LE CONFLIT ISRAÉLO-PALESTINIEN S’ÉTEINT
(L’Imprécateur)

Pendant que nous et nos médias sommes obsédés par Covid, le vaccin et le confinement à venir, il se passe au Moyen Orient un événement extraordinaire : l’extinction du conflit israélo-palestinien.
C’était l’un des fers de lance de la gauche, elle est consternée !

 

 

An 830 avant JC

Cette carte, montre l’occupation de la région peu de temps avant la colonisation romaine.
Pas de Palestine, pas d’Arabes non plus. Ils sont en Egypte, ce sont des tribus nomades du Sinaï.

Et avant ?
Dès le VIIIe millénaire av. J.-C., la ville de Jéricho existe. Elle fut détruite vers – 1550 par un grand séisme, et non par les trompettes de David, mais ce sont les Juifs (qui n’attendaient que ça) qui la reconstruisirent.
De -8000 à -2000 environ, le pays étant un désert sec et plutôt froid, le réchauffement climatique suivant la dernière glaciation débutant seulement, il n’y a que des populations errantes de bergers et leurs troupeaux. Ils ont laissé des traces archéologiques dans les grottes où ils s’abritaient du froid nocturne et des prédateurs à deux ou quatre pattes.

LES CANANÉENS ET LES PHILISTINS DE GAZA N’ÉTAIENT PAS PALESTINIENS

Le IIIe millénaire av. J.-C. est celui de la civilisation cananéenne. Brillante, elle construisit la plupart des villes actuelles. Les Cananéens étaient des Phéniciens, des Sémites venant du Liban voisin. La richesse du pays de Canaan « Où coulent le lait et le miel » (Torah et Bible)) attire des pillards, juifs et autres, mais aussi la tribu d’Abraham venant de Mésopotamie. Canaan s’effondre alors qu’arrive vers -1100 une invasion sérieuse de « peuples de la mer« , les Philistins, habitants de la région de Troie d’où ils auraient été chassés par les Grecs vainqueurs.

Ils tentèrent de s’installer en Egypte et Ramsés III leur donna  le long de la mer l’actuelle zone de Gaza, où il n’y avait qu’une petite garnison égyptienne, pour créer une zone tampon entre lui et les Juifs.
Toujours pas de Palestiniens dans le pays, mais en revanche de plus en plus de Juifs qui, pour se protéger des razzias des Philistins pirates sur mer mais aussi pillards sur terre, occupaient plutôt les zones de collines de l’intérieur entre Méditerranée et Jourdain.

Puis les Romains arrivent, pacifient et taxent tout le monde. Les siècles passent, et quand les Juifs sentent vers 1100 après J.C. un affaiblissement de la pression coloniale romaine, ils se révoltent.
Ils étaient concentrés principalement dans trois provinces : la Judée (le pays des Juifs de la tribu de Juda), la Galilée et la Samarie. En 132 après J.C (révolte de Bar Kokhba) ils sont écrasés par l’armée romaine. Le gouverneur romain ne se contente pas de sa victoire militaire, il veut humilier les Juifs, rase le Temple de David et baptise la région toute entière Pelishtim, en hébreu le pays des Philistins.

Mais au fil des siècles et des recopiages de cartes, Pelishtim devient « Palestine ».
Les Turcs ottomans reprirent le nom de Filistin, le pays des Philistins.

XIIème ET XIIIème SIÈCLES, LA PALESTINE FRANÇAISE

blankChâteau templier attaqué en Palestine par les troupes égyptiennes de Saladin

Entre la période des royaumes israélites d’avant J-C. et la conquête musulmane au VIIème siècle après J-C. la Terre d’Israël tombe aux mains successives des Assyriens, Babyloniens, Perses, GrecsRomainsCroisés européens majoritairement Français, Sassanides et Byzantins. Cependant, la population juive quoique relativement peu nombreuse reste majoritaire, elle ne commencera à décliner qu’après les guerres contre l’Empire romain qui commencent en 66 après J-C.

Les premiers Arabes arrivent d’Arabie après la mort de Mahomet, prennent Jérusalem en 636, construisent la mosquée Al Aqsa sur les ruines du Temple. Puis les Européens (Croisés, Templiers, etc.) arrivent à leur tour en 1099 pour chasser les colons arabes qui occupent les Lieux Saints de la chrétienté et gèrent la Palestine pendant un siècle et demi, installant des colonies (essentiellement françaises) jusqu’en 1250.
Dans les livres d’histoire turcs, les Ottomans qui arrivent alors se vantent d’avoir « détruit des villages francs en Samarie« . Pas juifs, pas arabes et encore moins palestiniens, mais « francs ».

En 1918, la Turquie – alliée de l’Allemagne – est battue, l’empire ottoman démembré, la France administre la Syrie, l’Angleterre et la Palestine. Les Anglais font consciencieusement un relevé cartographique aérien et un recensement de la population, achevé vers 1938. Sur 94 villages (hors Jérusalem) 93 sont juifs, un seul est arabe.

Voilà l’origine historique des actuels Palestiniens, un village et un seul. Ils ne peuvent revendiquer à aucun titre la totalité de la Palestine, parce que l’histoire des Palestiniens n’est qu’une vaste succession de tentatives d’extermination génocidaire d’Israël pour la coloniser.
Processus commencé en 636 et relancé par Gamal Abdel Nasser en 1948.

LES « PALESTINIENS » SONT DES COLONS COMME LES AUTRES

En Histoire, il faut être logique…
Si les Français, présents en Algérie comme en Nouvelle Calédonie depuis 1840, soit plus d’un siècle et demi, sont appelés « colons », pourquoi les Arabes, arrivés depuis quelques décennies sur la Terre d’Israël où la présence juive est attestée depuis trois mille ans seraient-ils les propriétaires légitimes d’un pays où, pasteurs nomades, ils n’ont jamais fait que faire paitre moutons et chameaux ?
Parce qu’un autre arabe, Nasser, les a baptisés « Palestiniens » dans un discours politique ?
C’est comme si la France déclarait que les Pieds-noirs sont les vrais Algériens dans ce pays qui n’existait pas en 1835 quand le Maghreb, colonie turque, c’était la Tunisie à l’Est et le Maroc à l’Ouest.
Ou encore les Caldoches, seuls Calédoniens légitimes dans ce pays qui n’existait pas non plus en 1835, « un pays où les tribus sont perpétuellement en guerre décimées par la famine et les maladies, où les habitants ignorent qu’ils sont sur un île et ne lui ont pas donné de nom » (James Cook).
Le mot « kanak » n’existe que depuis les années 1970, « Canaques » étant pour les découvreurs, les militaires  et les missionnaires le nom de tous les indigènes de couleur du Pacifique. Et eux, au moins, sont sur place.

Les premiers guerriers arabes sont arrivés en 635 mais très peu sont restés, et les premiers colons arabes à partir de 1920.
Où est leur légitimité pour revendiquer la possession d’un pays juif depuis trois mille ans ?
Quand la communauté internationale va-t-elle comprendre que la revendication palestinienne n’est ni historique, ni ethnique, mais religieuse ?

LA REVENDICATION PALESTINIENNE EST MUSULMANE AVANT TOUT

Quand Saladin vient avec son armée combattre et chasser les Français Croisés et Templiers de Palestine, il ne vient pas pour des Palestiniens qui n’existent pas, il vient pour redonner à l’islam une terre prétendument devenue islamique parce qu’une mosquée y a été construite, donc Dar al islam, Terre de l’islam.

Quand les Ottomans turcs conquièrent la Palestine dans leur expansion impériale, et y détruisent les villages francs, ils n’y installent pas des Palestiniens qui n’existent pas : elle devient une terre turco-musulmane.

Quand les grandes puissances qui ont vaincu l’Allemagne et les Ottomans se partagent la région en 1920, les pays arabes alliés des anglais et des français en profitent pour dépecer la Palestine vide de Palestiniens puisqu’ils n’existaient pas. L’Egypte reprend la bande de Gaza, le royaume hachémite de Jordanie fraichement créé s’empare de la Cisjordanie et la Syrie du plateau de Golan.

