MCKINSEY : UN DOSSIER EXPLOSIF ! (L’Imprécateur)

Comme par enchantement, la presse a donc sorti le « dossier McKinsey ». Ce brûlot était sans doute tenu au chaud, pour encore quelques semaines, jusqu’à juillet par exemple, afin de faciliter la réélection du président sortant tout en lui assurant une confortable majorité aux législatives.
Ainsi, tout ce petit monde aurait été content…
Il faut croire que quelques journalistes ayant encore une certaine éthique professionnelle n’ont pas attendu ce délai.
Les Français seront donc ravis d’apprendre – ou plutôt de voir confirmé – que leur pays, le plus taxé du monde, est aussi le plus mal géré. Et que l’incompétence de leurs dirigeants – politiques et fonctionnaires – incite ces prétendues « élites » à faire massivement appel à des « cabinets conseils » pour écrire des rapports que les haut-fonctionnaires énarques seraient dans l’incapacité de fournir.

Trop de travail, sans doute ? Ou manque de compétence ?
Toujours est-il que cette affaire McKinsey, qui enfle à 2 semaines du premier tour, doit gêner un peu aux entournures le président sortant.
Sans doute beaucoup plus que le slogan inaudible du Trocadéro, vraisemblablement amplifié en studio pendant ces fameuses « 11 secondes », n’aura terni le succès magistral d’Eric Zemmour devant une foule de 100 000 personnes électrisées par l’espoir du sauvetage de la France.
Ce nouveau scandale « McKinsey » a inspiré l’Imprécateur, qui a découvert le vrai montant probable de la gabegie du recours aux cabinets conseils…
Plus du double du milliard annoncé.
Et sur un an !

MLS 30 mars 2022

ATTENTION : Ne manquez pas en fin d’article la vidéo du Général Antoine Martinez « UN SCANDALE D’ETAT »

 

blank

 

1 MILLIARD OU 2,5 MILLIARDS POUR FINANCER LES CONSEILLERS DE L’ÉTAT ?

C’est le scandale du jour : l’Etat dépenserait chaque année un milliard pour payer des conseillers privés.

En 2021 l’État a dépensé un milliard d’euros en conseils privés

https://www.contrepoints.org › 2022/03/24 › 423923-e…

 

blank


Tout a commencé avec la découverte de contrats liant le Ministère de la Santé avec des Agences de conseillers privés.

Le Ministère de la Santé avait admis, dès les premiers jours de l’année, prendre conseil auprès du cabinet américain McKinsey, déjà fournisseur de l’Elysée depuis 2014 (Sarkozy, Hollande, Macron).
L’information, dévoilée par le site Politico et Le Canard enchaîné avait provoqué une polémique.

Dans la foulée, une députée de l’opposition républicaine, Véronique Louwagie, a saisi le Ministre de la Santé, Olivier Véran, afin d’obtenir les montants des commandes passées par son ministère.
Résultat : 28 contrats ont été signés entre mars 2020 et janvier 2021 pour un total de 11,35 millions d’euros avec 7 cabinets de conseil dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire.

Puis, les enquêteurs ont découvert que l’Elysée, presque tous les ministères et des administrations font régulièrement appel à des conseillers privés.

Cela ne créerait pas de scandale si ces commandes répondaient à un besoin réel dû à l’incompétence admissible du personnel et des cadres d’un service administratif ou de l’état-major d’un ministère, pour résoudre un problème inconnu dans un domaine nouveau et particulièrement difficile.
Mais ce n’est pas le cas.

blankCe qui n’a pas empêché le Ministère de la Santé de dépenser, pendant un an, 250 000 euros par semaine pour résoudre (à 50 000 €/jour), des questions de gestion de stocks de masques ou de  doses de vaccins, par exemple, qu’un chef d’équipe dans une entreprise industrielle aurait résolu en une quinzaine de jours pour 1 000 euros par jour.

Des études faites par divers organismes (Rapport d’information n°578 remis au Président du Sénat le 16 mars 2022), sont arrivés à chiffrer à 894 millions €/an le coût des gros cabinets conseil comme McKinsey, Citwell, Accenture… plus 172 millions €/an pour les honoraires des « petits » cabinets.
Cela, pour l’ensemble des ministères et administrations
On arrive donc à un montant global de 1,066 milliard € pour l’année 2020.
Ce milliard bien sonné est à l’origine de l’exaspération populaire.
Et pourtant …

Il y a un détail qui semble avoir échappé à tout le monde ou presque.
Dans les calculs, seuls les gros cabinets les plus connus ont été pris en compte.
Mais pour les autres (petits cabinets et parfois même des consultants indépendants), en raison de leur grand nombre, c’est un échantillon de 10 % qui a été retenu comme suffisant.
Ces 10 % représentent 172 millions €.

Or, personne ne sait apparemment dire, ou bien ça reste douteusement flou, si ces 172 millions € sont le coût des 10 % ou celui, extrapolé, des 100 % de petits cabinets consultés.

« En 2021, les dépenses de conseil de l’État au sens large ont dépassé le milliard d’euros, dont 893,9 millions pour les ministères et 171,9 millions pour un échantillon de 44 opérateurs.
Il s’agit d’une estimation minimale car les dépenses des opérateurs sont plus élevées : […] l’échantillon ne représente que 10 % du total des opérateurs ». (Contrepoints)

Véronique Louwagie (députée de l’Orne), intervenant en tant que rapporteur spécial des crédits de la mission Santé a déclaré à Public Sénat : « On a de très grandes différences dans les montants des commandes. Ce sont globalement des missions assez courtes, souvent inférieures à trois mois. Mais ce n’est pas exhaustif, ces commandes font partie de la mission de santé. Il y a des commandes au niveau de Santé Publique France qui n’ont pas été communiquées », ajoutant que « d’autres contrats » sont également en prévision.
Bref, elle n’a fourni qu’une réponse partielle.

« C’est un peu court, jeune dame », lui objecterait Cyrano de Bergerac !
Ayant personnellement travaillé comme conseiller pendant un temps assez bref, il y a une trentaine d’années dans l’un de ces cabinets, j’étais déjà facturé par mon employeur l’équivalent en francs de 12 000 € TTC/semaine. En extrapolant sur un an, j’aurais coûté à moi seul environ 600 000 €/an, salaire et charges de ma secrétaire et mes frais professionnels inclus.

Véronique Louwagie souligne également le coût non négligeable des missions : « 250 000 € par semaine, 50 000 € par jour »,  aux tarifs actuels qui ont bien augmenté.

Un MILLIARD POUR LES UNS, 2,7 MILLIARDS POUR LES AUTRES

blank

Donc, soit les petits cabinets de moins de 50 personnes ont été très peu consultés, soit, ce qui est plus probable, les 172 millions d’euros ne concernent que l’échantillon de 10% et l’on aurait dans ce cas une dépense globale pour les petits cabinets plus proche de 1,7 milliard, soit au total 2,7 milliards d’honoraires en un an pour les cabinets de conseil !

« Lors des auditions, on nous a indiqué que très vite, la Direction Générale de la Santé (DGS) s’est trouvée démunie en moyens humains pour gérer la crise. Le ministère a senti le besoin d’être aidé », explique Véronique Louwagie.
« Mais se posent plusieurs questions : est-ce qu’il y a eu un recensement exhaustif de tous les moyens humains au sein du ministère ? Et est-ce qu’il y a eu un recensement exhaustif des commandes interministérielles ? ».

Une fois de plus, Madame, vos questions sont bonnes mais elles sont « un peu courtes ».

À votre première question, la réponse est évidement NON. Comment  voulez-vous qu’il y ait un recensement exhaustif  des moyens humains dans un Ministère quand aucun « responsable » n’est capable de dire précisément combien il a de fonctionnaires employés ?

C’est NON aussi à la seconde question, quand on sait que les relations entre ministères sont inconsistantes (quand elles ne sont pas agressives). D’où la nécessité pour l’État, signalée par Madame Louwagie, de demander aux cabinets conseils de fournir des consultants pour faciliter, par exemple, les relations entre Santé publique et le Ministère de la Santé !

Il est cependant possible qu’il y ait exceptionnellement de bonnes relations entre certains ministres en raison de leurs intérêts communs. Comme celui, par exemple, de trouver la réponse à la question « Comment garder mon portefeuille ministériel le plus longtemps malgré les signes manifestes de mon incompétence ? »

blank

DIMINUTION DE LA COMPÉTITIVITÉ ET ACCROISSEMENT DES DÉPENSES

Car la seule vraie question est là. Il y aurait selon un document de l’ENA environ 7 500 énarques en poste dans le monde (https://www.ena.fr/Europe-et-international/Programmes-de-formation/Les-cycles-longs),
On y apprend que l’ENA a été supprimée le 31 décembre dernier (2021) pour être remplacée par l’lNSP (insp.gouv.fr). Comme toujours dans l’administration, on note que le chiffre de 7 500 est un arrondi approximatif !
Combien sont actifs en France ? Probablement entre 6 000 et 7 000…
Combien ont « pantouflé » dans le privé pour gagner plus ? Au hasard… 500 ?

Ces milliers d’énarques sont tous aux postes les plus élevés de l’administration, des entreprises publiques et des ministères depuis que Giscard d’Estaing, énarque lui-même, a lancé le mouvement en 1974.

Pour quel résultat ?

Catastrophique pour la France, qui a depuis dévissé dans tous les classements internationaux, alors que ses trois derniers présidents ont accéléré la chute.

Les énarques sont en grande majorité incultes en histoire et géographie, en biologie et autres sciences de l’Homme et de la nature, en physique-chimie, en économie et en géopolitique…

Il n’y a que deux domaines où ils font preuve d’un peu de compétence : la communication et la gestion des groupes humains dans les bureaux, équipes, services administratifs, ministères.
C’était l’essentiel de la formation dispensée par l’ENA. Puis elle a évolué vers l’international quand il est apparu que le gouvernement ne savait plus quoi faire de trop d’énarques et qu’il serait bon de les orienter vers l’étranger.

La plupart des jeunes ambassadeurs sont énarques et la qualité de la diplomatie s’en ressent très nettement. J’en ai fait personnellement l’expérience quand il m’a été demandé, dans les années 95 d’aller dans quelques pays pour rétablir les liens diplomatiques maladroitement détruits par de jeunes diplomates méconnaissant les origines, l’histoire, les mœurs, les protocoles d’approche des personnalités locales, les besoins économiques et les ambitions stratégiques des peuples et de leurs gouvernements.

LES ÉNARQUES ENTRAINENT LA FRANCE VERS LA MISÈRE ET LE DÉCLIN

Le plus grave est bien sûr leur incompétence à gérer l’économie et les finances de la France. Elle accumule les déficits et sa dette extérieure explose ; son commerce extérieur s’effondre, elle n’est plus leader comme elle l’était en aéronautique, chemins de fer, marine, espace…

Doit-on s’étonner que l’argent public, dilapidé pour financer des Conseillers privés, exaspère le peuple ?

Véronique Louwagie constate : « Il faudrait que leur travail apporte une plus-value. Or, je constate qu’il n’y a pas eu de valeur ajoutée ».

Le Sénat fait aussi ce constat : la sénatrice Valérie Boyer a interrogé le gouvernement par question écrite, tout comme son collègue Éric Bocquet. Ce dernier, vice-président de la commission des Finances, estime que l’on « peut s’interroger sur l’efficacité des prestations de ces cabinets privés… », des « ingénieurs qui ne raisonnent qu’en faisant des équations ».

Pour l’élu du Nord, « c’est la confirmation que depuis de nombreuses années, ces cabinets interviennent dans la stratégie de l’Etat ». Déjà, lors des quinquennats Sarkozy et Hollande, Éric Bocquet se souvient de l’intervention du fameux cabinet McKinsey. « En 2014, la Cour des Comptes avait donné un rapport au Sénat sur l’activité de ces cabinets : il relevait que les compétences des ministères n’étaient pas assez sollicitées et que ces cabinets faisaient office de « caution technique«  ».

« Caution technique », une façon comme une autre pour les énarques au pouvoir et leur président, de dégager leur responsabilité dans les échecs de leur politique économique, sanitaire, sociale et leur gabegie financière.

L’Imprécateur
19/3/2022

ATTENTION ! A VOIR D’URGENCE CI-DESSOUS
« UN SCANDALE D’ETAT »
(vidéo du Général Antoine Martinez)

 

blank

blank

      

 267 total views,  6 views today

5 6 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Le Redoutable
Le Redoutable
10 avril 2022 10 h 21 min

Merci Général Antoine MARTINEZ.
Il nous faut chasser définitivement toute cette engeance qui nous a gouverné, depuis trop longtemps , pour leurs seuls intérêts personnels et les oligarchies financières qui trahissent la France.
Il est vrai que le laxisme des Français est également punissable.
Lire tous les articles parus sur l’Observatoire du Mensonge.
Amitiés ..
Le Redoutable

Marjan MONTI
Marjan MONTI
5 avril 2022 8 h 37 min

Bonjour à toute l’équipe. Encore un excellent article. Mais je crois qu’ils ont prévu autre chose : pourquoi les nouvelles cartes d’électeur que nous recevons comportent-elles un QR Code sur la face ? Est-ce pour que les non-vaccinés ne puissent aller voter ? Mon épouse est dans ce cas. Et si cela s’avérait vrai, nous allons faire un scandale dans le bureau de vote où nous avons l’habitude d’aller. Ces olibirus qui nous gouvernent sont capables de tout. Ma is nous n’en voulons plus. Alors votons tous ZEMMOUR qui, lui, a un programme bien établi et censé : en priorité,… Lire la suite »

Dissident
Dissident
6 avril 2022 19 h 22 min
Répondre à  Marjan MONTI

« pourquoi les nouvelles cartes d’électeur que nous recevons comportent-elles un QR Code sur la face  » … on ne sait pas mais c’est facile à neutraliser.
Prenez un marqueur fin noir et ajoutez des point noirs à divers endroits. 5 ou 6 suffiront à planter le dispositif …

Joséphine
Joséphine
5 avril 2022 3 h 35 min

Allo Castex ? Oui je sais il est 4h du matin, ici le président : Adieu Castex, Mc KINSEY M’A TUER;

marco
marco
4 avril 2022 20 h 07 min

c est quoi les rétrocommissions ,,les copains ,le pantouflage ,la mafia ,??Je vois que la démon crassie ,la raie publique affichent clairement la couleur .Comme les poly_tiques ,ces innommables tiques ,horribles bestioles qui pompent l energie vitale de la bete et inoculent des maladies mortelles .La meme finalité que le varan avec ses fléchettes .

Alexis Céron
Alexis Céron
4 avril 2022 19 h 54 min

Le scandale, c’est que justement il n’y ait pas de scandale. Le scandale c’est que les indices s’accumulent de convergences suspectes jusqu’à la sieste bananière d’un PNF qui feint de ne pas s’apercevoir que tous les chemins mènent à Rome et qui, face à un véritable programme, répond en langage des signes : « Pas d’amalgame ! ». Le scandale, c’est cette contrebande institutionnelle et surtout cette communication orwellienne omniprésente dont la cible est l’opinion, dont les objectifs et le contenu sont arrêtés par des cabinets de conseil frauduleusement rémunérés par le contribuable et dont le plan média ainsi que l’achat d’espace… Lire la suite »

Gloriamaris
Gloriamaris
4 avril 2022 14 h 52 min

Il n’existe pas de cabinet conseil français ? Ça éviterait au moins que des informations confidentielles soient communiquées à des puissances étrangères, l’argent qui leur serait versé resterait en France où le cabinet conseil paierait ses impôts. Autre avantage, on pourrait se débarrasser de tous ces hauts fonctionnaires qui ne servent à rien et qui nous coûtent un bras en se  » versant des salaires ne correspondant à aucune grille de salaires de la fonction publique  » dixit la Cour des Comptes et qui  » se versent des primes sans aucune base légale  » selon la même cour.

Claude Roland
Claude Roland
1 avril 2022 16 h 33 min

Que tout ceci est bien expliqué et mis en lumière : l’icompétence et l’inculture crasse de ce que les journaleux, eux-mêmes incultes, appellent les « élites ». Ils sont élites en négatif, oui. Et la France crève de ça en plus d’une administration pléthorique organisée en « usines à gaz ». Il y a un sacré ménage et remembrement à faire dans ce pays, mais il faut un nouveau président qui n’aura pas peur de ne pas être réélu. Car s’il accompli bien sa tâche pour redresser et rénover la France, il fera mal car on ne peut pas le faire sous anesthésie. Plus… Lire la suite »

Allobroge
Allobroge
31 mars 2022 9 h 32 min

Comment peut on admettre que les pouvoirs régaliens soient confiés à des cabinets conseils, étrangers qui plus est, au point que, très probablement infiltrés par les services d’espionnage, ils influent sur les décisions gouvernementales françaises? En d’autres temps nos gouvernants seraient convaincus de trahison. Et inutile pour eux de se cacher dorénavant derrière la sempiternelle « Europe » qui obligerait à telle ou telle loi ou décision !

Claude Roland
Claude Roland
1 avril 2022 16 h 35 min
Répondre à  Allobroge

Il faut aussi commencer par ressortir de l’OTAN et redevenir indépendants puisque les autres pays de l’UE ne veulent que le parapluie nucléaire Américain. L’OTAN doit disparaître déjà.

11
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank