie-du-financement-de-l-islam-en-europe-.html

https://www.tdg.ch/suisse/L-argent-du-Qatar-inonde-lislam-suisse–et-paie-Tariq-Ramadan/story/13748479

Tout cela a déjà été annoncé et dénoncé, même en citant les noms des acteurs qui vivent aussi en Suisse et au Tessin 

En 2003 par Paolo Fusi dans son livre « Il cassiere di Saddam »

En 2005 par Sylvain Besson dans son livre « La conquête de l’Occident, le projet secret des islamistes »

En 2005« Comment une mosquée pour anciens nazis (à Munich)est devenue le centre de l’islam radical »

Texte original: Ian Johnson, « How a Mosque for Ex-Nazis Became Center of Radical Islam », The Wall Street Journal, 12.7.05 

https://www.checkpoint-online.ch/CheckPoint/Histoire/His0021-MosqueeIslamisteMunich.html

Aussi longtemps que TOUT LE MONDE  n’aura pas compris qu’il s’agit d’une colonisation voulue par nos gouvernements de l’UE, tout ce que nous disons, écrivons, faisons est inutile.


blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
9 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Alain H.
Alain H.
17 avril 2019 10 h 54 min

L’Eglise a fait son fond de commerce de tout ce qui ne se prouve pas. Soit la vie après la naissance, après la mort, les miracles, le monde de l’au-delà, etc. … Longtemps, l’Eglise a craint le savoir. Et pour cause. Car ce savoir va amener avec lui l’avènement des Lumières et de la Science. Soit de rendre prouvable nombre de choses ou de faits qui ne l’étaient pas jusque là. Et ce par leur simple répétitivité. La Technologie a permis aussi des avancées énormes, élargissant d’autant le cercle de la Science… Cette Eglise doit aujourd’hui chercher encore plus loin… Lire la suite »

Zglb
Zglb
17 avril 2019 12 h 03 min
Répondre à  Alain H.

Votre première partie : Je crains d’être en désaccord avec vous en ce qui concerne le savoir que l’église craignait, vu que les abbayes étaient des centres de recherche appliquée et de diffusion de technologies avancées. Elles étaient aussi des centres intellectuels et charitables. Ce sont les abbayes qui ont fait (refait) la France après la chute de l’empire romain. Votre deuxième partie : Que l’église soit infestée c’est désormais certain, que le pape soit un usurpateur, non, qu’il soit un antipape, on peut en effet se le demander mais il est encore trop tôt pour le dire. Ca ne… Lire la suite »

Pellerm
Pellerm
15 avril 2019 16 h 07 min

Pour avoir le droit de rendre des comptes à nos enfants , il faut que nous fassions l’effort de sortir de nos lâchetés et de nos abdications . Retrouver notre Liberté et reprendre en mains notre destin national et familial … Sortir de cette Europe qui nous transforme en esclaves corvéables à merci …Tout est calculé en « haut lieu » pour que nous ne puissions plus nous rebeller . Nous sommes asservis par l’ignorance , assommés par l’individualisme forcené ( dans tous les domaines ..) adeptes du « je veux tout , tout de suite  » ..Bref ..totalement décervelés …Finis le civisme… Lire la suite »

bernard
bernard
15 avril 2019 12 h 22 min

Article intéressant sauf que les Eglises ont commencé à se vider bien avant Vatican II. Le mouvement qui s’est accéléré depuis les années 60 a commencé dès la Renaissance, (promu ensuite par « Les Lumières » puis traduit en termes politiques par la Révolution de 1789 et les lois de 1905, etc..) qui a cru que l’Homme allait tout savoir et être – à lui-même – sa propre explication grâce à La Science. Manque de chance les science les plus avancées buttent désormais sur le Mur de Planck au-delà duquel plus rien ne marche…Le monde ‘naturel’ pollué se referme sur nous, les… Lire la suite »

Zglb
Zglb
15 avril 2019 15 h 39 min
Répondre à  bernard

Quis ut Deus ?

Zglb
Zglb
12 avril 2019 11 h 39 min

« Quand les catholiques ont examiné leurs croyances après Vatican II, les églises se sont vidées »…ben…heu…comme c’est exactement le contraire qui s’est passé, ma bonne dame, il s’en suit que votre conclusion est fausse.

Caillettes aux Herbes
Caillettes aux Herbes
12 avril 2019 16 h 24 min
Répondre à  Zglb

ça va pas zorglub ? Né au début des années 50 j’ai connu les églises pleines ; aujourd’hui , elles sont désertées . Voilà la réalité .

Zglb
Zglb
15 avril 2019 15 h 32 min

Caillettes, si les catholiques avaient « examiné » leur foi, les églises ne se seraient pas vidées. C’est justement parce qu’ils ne l’ont pas fait que les églises sont vides.

Mia Vossen
Mia Vossen
12 avril 2019 7 h 32 min

Enseignante retraitée, enseignant pour le plaisir d’instruire des élèves demandeurs (!), j’observe que l’enseignement est devenu une « occupation »: mes élèves s’ennuient en classe et leurs profs ont peur du chahut… donnent des films et donnent des points. Nos politiciens donnent des promesses et toute la société s’épuise comme l’Empire romain il y a près de 2.000 ans. Où est la solution??

blank