HOLLANDE AU CONGRES A VERSAILLES : LE BIDE ! (par l’Imprécateur)

Approximativement, selon les statistiques tenues par les observatoires des religions, il y a 8 % de musulmans en France, soit entre 5 et 6 millions. 6 % sont des pratiquants salafistes qui fréquentent un peu plus de 150 mosquées où l’on enseigne le djihad sunnite que les chiites, mais ils sont rares en France, qualifient de « petit » parce qu’il est guerrier, le « grand djihad » étant d’ordre mystique.

Certains, comme Roland Cayrol, l’un des piliers de C dans l’air, dont on ne sait s’il est le porte-parole ou l’avocat de l’Élysée, croient que le salafisme est un mouvement uniquement mystique. Ils ne font que montrer leur ignorance de l’islam, une ignorance partagée par la quasi totalité du corps politique, diplomatique et administratif français. Cela leur permet de justifier leur refus d’envisager pour la France la fermeture immédiate des mosquées salfistes qu’a pourtant réalisée la Tunisie où 144 mosquées salafistes ont été immédiatement fermées et leurs imams emprisonnés après l’attentat meurtrier du musée du Prado.

Donc, environ 350 000 salafistes en France, dont 4 000 sont fichés « S ». Il est vrai que tous les pratiquants salafistes ne deviennent pas djihadistes, mais il est certain que tous les djihadistes sont issus du salafisme-sunnite, très proche du wahabbisme, sunnite lui aussi, des Saoudiens.

SafariSchermSnapz001

Hollande a lancé une opération de bombardement sur l’Etat islamiste en représailles à l’attentat multiple du 13 novembre dernier, bombardement largement bidon comme l’ont dit sur BFM TV lundi matin un général et l’islamologue Mathieu Guidère, spécialiste du Moyen-Orient, puisqu’il n’y aurait eu aucun mort du côté djihadiste islamique comme l’a confirmé un peu plus tard l’Etat islamique lui-même. Après quoi, l’Elysée a annoncé une réunion du Parlement où Hollande « ne mâcherait pas ses mots« . Elle a eu lieu à Versailles lundi en fin d’après-midi.

Il n’y a eu aucun mâchage de mots, le discours de 35 minutes ayant été prononcé sur un  ton plat, monocorde, affligeant et lisse, dénué de toute passion, comme d’habitude. Rien de violent ni de fort non plus, Hollande après avoir déclaré que « nous sommes confrontés à un acte de guerre« , n’ayant apporté pour toute réponse que celle limitée et paperassière de l’énarque qu’il est, à la grande honte de cette école supposée former « les meilleurs commis », comme disait De Gaulle à Michel Debré son premier directeur.

Le professeur : « Exercice de TP : le pays est attaqué par des terrorises lourdement armés, ils ont déjà massacré près de 500 citoyens, vous avez deux heures pour rédiger une loi ou un décret permettant de résoudre le problème« .

C’est exactement ce qu’a fait Hollande, ce brave gamin un peu feignant qui ayant réuni ses camarades a répondu « on va modifier la Constitution, articles 16 sur l’état d’urgence et 36 sur la loi martiale. Seulement les copains, j’ai autre chose à faire entre ma meuf et mes voyages de vacances aux quatre coins du monde, alors, en tant que chef de classe, je vous demande de faire le boulot et de m’amener un papier bien torché à mon retour« . Puis quittant la salle, on l’a entendu murmurer « Et toc ! Pendant qu’ils seront occupés à bosser à ça, je vais pouvoir me consacrer à ma réélection, c’est dans la poche« .

Dans son discours, il a commencé par se plaindre de ce que ces attentats sont une grave menace contre « le pacte collectif du vivre-ensemble« , affirmation qu’il a répétée une seconde fois en d’autres termes. Comment ce gros naïf aveuglé par son idéologie préhistorique peut-il croire que les milliers de bastions islamisés, quels que soient les sigles commençant par un Z dont on les affuble, peuplés de gens parlant à peine le français, incultes en tout, polygames, n’ayant qu’un vernis d’islam, manipulés par des meneurs chefs de bande ou imams, ayant créé leur économie parallèle à base de trafics de drogues et d’armes qu’ils complètent par des subventions à la pelle, haïssant la France, auraient envie de « vivre-ensemble » avec les Français par le sang, chrétiens même s’il ne pratiquent pas, buveurs de bière et de vin, mangeurs de saucisson et de jambon, critiques, irrespectueux, laïcs.

