JOYEUX NOEL & BONNE ANNEE
(Marc Le Stahler)

Chers compatriotes,

Je comptais rédiger, en cette fin d’année et à votre intention un article convenu pour souhaiter à nos 12000 lecteurs de bonnes fêtes, un joyeux Noël et une bonne année 2020. Et puis, j’ai reçu les voeux d’un ami de courte date – connu via Minurne -, et qui m’est pourtant déjà très cher par sa personnalité, ses idées, son talent, son caractère, son panache, et bien d’autres choses encore, qui se font rares et qui sont donc précieuses…

Et, puisque je suis intimement convaincu que, d’une part je ne saurais mieux faire, et que d’autre part vous apprécierez ses voeux à leur juste valeur, je lui ai demandé, tout en m’engageant à lui conserver l’anonymat, l’autorisation de publier sa lettre, initialement réservée à son cercle privé.

Je vous laisse donc déguster ce texte. Vous y trouverez, selon votre humeur et votre état d’âme, soit une saine colère doublée d’une triste résignation, soit – en filigrane – un ardent appel à la poursuite du combat. Mais dans tous les cas la rage à peine contenue d’un homme épuisé d’avoir vu se désagréger le pays avec lequel il a vécu une véritable histoire d’amour.

C’est donc à un grand Français que Minurne ouvre ses colonnes en cette fin d’année. Puisse ce texte inspirer, parmi les plus jeunes, l’envie de défendre notre capital commun : l’histoire, la culture, l’âme et le génie de la France, à l’heure où ceux qui en ont la charge ne pensent, n’agissent et parfois ne complotent que pour la brader. 

Marc Le Stahler
24 décembre 2019


Chers Amis,

Cette année, mes voeux seront courts pour une raison simple : j’ai 70 berges depuis le 16 juillet 2019 ; c’est, me semble-t-il, un âge raisonnable pour prendre ma retraite de « militant de droite».

J’en ai ma claque d’assister, impuissant, au délitement et à la dégénérescence de notre pauvre pays, alors, basta, ras-le-bol, place aux jeunes, je jette l’éponge !

J’ai aimé ce foutu pays, mais il est devenu la catin de l’Islam donc je ne l’aime plus, point barre !

Eric Brunet écrivait l’an dernier dans « Valeurs Actuelles »:

« Tout ce qui est français me paraît médiocre : le cinéma, les voitures, l’art contemporain, la politique, les mesures pour redresser le pays. En fait tous les ailleurs m’attirent. J’ai le sentiment que même après huit jours de prison à Ouagadougou, Pyongyang ou Caracas, le retour à Roissy me collerait le bourdon.
Je ne suis plus amoureux de la France. J’éprouve tout juste un peu de tendresse pour elle…En fait, je ne supporte plus ses jérémiades, son arrogance, sa vision étroite et racornie du monde, sa connerie…Moi le patriote, le cocardier barrésien, hier candidat à toutes les exaltations tricolores, comment suis-je devenu cet être détaché ? Aujourd’hui je ressens de l’amertume quand je pense à mon ancien amour. Je regrette même de l’avoir tant chéri. Ces torrents d’amour, jamais récompensés. Pas un mot, pas un geste, pas une once de considération. Une séparation univoque ; une duperie. Alors, évitez de me parler de patriotisme économique, de « made in France », de Marseillaise, de citoyenneté, de vivre-ensemble. L’amour de la France, j’ai déjà donné. Trop peut-être. Je déserte. J’emporte avec moi Stendhal et Brassens. Le reste vous pouvez le garder. »

Aujourd’hui, je pourrais écrire la même chose, mais je remplacerais bien volontiers Stendhal, qui me tombe des mains, par Jean Raspail ou les « Hussards » !

Je ne supporte plus ce gouvernement de voyous, d’incapables, d’incompétents arrogants ; ces islamo-gauchistes qui défilent dans NOS rues en nous traitant d’islamophobes ; ces connasses qui appellent à « balancer (leur) porc »; ces végans, végétariens, végétaliens et autres « antispécistes » qui veulent nous empêcher de manger de la viande et qui, pour ce faire, agressent les bouchers, les éleveurs ou les abattoirs.

Expliquez-moi pourquoi ces tarés n’attaquent JAMAIS de boucherie Halal ? Expliquez-moi aussi comment on peut être défenseur de TOUTES les espèces animales (moustique et ver-de-terre compris) « et en même temps », comme dirait l’avorton présidentiel, être pour l’IVG et l’euthanasie ?

Au moment où j’écris, la France est ENCORE en grève. TOUS LES ANS, et ce depuis disons… 40 ans, les mêmes castes de privilégiés se font un devoir (et un plaisir ?) d’emmerder les gens qui travaillent et de perturber, voire de gâcher, leurs fêtes de fin d’années. Prendre la France en otage est un sport national.

A droite, certains naïfs s’en réjouissent au motif que ça fragiliserait le pouvoir. C’est une ineptie : le mouvement des « Gilets jaunes » aura été une bénédiction pour Micron, juste avant les Européennes.

Je voudrais, là encore, qu’on m’explique pourquoi (et comment) des casseurs cagoulés, des Black-blocs, arrivent à tout saccager lors de manifestations de «Gilets jaunes» alors qu’on n’en voit aucun quand la racaille islamo-gauchiste bat le pavé, comme ce fut le cas le 10 novembre ? (1)

Charles Pasqua disait que, pour faire capoter une manifestation, il fallait laisser faire les casseurs car ça effrayait le bourgeois. C’est vrai, ça fonctionne bien : après chaque acte de vandalisme, les ventres mous, les tièdes, les pétochards, les révolutionnaires de salon lâchent le mouvement. En France, on veut bien manifester, mais pacifiquement, sans violence, avec des « marches blanches », des nounours, des fleurs, des banderoles « Je suis Charlie » ou « Vous n’aurez pas ma haine ». Le Français a toujours la fibre résistante ; la même qu’après les deux débarquements de 1944. « Peuple de veaux » disait de Gaulle, il avait raison !

Même si je le souhaite, je ne crois pas à un coup de force. Pour qu’un pronunciamiento réussisse, il faut que les hommes aient vraiment faim ce qui n’est pas le cas chez nous. Et il faut réunir le triptyque : un chef, un idéal, une doctrine. Un mouvement qui n’a pour idéal que le matérialisme athée (les 35 heures, le foot, les réseaux sociaux, le porno, le loto et la téléréalité) et comme doctrine un égoïsme et un hédonisme narcissiques, ne peut pas réussir. Et, chez nous, ce n’est pas demain la veille qu’il trouvera un chef !

Je penche plutôt pour un retour progressif au calme car, dans notre « Ripoux-blique laïcarde et droits-de-l’hommiste », Dupont-Lajoie, qui ne croit à rien et se fout comme d’une guigne de la naissance du Christ, ne sacrifierait pour rien au monde sa dinde au marrons, son mousseux tiède, ses cadeaux (achetés avec la prime de Noël) sous un sapin synthétique décoré comme le sera sa pouffe pour le réveillon du 31 décembre où, sous les lampions, ils pourront fêter l’an neuf sur des musiques aussi ringardes que vulgaires de Patrick Sébastien (lequel est à la chanson populaire, ce que le pet est à la musique classique !)

L’an dernier déjà, j’écrivais «… « Jupiter » – qui se compare à de Gaulle ou à Mitterrand – me fait penser à Giscard: en 1974, ces cons de Français élisaient un jeune président qui n’était « ni de droite, ni de gauche ». Il nous promettait « le changement ». Il plaisait à la « droite-cachemire » par sa préciosité, que d’aucuns prenaient pour de la distinction, et sa particule… Il entendait « vider le programme commun (de la gauche) de son contenu » et prétendait que « deux Français sur trois voulaient être gouvernés au centre ». Libéral en matière de moeurs, on lui doit, entre autres :
* L’entrée au gouvernement de ministres de gauche, lesquels, fidèles à leurs convictions, ont fait une politique… de gauche : « une société libérale avancée de type permissive ». On en voit le résultat !
* Le divorce « par consentement mutuel », qui a fragilisé la famille.
* La légalisation de l’avortement, qui depuis 1975, à raison de 240 000 avortements annuels, aura assassiné légalement plus de 9 millions de petits Français.
* Le « regroupement familial » qui remplaçait une immigration de travail et qui est à l’origine de l’invasion afro-maghrébine incontrôlée (car incontrôlable) que nous subissons aujourd’hui.

Depuis Giscard, la France n’a plus jamais connu un budget en équilibre. Et depuis Giscard, la droite court après les idées progressistes et les avancées « sociétales » de la gauche : PACS, mariage des invertis ; PMA et demain : GPA (et après demain, euthanasie, pédophilie, zoophilie ?).

C’est le même Giscard qui, en 1975, créait le G7 et expliquait aux pays industrialisés que les peuples ne supportant plus l’hyper fiscalité, il fallait les culpabiliser avec le réchauffement climatique et les taxer au nom de l’écologie. Bis repetita !… »

En 1974, j’avais flairé le faisan. J’ai voté pour Jean-Marie Le Pen au 1er tour, et pour… Jeanne d’Arc au second. A la même époque, je dénonçais déjà l’islamisation de la France, et… on me traitait de « facho ».

De nos jours, un tas de gens – amis ou simples relations – se croient obligés de m’expliquer que la montée de l’Islam et le « remplacement de population » annoncent la fin de notre civilisation. Et j’ai envie de leur dire que je dénonce ça depuis presque un demi-siècle.

Plus récemment, en 2001, l’ONU sommait l’Europe d’accueillir… 150 millions de migrants en 10 ans. Tout était voulu, tout était prévu, tout était planifié ! J’ai dénoncé cet oukase dans plusieurs articles, et on m’a encore reproché d’être excessif. Parfois même on a rajouté la citation de Talleyrand « Tout ce qui est excessif est insignifiant ! ». Ce à quoi je répondais immanquablement que Napoléon traitait Monsieur de Talleyrand-Périgord de « merde dans un bas de soie » et qu’il n’avait pas tort ! Si j’avais envie de devenir un modéré ou une pute politique, j’adhérerais au MODEM ou à l’UDI. Il se trouve que j’ai autant de prédispositions pour devenir centriste que pédéraste. Que Dieu me préserve des deux !

Cette année, « Chiraclure », l’homme du regroupement familial, nous a quittés et Micron en a profité pour redorer son blason terni en faisant un long et beau discours.
La presse nous apprend que Chirac était « l’homme politique préféré des Français » (après avoir été l’un des plus détestés !).
Décidément, la France a les héros qu’elle mérite ! Mais Micron est un gros malin, il sait qu’un discours-fleuve devant un cercueil vous fait gagner 5 points dans les sondages. Avec Johnny Hallyday, il a même utilisé l’argent du contribuable pour un dernier hommage à un exilé fiscal, qui est mort en laissant une ardoise de 34 millions d’euros au fisc français, une paille !

Je note qu’aux obsèques, Micron refuse généralement de bénir le cercueil. Il se contente de l’adieu maçonnique. Depuis son interminable baratin devant la pyramide du Louvre, ce petit homme narcissique ne rate pas une occasion de multiplier les symboles en direction des « frères la gratouille » : il a bien compris qui dirige réellement le monde !

Sur les atrocités commises au nom de l’islam, en revanche, c’est « motus et babouches cousues ».
Moi, j’avoue que j’ai du mal à ouvrir mon coeur à cette belle religion « de tolérance, d’amour et de paix ». Pour mon malheur, je suis viscéralement, résolument, génétiquement, de droite : là où on trouve les abrutis, les brutes à front bas, les « franchouillards », les racistes, les xénophobes, les homophobes, les sexistes, (liste hélas non exhaustive)… J’appartiens à cette France « rancie et pétainiste » dénoncée par BHL, Laurent Joffrin, Edwy Plenel et quelques autres ordures de gauche.

Cette année, l’argentin Jorge Mario Bergoglio (2) a trouvé une nouvelle cause à défendre : l’écologie. Je pense même qu’il se prépare à canoniser sa nouvelle Jeanne d’Arc, la jeune cinglée Greta Thunberg.
Cette épouvantable gamine est reçue par les « puissants », au parlement, à l’ONU, au Vatican, lors des grands rassemblements – COP etc…- alors qu’elle n’a pas la moindre compétence en climatologie, écologie, météorologie. Alors, posons-nous les bonnes questions : qui tire les ficelles de cette affreuse marionnette ? Et surtout, pourquoi ?

Il m’arrive parfois, je l’avoue, de rêver d’envoyer nos féministes hystériques dans quelques banlieues de non-droit, dans des caves de HLM du « 9-3 », pour qu’elles y découvrent in situ les charmes de la « diversité » et du multiculturalisme. Une façon comme une autre de réconcilier la justice, l’écologie, et le féminisme avec les « jeunes issus de l’immigration» : ce serait ma modeste contribution au « Grand Remplacement ». Ces dames goûteraient aux délices des « tournantes » et on pourrait même demander à Jorge Mario Bergoglio de bénir ces copulations crapoteuses.

Trêve de (mauvaise) plaisanterie, ne m’en veuillez pas d’être dur avec ce pape argentin. Pour moi, le rôle du « souverain pontife » – que je trouve souverainement pontifiant – n’est pas de contribuer à détruire la chrétienté au profit de l’Islam ; c’est pourtant ce qu’il fait, chaque jour…

En lisant le dernier livre de Roger Holeindre : « 80 ans de mensonges et de calomnies, ça suffit ! » (3), je pense à Marine Le Pen qui voulait « dédiaboliser » son parti. Comme Holeindre, je ne supporte pas que nos idées, depuis un demi-siècle, puissent être jugées comme diaboliques. Nous avions raison avant les autres ; et nous avons été insultés, dénigrés, ostracisés, tyrannisés parfois. S’il était nécessaire de nous « dédiaboliser » c’est que, durant 50 ans, nous nous sommes trompés de combats (et de cibles).

La Marine (4) voulait « dédiaboliser » le FN, elle l’a vidé de ses cadres historiques, elle l’a dénaturé, avant sans doute de le tuer… Quel gâchis !!!!
Puisse-t-elle comprendre un jour que le vrai problème du FN devenu RN, c’est elle !

Eternel naïf, je continue à rêver d’un rapprochement entre Marion Maréchal, Robert Ménard, Philippe de Villiers et l’aile la plus droitière des « Ripoux-blicains ». Rapprochement cornaqué par des gens comme Eric Zemmour et Patrick Buisson, afin que la France retrouve enfin une VRAIE droite.
La droite à laquelle j’aspire est celle de mon premier engagement en politique : elle est patriote et sociale (5), rien à voir avec cette « droite-cachemire », cousine germaine de la « gauche-caviar », qui adule, comme elle, le fric-roi, les moeurs dépravées, l’Europe débridée et le commerce apatride.

Certains vont me trouver désabusé, et ils auront presque raison. Disons que je suis de plus en plus « désimpliqué ». J’ai passé des années à militer dans différents mouvements pour la défense de notre pauvre France (6) et je dois reconnaître, humblement, que j’ai été d’une redoutable inefficacité.

On me serine souvent qu’il ne faut pas « baisser les bras ». Et je réponds immanquablement que je crains qu’on me demande un jour de les lever pour me rendre.

Comme je n’ai jamais eu le courage (et l’occasion) de risquer ma peau sur un champ de bataille, je vais continuer à défendre mes idées avec ma plume. Mais je vais considérablement lever le pied.

Michel de Saint-Pierre, qui était un seigneur, a écrit (au sujet de Léon Daudet) :

« Il existe une tournure d’esprit que l’on nomme le « non-conformisme » et qui se résume à recevoir toutes les influences, sans en subir aucune – ne pas lever le doigt mouillé de la prudence, pour savoir d’où vient le vent – à traverser les fleuves de la vie sans jamais se préoccuper du sens du courant – à traiter les gens en place, les gens au pouvoir, les gens titrés, décorés, cravatés, le percepteur et le chef d’état, exactement de la même manière qu’on traite les autres humains…
A ne jamais renoncer à l’orgueil savoureux d’être sincère ; au plaisir délicat et profond d’être juste ; à la volupté de plomber les cuistres et de saluer les héros. Et surtout… à choisir jusqu’au bout l’air que l’on respire, les mots que l’on dit et les mains que l’on serre… Je n’érige nullement l’agressivité en modèle, ni la polémique en vertu. Je veux simplement qu’un homme indigné garde le courage d’exprimer son indignation – et que, devant l’injustice, le malheur, la misère et le mensonge, un être humain soit toujours prêt à souffrir jusqu’à la révolte… ».

Je n’ai, hélas, pas les qualités de Léon Daudet, mais, à défaut de vrai courage, il me reste un peu de panache. C’est une qualité (ou un défaut ?) que l’on retrouve souvent chez les petits hobereaux fauchés.
Je crois de moins en moins à la capacité de réaction de notre pays. Il est gangrené, vérolé, pourri, perverti, abruti. Le réveil sera douloureux !
Les optimistes ou les naïfs espèrent encore qu’il y aura un réveil, un sursaut salutaire, un retour de balancier. Je le souhaite mais sans trop y croire, et, à vrai dire, JE M’EN FOUS.
Suis-je nostalgique ? Oui, un peu mais pas plus que ça. Je cite souvent Michel Audiard qui disait : « Penser à reculons, je laisse ça aux lopes et aux écrevisses… »

Un dernier coup de gueule avant de conclure : cette année 2019 aura été une année de voyages.
En février, longue virée – en fourgon – en Espagne et au Portugal (presque 4000 kms). En mai et juin, un long périple : France, Italie, Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro, Albanie, Macédoine et Grèce. Retour par les mêmes pays mais par des itinéraires différents (7500 kms). En octobre, un long voyage dans cinq états de l’Ouest américain, au volant d’un 4×4 de location (plus un bout de la mythique « Route 66 » au guidon d’une Harley-Davidson), encore 6500 kms dans des paysages magnifiques.
J’ai donc fait presque 20 000 km à l’étranger en conduisant (sans être obnubilé par les radars et autres contrôles routiers) et j’ai perdu …4 points de permis…en France.
Je ne supporte plus ce pays moralisateur et donneur de leçons qui ose encore parler de liberté.

Il est temps de conclure… Il me faut, pour terminer, vous souhaiter ce qui est la raison d’être de cette longue lettre  : Un JOYEUX NOËL CHRETIEN et une BONNE ANNÉE 2020.

Elle s’annonce, politiquement, aussi mauvaise que les précédentes : je ne pense pas que les larbins zélés, et les « bras cassés » qui entourent « Jupiter » Micron soient en capacité d’améliorer notre sort !

Alors, « Inch’Allah ; mektoub ! » comme disent les occupants.

Croyez à mon amitié, sincère et indéfectible.


1)- « Manifester est un droit ». Il faudrait expliquer ça à la foule qui manifestait le 26 mars 1962, rue d’Isly à Alger. Ce jour là, l’armée française a ouvert le feu sur des manifestants pacifiques, des femmes, des enfants, des vieillards, qui voulaient simplement rester français, faisant 200 victimes (dont 80 tués). On pense aussi aux victimes du 6 février 1934. Manifester est un droit, certes, mais pas pour les patriotes.

2)- Je ne peux pas, décemment, appeler ce vieux satrape « Sa Sainteté François 1er. »

3)- « 80 ans de mensonges et de calomnies, ça suffit ! » Editions d’Héligoland ; 2015.

4)- Devenue « Marine à voile et à vapeur » avec Philipot-pot, Chenu et autres « Mignons »…

5)- Je pense aux « Jeunesses Patriotes et sociales » de Roger Holeindre en 1969.

6)- A la louche, une petite dizaine, des « JPS » d’Holeindre au FN, mais je ne suis plus adhérent nulle part depuis déjà quelques années.

0 0 votes
Évaluation de l'article
17 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Zglb
Zglb
1 janvier 2020 12 h 44 min

https://www.youtube.com/watch?v=l73tJGqHFOw Les vœux de Trump, 1 minute 11 et tout est dit : C’est Noel, notre Seigneur et Sauveur nous est né, je rends grâce à Dieu, je prie pour les USA, la paix, alléluia, bonne année 2020, then stop. Il était accompagné de Mélanie qui présentait ses vœux elle-aussi. Jolie, elle au moins. Par politesse sans doute, par devoir peut-être, par curiosité certainement, je tentai d’écouter les vœux Macron. Je n’ai pas pu arriver au bout des 18 minutes que cet individu avait la prétention de m’asséner, je crois que j’ai tenu héroïquement quelques 2 ou 3 minutes, mais… Lire la suite »

Clélia
Clélia
28 décembre 2019 14 h 27 min

je tiens à féliciter Eric Brunet pour son analyse parfaite… mais avons-nous des solutions pour redresser la situation?
Nous sommes pris par la peur…. et c’est la grande force des autres…
merci à vous et bonnes fêtes…

François Jacquel
François Jacquel
28 décembre 2019 13 h 30 min

« Expliquez-moi aussi comment on peut être défenseur de TOUTES les espèces animales (moustique et ver-de-terre compris) « et en même temps », comme dirait l’avorton présidentiel, être pour l’IVG et l’euthanasie ? »

Réponse aveuglante d’évidence :
Un animal, c’est un animal sensible (et je suis parfaitement d’accord).
L’IVG, c’est l’élimination d’un amas (de plus en plus) encombrant de cellules.
L’euthanasie, c’est l’élimination d’un amas (de plus en plus encombrant) encombrant de cellules vieillissantes (plus ou moins), pour des raisons diverses et variées : financières, sociétales, égoïstes…

Ninja21
Ninja21
28 décembre 2019 12 h 46 min

Ce Monsieur résume tous nos regrets, notre colère et notre dégoût!!! Nous avons environ le même âge et nous sommes tous dégoûtés de cette France qui part en vrille. J’essaie au maximum de ré informer nos proches avec Minurne, Dreuz ou autre « journaux indépendants », certains sont de notre avis, mais combien doutent ou se fichent des évènements actuels ? Pourvu qu’on ne les privent pas des fêtes, des jouets, des cadeaux, des voyages etc, le reste passe à la trappe. Quand ils se réveilleront, il sera trop tard!!! Mais quoi faire? Tous les « vieux » sont dans le champ de mire,… Lire la suite »

jjgg
jjgg
1 janvier 2020 19 h 09 min
Répondre à  Ninja21

moi j’en ai ras le bol de me faire traiter de facho. alors je ne discute plus avec ma famille de tout cela. La dinde et la buche devenant le sujet central. Triste monde. Quand elles auront une burka sur la tête, elles penseront peut être à moi, merde  » le facho avait raison  » mais il sera trop tard, beaucoup trop tard

MYLENE
MYLENE
2 janvier 2020 22 h 18 min
Répondre à  jjgg

DIALOGUE AVEC L’ENTOURAGE Par contre quand on demande à nos interlocuteurs : pourquoi nos élites ont « réussi » à faire des travailleurs de l’Est, des travailleurs détachés qui ont énormément de kms à parcourir avant de retrouver leur famille alors que ces mêmes ELITES persistent à faire venir des migrants africains alors que l’emploi ne les attend pas et même si l’emploi était là, ils ne veulent pas en faire des travailleurs détachés? Travailleurs détachés pour les gens de l’EST -Et pas de travailleurs détachés quand il s’agit des Africains??? Ne me dites pas que c’est à cause des distances. Les… Lire la suite »

Hélène Panzera
Hélène Panzera
26 décembre 2019 8 h 13 min

Un dernier mot pour vous encouragez allez voir le spectacle SHEN YUN , les valeurs divines en sont l’inspiration, et le Créateur y passe des messages pour l’humanité, on en ressort merveilleusement remplis d’espoir et de bonheur. Par ces temps ci, cela nous conforte dans le meilleur de nos convictions et procure un bien immense… Je recommande particulièrement à l’auteur de cet article d’aller le voir pour abandonner l’état de dégoût, et renouer avec le fait, que tout ce pourquoi il s’est battu, est l’essentiel de sa vie. Abandonner ces valeurs et l’espoir, c’est se croire seul. Et ceci est… Lire la suite »

Hélène Panzera
Hélène Panzera
26 décembre 2019 7 h 49 min

À l’aube de cette nouvelle année, on peut se demander : 2020 sera l’année de … quoi ? La situation en France n’est qu’une part de la situation mondiale. Alors que la situation semble sans issue, et laisse un goût amer pour tous ceux qui aiment profondément leur pays, les valeurs chrétiennes, les valeurs universelles créatrices de la vie et du meilleur de l’Homme. La nature de cette bataille à mener, est mondiale aussi d’ou sa complexité. Le scénario actuel me fait penser à ce genre de film où un peuple entier est malmené par des robots, tyranniques, vicieux. Mais… Lire la suite »

martine Mougin
25 décembre 2019 19 h 40 min

FABULEUX Récit de Vérité sans sarcasme …J’ Adhère à ce qui est écrit , Je n’aurai pas pu faire MIEUX ..Merci

Lopez
Lopez
25 décembre 2019 17 h 21 min

Pas grand chose à ajouter. Je me trouve exactement sur la même ligne à cette différence près que je suis quand même un renégat. Sans toutefois jamais avoir voté à gauche, (car je me mefiais), j’ai été formaté par des gauchos toute ma vie. Seulement, un jour j’ai décidé de m’informer pour pouvoir être crédible dans les discussions politiques. Ça m’a pris quelques années mais sans influence aucune je me suis fait une opinion qui n’est pas celle de mes amis ni de ma famille. Je suis donc aussi devenu comme vous, ( je m’adresse à l’homme qui a écrit… Lire la suite »

lepatriote1111
lepatriote1111
25 décembre 2019 1 h 30 min

Merci pour cette analyse très pertinente et criante de vérité .
Joyeux Noël à tous les Patriotes de France et de Navarre .

freliez
freliez
24 décembre 2019 19 h 47 min

Merci, encore Merci, je vous es lue et mon cerveau à éclater. Pas un mot, pas une ligne, pas un ressenti, aucune pensée ne m’est inconnu. Dégoût de cette France que j’ai aimé, qui à présent me fais gerber tous les jours, j’ais 60 berges, je me suis battu pour le parti, mes idées, moi aussi depuis toujours l’on m’a traité de facho, et autre saloperies. Les bobos, cette France qui est leurs reflets je n’en veux plus, elle est devenue la pute de l’islam, vendu par les connards de politique, par ses veaux de français en premier lieu. Je… Lire la suite »

Bouvrat
Bouvrat
23 décembre 2019 19 h 42 min

très belle analyse de la situation, je vous souhaite aussi un très bon noël chrétien et tous mes vœux pour 2020
lutter c’est vivre …

Filsde1789
Filsde1789
23 décembre 2019 19 h 08 min

merci pour ce beau et long texte, les Français auront bientôt ce qu’ils méritent : la soumission à une religion de paix et d’amour. Quand je vois tous ces connards des merdias tirer des plans sur la comète pour les retraites en 2035, je me dis qu’heureusement les racailles et les migrants de plus en plus nombreux vont cotiser pour boucher les trous. La France est au bord du précipice et nos progressistes vont faire un grand pas en avant. Notre justice ubuesque vient d’envoyer un message fort aux racailles, prenez de la drogue avant de tuer ou de violer… Lire la suite »

Serge GRASS
23 décembre 2019 17 h 05 min

« On ne devient pas vieux pour avoir vécu quelques années on devient vieux parce qu’on abandonné son idéal  » Général Mac Arthur.

De la part d’un jeune homme de 75 ans.

Serge GRASS

martine Mougin
25 décembre 2019 19 h 45 min
Répondre à  Serge GRASS

j’ adore cette définition de la vieillesse….

Jean Ducluzeau
28 décembre 2019 17 h 17 min
Répondre à  Serge GRASS

Il arrive parfois qu’on abandonne son idéal après avoir pris conscience que cet idéal n’était qu’un mythe. Mais effectivement ça ne rajeunit pas.

blank