LA CANICULE PERTURBE LE PROJET MACRON POUR NOTRE DAME
(Anne Lauwaert)

En 2015, François Hollande étant président et Emmanuel Macron son ministre des Finances ont, à la demande de Anna-Maria Hidalgo ci-devant maire de Paris, missionné un cabinet d’architecture environnementale pour étudier un aménagement « contemporain » complet de l’île de la Cité, cœur de la capitale autour de sa cathédrale.

Donc, pour faire « contemporain » (de qui ? de quoi ?) les « archis » ont prévu de mettre partout de l’acier et du verre, matériaux on ne  peut plus contemporains.

Ils n’ont qu’un défaut que n’ont ni la pierre, ni le bois : ce sont des pièges à chaleur, fauteurs bien connus de l' »effet de serre ».

Inspirée par la canicule actuelle qui transforme tous les bâtiments équipés de verrières en fours à cuisson rapide s’ils ne sont pas dotés d’une climatisation d’enfer, Anne Lauwaert s’interroge avec bon sens et humour sur la pertinence écologique d’un tel projet.


Le projet futuriste pour l’Île de la Cité est déjà périmé !

L’historique

Le 7 décembre 2015 le président François Hollande écrit une “lettre de mission” à MM Dominique Perrault et Philippe Bélaval pour leur “confier une mission d’étude et d’orientation sur ce que pourrait être la place de l’Île de la Cité à l’horizon des vingt-cinq prochaines années”.

Le 7 décembre 2016 ils répondent en présentant leur Rapport de Mission dans la perspective de la tenue des jeux Olympiques de 2024 et de l’exposition universelle de 2025”…

Une exposition présente le projet du 15 février au 17 avril 2017 à la Conciergerie.

Le 15 avril 2019 un « mégot de cigarette » embrase la cathédrale…

La réaction

Ce n’est que lorsque le président Macron déclare qu’en 5 ans la question sera réglée que l’on commence à s’interroger et aussi à lire le projet de modernisation de l’Île de la Cité.

http://www.perraultarchitecture.com/download/MISSION%20CITE_CMN_DPA_RAPPORT_161216.pdf

On y découvre cette idée formidable :

Dévoiler la Crypte archéologique du Parvis de Notre Dame, par la création d’un sol de verre.”

La surprise

Oui mais voilà… c’était sans compter avec les aléas climatiques… Mi-juin la canicule s’installe pour prouver le réchauffement qui, comme nous le dit Greta Thunberg, va aller de mal en pis.

Il faut donc d’urgence prendre des mesures anti-chaleur et tout de suite on commence par couvrir les fenêtres d’enduits blancs car le soleil sur le verre produit l’effet de serre qu’il ne faut plus présenter et qu’il faut combattre par tous les moyens. En Suisse on peint même les rails des chemins de fer en blanc pour les empêcher de chauffer car s’ils chauffent ils se déforment et provoquent des déraillements et des morts. 

https://lerail.com/des-voies-ferrees-en-blanc-testees-aux-grisons/

Un autre moyen de lutter contre la chaleur c’est d’augmenter les espaces verts, comme à Lausanne où l’on a remplacé les sols pavés par des jardins et des arbres qui absorbent la chaleur et la pollution et, en même temps, procurent de l’ombre et créent des couloirs de circulation de l’air.

Autre technique de survie : la végétalisation des toits et même des murs des immeubles ! D’ailleurs on voit bien que tout le monde installe instinctivement des parasols et des bacs à fleurs sur les terrasses, aux fenêtres et aux balcons.

La conclusion

Alors, messieurs les architectes… Votre beau projet de dalle en verre sur le parvis de Notre Dames, il va falloir le remplacer par un sol en terre sur lequel semer de l’herbe et des fleurs des champs pour lutter contre la chaleur et la pollution et favoriser la biodiversité et les papillons.

Mais votre couche de terre va devoir être assez épaisse pour pouvoir aussi y planter des platanes qui produisent de l’ombre pour les visiteurs et comme le disait Hidalgo hier sur BFM, « pouvoir y pique-niquer »…

Impossible de pique-niquer sur une dalle de verre sous la canicule. C’est incompatible avec les parcs à pique-nique chers à la maire parisienne et va faire fuir les touristes.

Pas d’échappatoire

« Ah, mais – allez-vous rétorquer – Nous avons prévu la clim !… »

Surtout pas ! Encore une fois c’est raté, car maintenant nous savons que la clim (tant dans le bâtiment que dans l’automobile) aggrave le « réchauffement de la planète » et donc, surtout, pas de clim sous votre dalle de verre à effet de serre ! Vous pourriez évidemment installer votre dalle de verre et ensuite la badigeonner de blanc ou la couvrir de rouleaux d’herbe au mètre…  mais les écolos ne vont pas aimer…

Mesures drastiques

Tant qu’on y est, que la vitesse est de plus en plus limitée et qu’on interdit la circulation de certaines catégories de voitures, il est grand temps d’interdire de circuler avec les phares allumés de jour car ils consomment eux aussi de l’énergie et aggravent aussi la canicule dans les villes… 

Le toit de Notre Dame

Venons-en aux projets de reconstruction de Notre Dame : là aussi, le toit en verre est tout aussi exclu que la dalle en verre du parvis, et pour les mêmes raisons évidentes.

(Les légendes sont en anglais pour que le président puisse les lire et comprendre)

La solution

Quel est le matériau à la pointe de la technologie du bâtiment ?
Ben voyons, c’est le bois… pour l’isolation thermique, l’épargne énergétique et le développement durable !

Chers Messieurs Hollande, Macron, Perrault,  Bélaval et Madame Hidalgo… le “geste architectural contemporain » fort … ça va être de reconstruire à l’identique … avec une charpente en bois et une couverture en ardoises sur lesquelles on pourra laisser pousser des mousses et des joubarbes !

Anne Lauwaert
29 juin 2019

 

blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
xavier de Boismartin
xavier de Boismartin
30 juin 2019 14 h 12 min

L’état de la France est grave.
Les décisions prises sont de plus en plus imbéciles.
Les malfaisants qui font que le  »grave » s’accentue d’année en année sont au pouvoir depuis 1789.

blank