L’ECHEC DE L’UNION EUROPEENNE
(Jean Goychman)

Depuis des décennies, on nous ressasse les mêmes poncifs. Point de salut pour les nations européennes hors de cette Union Européenne à vocation fédérale, seule capable de les protéger de la guerre et de leur assurer le bonheur et la prospérité. A l’aune des réalités, cette argumentation ne tient plus aujourd’hui.

 


 

Les bienfaits supposés du libre échange

La communication officielle des élites euro-mondialistes a voulu nous faire croire qu’il fallait nous engager dans la voie du fédéralisme et que le miracle s’accomplirait. Après différentes tentatives de mise en commun de certains secteurs, comme la production du charbon et de l’acier dans les années 1950 (CECA), d’un vague projet de défense européenne mort-né (CED), c’est finalement par un moyen détourné qui consistait à imposer le libre-échange généralisé que les choses ont avancé. La politique des « petits pas » définie par Jean Monnet a fini par avoir raison des résistances « populistes » et nous nous sommes retrouvés au début du XXIème siècle dans un vaste ensemble ouvert à tous les vents, dirigé par un ensemble technocratique censé obéir à des gouvernants qui trouvaient électoralement plus commode de se défausser sur lui, éclatant aveu d’impuissance qui leur évitait ainsi d’avoir à affronter les sanctions consécutives aux décisions impopulaires.  Cet « entre-soi » administratif a permis d’avancer en enserrant dans des liens de plus en plus nombreux des populations qui n’étaient guère en mesure d’en étudier les effets futurs. Faisant fabriquer les produits industriels là où ils étaient le moins cher, ce qui s’est évidemment  traduit, décalé dans le temps, par des fermetures d’usines et la montée régulière et irrépressible du chômage

Le mythe de « l’Airbus universel »

Pour tenter d’enrayer cette désindustrialisation galopante, qui sévissait surtout dans les pays du Sud de l’Europe car les pays du Nord, du moins ceux qui avaient compris que la réponse était d’utiliser la main d’œuvre à bas coût qu’ils avaient à leurs frontières, s’en sortaient beaucoup mieux, on a voulu nous faire croire que l’avenir était dans les projets de type « Airbus » et qu’il fallait, pour ce faire, davantage d’intégration européenne. On oubliait simplement de dire que l’Airbus était né avec le programme Transall qui était un exemple concret du traité de l’Elysée du 23 janvier 1963, lorsque l’Europe naissante prenait encore en compte les aspirations des peuples et la souveraineté des nations. On ne va pas s’encombrer d’un passé révolu…

Toujours est-il que, la situation industrielle étant devenue intenable, il fallait redonner aux gens un peu d’espoir en leur faisant miroiter un avenir radieux et surtout fédéral. Alors on projeta des tas d' »Airbus » dans tous les domaines, le dernier en date étant la fabrication européenne des batteries destinées à équiper les millions de véhicules électriques que l’Europe va mettre en circulation, transition énergétique oblige…

L’inertie et le manque de vision ont condamné l’Union Européenne

La guerre économique, puisque guerre il y a, en grande partie née de cette application irréfléchie d’un libre-échange élevé à la hauteur d’un dogme religieux, est devenue une guerre de mouvements. Elle nécessite pour le (ou les) vainqueurs, une stratégie basée sur le futur et l’évolution technologique. L’Union Européenne aurait pu rester sur une position défensive en se protégeant, mais la suppression de toutes les barrières, y compris les frontières physiques, a rendu cette attitude inefficace. Il faut bien admettre que trouver un accord à 27 est une gageure insurmontable, d’autant plus que les intérêts nationaux sont souvent divergents.

La situation est très préoccupante car l’Union Européenne n’a pratiquement aucune autonomie dans les domaines stratégiques. La révolution numérique, pourtant largement prévisible depuis 50 ans, n’a suscitée aucun projet européen. La France de de Gaulle avait pourtant prévu un « Plan Calcul » mais il a été rapidement abandonné et aujourd’hui, la fabrication des composants électroniques indispensables tels que les processeurs est l’apanage de l’Asie et des États-Unis, qui couvrent la totalité des besoins. Plus grave encore, les éléments qui rentrent dans la fabrication de ces composants, majoritairement des « terres rares » comme disent les physiciens, sont totalement absents du sol européen. L’Europe qui « protège » a donc failli en laissant la Chine faire main-basse sur la quasi totalité des réserves connues dont dispose la planète. Là encore, personne n’a bougé.

En matière d’énergie, nous abandonnons progressivement le nucléaire et les énergies fossiles sans avoir de substitut réel. L’Allemagne, devant une situation qui devenait critique après la fermeture des réacteurs nucléaires, a dû mettre en service de nouvelles centrales thermiques fonctionnant au charbon.
Quelle est réellement l’indépendance énergétique de l’Union Européenne ?  Un peu de pétrole en mer du Nord, mais restera-t-il dans cette UE ?  Où est « l’Airbus de l’énergie » ?

L’Airbus des batteries peut-il sauver l’Union ?

Le moins qu’on puisse en dire est que c’est mal parti ! Hormis la production de masse des batteries qui nécessite des ressources que nous n’avons pas au niveau européen, se pose le problème de la production de l’électricité nécessaire. Car on oublie trop facilement que cette source d’énergie qui n’est pas directement accessible (à moins de réussir à domestiquer les éclairs) pour être exploitable, nécessite au préalable l’emploi d’une autre forme d’énergie. Or, ces formes alternatives se résument à l’énergie mécanique (directe provenant de l’augmentation de température d’un gaz, ou potentielle provenant de la vitesse d’un fluide) ou bien par la chaleur dégagée par une réaction nucléaire. Aujourd’hui, les sources principales que sont les hydrocarbures dits « fossiles » et le nucléaire, sont fortement remises en question sous l’action de mouvements écologiques qui ont beaucoup prospéré dans certains des pays de l’Union Européenne, constituant un potentiel électoral qui ne peut laisser insensible aucun dirigeant. Personne aujourd’hui n’osant reprendre le problème à sa base, de peur de passer pour « climato-sceptique », on préfère ne pas aborder la réalité des problèmes.

Cet examen montrerait pourtant le manque de cohérence des orientations successives. Dans un souci louable d’indépendance, beaucoup de pays avaient opté pour le nucléaire. On peut s’interroger sur la naissance spontanée de certains mouvements dits « pacifistes » dont les intentions n’étaient pas toujours très claires, notamment en Allemagne. En France, pour ne parler que de cet exemple, l’électricité d’origine nucléaire représente environ 75% du total produit.
Un bête calcul montre que le basculement des hydrocarbures vers l’électricité pour les véhicules indique qu’il faudrait augmenter d’environ 30 à 40% cette production d’électricité, soit une bonne quinzaine de réacteurs nucléaires supplémentaires.
Et le problème se complique encore au moment de la recharge car les cycles dits rapides (de l’ordre de 30 mn) sont très voraces en intensité alors que les sections des câbles du réseau terminal ne sont pas prévues pour cela. Ce simple exemple est loin d’être unique et témoigne de l’impréparation et de l’incohérence dans le temps des décisions prises sans analyse préalable.

Une dégradation continue de notre indépendance

Emmanuel Macron a beau jeu de nous dire que la souveraineté européenne doit remplacer la souveraineté nationale, quelle souveraineté l’Union Européenne pourrait-elle bien exercer si elle est entièrement dépendante du bon vouloir des autres ?

Est-il concevable de vouloir s’opposer aux grandes nations qui, elles, ont su prévoir l’évolution actuelle uniquement parce nous avons des croyances sans avoir de moyens ?

La dépendance de l’Union Européenne en matière d’énergie, de ressources, de création et de défense devient criante. Quelles batailles l’Union Européenne a-t-elle déjà remportées ? Même le droit européen ne peut s’appliquer face à l’extra-territorialité du droit américain, qui n’est rendu possible que par un rapport de force dans lequel l’Union Européenne n’a strictement aucun poids.

Oui, nous sommes en train de perdre cette guerre et peut-être l’avons nous déjà perdue. Le retour aux souverainetés nationales s’impose et, avec elles, la prise de conscience de nos concitoyens que :

« Ce qu’une Nation ne peut pas faire pour elle, personne d’autre ne le fera »

Jean Goychman
22/05/2019

 

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
13 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
lepatriote1111
lepatriote1111
8 août 2019 23 h 59 min

il y a belle lurette que les peuples européens auraient dû marcher sur Bruxelles et foute toute cette oligarchie dictatoriale en l’air et leur mettre une bonne pâtée .

Charles Hoursain
Charles Hoursain
6 juin 2019 17 h 43 min

Ben,déjà,je trouve que les états européens,tels qu’ils sont aujourd’hui,et ceux qui rejoignent l’UE pour des  » besoins alimentaires  » sont dans le schéma de l’américain Roosevelt qui ,en venant  » libérer » les pays européens de l’occupant allemand avait décidé que lesdits pays seraient des  » sous-états américains »..Or nous constatons,toujours aujourd’hui,que nos pays ( merci nos jacquouilles de dirigeants) sont asservis à la dictature américaine,et à son  » Otan-de-guerre »..Il n’est pas normal que le nouvel  » Hitler américain » impose sa loi aux pays du monde..Interdiction de commercer avec les russes,occupation de tous les pays du monde,etc,etc,..D’ailleurs,les américains ont chassé les allemands… Lire la suite »

MYLENE
MYLENE
6 septembre 2019 18 h 58 min
Répondre à  Charles Hoursain

En vous lisant, on sait qu’on est proche, très proche de la réalité. Mais ça n’empêche nos élites d’essayer de masquer ce scénario vieux de 70 ans et plus. Maintenant notre chère Amérique des « hauteurs » s’empresse de nous faire sombrer, car il ne faudrait pas que l’Europe soit plus créative, innovante et productive qu’elle. Elle pense y parvenir en nous submergeant par l’arrivée massive de gens du tiers monde. En nous jetant de manière forcenée dans les bras du mondialisme et l’ouverture à tous les dévoreurs de nos fleurons industriels et autres entreprises. Et faire disparaître les origines chrétiennes grâce… Lire la suite »

Gloriamaris
Gloriamaris
26 mai 2019 15 h 10 min

Faute de vision global au niveau national, nous allons forcément dans le mur. Par exemple, en Bretagne, on milite pour le développement des parcs éoliens mais on est farouchement opposé à la centrale au gaz de Landivisiau pourtant indispensable pour palier les pannes de vents quand tout le monde sera relié au réseau éolien : pas de vent, pas de courant. On veut fabriquer nos propres batteries pour ne plus dépendre de la Chine mais les aimants surpuissants équipant les véhicules électriques et les alternateurs des éoliennes sont fabriqués à partir de minerais presque exclusivement extraits en Chine (97%), on… Lire la suite »

Pierre Girondeaud
Pierre Girondeaud
27 mai 2019 8 h 52 min
Répondre à  Gloriamaris

Tout ce qui concerne les batteries pour véhicules électriques est bidon. Nikola Tesla a prouvé en 1931 que sa voiture à énergie libre pouvait rouler à 130 km. Et pas besoin de batterie! On se fout de nous depuis cette époque. Si quelques Français ayant un cerveau se groupaient et mettaient sur la table 1000 à 10.000 Euros (moi je suis partant… et depuis longtemps), on arriverait sûrement à recréer, sinon la voiture de Tesla, du moins un système équivalent. En ce moment les Chinois vendent des petites voitures électriques, roulant à 45 km/h et plus, dont le prix commence… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
27 mai 2019 9 h 25 min
Répondre à  Gloriamaris

Le Chili a des gisements très importants de lithium.

MYLENE
MYLENE
8 août 2019 15 h 48 min
Répondre à  Gloriamaris

Il y a et il y a toujours eu des énergies accessibles et moins onéreuses que celles dont on nous « abreuve ». Mais hélas, elles n’enrichissent pas « les puissants ». LA FUSION FROIDE (voir sur internet et youtube) mais comme tout ce qui est « simple », les voraces de l’argent feront tout pour que le commun des mortels n’en bénéficie pas.

Pellerm
Pellerm
26 mai 2019 15 h 08 min

Et depuis plus de 40 ans que l’on constate que rien ne marche dans cette Union Européenne , pourquoi ne pas envisager d’en sortir tout simplement ??? En dehors des Etats Unis qui sont un pays neuf , quels sont les autres pays qui ont éprouvé le besoin de se fédérer ? Aucun en dehors des pays d’européens …et force est de constater qu’ils vivent mieux que nous ..Même l’URSS a tout largué pour redevenir la Russie .. Pour savoir où l’on va , il faut savoir d’où l’on vient … et personne mieux que nous , ne peut savoir… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
27 mai 2019 9 h 23 min
Répondre à  Pellerm

Mais la Russie est une confédération !

Rémy
Rémy
24 mai 2019 20 h 53 min

Pour compléter les propos de l’article, je conseille le visionnage de « fil d’actu  » suite à leur « visite » de la commission européenne
https://youtu.be/_JKKgy4NOWc
https://youtu.be/n0x95rHkw2o

Claude Roland
Claude Roland
24 mai 2019 8 h 20 min

Ce qui est curieux c’est que les partis à tendance patriote, pour ne pas dire nationaliste, n’ont qu’un argument pour l’Europe qui est de retrouver leur souveraineté. Mais c’est très insuffisant. Les autres parti pro-européens veulent garder la CEE actuelle et la renforcer en étouffant le souverainisme des pays. Qui parle de confédération ? Personne. Or la confédération est la seule issue avec une présidence, un conseil confédéral, les traités européens actuel abrogés et reconstruits avec l’accord des sociétés civiles, des peuples, une révision des accords de Schengen pour rétablir une frontière extérieure sécuritaire et commerciale et des sous-frontières sécuritaires… Lire la suite »

jean goychman
jean goychman
26 mai 2019 11 h 48 min
Répondre à  Claude Roland

Vous avez raison, Claude Roland. Le problème vient d’une crainte des conseillers en communication qui pensent que le niveau de compréhension de l’électeur moyen ne permet pas d’utiliser certains termes possédant un nom similaire ou presque et dont le sens est totalement différent. Pour l’avoir expérimenté, ils ont peur d’une confusion entre fédération et confédération. Et aujourd’hui tout passe par la com, de la vente de la lessive ou du coca jusqu’aux élections. En gros, il faut limiter le vocabulaire à 30 ou 40 mots…

MYLENE
MYLENE
8 août 2019 15 h 59 min
Répondre à  Claude Roland

merci Mr Rolland
Vous nous ouvrez les yeux. Mais il faudrait expliquer à chaque français les avantages (et inconvénients) d’une confédération. Il manque pour cela un véritable livret explicatif. Parce que sans matériel et une certaine pédagogie, on ne peut rien.

blank