Et comment peut-il croire que les ouvriers, les commerçants, les employés, les petits fonctionnaires asséchés par une charge démentielle d’impôts qu’ils sont les seuls ou presque à payer, soumis à des lois de plus en plus coercitives, privés progressivement de leurs libertés et notamment celle de critiquer et d’exprimer leur mécontentement, auraient envie de vivre-ensemble avec des gens dont ils ne comprennent pas les mœurs barbares, notamment celle d’égorger animaux et humains, de traiter les femmes en êtres inférieurs, de s’enrichir par la drogue et l’argent provenant des impôts, ne faisant que peu d’efforts pour appendre le français et s’assimiler à une civilisation qui a été cent fois plus productive de progrès dans tous les domaines que la leur, l’islamique ?

54b932813570c2c48adb13da

« Ce n’est pas une guerre de civilisation » a pourtant dit Hollande, aveuglé par ses œillères de socialiste humanistoïde. Mais c’est bien une guerre de civilisation que voit le peuple de France qui en souffre dans sa chair et son esprit. Celle d’une civilisation toujours agressive depuis ses origines. Elle revient après une première tentative manquée de conquête de l’Europe qui ruina la Provence et les Balkans où elle préleva des centaines de milliers d’esclaves, qui se heurte à une autre civilisation, la plus brillante qui soit, qui a multiplié par sept en deux siècles la population mondiale par son travail et ses immenses progrès scientifiques, adoucie dans ses mœurs par des siècles de chrétienté et de démocratie.

Hollande se trompe encore quand il déclare que « la démocratie peut réagir« . Bien sûr elle peut réagir, elle en est capable, mais sa force était surtout d’être capable d’anticiper grâce à ses merveilleux intellectuels dont l’esprit domina le monde pendant des siècles, faisant que le monde pensait et parlait français, même les rois et les empereurs. Le XXème siècle a vu l’arrivée du socialisme. Une idéologie mortifère responsable de 100 millions de morts, d’apparence progressiste mais elle a réduit à la misère tous les peuples qu’elle a dominés, d’apparence démocratique et elle a produit en un siècle le plus grand nombre de tyrans sanguinaires que le monde ait connu, que ce soit en Europe, en Asie ou en Afrique et même quelques-uns en Amérique du Sud.

L’Asie est sortie de la domination socialiste, à l’exception de la Corée du Nord, de nombreux pays d’Afrique en sont toujours imprégnés, ce qui explique la richesse de leur dirigeants et la misère de leurs peuples, l’Europe brise partout ses chaînes socialistes avec encore quelques rares pays à la traine, dont la France. Mais même là il n’y a plus qu’un tiers fondant de citoyens qui croient aux vertus de la gauche.

Hollande a tenté un coup de bluff diplomatique en annonçant qu’il allait prochainement « rencontrer les présidents Obama et Poutine pour définir une stratégie commune sur la Syrie« . La bonne blague ! Obama et Poutine se sont déjà rencontrés et se sont mis d’accord sur les grandes lignes de cette stratégie commune dans laquelle ils ne voient la France que sur un strapontin éjectable, surtout si Hollande veut leur imposer Fabius-le-somnolent comme interlocuteur, un Fabius obsédé par sa haine incontrôlée de El-Assad, un Fabius dont on a bien compris que Kerry l’américain et Lavrov le russe ne souhaitent pas l’avoir dans les jambes. En fait, Hollande verra bien Obama et Poutine, mais pas à trois, séparément et à quelques heures ou jours d’intervalle et ils lui feront part des décisions qu’ils auront prises, dans lesquelles ils veulent bien concéder une petite place à la France.

FirefoxSchermSnapz001

Hollande a bien parlé de « guerre contre le terrorisme » mais sans voir vouloir dire quel terrorisme. Il ne se rend pas compte qu’il ne sera pas crédible tant qu’il ne dira pas son nom : l’islam. Pourtant, le recteur de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou l’a dit avant-hier en le déplorant, ce que l’on comprend, « une guerre (contre la France) menée par des musulmans« , et Mohamed Sifaoui, historien et journaliste, l’a dit lundi soir sur BFM-TV « il faut le dire, c’est du terrorisme islamiste qu’il s’agit« , scandalisant ses contradicteurs gauchistes. Rien à faire, Hollande a répété cinq fois en anaphore « nous éradiquerons le terrorisme… », mais lequel ? Celui des FARC colombiennes, du Sentier lumineux péruvien, de Boko Haram, des Yakuza japonais, celui crapuleux de Cosa Nostra… ? Celui qui agresse la France est incontestablement musulman et islamiste.

Alors que sur TF1 Gilles Bouleau a parlé du « discours le plus important de son quinquennat« , France 3 a eu les mots justes : « Il avait promis une réponse impitoyable, c’est devant le Congrès qu’il est allé présenter ses propositions« , un projet de modification de la Constitution qui va prendre plusieurs mois avant d’être finalisé et l’embauche de policiers, douaniers et gendarmes… d’ici 2017 !

Ils sont tordus de rire à Raqqa.

L’imprécateur

Logo 2016

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
blank