ALLOCUTION DU 13 AVRIL : DÉCRYPTAGE
(Julien Havasi)

L’interminable conférence de presse du Premier Ministre ce 19 avril n’a pas apporté grand chose, sauf peut-être un peu plus de confusion et parfois même de panique pour nos compatriotes qui n’en peuvent plus face à l’incompétence coupable de ce gouvernement qui n’a su, ni anticiper, ni préparer, ni gérer cette crise.
Retour sur l’excellente analyse de Julien Havasi de l’allocution du 13 avril, qui fut en quelque sorte, en pleine tragédie, non seulement un tissu de mensonges et de contre-vérités, mais aussi peut-être le premier discours de campagne du président Macron pour sa réélection en 2022.

MLS


Impact émotionnel, théorie de l’excuse, mensonges officiels, aveux d’ingérence, fausses solutions, aucune clémence financière pour les Français, achat de smartphones pour les enfants des « quartiers », promesses irréalisables, manipulation sémantique, annonce du projet de vaccination de masse, annulation de la dette africaine… 


DÉCRYPTAGE DE L’ALLOCUTION DE MACRON DU 13 avril 2020

Parce qu’il ne suffit pas de décrier les propos que le Président, catastrophé, a tenus le lundi 13 avril 2020, pour les comprendre et les discréditer, je vous propose ci-dessous les éléments clés de son discours, dans l’ordre chronologique, suivis d’avis critiques.

1/ Régulation et impact émotionnels

« Nous sommes en train de vivre des jours difficiles, nous ressentons tous en ce moment la peur, de l’angoisse, pour nos parents, pour nous-mêmes, face à ce virus redoutable, invisible, imprévisible »

Activation pour certains, et réactivation pour d’autres, de la psychose collective entretenue et nourrie depuis plusieurs semaines afin d’amplifier l’émotion et d’atténuer la réflexion. Le ton employé est infantilisant, il ramène les plus malléables à la maturité de leur enfance.

Virus redoutable ? Alors que le nombre de ses victimes par rapport au nombre d’habitants est moins important que celui de la grippe hivernale annuelle ?

Virus invisible ? Pourquoi avoir alors tardé à fermer nos frontières – et ce sans aucun contrôle ni dépistage – des voyageurs en transit ou de retour ?

Virus imprévisible ? N’était-il pas connu plusieurs semaines avant qu’il ne touche la France ?

2/ Soumission, face aux communautés non respectueuses du confinement et préparation de l’opinion publique à un effort financier en leur faveur

« Cette période est encore plus difficile lorsque l’on habite à plusieurs dans un appartement exigu, lorsque l’on ne dispose pas chez soi des moyens de communication nécessaires pour apprendre, se distraire, échanger »

Monsieur le Président, cette période de confinement est également très difficile pour tous, par exemple pour les couples vivant séparément, les familles distantes, les personnes isolées ou celles en situation de handicap.

Si l’on doit faire un effort c’est avant tout à l’attention des familles héritières de la France par le sang et le combat. Pourquoi sans cesse privilégier les familles issues de l’immigration ?

3/ 1er mensonge

« Et pourtant, grâce à nos efforts, chaque jour nous avons progressé »…

La période d’incubation du « virus grippal de type couronne » est de 14 jours, or nous sommes en confinement depuis 4 semaines, ce qui n’a pas empêché une augmentation considérable du nombre de contaminés 21 jours après ladite période d’incubation, alors que nous aurions dû observer une baisse depuis le 14ème jour.
Nous n’avons pas progressé, le confinement n’a eu à ce jour aucune efficacité réelle, mais nous avons en revanche régressé du point de vue des libertés individuelles.

4/ 2ème mensonge

« Les hôpitaux français ont réussi à soigner tous ceux qui s’y présentaient »

Les malheureuses 335 personnes décédées le 13 avril, date de votre prise de parole en public, ainsi que les 9 588 victimes qui ont perdu la vie dans nos hôpitaux, si elles ont effectivement été prises en charge, n’ont pas été soignées, du moins pas toutes et pas convenablement. Il y a même des cas où les personnes sont « euthanasiés » ou condamnées à mort faute de moyen ou question de priorité.

5/ 3ème mensonge

« Chacun d’entre vous dans ce que j’ai appelé cette troisième ligne, chacun d’entre vous par votre civisme, en respectant les règles de confinement (…) vous avez fait que l’épidémie commence à marquer le pas. Les résultats sont là »

Il n’y a à ce jour aucun résultat ni encourageant ni décourageant, aucun miracle ni aucune hécatombe, le taux de mortalité en cette période est plus faible que celui des 5 dernières années. Ni nous ni le confinement ne sommes ni ne serons à l’origine d’une baisse de cette contamination, seuls le temps (temporel) et le temps (météorologique) auront sans doute raison, comme chaque année, des épidémies de grippe.

6/ 4ème mensonge

« Alors, étions-nous préparés à cette crise ? A l’évidence pas assez, mais nous avons fait face »

Nous n’y étions pas du tout préparés, c’est une évidence absolue. Comme chaque année, les personnes vulnérables du fait de leurs pathologies, de leur âge avancé ou de leur santé fragile, périssent par milliers. Si nous devons juger la réaction du Gouvernement quant aux matériels disponibles pour la population tels que des masques de protection, des lunettes de protection et des gants, on peut même dire que nous étions « à la ramasse ».
Si nous ne sommes pas capables de réagir en quelques heures ou en quelques jours à une épidémie virale, le serions-nous face à un accident nucléaire ? En raison de l’insalubrité de certains sites menacés jusque dans leur étanchéité et face aux islamistes susceptibles d’organiser des attentats sur nos centrales, il serait bon d’anticiper en équipant chaque foyer et chaque concitoyen de vêtements de protection et de décontamination plutôt que d’avoir, les bras tombants, à pleurer des centaines de milliers de morts.

7/ 5ème mensonge

« Comme tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, de gants, de gels hydroalcooliques, nous n’avons pas pu distribuer autant de masques que nous aurions voulu »

Certains pays même parmi ceux en voie de développement, ont maintenu à jour leurs stocks de gants, de masques, de gels hydroalcooliques et même de chloroquine. Quant au gouvernement français, il a, à plusieurs reprises, contesté l’efficacité du port d’un masque. Comment le Président peut-il aujourd’hui prétendre avoir voulu hier en distribuer plus que de raison ? En plus d’un mensonge, c’est une volte-face !

8/ 6ème mensonge

« Dès l’instant où ces problèmes ont été identifiés, nous nous sommes mobilisés (…) pour produire et acquérir le matériel nécessaire. Mais je mesure pleinement que lorsque l’on est au front, il est difficile d’entendre qu’une pénurie mondiale empêche les livraisons. Les commandes sont désormais passées »

Agnès Buzyn, Ministre de la santé démissionnaire en pleine crise du Coronavirus, a reconnu le 15 mars 2020 avoir su depuis le 20 décembre 2019 ce qui nous attendait et en avoir informé immédiatement le Gouvernement. Le confinement a pris effet le 17 mars 2020. A ce jour, le matériel nécessaire et recommandé n’est toujours pas arrivé dans nos foyers ni dans nos entreprises. Nous n’avons pas pris du retard, nous avons carrément manqué le train.

9/ 7ème mensonge

« Nous allons continuer à distribuer davantage d’équipements »

Peut-on seulement distribuer « davantage » aujourd’hui ce que l’on n’a jamais distribué hier ?

10/  Avis aux plaignants

« Mais, comme vous, j’ai vu des ratés, encore trop de lenteurs, des procédures inutiles »

S’agit-il d’une allusion à l’épidémie de plaintes issues du milieu médical et du peuple dénonçant l’inaction, l’ingérence, l’irresponsabilité et l’incompétence de nos dirigeants ?

11/ Message aux partenaires du système ?

« Nous en tirerons toutes les conséquences, en temps voulu, quand il s’agira de nous réorganiser »

Qui entend se réorganiser, qui va en tirer les conséquences, qu’est ce que l’on doit entendre par « temps voulu » ?
Cette situation est-elle le fruit d’une volonté de désinformation vis à vis de l’opinion publique ?

12/ 8ème mensonge

« Ces dernières semaines ont été marquées par de vraies réussites (…), les coopérations entre l’hôpital et les cliniques de ville »

Est-ce pour cette raison que les cliniques privées de France, par la voix de la Fédération de l’hospitalisation privée, ont alerté l’Etat qu’elles étaient désertées par les patients, qu’elles se sentaient abandonnées des pouvoirs publics dans leur devoir sanitaire, et s’inquiétaient d’avoir des centaines de lits vides ainsi que des médecins sans activité ?

13/ Une incompétence absolue

« Le rapatriement de plusieurs dizaines de ressortissants français depuis des pays du monde entier… »

Ces ressortissants pour la plupart revenaient des pays d’Asie qui ont été les premiers infectés. Ils ont pu regagner leurs villes en métropole et leurs domiciles, puis circuler librement durant des semaines sans être ni testés ni suivis, avant que ne soient mises en place les règles de confinement.

14/ Est-ce en raison de la lenteur administrative que vos solutions miracles ne sont pas connues du peuple ?

« Nous avons innové, osé, agi, au plus près du terrain beaucoup de solutions ont été trouvées »

Si le Gouvernement détient des solutions réelles et concrètes autres que celles nous privant de nos libertés et nous soumettant à l’industrie pharmaceutique, nous souhaiterions les connaitre dans les meilleurs délais.

15/ Finalement aucune solution immédiate n’a été trouvée !

« Si je tenais à m’adresser à vous ce soir c’est pour vous dire en toute transparence ce qui nous attend pour les prochaines semaines et les prochains mois (…). C’est pour cela que le confinement le plus strict doit encore se poursuivre jusqu’au lundi 11 mai. C’est durant cette période le seul moyen d’agir efficacement. C’est la condition pour ralentir encore davantage la propagation du virus (…). Durant les quatre semaines à venir, les règles prévues par le Gouvernement devront continuer d’être respectées. Elles sont en train de montrer leur efficacité et ne doivent être, ni renforcées ni allégées, mais pleinement appliquées »

Par absence des qualités requises et des moyens nécessaires, Macron se contente d’imposer une loi Martiale en prétextant que le confinement était la meilleure solution, alors qu’elle semble être, au vu de ce qui se fait ailleurs, la moins efficace.

16/ Pas de cadeaux pour les Français

« Je souhaite que les banques puissent décaler toutes les échéances beaucoup plus massivement qu’elles ne l’ont fait »

Un simple report des échéances sur les mensualités suivantes, alors que des difficultés financières vont s’exprimer à tous les niveaux de l’économie et du pouvoir d’achat, est une mauvaise stratégie de relance. Une prolongation de deux ou trois mois de tout contrat de prêt, sans frais supplémentaire, aurait été une solution beaucoup moins contraignante.

17/ Après « la préparation de l’opinion publique aux dons à l’endroit des communautés », la mise en application

« J’ai demandé aux maires, élus locaux, aux associations (…) de verser sans délai une aide exceptionnelle aux familles les plus modestes, avec des enfants, afin de leur permettre de faire face à leurs besoins essentiels (…). Dès mercredi le Conseil des ministres décidera des moyens financiers nouveaux »

Alors que beaucoup de familles françaises n’ont pas suffisamment d’ordinateurs ou, possèdent du matériel obsolète pour faire suivre leurs cours à leurs enfants, les familles « les plus modestes » (on sait desquelles il s’agit, suivez mon regard), vont disposer d’aides financières permettant par exemple l’acquisition de produits numériques.
Si, en étant au SMIC, vous avez du mal à offrir un Wiko à vos enfants, rassurez-vous, dès mercredi « les jeunes de banlieues » vont se voir offrir des smartphones et des tablettes dernier cri. Ça leur évitera peut-être de voler ceux de vos enfants…

18/ Petite piqûre de rappel pour raviver l’émotion plutôt que la réflexion

« Trop d’enfants notamment dans les quartiers populaires (…) sans avoir accès au numérique »…

Pour le cas où nous ne serions pas suffisamment sensibilisés à leur cause.

19/ Des paroles, des promesses et du vent

« Nous aurons à partir du 11 mai une organisation nouvelle pour réussir cette étape. L’utilisation la plus large possible des tests et la détection est une arme privilégiée pour sortir au bon moment du confinement. D’ici là et dans les prochaines semaines, nous allons continuer d’augmenter le nombre de tests faits chaque jour (…). Le 11 mai nous serons en capacité de tester toute personne présentant des symptômes (…). Nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, ça n’aurait aucun sens »

En réalité seules les personnes se présentant dans les hôpitaux publics et manifestant des symptômes seront testées. Par ailleurs, bon nombre de personnes affirment qu’après avoir été testées négatives par frottis, elles ont été détectées positives au scanner. Doit-on mettre en cause l’efficacité de ces tests ?

20/ Manipulation sémantique

« Car cette épidémie ne saurait affaiblir notre démocratie ni mordre sur quelques libertés »

Les Français sont privés de leur liberté de déplacement et de circulation, de choisir leurs commerces, de rendre visite à leurs proches même mourants, certains même sont privés de leur travail. Quant à la démocratie, où en est la considération pour les vagues de soutien au Professeur Raoult appelant à l’usage de la Chloroquine ?

21/ Aveu de faiblesse

« Jusqu’à nouvel ordre, nos frontières avec les pays non-européens, resteront fermées »

Donc, avant cette épidémie et après cette aventure, les frontières ont été et seront totalement ouvertes aux pays non-européens.

22/ Aveu d’incompétence ou projet inavoué ?

« D’après les données qui seront prochainement affinées, une très faible minorité de Français ont contracté le Covid-19 (…) nous sommes loin de ce que les spécialistes appellent l’immunité collective ».

Si les Français n’ont pas atteint le seuil d’immunité collective c’est parce qu’ils sont privés de leur liberté de déplacement et de leurs rencontres habituelles. Le confinement est à la fois la cause et la raison de notre non-immunité, qui ne fera que nous exposer à nouveau dès la prochaine crise éventuelle.

23/ Nous y voilà ! Et si tout ce spectacle n’était en réalité qu’un chemin vers la vaccination de masse ?

« C’est pourquoi la première voie pour sortir de l’épidémie est celle des vaccins. Tout ce que le monde compte de talents, de chercheurs, y travaillent. La France est reconnue en la matière et a d’excellentes ressources. Parce que c’est sans doute la solution la plus sûre, même s’il faudra des mois au moins pour la mettre en œuvre. Notre pays investira plus massivement dans la recherche, et je porterai dans les prochains jours, une initiative avec nombre de nos partenaires, en votre nom, pour accélérer les travaux en cours »

Nous savons par exemple que le vaccin contre la grippe doit être renouvelé tous les ans puisque son virus mute chaque hiver entre une dizaine de formes possibles. Le vaccin contre la grippe a prouvé son inefficacité contre le virus mais s’est aussi montré révélateur d’effets secondaires non négligeables. 

La vaccination de masse ne peut être possible qu’avec l’accord des masses, or, il semble qu’une large majorité des Français soit vivement opposée à la vaccination, notamment celle concernant de nouvelles maladies et contenant des composants douteux. Mais nous savons que l’industrie pharmaceutique est la première puissance économique dans le monde et que son influence est sans limite !
Nous en avons par ailleurs la preuve avec le cas de Laurent Fabius, largement impliqué dans l’affaire du sang contaminé et qui aujourd’hui siège confortablement à la présidence du Conseil Constitutionnel plutôt que de pourrir en prison. 

Nous n’avons aucun doute sur le fait que la France dispose d’excellentes ressources, de moyens illimités et de contacts par milliers dans cette industrie qui, parce qu’elle a une dimension internationale, dérange, car son profit, garant de la survie de son patrimoine, dépasse largement toute dimension humaine. Lorsque les vaccins seront gratuits et qu’aucune industrie dans le monde ne fera de profit sur leurs dos, les citoyens seront prêts à étudier leur crédibilité.

24/ Une annonce insupportable

« Nous devons aussi savoir aider nos voisins d’Afrique à lutter contre le virus, plus efficacement, à les aider aussi sur le plan économique en annulant massivement leurs dettes ».

L’argent public est l’argent des Français, l’argent des Français leur appartient et ils sont seuls maîtres de leurs dépenses. 

L’argent public n’appartient pas au Président de la République, il ne peut par conséquent, en faire usage à sa guise. 

Si l’Afrique a des dettes envers la France elle doit les rembourser. Si, pour faire face à l’épidémie de la « grippe de type couronne », nous devons suspendre leurs échéances aux pays concernés alors Amen, mais jamais nous ne devons annuler les dettes d’autres pays d’autant plus que nous manquons cruellement de moyens en France. 

Les étrangers d’origine africaine qui par millions nous coûtent des centaines de milliards chaque année en allocations diverses, en aides sociales, en logement, en transport, en éducation, en formation, en justice, en vandalisme et en santé représentent à eux seuls une dépense insupportable, épuisante et injuste, d’autant plus que ces gens-là pour beaucoup envoient notre argent, nos médicaments et nos objets volés (automobiles, téléphones et autres) chez eux sans droit de douane. On ne va pas en plus payer les dettes de l’Afrique ! 

Je rappelle qu’en 1900 la population africaine suivant une courbe en déclin était de 100 millions d’habitants. C’est la sur-générosité des occidentaux trop occupés à apporter leur science, leur médecine et leurs infrastructures sur un continent sous-développé, qui a permis à ces populations stabilisant leur démographie aux facteurs d’alors (mortalité infantile, maladies tropicales, hausse du climat…) de passer de 100 millions à 1 milliard en 100 ans. 

Si la régulation naturelle doit réduire la population africaine alors laissons faire le cours des choses, nous savons tous que la surpopulation mondiale est le pire défi de demain ! 

Également, renvoyons chez eux ceux qui, chez nous, n’adoptent pas notre manière de vivre alors qu’ils ont été à l’école, puisque même avec un simple niveau 4ème ou 3ème ils seront les élites dans leur pays d’origine qui plus que jamais a besoin de cerveaux neufs.

25/ Macron est en campagne pour 2022

« Alors, si notre monde, sans doute se fragmentera, il est de notre responsabilité de bâtir dès aujourd’hui des solidarités et des coopérations nouvelles. Il nous reviendra aussi, dans les prochaines semaines, de préparer l’après. Il nous faudra rebâtir notre économie, plus forte, afin de produire et redonner plein espoir à nos salariés, entrepreneurs, garder notre indépendance financière. Il nous faudra rebâtir une indépendance agricole, industrielle et technologique française, et plus d’autonomie stratégique pour notre Europe. Cela passera par un plan massif pour notre recherche, nos aînés, entre autres. Il nous faudra nous rappeler aussi que notre pays aujourd’hui tient tout entier sur des femmes et des hommes que nos économies reconnaissent et rémunèrent si mal. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune. Ces mots, les Français les ont écrits il y a plus de 200 ans. Nous devons aujourd’hui reprendre le flambeau et donner toute sa force à ce principe. Il nous faudra bâtir une stratégie où nous retrouverons le temps long, la possibilité de planifier la sobriété carbone, la résilience, qui seuls peuvent permettre de faire face aux crises à venir (…). Ces quelques évidences s’imposent aujourd’hui à nous mais ne suffiront pas, et je reviendrai à vous pour parler de cet après (…). Il y a dans cette crise une chance, nous ressouder et prouver notre humanité, bâtir un autre projet dans la concorde, un projet français, une raison de vivre ensemble, profonde ».

Le Président Emmanuel Macron termine son allocution par un formidable discours de candidat à la Présidentielle, appelant à l’unité du peuple, à la reconnaissance du travail et des salaires, à un monde meilleur dans lequel nous serons tous riches et en bonne santé. Du pipeau de présidentiable !

Julien Havasi
Membre du CNRE
Secrétaire Général du SIEL
15 avril 2020

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Roland
Claude Roland
21 avril 2020 14 h 59 min

Très belle explication. Mais si vous croyez que la majorité des Français sauront faire le lien entre chaque point et en tirer la synthèse, la moralité… moi j’en doute, sauf preuve concrète du contraire.

Filsde1789
Filsde1789
20 avril 2020 17 h 21 min

en 1914 quand il a fallu produire rapidement des millions d’obus, nous avons su faire, en 2020 plutôt que de s’équiper rapidement de chaînes de production de masques en papier, quand même autrement plus simples et faciles à fabriquer que des obus de canons, on préfère perdre un temps précieux à dire qu’ils sont inutiles pour ne pas avouer que l’administration a fait disparaître les stocks de masques périmés (comme si un masque se périmait, la seule limite étant le vieillissement de l’élastique) sans en commander d’autres et on continue à perdre du temps et de l’argent en choisissant de… Lire la suite »

lepatriote1111
lepatriote1111
20 avril 2020 9 h 17 min

Le freluquet peut aller faire gober ses sornettes à qui voudra l’entendre ,mais pas aux Patriotes .

Claude Roland
Claude Roland
21 avril 2020 14 h 57 min
Répondre à  lepatriote1111

Sûr, mais il reste quand même 38 à 45% de cons qui voteront pour lui…

blank