TOUTES LES GUERRES ONT ÉTÉ DÉCLARÉES OU PROVOQUÉES PAR LES ARABES

Le 14 mai 1948, Ben Gourion lit la Déclaration d’Indépendance qui proclame la création de l’État d’Israël. Les Juifs sont à ce moment là  minoritaires par rapport aux arabes entrés en Palestine pour la coloniser depuis 1920, mais les Juifs affluent du monde entier puisque la SDN leur a rendu leur pays. Ils rentrent donc chez eux, en Israël, et reprennent démographiquement le dessus, d’autant plus que les arabes, refusant de cohabiter avec ces mécréants juste bons à tuer (voir le Coran) quittent le pays.

Dans les jours qui suivent, des armées composées d’environ 1 000 Libanais, 6 000 Syriens, 4 500 Irakiens, 1 000 Égyptiens et entre 6 000 et 9 000 Transjordaniens se joignent aux forces arabes civiles (12 000 hommes) et à l’Armée de Libération de 3 800 hommes (d’après Gresh et Vidal).

Ces armées seront à chaque fois battues par les Israéliens.
Elles viennent non pour créer un état palestinien mais pour chasser les Juifs accusés de polluer une terre musulmane depuis la conquête militaire de 636. Les pays d’Europe de l’Ouest aux gouvernements socialistes soutiennent les Arabes, l’URSS et les  pays d’Europe de l’Est fournissent Israël en armes.

24 janvier 1949 : annexion de la Cisjordanie par la Transjordanie, qui devient alors la Jordanie.
La Palestine, qui avait obtenu une existence juridique à partir du mandat de la Société des Nations de 1922, bien qu’il n’y ait pas de peuple palestinien, cesse toute existence légale, partagée entre Israël (77 %), la Jordanie (20 %), et l’Égypte (2 %). Seule la bande de Gaza n’est pas formellement annexée par l’Égypte, tout en restant cependant administrée par elle en l’attente d’une hypothétique « libération de la Palestine ».

blankJoe Biden est très lié à Mahmoud Abbas, Israël est à nouveau menacé

1967, la guerre des Six Jours change la donne géopolitique au Proche-Orient. Elle est déclenchée en riposte d’Israël contre ses voisins arabes, à la suite du blocus du détroit de Tiran aux navires israéliens par l’Égypte le 23 mai 1967.
Au soir de la première journée de guerre, la moitié de l’aviation arabe est détruite. Israël en profite pour conquérir Jérusalem-est, la Cisjordanie et la bande de Gaza, territoires palestiniens qui étaient passés en 1948 sous double occupation jordanienne et égyptienne, ainsi que le Golan syrien et le Sinaï égyptien.
Israël reconstitue ainsi son pays historique, la Palestine

Yasser Arafat est nommé président du comité exécutif de l’Organisation de Libération de la Palestine.
Arafat était un antisémite nazi convaincu, comme son oncle le Grand mufti de Jérusalem, grand ami de Hitler qu’il avait aidé à constituer trois régiments SS musulmans avec des Bosniaques et des Croates.

Le peuple palestinien existe en fait depuis que Nasser en 1948 convainquit les pays arabes hostiles à Israël de la nécessité d’inventer ce peuple en envoyant des arabes s’y installer, pauvres gens qui finirent le plus souvent dans les camps de « réfugiés » syriens, libanais et jordaniens. Pays qui n’en voulaient pas, les traitant comme des moins que rien et leur refusant nationalité, travail et aides sociales que l’Europe et l’ONU durent fournir.

D’OÙ VIENT L’EFFONDREMENT DU MOUVEMENT PALESTINIEN ?

Le fer de lance du mouvement palestinien, c’est le Hamas, basé à Gaza dont il n’a pas su sortir.
Hamas, c’est l’acronyme partiel de harakat al-muqâwama al-‘islâmiya, : حركة المقاومة الإسلامية, Mouvement de: résistance islamique. L’islam est présent dans le nom, mais pas les Palestiniens ! C’est normal, le Hamas est une création des Frères musulmans égyptiens pour rétablir la domination musulmane sur la Palestine juive. Dans ses statuts, la phrase « Quant aux objectifs… il passent par le combat contre l’injuste …, afin que triomphe la justice, que reviennent les patries, et que jaillisse de dessus leurs mosquées, l’adân [appel à la prière, NdT] annonçant l’établissement de l’islam… ».

Toujours pas de Palestine ni de Palestiniens en vue ! Mais rétablir l’islam, seulement l’islam. C’est la cause de l’échec du Hamas, qui a mélangé politique (sa participation au gouvernement de Gaza), action armée terroriste (pilonnage quotidien d’Israël avec des rockets iraniennes, plus des attentats sur des civils), et religion (il est là pour réinstaller l’islam en chassant ou en convertissant les Juifs).
Les Palestiniens ne sont qu’un outil dont il se sert et les gens de Cisjordanie qui l’ont compris rejettent le Hamas.

Quand à l’OLP, il y a longtemps qu’elle est devenue insignifiante, avec Mahmoud Abbas qui refuse stupidement les deux états depuis des décennies et a fini par lasser tout le monde.

TRUMP ET BEN SALMANE ONT POUSSSÉ À LA RÉCONCILIATION ARABO-JUIVE

Mohammed Ben Salmane, prince et premier ministre saoudien, et Donald Trump (premier président américain à n’avoir déclenché aucune guerre quand son prédécesseur, prix Nobel de la paix, en a entretenu quatre), se sont mis d’accord sur les points suivants :

1 – Laissons Poutine régler au mieux les conflits Syrie-Irak avec la Turquie et l’Irak ;
2 – Concentrons-nous sur le conflit qui, depuis un siècle, paralyse tout espoir de paix ;
3 – La Palestine est un mythe inventé par un gouverneur romain et le peuple Palestinien une invention de Nasser et du monde socialiste ;
4 – Israël existe depuis 3000 ans et a montré sa capacité de résistance à toute agression ;
5 – Israël possède l’arme nucléaire et c’est le seul pays de la région avec un niveau scientifique élevé ;
6 – Admettons qu’Israël a une place historique du Moyen-Orient ;
7 – Au lieu de combattre Israël, intégrons-là dans nos plans ;
8 – Appelons les pays arabes à accepter notre raisonnement.

MBS a invité Israël à participer au projet mondialiste NOM en Arabie.
Trump a poussé les pays arabes à signer les accords Abraham avec Israël.

Ce ne sont évidemment pas des accords de paix puisqu’Israël n’est en guerre avec personne, ne faisant que subir et parfois riposter aux agressions terroristes d’un peuple fictif, les Palestiniens que par ailleurs il soigne dans ses hôpitaux et intègre quand ils le désirent, comme plus de 1,5 million d’arabes l’ont déjà fait, occupant souvent des postes importants comme chef de la Police ou ministre.

L’Imprécateur
17 janvier 2021

 * SDN = Société des Nations, ancêtre de l’ONU

blank

 

 

4.3 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Giles
Giles
20 janvier 2021 16 h 56 min

Merci pour cet exposé, maisle Temple de David a été détruit en 66, donc bien avant la révolte des juifs. j’ai relevé quelques autres anachronismes qui mériteraient d »etre corrigés pour une meilleur compréhension.

Claude Roland
Claude Roland
18 janvier 2021 15 h 55 min

« le Grand mufti de Jérusalem, grand ami de Hitler qu’il avait aidé à constituer trois régiments SS musulmans avec des Bosniaques et des Croates. »

Excusez-moi mais d’où vous sortez 3 régiments SS ?! A ma connaissance, il n’y a eu qu’une division SS de musulmans, commandée par des officier allemands chrétiens, la 13ème division SS « Handshar ». Celle-ci fut créée en 1944 et fut entraînée dans le Massif Central qui ressemble beaucoup sur le plan géographique à la Bosnie. Son objectif était l’élimination des juifs et desSerbes dans les Balkans.

L'Imprécateur
Administrateur
19 janvier 2021 9 h 50 min
Répondre à  Claude Roland

Bonjour,1 : 13° Division « de montagne » Handschar (celle créée par le Grand mufti) 
2 : 23° division SS Kama (les Croates musulmans)
3 : 21° Division musulmane SS Skanderberg de Bosnie. Les deux derrnières créées en 1943.
Dès 1943, il y a eu jusqu’à presque 200 000 musulmans dans la SS. J’aurais du le préciser.

3
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank