TRUMP, HEROS DES PATRIOTES
(Georges Clément)

Ne nous y trompons pas, l’avenir n’est pas rose, mais il appartiendra toujours aux audacieux, et sera exaltant.
Et Donald Trump est peut-être le dernier grand audacieux à la barre d’un grand pays.

 


Qu’on réfléchisse aux trois dernières années :

  1. En 2016, les mondialistes semblaient assurés d’installer rapidement un gouvernement mondial. Aux Etats-Unis, Hillary Clinton était donnée vainqueur de la présidentielle à la veille de l’élection. En Angleterre, le référendum sur la sortie du Royaume Uni de l’Union Européenne était donné perdu pour les tenants du Brexit. En Allemagne Angela Merkel, sans consultation ni du peuple allemand ni des autres peuples de l’Union européenne, avait lâché les loups sur le continent. Puis, le 23 juin, le Brexit était choisi par une majorité nette d’électeurs, et le 8 novembre, Donald Trump était élu président des Etats-Unis d’Amérique. La table semblait renversée.
  2. En 2017 et 2018, furent élus des souverainistes en Italie et en Autriche qui formèrent un gouvernement avec des alliés de droite en Autriche, et… de quelque part ailleurs en Italie. Mais les succès de 2016 furent l’objet d’une guerre larvée aux Etats-Unis comme en Grande Bretagne. Cette guerre larvée se mua en chasse aux sorcières et guerre civile froide aux Etats-Unis où pas une semaine ne s’écoula sans qu’il fût question « d’Impeachment » ou destitution du président.
  3. L’année 2019 fut aussi celle de l’éviction de Salvini, empêché de mener la politique de sauvegarde de l’Italie par les fonctionnaires de la justice, l’église, et les ministres, à lui opposés.. Et ceci, en dépit des sondages, et du risque de disparition de l’Italie. Le président du conseil Conte, qui se moque des patriotes avec Angela Merkel, est aux anges et ouvre toutes grandes les portes des ports italiens.

Alors que Trump avait vaincu ses adversaires lors de la divulgation du rapport Mueller, on pensait que la terrible affaire Epstein – dans laquelle tant de Démocrates ont trempé – leur ferait comprendre que la guerre était perdue et qu’il leur restait à mener le combat politique dans le respect des institutions.

Et bien non ! Un espion écoutant – on ne sait comment – les entretiens téléphoniques du président avec ses homologues du monde, décida de déposer une plainte contre le contenu de la communication du 25 juillet 2019, entre le président Trump et le nouveau président ukrainien Zélensky.

Dans ce contexte, on tente de comprendre :

  • Qui donne aux services de renseignements le pouvoir de censurer puis de divulguer le contenu des conversations du président élu avec un autre chef d’état élu ?
  • Qui est ce fonctionnaire qui se permet de porter un jugement personnel et politique sur un entretien diplomatique ?
  • Que deviennent dans cette occurrence, et la diplomatie, et le pouvoir en politique étrangère du président choisi par les Américains ?
    S’il est écouté et que des fonctionnaires destinés à le protéger peuvent divulguer des propos destinés à demeurer secrets ?
    – Comment pourrait-il y avoir un pouvoir politique, et donc une démocratie, dans un pays où des fonctionnaires affiliés aux parties adverses de celui au pouvoir rompent leur devoir de réserve ?

Ces questions auraient du tout autant intéresser les Démocrates que les Républicains, destinés qu’ils sont à tenir chacun les rênes du pouvoir et risquant donc de subir un jour les mêmes attaques. Mais non, ces traîtres siègent à l’ONU plutôt qu’au Congrès, à l’ONU plutôt qu’à Westminster, à l’ONU plutôt qu’au palais Bourbon, et se sentent déliés de toutes règles, constitutionnelle, législatives ou morales, adonnés qu’ils sont au Golem mondialiste. Ils ne se reconnaissent dans aucune appartenance ni ne respectent aucune allégeance autre que mondiale.

Donald Trump fit cette semaine un magnifique discours dans cette cour des miracles qu’est devenu le « Machin », où il a lâché  à cette engeance la vérité des peuples libres :

  • Le socialisme est une maladie mortelle à laquelle l’Amérique se refuse de succomber
  • L’avenir appartient aux patriotes et pas aux mondialistes
  • L’Iran est dangereux mais il est prêt à parler avec ses représentants.
  • Chaque pays à la charge et le devoir de veiller sur son peuple et de le respecter dans ses mœurs, ses goûts et sa croyance.

Cette vérité s’appuie sur trois mots : identité, droit national et liberté.

