JARGON SOCIALISTE et ARABE CORANIQUE : des LANGAGES FAITS POUR SOUMETTRE (l’Imprécateur)

Bienvenue à la Sainte Inquisition, à Fouquier-Tinville, à Béria et aux procureurs de Moscou et Budapest, la France retrouve les procès en sorcellerie, le bûcher et la lapidation, l’écartèlement et le pal, pour un mot, une phrase mal comprise ou sortie de son contexte.

Béria disait à ses victimes « Peu importe que tu sois innocent ou coupable, tout ce que je te demande, c’est d’avouer« . Nos modernes accusateurs vont plus loin : la victime n’a même plus à avouer, ni à expliquer quoi que ce soit, on lui intime tout de suite l’ordre de demander pardon et si elle s’y refuse, elle est condamnée à mort. Une mort suivant les cas professionnelle, sociale, politique et parfois sanglante. C’est de l’immondice à l’état pur, une image hideuse de ce qu’ils appellent les « valeurs » de la République. Valeurs qu’ils sont en général incapables de définir et qui, de plus, varient au gré des discours, justement parce qu’ils ne savent pas de quoi ils parlent.

La dictature n’a pas besoin de savoir pour sévir, elle frappe sur un soupçon et peu importe qu’il soit justifié ou non. C’est là qu’est sa force, qui maximise la peur qu’elle inspire et le respect qu’elle recueille. C’est toujours après avoir frappé que les dictatures instruisent le procès, quand le condamné par avance a avoué et demandé pardon, ou mieux encore, se montre reconnaissant envers son bourreau.

Qui va être exécuté est forcément coupable, explique-t-on au peuple, il doit le savoir et s’en réjouir puisque la mort du coupable montre et prouve qu’Allah ou le système socialiste sont l’incarnation des valeurs et de la « Justice » avec un grand J. Ne cherchez pas ailleurs l’explication de ces foules qui rient et prennent des photos avec leur portable pendant une lapidation ou une crucifixion islamiste, ou du « buzz » et du déchainement d’ignominie politique et médiatique que provoque la mise en accusation d’un Zemmour ou d’une Morano.

Que Yann Moix, flambeau de l’inculture et de la vulgarité de l’émission de Ruquier, ignore le sens du mot « peuple » n’a rien de surprenant, je n’ai jamais rencontré un socialiste capable de me donner une définition correcte de « peuple », pas plus qu’ils ne connaissent le sens de « liberté » ou de « race ». Mais le plus étonnant est que Michel Onfray lui ait donné du mot « peuple » une définition qui sans être inexacte n’est que très partielle. (1)

À la décharge de ces incultes, il faut dire qu’ils sortent du système universitaire français où l’on ignore aussi qu’il y a deux sortes de culture : celle qui additionne les connaissances, ouvre les esprits, ne juge pas mais analyse, éventuellement critique et peut donner au multiculturalisme tout son sens et sa beauté ; et celle qui additionne les carences, celle des systèmes totalitaires qui ampute le vocabulaire, interdit la réflexion, stigmatise la pensée, pourrit l’intelligence. Car ils sont intelligents quand ils rentrent dans le système éducatif français, mais quand ils sortent des machines à formater que sont devenues l’éducation nationale et les grandes écoles, même l’ENA, ce ne sont plus que des perroquets de la pensée unique à l’expression bien cadrée. « On entre à l’ENA avec 30000 mots, on en sort avec 30 » (Philippe de Villiers, sur RMC / Bourdin).

Il a été constaté par les psychologues que les gens habitués à se battre pour survivre ou améliorer leur vie, comme Juifs, salariés du privé, policiers et militaires, professions libérales,… sont nettement plus réactifs et imaginatifs que les musulmans, les fonctionnaires, tous ceux qui peuvent écrire d’avance le tracé de leur vie et sont corsetés dans les routines trop nombreuses et sévères de la religion, de l’administration et du « politiquement correct » qu’il serait plus juste d’appeler le « politiquement étatique ». Le peuple les reconnaît à leur jargon, formaté lui aussi, celui des musulmans émaillé tous les trois mots d’incantations à Allah, celui des fonctionnaires ampoulé et balisé de mots et d’expressions qui le valident auprès de leurs supérieurs.

La langue sacrée est un élément important de l’asservissement et de la soumission à l’idéologie. Avec l’islam, c’est l’arabe. En France, on parle de l’arabe comme on parle du français, on imagine une langue avec un vocabulaire et une grammaire communs à tous, hormis quelques accents et variantes provinciales. Rien de tel avec l’arabe dont la diglossie (deux langues dont l’une a un statut sociopolitique inférieur) est importante entre l’arabe des dialectes locaux et celui dit « littéral » ou classique, ou encore coranique, langue de « l’élite ».

Tunisiens et Marocains ne parlent pas le même arabe, mais peuvent se comprendre en faisant un effort parce que la souche linguistique est la même. Par contre ils ne comprendront rien ou presque au dialecte arabe d’un syrien ou d’un yéménite, d’un turc ou d’un iranien. Pour faire simple, disons qu’ils ont le même problème que nous, en Europe, entre Français et Espagnols ou Roumains, qui parlons des langues ayant la même origine latine, ou les Anglais avec les Allemands qui ont un socle germanique commun. C’est pareil avec l’arabe.

L’Eglise avait compris le problème et imposé le latin comme langue véhiculaire, afin que tous les « clercs », administrateurs, prêtres, lettrés, puissent se comprendre en ayant une langue commune. Mahomet n’a pas prêché et dicté le Coran en arabe, mais en hedjazi, le dialecte de sa tribu, les Quraich’ de l’Ouest de la péninsule arabique. Il parlait aussi un peu l’hébreu, langue de sa première épouse et de sa belle famille juive à Médine, quelques mots du « chami » (Syrie, Liban, Jordanie, Palestine) de l’époque appris dans les missions commerciales de son oncle, de sa femme ensuite, qu’il a accompagnées vers le Nord de l’Arabie, et du latin des moines chrétiens qu’il a fréquentés dans sa jeunesse.

À sa mort cela a posé un problème. Omar a réuni tous les éléments écrits en hedjazi sur divers supports faute de papier (déjà inventé en Chine et en Europe mais pas encore parvenu en Arabie) et les a détruits, et recueilli autant que faire se pouvait tous les témoignages oraux de « la révélation » pour la réécrire dans une langue commune. Puis les premières autorités musulmanes se sont mises d’accord pour que cette langue soit l’arabbyia. Ce n’était à l’époque qu’une sorte de pidjin ou bichelamar (2), la langue véhiculaire des commerçants, des fonctionnaires et des soldats qui avaient besoin d’un vocabulaire basique commun pour se comprendre. De-là est né en quelques décennies l’arabe dit littéral, qui a peu évolué ensuite car devenu la langue du Coran, donc la parole d’Allah, il a fini par se figer. Il diffère mais reste proche de l’arabe « classique » parlé par les élites musulmanes, les médias, etc. maintenant enseigné dans presque la totalité des écoles du monde arabe.

L’arabe du Coran est comme l’hébreu de la Torah, une langue un peu obscure dont la poésie sombre a des vertus hypnotiques, amplifiées par son apprentissage fait en secouant la cervelle et en frappant son front par terre, ce qui à la longue n’arrange pas les choses.

Les socialistes parlent le français, mais ont leur spécificité linguistique qui leur permet, comme les francs-maçons, de se reconnaître instantanément entre frères ou camarades (mot aujourd’hui abandonné parce que trop connoté communiste). La grande masse du peuple français – un autre mot qu’il faut effacer lui aussi, connoté fasciste par la gauche depuis que le peuple est passé à droite, d’où l’interrogation socialiste de Yann Moix « le peuple ? C’est quoi ça ? » – ne comprend pas les discours des socialistes. Pas plus qu’elle ne comprend l’islam. Ignorant le sens que les socialistes ou les musulmans donnent aux mots, aux phrases qu’ils utilisent, aux valeurs qu’ils disent colporter, le peuple français est devenu imperméable à l’effet anesthésiant des langues utilisées qui, contrairement à ce qu’affirment leurs croyants n’ont rien d’universel, mais sont des outils d’asservissement et de soumission.

Il y a bien d’autres signes que la langue à connaître quand on veut reconnaître les fidèles des idéologies totalitaires : les vêtements, la barbe, les lunettes, les gestes… Autant d’éléments qui peuvent s’additionner et font qu’aux yeux avertis ces religieux musulmans et socialistes portent un uniforme qui atteste de leurs croyances : djellaba + barbe = salafiste ; lunettes métalliques rondes + pull flasque et éventuellement écharpe rouge = trotskiste ; etc. Mais ceci est un autre sujet.

1 : le peuple

2 : Le « pidjin », ou « pisin » chez les Papous, est une langue véhiculaire dans tout le Sud-est asiatique et l’Ouest-Océanie, à base d’anglais plus des ajouts de langues locales, malais, chinois, allemand, hollandais, papou, etc.

Le « bichlamar », « bislama » chez les Vanuatais est une langue véhiculaire du même type, à base d’anglais, mais avec des ajouts en français, langues du Vanuatu et du Sud des îles Salomon

L’Imprécateur

SIGNATURE 2015

0 0 votes
Évaluation de l'article
10 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank