ÉDITO 687 – Hommage au général Georgelin (Yann Bizien)

L’équipe rédactionnelle et les lecteurs de Minurne-Résistance s’associent avec émotion à ce vibrant hommage rendu par un soldat à un autre soldat.

Le général Jean Louis Georgelin avait été chargé de diriger et de coordonner les travaux de restauration de Notre Dame de Paris après l’incendie (toujours non élucidé malgré les efforts combinés de 3 magistrats) qui a ravagé la cathédrale en avril 2019, détruisant partiellement la charpente, la toiture et la flèche.

La finalisation des travaux était prévue pour avril 2024… 

Minurne-Résistance

 

« On ne peut pas perdre Notre-Dame, c’est l’âme de la France »
(général Jean Louis Georgelin).

 

Très touché et ému par le décès accidentel et la disparition brutale du général Jean Louis Georgelin avec lequel j’ai eu l’honneur de travailler et de mesurer son amour sans limite de la France.

Ce brillant et grand serviteur de la nation vient de décéder à l’âge de 75 ans sur les pentes du Mont-Valier lors d’une randonnée dans les Pyrénées.

C’était un chef hors norme, un grand homme, au caractère fort, à la franchise redoutable et affirmée. Avec sa voix tonitruante, son charisme, et son panache, il était capable de s’imposer naturellement partout.

Jusqu’à hier, il était aussi le reconstructeur en chef et le maître d’œuvre efficace de la restauration de Notre Dame de Paris. Ce chantier d’une grande complexité aura été son dernier défi.

Le général Georgelin aura été notamment chef de l’état major particulier du président Chirac avant d’être chef d’état major des armées.

Homme de culture, d’honneur, de valeur, de passion, de foi et de convictions, il verra très certainement l’achèvement du chantier de Notre Dame d’en haut, là où il sera.

Ce fervent Catholique, grand chancelier de la Légion d’honneur et chancelier de l’Ordre national du Mérite, passionné d’histoire, toujours sûr de son jugement, n’était pas tendre avec ceux qui manquaient de courage et il était également apprécié pour cela.

Cet officier général “haut en couleur”, craint ou apprécié, avait depuis quelques années “son fauteuil au coeur de la comédie du pouvoir”. Il nous quitte au terme d’une vie bien remplie et exemplaire “pour la France”.

Je présente à sa famille et à tous ses proches mes plus sincères condoléances.

Yann Bizien

19 août 2023

2 Commentaires

  1. J’ai servi avec Jean Louis Georgelin comme lieutenant dans la même compagnie du GQSO de l’EAI (lorsqu”elle existait …) J’en conserve , comme tout ceux qui l’ont vu travailler, un souvenir exceptionnel et je tenais à le souligner !! . Sa droiture , sa “Pêche” , sa voix … et son rire (!) … Il va nous manquer … et pas seulement à la Cathédrale !

  2. J’ai connu le Général Georgelin en 1976 alors que, Capitaine, il prenait le commandement de la Compagnie d’éclairage de Brigade au 153ème RI à Mutzig. J’étais jeune Chef de section à la 11ème Compagnie, de l’autre côté de la place d’armes du Quartier Clerc.
    Il était célibataire et, prenant ses repas au Mess des Officiers, il aimait bien nous taquiner. Il était exigeant mais juste.
    Il fut plus tard le dernier Chef de Corps de ce glorieux Régiment de 1991 à 1993 avant sa dissolution.
    J’ai regretté de ne pouvoir revoir le Général alors qu’il a tenu le poste le plus élevé des Armées avant d’être Grand Chancelier de la Légion d’honneur. Et sa nomination comme coordonnateur du chantier de reconstruction de Notre-Dame de Paris était un gage de réussite.
    Reposez en paix, mon Général.

Laisser un commentaire

Votre commentaire sera publié apres contrôle.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.