Les temps sont peut-être venus de détruire ceux qui méprisent le droit chez eux ou au dehors, qui n’ont que la morale de leur puissance et qui piétinent allègrement la liberté des peuples et les libertés individuelles.

Cette rupture est partout tangible :

  • Aux Etats-Unis où le processus d’impeachment est lancé sans fondement par une majorité provisoire et très faible, faisant fi de la Constitution et fabricant les griefs dont elle a besoin et dont elle sera seule juge.
  • En Angleterre, où une « Cour suprême » instituée par Tony Blair et sans légitimité, se substitue à la Reine pour entraver la mise en œuvre de la décision populaire de 2016.
  • En Italie, où des minoritaires rétablissent ce que des lois votées ont interdit.
  • Ailleurs, où à coup de complots on détruit des gouvernements légaux et légitimes. (Autriche)

Qui croyait qu’un combat entre le monstre mondialiste et les peuples se déroulerait à la loyale ? Les naïfs qui font décidément plus de mal à leurs peuples que les Machiavel patriotes.

La démocratie ne fonctionne que si un consensus absolu règne sur l’intégrité du territoire, la langue, les mœurs et les croyances, et qu’il se situe au delà des votes. La France ne peut être mise aux voix. Elle le fut malheureusement il y a 50 ans et le mal fait, le ver introduit poursuit son œuvre.

Donald Trump se dresse contre la corruption des bien-pensants (Biden, Kerry et Clinton) et c’est lui qu’on accuse de violer les règles et les lois !

Nous ne devons plus leur faire confiance et ne devons compter que sur nos propres forces.

Georges Clément
Président du comité Trump France

26 septembre 2019

4 1 vote
Évaluation de l'article
10 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pellerm
Pellerm
3 octobre 2019 21 h 16 min

Vous avez entièrement raison Mr Clément . Mais , elles sont où nos forces ..?

Pellerm
Pellerm
3 octobre 2019 21 h 14 min

Vous avez entièrement raison monsieur Clément . Mais , Elles sont où nos forces …?????

Omar Krüger
Omar Krüger
30 septembre 2019 7 h 17 min

Oui c’est symptomatique de s’attarder sur la forme de l’entretien de Trump avec son homologue Ukrainien en délaissant volontairement le fond.
Est ce que oui ou non la famille Biden s’est enrichie illégalement à force de corruption en Ukraine?
Le président de son pays a tout son droit de poser la question puisque les soupçons sont sérieux.
Comme si Clinton, Obama et consoeurs n’avaient pas demandé à enquêter sur Trump quitte à inventer les pires sornettes…

Zglb
Zglb
28 septembre 2019 0 h 32 min

« Et Donald Trump est peut-être le dernier grand audacieux à la barre d’un grand pays »…ou le premier d’une longue liste, puisqu’il est juste de défendre sa patrie contre les barbares, tout comme il est juste de défendre sa famille contre les cambrioleurs. N’est-il pas dit, n’est-il pas commandé par qui-vous-savez, qu’il convient d’aimer son prochain comme soi-même ? Et le prochain le plus proche d’un français, n’est-ce pas un autre français ? Alors pourquoi cette politique d’immigration massive qui saccage le pays, pourquoi livrer nos PME pieds et poings liés à l’étranger le plus étrange, pourquoi ruiner les français après… Lire la suite »

Dissident
Dissident
27 septembre 2019 12 h 45 min

Je ne parviens pas à trouver une traduction française du texte du discours du Président Trump à l’onu.
Avez-vous une idée ?

André
André
27 septembre 2019 13 h 02 min
Répondre à  Dissident
Dissident
Dissident
28 septembre 2019 13 h 22 min
Répondre à  André

Merci !

metalcat
metalcat
27 septembre 2019 13 h 24 min
Répondre à  Dissident
Dissident
Dissident
28 septembre 2019 13 h 23 min
Répondre à  metalcat

Et merci !

Claude Roland
Claude Roland
27 septembre 2019 8 h 00 min

Merkel a lâché les loups sur l’Allemagne… Vous faites là offense aux loups qui sont des animaux nobles aux moeurs sociales équilibrées, pleines de bon sens et de loyauté. Je suppose que vous évoquez les hyènes qui sont lâchées sur l’Europe par certains dirigeants au mépris des intérêts des peuples qu’ils gouvernent. Ces hyènes sont l’instrument de la grande finance internationale (GFI) et le ferment des guerres civiles qu’elle désire pour réduire drastiquement le nombre d’habitants de la planète conformément à leur plan gravé sur les Pierres de Géorgie. Il est aussi remarquable que des truands notoires comme les Clinton,… Lire la suite »

blank