LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE (VPF – Volontaires Pour la France)

ATTENTION : le contexte de cette lettre ouverte au président de la république est explicité par le courrier du général Martinez que vous pouvez lire en CLIQUANT ICI

barre


Lettre ouverte au Président de la République

19.07.2016

Il est probable que le « président normal » que vous avez prétendu vouloir être en 2012 ne s’attendait pas à une fin de quinquennat aussi dramatique pour la France, défigurée et aujourd’hui à nouveau martyrisée à Nice. Et pourtant tout semblait avoir bien commencé ce 14 juillet 2016, jour de fête nationale où lors de votre allocution télévisée traditionnelle vous avez cru pouvoir annoncer un retour à la normale en France et la fin de l’état d’urgence. Las ! Le long exercice d’autosatisfaction auquel vous vous êtes livré devant les Français s’est fracassé une fois encore sur le terrible mur des réalités, le soir même, à Nice, sur la promenade des Anglais.

Le carnage de la baie des anges aura eu raison de votre effroyable angélisme. Votre aimable philosophie de l’Histoire et du tragique, vos propos bucoliques sur le « vivre ensemble » et le pays des droits de l’Homme, n’auront fait qu’encourager à encore plus de bestialité et de barbarie ces ennemis de l’intérieur que vous refusez de nommer et qui nous font la guerre.

Sourd à cette colère qui monte dans le pays, vous vous obstinez à répondre, avec une sidérante constance qui confine à la folie et à l’aveuglement idéologique, à coté de la menace, à coté des enjeux, à coté du réel.

Alors que l’ennemi est chez nous, bénéficiant d’un milieu favorable lié à l’immigration de masse et à des réseaux constitués en France ou à nos portes, vous ne trouvez d’autre parade que des bombardements en Syrie (à des milliers de kilomètres du véritable théâtre des opérations) et des gesticulations maritimes avec l’envoi du porte-avions Charles de Gaulle au Moyen-Orient…à l’automne ! Pourquoi ne comprenez-vous pas que les terroristes sont aujourd’hui en France comme des poissons dans l’eau et qu’il vous faut résoudre au plus vite le problème de l’immigration extra-européenne !

Deux mesures doivent être prises rapidement. Elles découlent de l’analyse des attentats successifs qui frappent la France.

La première mesure concerne les personnes étrangères issues de l’immigration extra-européenne en situation régulière et détenant un titre de séjour ou de résident qui se rendent coupables de délits ou de crimes. L’expulsion dans leur pays d’origine doit leur être systématiquement appliquée ainsi qu’à leur famille (on ne sépare pas la famille) au terme de leur peine fixée par le tribunal. Si cette mesure avait été appliquée, l’attentat de Nice n’aurait pas eu lieu. Quant à ceux qui sont en situation irrégulière (clandestins), ils doivent être expulsés. Si cette mesure était appliquée, deux des barbares qui ont participé au carnage du 13 novembre 2015 à Paris n’auraient pas pu le faire.

La seconde mesure porte sur la double-nationalité qui non seulement brouille les repères et empêche la communion nationale mais constitue, à terme, une menace sérieuse de dislocation du peuple de France. Face à ce péril que vous ne pouvez pas et ne devez pas ignorer c’est le principe même de l’acquisition de la nationalité française qui se pose.

Il est donc urgent de supprimer la double-nationalité pour les personnes d’origine non européenne. Car en période de guerre – et nous sommes en guerre comme vous l’avez rappelé – on ne peut pas se satisfaire d’être à moitié français à un moment où l’engagement doit être total face à l’ennemi. Le 13 novembre dernier, la majorité des barbares qui ont semé la mort étaient binationaux, c’est à dire à moitié français. Alors que la patrie est en danger, il est grand temps que chacun nous dise, au-delà de paroles creuses sur l’amour universel, à quel camp il appartient.

Alors que l’ennemi se revendique clairement d’une interprétation révolutionnaire de l’islam, vous persistez contre toutes les évidences à parler de la menace d’un terrorisme sans origines et sans attaches religieuses. Et pourtant, c’est le terrorisme islamique qui nous frappe aujourd’hui. Un islamisme révolutionnaire qui a vu le jour après la seconde guerre mondiale, durant la décolonisation, dont les principaux inspirateurs, l’Egyptien Sayid Qutb et l’Indien Al Mawdudi, ont cherché, dans le cadre du conflit Nord/Sud naissant, à utiliser le Coran dans sa version la plus extrémiste et la plus violente, pour combattre et détruire l’Occident. La France, patrie des Lumières, est ainsi aujourd’hui fort logiquement le premier pays visé en Europe par les terroristes islamistes après les États-Unis et les attentats du 11 septembre 2001.

Alors que l’ennemi veut notre mort, tue nos familles, nos compagnes, nos enfants, vous vous écriez plein d’indécence pour les victimes et leurs proches : « On veut assassiner la liberté ! ». Mais Monsieur le Président et sauf votre respect, ce n’est pas en invoquant ce type de valeurs abstraites et desséchées telle que la tolérance ou la liberté que vous allez générer en France ces vocations héroïques qui seront le salut de la mère Patrie en temps de guerre.

Face à cet islamisme révolutionnaire pervers et haineux qui gagne toujours plus d’esprits dans le monde comme chez nous dans des catégories de la population qui ont bénéficié ces dernières décennies de notre accueil généreux et bienveillant, il faut au contraire mobiliser la force du sentiment, les vertus de la famille comme du patriotisme seules en mesure de nous permettre de gagner cette guerre contre la barbarie intérieure. Il ne faut pas avoir honte non plus de rappeler les origines chrétiennes de notre patrie, mais c’est déjà là probablement beaucoup trop vous demander. Votre aveuglement actuel, Monsieur le Président, ne serait qu’anecdotique s’il n’avait comme conséquence que de vous perdre vous et votre gouvernement aux abois.

Malheureusement, c’est de la France et de sa survie dont il s’agit aujourd’hui.

                    Ivan BLOT                                            Antoine MARTINEZ

          Inspecteur général honoraire                          Général (2S) Armée de l’air

             au ministère de l’Intérieur

Coprésidents des Volontaires Pour la France

http://www.volontaires-france.fr/

VPF

 

LETTRE DU GENERAL MARTINEZ, CO-PRESIDENT DE « VOLONTAIRES POUR LA FRANCE »

Le général Antoine Martinez nous a adressé le courrier ci-dessous, explicitant les raisons de la récente création du mouvement patriote « VOLONTAIRES POUR LA FRANCE » dont il assure la co-présidence, ainsi qu’une LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE que nous publions sur une page séparée.

Dans cette période dramatique que traverse notre Patrie, je suis certain que vous serez nombreux à entendre et relayer fortement et par tous les moyens cet appel, et à rejoindre cette organisation patriote de résistance.

Marc Le Stahler

banniere_2016_570 barre

LETTRE DU GENERAL ANTOINE MARTINEZ, CO-PRESIDENT DE VOLONTAIRES POUR LA FRANCE, A MINURNE ET A SES LECTEURS

Chers amis,

Comme vous le constatez avec effroi, les assassins islamistes, terroristes musulmans, qui sévissent aujourd’hui dans notre pays ont démontré avec l’infâme attentat qu’ils viennent de perpétrer dans l’église de Saint Étienne du Rouvray qu’ils ne reculeraient devant aucun sacrilège, que leurs attaques contre notre société ne connaîtraient aucune limite ni aucun tabou.

Après le carnage de Nice, nous souhaitions interpeller le Président de la République par l’intermédiaire d’un quotidien national. Pour ne pas perdre de temps je diffusais mon éditorial « Résister c’est se défendre et s’opposer par la force » dont la thématique était la même que celle présentée au journaliste. Nous attendions une réponse depuis plusieurs jours avant de la publier. Cette réponse n’est malheureusement pas venue. De surcroît, se produisait alors ce lâche assassinat barbare du prêtre Jacques Hamel dans son église.

Je vous adresse donc finalement cette lettre à l’adresse du Président de la République sans plus attendre même si les événements s’accélérant la rendent déjà presque plus d’actualité. Elle avait cependant été mise en page sur le site des Volontaires Pour la France le 19 juillet dernier. Mon intention première était de la diffuser accompagnée de quelques commentaires et explications sur cette organisation des Volontaires Pour la France mise sur pied récemment. Car, comme vous l’avez relevé avec mon communiqué, je l’ai signé en tant que coprésident des Volontaires Pour la France, fonction prise 3 jours avant l’attentat de Nice.

A la suite de mon dernier éditorial « Résister c’est se défendre et s’opposer par la force », j’ai reçu de la part de certains sites une question qui semble revenir fréquemment dans les commentaires de leurs lecteurs : « se rassembler pour résister, Ok, concrètement on fait comment ? car je rencontre beaucoup de gens qui pensent comme vous, comme moi mais qui ne savent pas comment concrétiser… »

D’où l’utilité, à double-titre du présent communiqué. D’ailleurs, Jacques Chassaing m’a devancé en publiant le 28 juillet, un article sur Riposte Laïque sur notre organisation.

Le combat mené depuis plusieurs années par certains, de façon individuelle ou par groupes séparés, souvent sur le plan des idées en utilisant cet outil fondamental que constitue aujourd’hui internet qui est devenu un handicap pour le pouvoir politique qui ne peut plus rien cacher ni maîtriser dans la diffusion en temps réel d’informations ou d’événements, doit être salué et encouragé.

Après toutes ces années de laisser-faire et d’abandon par nos élites politiques de ce qui concourt au bien commun, à l’intérêt de l’État et de la Nation, de démission face à l’implantation massive sur notre sol d’une population de culture incompatible avec la nôtre, devenue de plus en plus vindicative et agressive grâce au nombre et qui crée une fracture de plus en plus béante de la société aujourd’hui divisée, il est sain que des sonneurs de tocsin se manifestent devant le danger d’une guerre civile qui vient.

Cependant, devant le déni de réalité, devant le refus criminel de nos gouvernants de tirer les conséquences des enseignements de la menace sans cesse grandissante qui met en danger la vie des Français, devant le refus d’admettre l’évidence – l’islamisme est bien directement lié à l’islam puisque c’est l’islam en action – et de prendre les mesures adaptées pour protéger la Nation, ce combat nécessaire que nous menons à visage découvert doit aujourd’hui évoluer et changer de nature.

Car sous le nombre – le président Mitterrand reconnaissait en 1983 que le seuil de tolérance avait été dépassé, il y a donc déjà 33 ans et rien n’a été fait depuis ! – le   résultat obtenu aujourd’hui c’est la radicalisation d’habitants du territoire français sous l’emprise continue d’imams dégénérés qui n’auraient jamais dû pouvoir prêcher sur notre sol.

Cela veut dire que des dizaines, ou plutôt des centaines de milliers d’habitants de notre pays sont aujourd’hui radicalisés et n’ont pas l’intention de s’intégrer à la communauté nationale, bien au contraire puisqu’ils ont été « éduqués » dans la haine de la France et des Français. C’est ainsi que 24 % des jeunes de 18 à 34 ans dans notre pays ont une opinion favorable à l’État islamique  et que 35 % des musulmans français approuvent les attentats kamikazes pour défendre l’islam !  (sondage ICM Research 2015)

La bonne volonté, les diverses tentatives pour faciliter l’intégration des personnes de culture musulmane aux sociétés occidentales, sont un échec éclatant pour une simple et bonne raison que les responsables politiques devraient prendre en considération : ceux qui se réclament de l’islam refusent toute intégration à une société qui diluerait leur identité, et notre tolérance, notre bienveillance, nos efforts pour les intégrer sont perçues comme une faiblesse et une lâcheté dont ils veulent tirer profit pour accentuer leur stratégie d’emprise sur la société. En réalité, il faut être lucide, ils veulent notre perte et instaurer la Charia.

Et devant cette évidence, étalée chaque jour par des « faits divers » dramatiques et par ces tueries de masse insupportables qui deviennent répétitives, les responsables politiques refusent manifestement de se demander comment et pourquoi l’islam a pu générer le terrorisme islamique. La démarche est pourtant indispensable et devrait obéir à un minimum de rigueur intellectuelle. Mais le Président de la République, son gouvernement et un nombre non négligeable de parlementaires (qui viennent de refuser la fermeture des mosquées salafistes) préfèrent se retrancher derrière une attitude lâche et des déclarations fumeuses comme « ça n’a rien à voir avec l’islam » qui « est une religion de paix », ou « l’islam a toute sa place dans la République ».

On est en plein délire. Nous sommes en guerre avec un ennemi intérieur et nos gouvernants incapables de mener le combat préfèrent le courtiser en ne prenant pas les mesures radicales qui s’imposent. Ce faisant, ils l’encouragent à poursuivre sa guerre de conquête et mettent ainsi la vie des Français en danger en faisant couler le sang d’innocents.

Pour comprendre cette guerre qui est menée, non seulement contre la France, mais contre tout l’Occident, il faut tout de même aller à la racine du mal. Ce sont bien les versets du Coran – qui régit l’islam – qui appellent au meurtre des infidèles. Ce sont bien les versets du Coran qui institutionnalisent l’infériorité des femmes. Et ce serait ceux qui sonnent le tocsin qui seraient des fascistes et des islamophobes parce qu’ils provoquent la réflexion sur cette pseudo-religion violente qui aspire à étendre progressivement sa domination sur la société et parce qu’ils exigent la prise de décisions et de mesures de précaution visant à protéger la nation ? Mais la réalité, c’est que le Coran, cette « constitution politico-religieuse », est incompatible avec la Constitution française.

Et le Président de la République s’entête à nier l’évidence en déclarant quelques jours après le carnage de Nice que « l’islam est compatible avec la République » ! Faut-il lui demander de s’informer sur cette pseudo-religion de paix en consultant quelques courtes vidéos explicites enregistrées à La Mecque, cœur de l’islam, où des centaines de milliers de pèlerins – parmi lesquels des « Français » – excités et en transe répètent en chœur les mots prononcés par le muezzin (O Allah, Venge-nous des chrétiens oppresseurs et des juifs criminels, Venge-nous des traîtres oppresseurs…), des mots qui sont des prières de haine contre les non-musulmans (https://youtu.be/YI5AfMYnFso) ?

Et que pense-t-il des déclarations d’un imam de Nice faites à un journal italien après le carnage qui a frappé la baie des Anges : « s’il y a des attentats, c’est la faute de la laïcité des Français. La laïcité d’aujourd’hui est un extrémisme qui tente d’éradiquer toutes les religions. Les chrétiens se sont adaptés, les musulmans refuseront, car ce serait une injustice ».

Les musulmans refuseront ! Et il s’agit, chacun s’en doute, d’un imam modéré, un musulman modéré ! Cela est intolérable et inacceptable. Cela aurait dû provoquer une réponse claire et ferme de nos gouvernants. En tout cas, les patriotes ne pourront pas accepter ce type de discours très longtemps.
Si les musulmans refusent nos modes de vie, qu’ils partent ! Ils ne sont pas sur une terre d’islam. Et on ne retient personne.

On le constate : on ne doit rien attendre de nos gouvernants.

Il revient donc aux citoyens animés par l’amour de la France, aux patriotes attachés à la préservation de leur héritage spirituel et culturel, à tous ceux qui ne peuvent plus accepter l’intolérable et qui refusent d’accepter le fatalisme qui conduit la France au chaos, de décider d’entrer à présent en résistance.

Tous ceux qui se reconnaissent dans ces convictions sont invités à rejoindre les Volontaires Pour la France. ([1])

L’organisation « Volontaires Pour la France (VPF) » n’est affiliée à aucun parti politique. Elle se situe hors des partis et ne roule pour aucun parti politique. Ses orientations politiques sont cependant très claires et s’intègrent dans la mouvance patriote au sens large. L’objectif final est de constituer une organisation de « Résistance » qui devra être en mesure d’intervenir et de faire entendre sa voix pour défendre la Nation et son identité, pour lutter contre l’islamisation de la France, pour stopper et maîtriser l’immigration extra-européenne, et pour rétablir le contrôle de nos frontières, pour réviser le code de la nationalité et le droit du sol…

En vous rendant sur le site, vous aurez la possibilité d’y trouver un certain nombre d’informations et de réponses. L’organisation est dirigée par un comité de pilotage de plusieurs membres avec la désignation depuis le 11 juillet dernier de deux coprésidents, l’un civil, l’autre militaire.

Le premier est Ivan BLOT, ancien Haut fonctionnaire, Inspecteur général honoraire du ministère de l’Intérieur, ancien député du Pas-de-Calais, ancien député européen, signataire de la lettre ouverte au Président de la République du 3 mars dernier avec 3 généraux, essayiste et auteur de plusieurs ouvrages dont La Russie de Poutine et, le dernier, Le terrorisme islamiste, un mouvement révolutionnaire.

 Le second est votre serviteur, général Antoine MARTINEZ.

Alors, pour organiser la résistance et pouvoir agir et peser sur le cours des événements rejoignez massivement les Volontaires Pour la France.

Seuls le nombre et la détermination de ses membres permettront de réussir dans ce combat contre l’islamisation de la France. A cette idéologie mortifère que véhicule l’islam, sachons lui opposer une autre idéologie guidée, elle, par le sentiment fort de la défense de notre terre charnelle, c’est à dire le patriotisme qui sera seul capable de gagner cette guerre.

Rejoignez-nous.
Nous avons besoin de vous.
La France a besoin de nous tous.  

Général Antoine Martinez
Co-président de Volontaires Pour la France

VPF

[1] www.volontaires-france.fr

 

VOICI POURQUOI MINURNE SOUTIENT DONALD TRUMP (par L’Imprécateur)

On peut tout à fait ne pas aimer Donald Trump, ce grand costaud bourré de testostérone, brutal et parfois grossier, décrit par les plus virulents de ses ennemis républicains − ceux qu’il a enterrés en trois pelletées de discours incendiaires − comme « un ignorant amoral, malhonnête et manipulateur, misogyne, un coureur de jupon et un fanfaron hyper-procédurier, isolationniste et protectionniste » (Michael K. Vlock, élu républicain, cité par Daniel Pipes).

im55d8bc65

D’accord, les cheveux teintés de blond-roux qu’il ramène sur son front pour cacher sa calvitie sont d’un goût très anglo-saxon. Mais il a réussi, mené sa campagne à l’économie avec son argent et si, comme l’était le candidat Reagan il n’a guère d’expérience dans la gestion de l’État, il est fort, déterminé et veut le bien de l’Amérique… et même celui de la France qu’il voudrait voir débarrassée de l’islamisme.

Il y a un rapprochement à faire avec les reproches qui étaient faits autrefois à Jean-Marie Le Pen par le clergé de gauche. Cependant, outre l’outrance des insultes proférées par D. Pipes à l’encontre de Trump, il y a quelques remarques importantes à faire.

La première est de poids, mais la développer ferait exploser le volume de cet article, ce sera donc pour la prochaine fois, c’est qu’il devra affronter Hillary Clinton. On attaque à gauche le physique carré et massif de Trump, qui étonne quand on connait les trois nains qui sont à la tête de la France. Mais regardons Hillary Clinton, emballé à l’idée de se voir comme présidente des États-Unis comme une vieille bique avec des airs de fausse lesbienne intello, qui, lorsqu’elle n’est pas replâtrée par son équipe de maquilleuses en vue d’un show médiatique, ressemble plus à une vieille tortue malade qu’à une femme.

pic_giant_040115_SM_Hillary-Clinton-Benghazi

Ça n’a rien de jouissif ! Boris Johnson, le nouveau ministre des Affaires Étrangères anglais ajoute que, lorsqu’on la contrarie, « Elle a le regard d’une infirmière sadique dans un hôpital psychiatrique ». Observez ses yeux quand elle ne s’efforce pas au sourire pour la galerie. De plus, elle n’a pas une réputation d’honnêteté irréprochable (1).

La seconde, m’a été suggérée par un article corrosif du “neocon” (2) Daniel Pipes, consultant pour plusieurs chaines de TV américaines, expert en questions islamiques.

Il est compétent, même quand il lui arrive d’être contestable, comme lorsqu’il reproche aux Israéliens de ne pas faire une guerre totale aux Palestiniens pour les exterminer, ou quand il a soutenu mordicus l’existence d’armes de destruction massive aux mains de Saddam Hussein pour justifier l’intervention américaine en Irak.

Mais dans les deux cas, il obéissait à des ordres.

Que Daniel Pipes soit professionnellement instable, c’est son problème et celui de ses employeurs. Il a cependant un poste de membre-conseiller qu’il occupe depuis longtemps et où il sévit toujours, c’est le Council on Foreign Relations (CFR).

Le CFR prend rarement des positions publiques. Il charge ses seconds couteaux, comme D. Pipes, de les exposer. En vérité, le faiseur de présidents qu’est le CFR se moque éperdument que Trump soit brutal, grossier, misogyne (ce qu’il n’est pas) et coureur de jupons, un défaut qui semble consubstantiel de la présidence (Reagan, de Gaulle et Pompidou exceptés), aux États-Unis comme en France.

images-1

Issus tous deux de la même promotion 1965 de Skull and Bones (3) Bush et Kerry ont gardé des liens étroits tout en se combattant officiellement. Comme le veut le CFR, qui aime bien avoir deux fers au feu.

Ce qui déplait au CFR, c’est que Trump veuille restaurer l’identité américaine par le contrôle de l’immigration et recentrer le rôle des États-Unis sur les problèmes intérieurs de désindustrialisation, d’emploi et de niveau de vie.

Car le CFR veut renforcer encore plus le rôle déjà dominant des États-Unis comme gérant global des affaires du monde.

Ce que craint le CFR, c’est que Donald Trump se révèle en nouveau Ronald W. Reagan, le président qui reste la personnalité préférée des Américains, toutes catégories confondues, pour avoir su créer une croissance économique soutenue, divisé le taux de chômage par deux, renforcé le dollar et provoqué la chute du mur de Berlin en convaincant Gorbatchev de renoncer au communisme. Mais pour le CFR, Reagan était comme Trump : non issu de la bobocratie newyorkaise qui a fait des études à Harvard ou à Yale, donc “out-etablishment” donc à jeter.

Un bon nombre des présidents et ministres américains depuis les années 30 sont passés par le CFR. Le CFR, comme sa filiale Skull and Bones, n’est ni de droite, ni de gauche, il se dit “au-dessus” (sic), son seul objectif étant d’être au pouvoir. Actuellement il doit y avoir 5 ou 6 des ministres d’Obama qui en sont membres, Hillary Clinton en est également membre (honoraire car le CFR n’acceptait pas les femmes jusqu’à une date récente).

images-2

Il y a bien sûr des oppositions et des conflits en son sein (comme actuellement au sujet d’Hillary Clinton), mais globalement on peut dire qu’avant la guerre il a soutenu le nazisme qu’il voyait comme l’agent capable d’unifier rapidement l’Europe par le socialisme, et il aurait empêché l’intervention américaine en Europe si Hitler n’avait pas dépassé les bornes par son obsession antijuive. Car le CFR ayant dans ses membres fondateurs de grandes familles juives était très pro-juifs et il est toujours très pro-israélien.

En 1945, le général Patton voulait profiter de la victoire sur le nazisme et l’épuisement de l’armée russe pour foncer jusqu’à Moscou afin de liquider le communisme. Le CFR s’y opposa plaidant pour le “containment” : il suffisait − pensait-il − de contenir l’URSS par la guerre froide et elle s’effondrerait toute seule. C’est bien ce qui est arrivé, mais au prix de 44 années d’oppression et de misère communiste pour l’Europe de l’Est. Et cela a aussi permis de faire accepter l’idée d’Union européenne à des peuples obsédés par l’idée qu’il ne fallait plus de guerre franco-allemande ni de dictature communiste en Europe.

Une fois l’Europe unifiée à 28, sous la pression du CFR qui poussait par ses agents, dont Manuel Barroso (4), à l’élargissement constant de l’Europe, il voudrait maintenant que ce gigantesque et très riche marché soit absorbé sous influence américaine par le grand traité sur le marché inter-atlantique TAFTA, le tout sous protection de l’OTAN, bras armé des États-Unis.

Et si le CFR soutient l’islamisation de l’Europe, c’est dans le même esprit du “containment” qu’il préconisait pour affaiblir et finalement détruire le communisme. Ses experts et ses dirigeants pensent que l’Europe, au prix de quelques guerres civiles et pogroms, finira par digérer l’islamisme et son associé le socialisme, et que cette Europe métissée et affaiblie sera plus facile à gérer que l’Europe forte et indépendante que serait l’Europe des nations sociale-libérale.

Ce Council on Foreign Relations est l’un des trois piliers de la Sainte Trinité voulue en 1921 par les Rockfeller, Rothschild et autres plus grandes fortunes et sociétés financières du monde (4). Les deux autres étant la Trilatérale (dont Giscard d’Estaing était membre) et Club Bilderberg (qui a adoubé Manuel Valls). Cette Trinité a des relais dans un réseau complexe où l’on retrouve la French American Foudation, qui a placé Hollande et cinq ministres à la tête de la France, le Skull and Bones (George W. Bush, Clinton, etc.), le Club Le Siècle, etc.

C’est le CFR qui a lancé en 2008 le programme « International Institutions and Global Governance: World Order in the 21st Century« , en résumé « le Nouvel Ordre Mondial au XXIème siècle ».

Lorsque Nicolas Sarkozy a été élu en 2007 il a d’abord été bien vu, son appétence pour les États-Unis plaisait. Mais il est vite apparu trop “électron libre”, ne suivant pas les instructions qui lui étaient “suggérées” (5).

La French American Foundation (FAF) a alors proposé à la Sainte Trinité de le remplacer par Hollande, réputé docile, et Le Siècle (6) fut chargé d’organiser la défaite de Sarkozy.

Hollande a été élu. Hollande est discipliné. S’il ne l’était pas Valls, l’œil de Bilderberg au sein du gouvernement, serait poussé pour le remplacer. Et Hollande est bien encadré par les ministres membres de la FAF.

Aux États-Unis, c’est pareil. Obama d’abord plébiscité a fini par décevoir. Celui qui était prévu pour le remplacer était Rudolf Giuliani (dit Rudy), l’ancien maire de New York. Un homme exceptionnel : fils d’un immigré italien (qui connaissait bien Sing-Sing de l’intérieur), il a commencé sa carrière comme garde du corps d’un parrain de la mafia de Brooklin, lequel a financé ses études de droit pour qu’il soit son avocat. Giuliani, devenu à 26 ans adjoint du procureur, a vu plus loin. Le CFR l’a recruté.

FirefoxSchermSnapz002

Il est devenu ministre de la Justice et a rétabli l’ordre dans New York. Voyant en Guiliani un homme prometteur pour une présidence future, le CFR a placé à ses côtés Daniel Pipes dès 2008. C’est Giuliani qui devait succéder à Obama mais voilà que Trump déjoue tous les plans et que Hillary a été préférée à Guiliani par la convention démocrate !

Donc… il faut abattre Trump !

Mais Hillary a un problème : son mari, qui s’est habilement recasé auprès d’elle comme conseiller. Bill, un « Skull and Bonesman » a fait nommer Hillary membre honoraire de l’association secrète. Elle est donc solidement pistonnée par la gauche américaine. Mais le CFR (dont elle est pourtant membre) n’en veut pas, il la juge peu fiable et trop vénale (1).

Il fait le nécessaire pour l’écarter, d’où le choix − qui a surpris − de Tim Kaine comme vice-président putatif. Kaine est un homme discipliné qui saura contrer l’influence de Bill si Hillary gagne la présidentielle. De même que le “bonesman” d’Obama c’est John Kerry, son omniprésent ministre des Affaires Étrangères, celui d’Hillary Clinton est maintenant Tim Kaine.

Pour le CFR, Trump est trop imprévisible, trop indépendant, il s’écarte du plan pour le Nouvel Ordre Mondial, il doit donc être battu.

C’est précisément pourquoi il faut l’aider à gagner en le soutenant contre Clinton-la-Malhonnête. « Elle souffre d’un problème d’image. Trump et elle sont tous deux historiquement impopulaires. Parmi les électeurs qui n’aiment pas Hillary Clinton, nombreux sont ceux qui estiment qu’elle n’est pas digne de confiance. » (The Atlantic − Washington).

L’Imprécateur

1 / Elle est fortement soupçonnée d’avoir construit une fortune considérable en vendant des « services  » aux pétromonarchies du Golfe et à l’Arabie Saoudite.

2 / « Neocon » est l’appellation donnée outre-Atlantique aux néoconservateurs du parti républicain.

3 / Skull and Bones (littéralement Crâne et Os) est une société secrète de l’université Yale aux États-Unis. Ce groupe est aussi connu par les anglophones sous les noms « Chapter 322 » et « Brotherhood of Death » (« Fraternité de la Mort »).

4 / Manuel Barroso vient d’être recasé chez Golden Sachs, l’une des plus puissantes sociétés financières du monde et un membre de la direction du CFR, lequel a aussi recruté récemment l’indienne prix Nobel de la paix 1992 Rigoberta Menchu pour en faire son agent d’influence en Amérique latine et reconquérir un peu de l’influence américaine perdue.

5 / voir http://www.cfr.org/about/corporate/roster.html vous retrouverez au CFR Goldman Sachs, George Soros, Esso et Shell, la Banque Lazard, etc.

6 / Les instructions de la Sainte Trinité sont « suggérées » aux chefs d’Etats et ministres membres de l’une des sociétés secrètes du groupe Trilatérale-CFR-Bilderberg par des « draft reports », une feuille sans en-tête que le destinataire trouve sur son bureau vers 8 heures du matin. La feuille est peut-être anonyme, mais le destinataire sait très bien de qui elle provient.

7 / Le Siècle réunit une fois par mois ses « invités » : tout le gotha bobo de la finance, de l’industrie, de la presse, de l’administration et de la politique, tous les gens qui ont des relais et des réseaux et peuvent influencer de larges pans de la société française.

banniere_2016_570

 

ON ÉGORGE UN PRÊTRE. RÉACTION DU GOUVERNEMENT ? − IL VA À LA MESSE ! (par l’Imprécateur)

Ainsi, il a eu lieu. Le troisième égorgement d’une victime française par un islamiste. Le second, c’était le 14 juin dernier à Magnanville, celui de la compagne d’un officier de police, elle même policière, lui venant d’être poignardé à de multiples reprises entre le portail d’entrée et la porte de la maison. Le premier est passé inaperçu en France parce qu’il a eu lieu à Tahiti, terre lointaine mais toujours française et souhaitant le rester, celui d’une jeune fille le jour de l’inauguration d’un centre culturel musulman, il y a trois ans déjà, en octobre 2013. Un an plus tard, devant l’hostilité de la population, le centre culturel et la mosquée ont été fermés, l’imam expulsé. C’est la démocratie.

Le mouvement est lancé, il pourrait s’amplifier si les autorités n’y prennent garde. En effet, l’égorgement comme moyen de donner la mort est une particularité religieuse et culturelle  propre, de nos jours, à l’islam, que ce soit pour tuer “halal” les animaux, ou pour tuer les non-musulmans qui « ne sont pas dans la voie », refusent la soumission à l’islam. Les égorger, c’est s’inscrire ainsi dans les pas du prophète comme le rappellent les prédicateurs dans certaines mosquées (1).

Il n’y a aucune « islamophobie » à en faire le constat, c’est, comme l’a écrit une députée socialiste suisse, Salima Moyard (2) : « un phénomène sociologique qui s’inscrit dans une société, un contexte, un temps donnés. Les textes religieux, comme en l’occurrence ici le Coran (mais cela est vrai des autres religions du Livre notamment), doivent se lire en tenant compte du contexte de l’époque dont ils sont issus. Ainsi, aujourd’hui, soit on décide – en tant que croyant ou que scientifique – de lire le texte au pied de la lettre avec les atrocités et autres abominations qui peuvent en découler (et il y en a de nombreuses), soit on décide d’adapter l’esprit du texte au temps d’aujourd’hui. »

Voyons les faits d’un point de vue qu’aucun journaliste français n’a osé envisager mais qu’a bien vu le journal libanais L’Orient le Jour : L’État islamique a revendiqué l’attaque perpétrée (mardi 26 juillet) dans une église dans la petite ville de Saint-Étienne-du-Rouvray en France. C’est la cinquième fois que l’EI revendique une attaque sur le territoire français en moins de 18 mois. Les cibles, bien que toutes extrêmement symboliques, sont à chaque fois différentes : les media le 7 janvier avec Charlie hebdo (revendiqué par Al-Qaida dans la péninsule Arabique, ces gens dont Fabius disait qu’ils « font du bon boulot » en parlant de la filiale syrienne d’Al Qaida, Al Nosra), les Juifs, le 8 janvier 2015, avec l’attentat de l’Hyper Casher (Paris) ; les jeunes en train de faire la fête avec les attentats du 13 novembre dernier à Paris (Stade de France, cafés et restaurants, Bataclan) ; la police, donc l’autorité du ministre de l’Intérieur, avec les attentats de Magnanville le 13 juin 2016 ; le 14 juillet symbole de la République avec l’attentat de Nice le 14 juillet 2016 ; les chrétiens avec l’attentat (de mardi). Quelle va être la prochaine cible ? Les sportifs ? Les politiques ?

Parler d’individus solitaires, de schizophrènes, de victimes de la société ou du capitalisme ou quoi que ce soit d’autre n’a aucun sens, c’est même carrément soit totalement débile, soit de la trahison. Il y a de toute évidence un plan de guerre islamique réfléchi et concerté, qui ne vient pas forcément de Raqqa ou de Mossoul, l’islam, qui n’a pas de hiérarchie religieuse comme l’Église catholique, fonctionnant plus comme Internet, en « toile ». Nier le caractère religieux de cette guerre serait comme nier le caractère religieux de la Saint-Barthélémy ou des Croisades.

Certains  ignorants le font.

Évolution des techniques : au début, méthode occidentale, on mitraillait, on plastiquait. Maintenant, méthode orientale, on utilise un véhicule mais surtout le couteau mal affûté pour qu’il égorge avec plus d’efficacité (ce que tous les égorgeurs musulmans de moutons savent). Et demain ? La voiture piégée, la bombe artisanale, le produit chimique ou nucléaire ?

Les solutions proposées par les politiques de droite comme de gauche sont des solutions d’énarques, elles manquent grandement de réflexion et d’imagination en plus d’être fondées sur une réelle méconnaissance de l’islam et des islamistes.

On est au bord du gouffre ? Eh bien, on va continuer comme avant et faire une ou des lois, c’est la solution de Hollande à tout problème qui ne peut pas être résolu par une taxe nouvelle. Or, oui, il y a des solutions de ce côté là, mais pas celles qu’il imagine. D’abord, appliquer le Principe constitutionnel de précaution aux faits sociaux comme l’est la radicalisation islamique ; interdire la double nationalité ce qui permettrait de renvoyer dans leur pays tous les nuisibles à la France. La Cour Européenne des Droits de l’Homme protestera que c’est inhumain car ils risqueront dans leur pays des conditions de détention autrement plus dure qu’en France et de surcroit des tortures et la peine de mort. Mais qu’ont « à cirer » les Français angoissés de la CEDH et du sort des criminels étrangers ? Ensuite simplifier les Codes qui gèrent les procédures d’arrestation, d’inculpation, de détention pour soulager la Police et la Justice de règlements byzantins qui font, par exemple, que pour une heure de retard dans une convocation de l’avocat par le juge, le détenu est libéré automatiquement, ou que le policier doit filmer l’interpellation dans un contrôle d’identité.

L’enfermement, solution préconisée par les droites, soit dans des Guantanamo exotiques (Dupont-Aignan propose les Iles Kerguelen, ç’aurait aussi bien pu être Walpole, déserte mais habitable puisqu’elle l’a déjà été, ou Clipperton), soit dans les prisons classiques, mais elles sont déjà surbookées, soit dans des centres de rééducation. Aucune de ces solutions d’enfermement n’a jamais protégé durablement la population et quand ils en sortent, car ils en sortent toujours un jour, les détenus sont la plupart du temps pires qu’avant.

Le renseignement. C’est une bonne solution, à condition de le renforcer là où s’exprime le besoin le plus criant : le renseignement territorial (les ex-RG) démantelé par les gouvernement précédents. On observe en effet, c’est patent dans le cas d’Abdel Kermiche, l’égorgeur de curé, que la police savait, les juges savaient, la famille savait (des gens bien intégrés, avec tous un travail, qui disent qu’ils auraient mieux aimé « le voir vivant en prison que partant au djihad en Syrie« ), les copains savaient (« on lui disait que c’était des conneries« ), mais il n’y avait aucune oreille d’agent du RT (Renseignement territorial) pour recueillir l’info et l’exploiter. Or, il y a 5600 djihadistes potentiels en France dont 256 sont soupçonnés d’être fortement radicalisés et les RT ont environ 2500 hommes, dont une bonne partie fait du travail administratif, c’est notoirement insuffisant.

Alors quoi faire ? Prendre le problème à la base : imposer un changement à l’islam.

Le Coran dit qu’il faut tuer les mécréants. Il reste assez flou dans la désignation desdits mécréants, « égarés » ou « ceux contre qui Dieu est en colère » mais les périphrases employées dans des dizaines de sourates désignent les Juifs et les Chrétiens, les deux grandes religions dominantes au VIIème siècle et encore aujourd’hui. La Sunnah est claire, les exégètes anciens et actuels, également. Et il ne fait aucun doute pour les musulmans “de base” que les ennemis de l’islam sont le Juif et le Chrétien, contrairement à ce qu’imaginent des évêques déjà dhimmisés. « C’est vous qui nous frappez » a dit Abdel Kermiche avant d’égorger le prêtre de Saint Étienne du Rrouvray.

Au XXème siècle, l’Église a fait l’effort de supprimer dans les textes les termes explicites incitant effectivement à la haine d’une autre religion par les Chrétiens, ainsi que ceux recommandant de tuer les homosexuels. Les Juifs ont une institution qui fait un effort similaire d’adaptation des textes judaïques à la civilisation actuelle. Mais pas les musulmans.

« L’idée même de modifier le texte de la prière (musulmane) relève d’une étrange naïveté, car elle est issue du Coran, qui constitue LE Message pour les croyants musulmans (à la différence des Chrétiens pour qui le Message tient dans la vie et les propos du Christ, bien davantage que dans la Bible) et est par essence, pour ceux qui y croient, intouchable » (Salima Moyard)

Et pourtant, il va falloir le faire car la prière musulmane rappelle plusieurs fois par jour au musulman, même “modéré”, que « leurs voisins juifs et chrétiens ne sont pas “dans la voie” et ces répétitions ont forcément un impact sur leur attitude générale à l’égard des groupes de population concernés » (A. Jean-Mairet).

La députée Moyard a une solution : moderniser l’islam. « C’est un vaste programme, dit-elle, qui n’est pas du ressort des politiques, ni du gouvernement, mais “de celui des théologiens et au final des croyants” ». C’est une piste intéressante, mais comment faire ? Les musulmans ne sont pas organisés et structurés comme l’est l’Église, l’UOIF, le CFCM et autres organisations dites nationales ne sont que des coquilles vides.

Il y a pourtant une solution : la méthode napoléonienne qui a permis l’assimilation du culte juif en France en 1806.

300px-Napoleon_stellt_den_israelitischen_Kult_wieder_her,_30._Mai_1806

Le sentiment général était à l’époque, comme pour l’islam aujourd’hui en France, que le judaïsme étant inassimilable, il fallait cantonner ou chasser les Juifs. Certains louent Napoléon d’avoir reconnu et structuré le judaïsme à l’égal des autres cultes, et d’avoir imposé ce progrès en Europe, aux applaudissements des juifs allemands et italiens. D’autres, au contraire, y perçoivent une prise de contrôle par l’État et une « assimilation par contrainte ».

Mais depuis, les Juifs n’ont plus posé de problème. En France au moins.

Avec l’islam la question est sans doute plus complexe, mais pas insoluble.

1 : L’État (président, 1er ministre…) fait une déclaration solennelle disant : on ne remet pas en cause l’islam et le Coran mais les actes criminels que commettent certains musulmans, un toute petite minorité, 1 sur mille environ (actuellement 5.600 sur 5 à 6 millions) au nom de l’islam et du Coran. Cela nuit à la France, à son unité, à son économie (tourisme…), au moral et à la vie des Français, etc.

2 : Il donne un délai précis (6 mois ? − un an au maximum) pour modifier ce qui ne va pas : les prières, les prêches dans les mosquées salafistes, les départs pour le djihad et la notion de djihad elle même, le statut des femmes, les relations avec les non-musulmans, la perception de la zakat et des taxes sur le halal (3)…

3 : Au bout de ce délai, l’État applique un retour à la laïcité la plus stricte : fin de la dérogation pour l’abattage halal dans les abattoirs, fin de la tolérance pour la polygamie, communication obligatoire des prêches et expulsion des imams ne parlant pas français, expulsion immédiate de tous les binationaux qui n’auront pas choisi soit de rester français, soit d’être sous le statut d’étrangers, interdiction de la perception de taxes musulmanes sur les non musulmans et sans en reverser une part à l’État, etc., etc.

4 : Si aucun accord n’est trouvé par les sectes musulmanes entre elles et ensuite entre le musulmans et l’État, organisation des retours au Maghreb, et si cela suscite des troubles, « l’interdiction pure et simple du culte musulman dans notre pays » (A. Jean-Mairet) avec destruction ou neutralisation des mosquées, des centres culturels islamiques, etc.

Autrement dit, si l’islam s’intègre à la France et à la laïcité, il reste.

S’il refuse, il part.

L’Imprécateur

banniere_2016_570

1 : Deux sourates sont particulièrement explicites :

5, 33, contre les ennemis de l’islam « La récompense de ceux qui font la guerre contre Allah et Son messager, et qui s’efforcent de semer la corruption sur la terre, c’est qu’ils soient tués, ou crucifiés, ou que soient coupées leur main et leur jambe opposées, ou qu’ils soient expulsés du pays. Ce sera pour eux l’ignominie ici-bas ; et dans l’au-delà, il y aura pour eux un énorme châtiment« . Les musulmans ont un curieux raisonnement. Depuis quatorze siècles ils n’ont cessé d’attaquer l’Europe et l’Asie et n’ont trouvé pour leur résister vraiment que l’Europe, le Japon et la Chine.
Ils considèrent pourtant que nous les attaquons en refusant la Charia et la soumission à l’islam et que c’est nous qui  corrompons la Terre !

9, 5, contre les chrétiens : « Après que les mois sacrés [de trêve] expirent, tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. » Les Associateurs « associent » d’autres dieux à Allah ; parmi eux, les chrétiens, car Mahomet a vu trois dieux dans la Sainte Trinité (un seul dieu en trois personnes).

2 : Salima Moyard n’est ni arabe, ni musulmane comme son prénom pourrait le faire croire. Elle est députée socialiste du canton de Genève et a commencé une réflexion sur une relecture du Coran et autres textes de l’islam qui pourrait, espère-t-elle, amener à terme un changement de comportement des musulmans suisses sur divers questions comme le sort peu enviable des femmes dans la société musulmane, les rapports de l’islam avec les autres religions, l’égorgement rituel, etc.

3 : La zakat, ou « aumône musulmane », a pour vocation coranique de financer la corruption (achat de conversion et de bienveillance de la part de gens influents, notamment) et le «jihad dans la voie de dieu», c’est-à-dire la guerre prosélyte. Cette aumône tombe donc sous le coup de plusieurs dispositions pénales. Elle est perçue dans les mosquées.

 

 

COMMUNIQUÉ DU GÉNÉRAL MARTINEZ (co-président des Volontaires pour la France)

Notre ennemi vient à nouveau de frapper la France. Après le carnage de Nice, le jour de la fête nationale, c’est à présent une église qui a vécu la barbarie islamique au moment même du déroulement d’une messe qui rassemble les fidèles pour célébrer le sacrifice de l’eucharistie, point culminant de la liturgie chrétienne instaurée par Jésus-Christ lors de la Cène, la veille de sa passion.

En assassinant un prêtre catholique et en blessant gravement des fidèles dans une église, c’est l’âme même de la France, fille aînée de l’Église, son Histoire, sa culture qui sont lâchement attaquées. Le symbole est fort et le choix des islamistes n’est pas anodin. Nos pensées les plus émues et notre compassion vont naturellement à l’Église de France cruellement éprouvée.

Cependant, devant le déni de réalité, devant le refus criminel de nos gouvernants de tirer les conséquences des enseignements de la menace sans cesse grandissante qui met en danger la vie des Français, devant le refus d’admettre l’évidence, les citoyens et en particulier les chrétiens doivent maintenant se rassembler. Ils le doivent non plus pour déposer des fleurs et des bougies – ou pour tendre l’autre joue – mais pour faire pression par tous les moyens sur nos gouvernants pour contraindre ces derniers à un peu plus de lucidité et à prendre enfin la mesure de l’enjeu en vue de définir une stratégie adaptée à l’ennemi à détruire et d’appliquer les actions impitoyables qui en découlent.

Ce réveil et cette réaction sont d’autant plus nécessaires que les dernières déclarations du Président de la République (« Daesch », « menace terroriste », « le gouvernement fait preuve de détermination », « pas de polémique », « pas d’amalgame », « l’unité est notre force ») confirment son incapacité à rassembler et à décider alors que c’est la guerre sur notre territoire. Et affirmer que « rien ne sera modifié dans la lutte contre le terrorisme islamique » n’est pas digne de sa fonction. Son manque de volonté et de détermination, loin de créer l’unité, est en train de diviser les Français et de provoquer non seulement l’exaspération des citoyens mais la radicalisation des esprits qui pourrait déboucher sur des réactions violentes. Que fera-t-il lorsqu’un prochain attentat de masse fera des centaines de morts ?

Il est par ailleurs effarant et scandaleux d’entendre sur les plateaux de télévision certaines analyses et notamment le vice-président du CFCM affirmer, sans être le moins du monde contredit par les autres interlocuteurs et par le journaliste, que islam veut dire paix. Non, islam ne veut pas dire paix, il veut dire soumission. Celle que l’islam veut imposer au monde. C’est la “taqiya” dans toute sa splendeur étalée sur les plateaux de télévision et avalée sans réaction de la part de médias incultes et déjà soumis.

Cela dit, la situation d’aujourd’hui est la conséquence de quarante ans de lâcheté de la classe politique avec l’implantation progressive d’une multitude de « Molenbeek » dans notre pays. Ce sont ces territoires perdus de la République vidés de ses autochtones et dont le Premier ministre a osé expliquer l’existence par un certain apartheid ! Le résultat obtenu aujourd’hui c’est la radicalisation d’habitants du territoire français sous l’emprise continue d’imams dégénérés qui n’auraient jamais dû pouvoir prêcher sur notre territoire. Cela veut dire que des dizaines, ou plutôt des centaines de milliers d’habitants de notre pays sont aujourd’hui radicalisés et n’ont pas l’intention de s’intégrer à la communauté nationale, bien au contraire puisqu’ils ont été « éduqués » dans la haine de la France et des Français. C’est bien les versets du Coran – qui régit l’islam – qui appellent au meurtre des Infidèles. C’est bien les versets du Coran qui institutionnalisent l’infériorité des femmes. La racine du mal est là. Le Coran, cette constitution politico-religieuse, est incompatible avec la Constitution française. L’islam est donc incompatible avec la démocratie et il faut le stopper. Car, comment ceux qui nous gouvernent peuvent-ils ne pas comprendre qu’on ne peut pas « vivre ensemble » avec qui vous veut du mal, avec qui veut votre mort et qu’il faut donc agir devant l’évidence ?

Il va donc falloir à présent entrer en résistance – une résistance active car résister c’est se défendre et s’opposer par la force – pour engager la bataille culturelle, civilisationnelle et identitaire, car le sujet n’est pas seulement sécuritaire, il est avant tout identitaire. Et le destin d’une nation dépend de la volonté de ses membres. Quarante années ont suffi pour rendre la France méconnaissable. Il nous faut maintenant inverser le cours funeste des choses. Cela prendra du temps, mais il n’y a plus de temps à perdre pour assurer, en toute légalité, la protection et l’avenir de la Nation en appliquant des mesures visant à désislamiser la société, en particulier en stoppant l’immigration issue de pays musulmans, en supprimant le regroupement familial, en réformant les conditions d’acquisition de la nationalité française et en supprimant la double nationalité pour les non-européens, en fermant définitivement toutes les mosquées salafistes, en renvoyant dans leur pays d’origine tous ceux qui rejettent nos lois, nos traditions et notre mode de vie. Respecter l’état de droit c’est avant tout appliquer la loi, ce que ne font pas nos gouvernants.

Il revient donc aux citoyens animés par l’amour de la France, aux patriotes attachés à la préservation de leur héritage spirituel et culturel, aux Français qui souhaitent vivre en paix mais qui ne peuvent plus accepter l’intolérable et qui refusent de se soumettre aux volontés de notre ennemi et qui n’acceptent plus l’absence de volonté et de détermination de nos gouvernants pour détruire ce dernier, de décider de se rassembler pour entrer en résistance.

27 juillet 2016

Général (2S) Antoine MARTINEZ

Co-président des Volontaires Pour la France 

VPF

 

« Celui qui ne se rend pas aura toujours raison sur celui qui se rend » 

Charles PEGUY

 

 

000 Général Martinez 000 general-antoine-martinez

Éditions Amalthée – 238 pages – n° ISBN 978 2 310 01314 7  –  19,80 €
site internet : www.editions-amalthee.com

 

POUR WAFA SULTAN, PSYCHIATRE AMÉRICAINE, L’ISLAM EST UNE FABRIQUE DE CINGLÉS (par Christian Leblanc)

Sur cette courte vidéo de 6 minutes (que vous retrouverez sur la vidéothèque de Minurne en N° 4) la psychiatre américaine d’origine syrienne Wafa Sultan n’y va pas par 4 chemins pour traiter l’Islam de ce qu’il est : une religion de fous.

Il y a d’autres vidéos de Wafa Sultan tout aussi critiques et impitoyables : ⇒ https://youtu.be/RFN8ahYN1b0

Il faut dire que l’islam est une véritable horreur.

N’oublions pas que Mahomet était voleur, violeur, pervers, tueur et tortionnaire dans l’âme.

C’était un pur psychopathe illuminé, un petit bonhomme analphabète, rougeaud, plutôt rouquin, laid, aigri, caractériel, une vilaine excroissance de chair grosse comme le poing entre les deux épaules, et pardessus tout mégalomane.

Sa religion n’est qu’une vulgaire copie du christianisme et du judaïsme, 600 après… un très mauvais copiage par son cousin Ali qui lui, savait écrire mais ne valait pas beaucoup plus cher.

Le coran est un immonde fouillis de principes aussi stupides que contradictoires, mais qui peut irrésistiblement attirer un lecteur fragile ou vicieux. D’où son succès.

En effet le coran dit tout simplement en substance qu’Allah a tout fait POUR les musulmans, et que les musulmans sont donc les “propriétaires légitimes” de toutes les richesses du monde.

Mieux : Allah a donné l’humanité entière en esclavage aux musulmans.

Mieux encore ! Allah exige que les musulmans s’emparent de tout et surtout par la terreur, car Allah aime être craint.

  • Cerise sur le loukoum : tous les bas instincts de l’homme sont glorifiés par l’Islam du moment qu’ils sont à la gloire d’Allah :
    Vous pouvez voler, violer, torturer, tuer, esclavager, bref, faire absolument n’importe quoi du moment que c’est au nom d’Allah.
  • Le musulman n’a pas besoin de se fatiguer… toutes les richesses du monde lui appartiennent… il suffit qu’ils les prenne, et pour les prendre tout est bon… tout est bon parce qu’il le fait pour plaire à Allah.

Et si le musulman meurt au pillage ou en essayant de terroriser les non-musulmans… qu’à cela ne tienne… ce n’est que mieux : il monte droit au ciel, où l’attendent 72 vierges et une vie idyllique.

Faire travailler un musulman, est véritablement un crime de lèse-majesté.

On comprend alors facilement tous les échecs scolaires en France et ailleurs, tous les gens qui ne veulent rien faire socialement dans la population musulmane, tout leur mépris pour ceux qui font, et leur haine grandissante au fil des années pour ces mécréants qui ne les respectent pas en les obligeant à travailler.

Pas étonnant que cette religion de fainéants, de parasites et de profiteurs mégalomanes ait un tel succès auprès des pires populations ou des adolescents les plus influençables et révoltés chez nous.

Intimider et terroriser pour pouvoir ne rien foutre et rouler sur l’or… rien de plus tentant !

Les crétins qui nous dirigent auraient dû lire le coran ou se renseigner avant d’en faire l’apologie.

inch allah

Quand je pense que cet infâme CON nommé Mahomet, qui ne sait toujours pas que la Terre est ronde exige qu’on prie Allah la face tournée vers La Mecque… ce qui fait que chaque fois qu’un fidèle se trouve aux antipodes de La Mecque il lui montre automatiquement son cul…

Mais ce n’est que justice !

Christian Leblanc

Bannière 2016

 

LES CROISADES… 14 SIÈCLES DE MENSONGES ! (par Christian Leblanc)

Voici une petite vidéo de 5 minutes du Docteur Bill Warner, éminent chercheur américain. Vidéo très explicite  sur les croisades :

https://youtu.be/38SLZog5fnY

… croisades qui furent un sain réflexe de défense, absolument nécessaire… croisades qui furent dures, cruelles… comme toutes les guerres, car n’oublions pas que la guerre consiste tout simplement à tuer, et à tuer un maximum de gens… croisades qui ont sauvé la civilisation occidentale et dont, d’une façon absurde, aberrante, folle, démente et totalement imbécile ET SUICIDAIRE on ne cesse de se repentir.

N’oublions pas que tout le Moyen-Orient, après Jésus était constitué de pays chrétiens et paisibles. Il y avait bien quelques juifs, mais la majorité était partie plus au nord infiltrer des pays plus riches que Yahvé se faisait fort de les aider à dominer.

Donc le Moyen-Orient était chrétien depuis plus de 600 ans quand, comme l’exige ce divin crétin d’Allah, des hordes musulmanes, stupides, violeuses, voleuses, tortionnaires, assassines  et esclavagistes, l’envahirent, le pillèrent et se l’approprièrent.

Puants d’orgueil, comme toujours, lesdits musulmans saccagèrent le tombeau du Christ et édifièrent aussitôt la grande mosquée Al Aqsa de Jérusalem.

En fait, ce ne sont pas les Arabes, évidemment pas qui la construisirent… ils en étaient bien incapables. Ils la firent construire, comme toujours, par des architectes et des maîtres d’œuvre byzantins.

Donc, ces paquets de chiffons-bêlants-coiffés-de-serpillières, bombaient le torse et interdisaient aux chrétiens le pèlerinage annuel à Jérusalem (des centaines de milliers de pèlerins venus de toute l’Europe),  allaient de pillage en pillage, commettaient les exactions les plus effroyables qui soient et avançaient inexorablement vers l’Europe semant partout la mort, la désolation et la terreur.

Les populations affolées envoyèrent quelques émissaires auprès du Pape, qui ne réagit pas.

Jusqu’au moment où les monarchies d’Europe, inquiètes de voir ces hordes de voyous, d’incapables, de crétins, d’imbéciles, de tarés et de pillards devenir de plus en plus nombreuses et menaçantes… jusqu’au moment donc où ces monarchies elles-mêmes firent pression sur le Pape.

Il n’y avait que lui pour soulever les foules et les envoyer en masse exterminer du musulman.

Urbain II, en 1095, ordonna donc la première croisade, soit dit en passant, constituée presque uniquement de chevaliers français.

Il ne fallut pas moins de 9 croisades, jusqu’en 1291, c’est-à-dire sur deux siècles pour arriver enfin à contenir cette vermine.

Bien sûr rien n’est parfait, bien sûr il y eut des bavures. Mais la guerre est la guerre et la nature humaine est ce qu’elle est.

La meilleure éducation n’est jamais qu’un vernis qui s’écaille et tombe par plaques dès les premières blessures.

Les croisades ne furent évidemment pas une attaque des musulmans par les chrétiens, mais une simple défense des chrétiens contre les musulmans.

Elles ne furent pas non plus une guerre de conquête territoriale.

Les monarchies d’Europe n’en avaient absolument rien à foutre de ces pays de merde aux populations de merde… Il faut bien appeler un chat un chat. Rien à foutre !

Quant aux Papes, à ses évêques et ses cardinaux, ils avaient suffisamment de bons et loyaux fidèles pour vivre comme des princes sans aller prendre le risque de convertir des populations « envoyousées » par l’islam.

En fait, les croisades ont très peu à voir avec la libération du tombeau du Christ. Elles furent tout simplement une guerre préventive que l’Occident n’a pas voulue mais qui fut absolument nécessaire.

Or, l’Histoire OFFICIELLE, tissu de mensonges très sémitiquement-correct comme toujours, dit absolument le contraire.

Pour l’Histoire OFFICIELLE, les chrétiens sont les bourreaux et les musulmans les victimes.

Franchement c’est à se taper la tête contre les murs.

Inutile de préciser que je suis tout à fait d’accord sur l’attitude « exterminatrice » des Croisés.

Quand un chien est bourré de puces ou de tiques, on les extermine TOUTES. C’est plus sûr. Et tant pis pour les puces et les tiques gentilles qui n’ont pas envie de piquer ou qui ne piquent pas, mais dont la deuxième ou la troisième génération, elle, piquera… c’est dans les gènes. Quand il y a une tumeur cancéreuse, on opère large, et tant pis pour les cellules saines. Il faut ce qu’il faut.

Nous n’avons pas à nous repentir.

Si les Croisés n’avaient pas fait ce qu’ils ont fait, ni vous ni moi ne serions là pour en parler et l’Europe ne serait plus qu’un nouveau nid de vautours putride et nauséabond, face à l’autre, au nord de la méditerranée.

Mais cliquez de nouveau sur cette petite vidéo et arrêtez-vous un instant  sur la carte du djihad :

https://youtu.be/38SLZog5fnY

C’est flagrant : toutes les régions d’Europe, même aujourd’hui chrétiennes, que les sémites ou les sémitisés ont occupées durablement, c’est-à-dire partout où, aujourd’hui, il y a majoritairement des profils sémites, C’EST LA MERDE : Sicile, Sardaigne, Corse, botte de l’Italie, Albanie, Kosovo, Grèce, Espagne, etc…
Quant à l’Égypte et le Moyen-Orient, n’en parlons pas…

Il n’y a plus de profil égyptien en Égypte, il n’y a plus de profil grec en Grèce, plus de profil latin dans la botte de l’Italie… il n’y a plus que des profils sémites.

L’Espagne est une exception. Elle a été sauvée par l’Amérique du Sud. Amérique du sud où il y a aujourd’hui plus, beaucoup plus, immensément plus de profils sémites et de gènes sémites qu’en Espagne même. En 1492 (année de l’expulsion des musulmans d’Espagne) tout ce qu’il y avait alors de plus pourri, mauvais, tordu et pillard dans le pays se déversa dans le Nouveau Monde pour s’emparer de l’or des Indiens et pour faire de ce continent ce que l’on sait : les États-désunis d’Amérique du Sud, c’est-à-dire toute une kyrielle d’assassinocraties plus cruelles et plus stupides les unes que les autres où une population aimable, soumise et terrorisée respire une joie de vivre feinte qui n’est rien d’autre que la joie de survivre. Assassinocraties, incapables d´être autonomes et qui ne cessent de bomber le torse et de tenter vainement et grotesquement d’imiter la civilisation occidentale.

Imaginez un peu l’Amérique du Sud encore vierge et colonisée par des Hollandais, des Norvégiens, des Suédois, des Danois, des Finlandais, des Estoniens, bref des Scandinaves ou des Germains.

Imaginez un peu le continent… Imaginez ! L’Amérique du Nord serait à coup sûr aujourd’hui sa petite sœur admirative.

Rien ni personne n’est parfait bien sûr, mais il y a quand même des gens et des races moins imparfaites que d’autres.

Y en a marre, vraiment marre de mentir, mentir, mentir, mentir, et mentir encore et toujours, pour ne pas froisser.

Marre de la politesse.

Ras-le-bol du politiquement-correct, du racialement-correct et surtout… SURTOUT… du sémitiquement correct.

9 croisades… ce n’est pas un chiffre rond.

Espérons qu’avec les moyens actuels la 10ème sera la bonne et que l’humanité n’entendra plus jamais parler de Mahomet le tueur-fou et de ses pillards du désert !

Il faut en finir avec ce cancer !

Christian Leblanc

Bannière 2016

 

SAINT-ÉTIENNE-DU-ROUVRAY : et un de plus ! (par Luc Sommeyre)

Mardi 26 juillet

Père Hamel

L’islam radical poursuit ses actes de guerre. Deux « barbus » (aux dires des premiers témoins) ont égorgé un brave curé de campagne, le père Jacques Hamel âgé de 86 ans, ordonné prêtre en 1958, à Saint-Étienne-du Rouvray, au sud de Rouen (Seine-Maritime) et tuant deux otages qu’ils avaient retenus dans la petite église. Cet acte de guerre a débuté à 09:45. L’assaut a été donné à 11:00. Les deux bâtards ont été abattus. Un policier semble avoir été blessé.

carte-saint-etienne-du-rouv

La ville de Saint-Étienne-du-Rouvray est connue pour sa municipalité d’ultragauche favorisant l’accueil des migrants avec la complicité active de la mairie de Rouen.  Ce transfert des migrants de Calais devait leur permettre de jouir « d’un temps de répit, dans des conditions stables et rassurantes, au cours duquel ils pourront bénéficier d’un suivi sanitaire et social, prendre la mesure de leur situation et reconsidérer leur projet d’immigration au Royaume-Uni », avait estimé la préfecture du Pas-de-Calais. Communes visées entre autres en Seine-Maritime : Grand Quevilly et Saint-Étienne-du-Rouvray, communes voisines au sud de Rouen.

Mgr Dominique Lebrun, Archevêque de Rouen, interrompt son séjour à Cracovie où il assistait aux rencontres des JMJ pour se rendre au chevet des victimes et se recueillir sur la dépouille du Père Hamel. Mgr Lebrun précise : « L’Église catholique ne peut prendre d’autres armes que la prière et la fraternité entre les hommes ». − Certainement, Monseigneur ! Nous vous savons gré d’avoir précisé que cette réserve n’implique QUE « L’Église catholique » en tant que telle. Mais les laïcs, eux, ne sont pas membres du clergé et ne sont soumis qu’au devoir de l’Honneur. Merci à Mgr Lebrun pour cette précision subliminale.

FAUT-IL QU’ON ATTENDE QUE LES BARBUS ÉGORGENT TOUS NOS CURÉS, VIOLENT TOUTES NOS FEMMES ET RÉDUISENT NOS COMPATRIOTES À L’ESCLAVAGE LE PLUS BESTIAL POUR QU’ENFIN LE PEUPLE DE FRANCE SE LÈVE ?

« Aux armes, Citoyens,
« Formez vos bataillons,
« Marchons, marchons…
« Qu’un sang impur 
« Abreuve nos sillons ! »

Vous connaissez ?

NB : à Saint-Étienne-du-Rouvray, on a quand même une consolation : Cazeneuve et Hollande se rendent sur place. Avec des bougies ? − Sans doute. Mais aussi pour « inviter les Français à faire bloc ». Ah bien ! Nous voilà rassurés.

Titre Rémoracliquez sur le cadre ci-dessus pour accéder au synopsis de l’Opération Rémora

L’un des deux chiens-tueurs portait un… BRACELET ÉLECTRONIQUE !

EXIGEONS DE L’ÉTAT LA MISE IMMÉDIATE EN CAMP DE RÉTENTION DE TOUS LES « FICHÉS “S” » POUR CAUSE DE RADICALISME ISLAMIQUE S’ILS SONT DE NATIONALITÉ FRANÇAISE, ET LEUR EXPULSION SANS DÉLAI NI APPEL S’ILS NE LE SONT PAS.

MAINTENANT !

 

LA FRANCE SOUS LA MENACE DU MENSONGE PATHOLOGIQUE SOCIALISTE (par l’Imprécateur)

« C’est toute la France qui est sous la menace du terrorisme islamiste« . Il l’a dit, Hollande, il l’a dit ! Après avoir répété pendant des années qu’il ne fallait pas « faire d’amalgame« , que « l’islam est compatible avec la démocratie » et que l’islam est « une religion de tolérance, d’amour et de paix« .

Il l’a dit ! Il a osé associer « terrorisme » et « islamisme », un mot dont la racine est « islam ».

Ils sont pourtant nombreux, les intellectuels, historiens, écrivains, journalistes musulmans laïcs (1) à avoir écrit et dit que le malheur du monde musulman n’est pas du à l’économie (leurs pays sont riches), à l’histoire (elle fut belle), à l’Occident (ils viennent s’y réfugier), mais à l’interprétation de l’islam et du Coran qu’en font une minorité de musulmans. Minoritaires certes, mais très riches, très actifs et très armés.

Des européens aussi le disent, comme Pierre Conesa, ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense redevenu depuis 2012 ministère de la Guerre. Parlant du salafisme (principal pourvoyeur du terrorisme), il explique qu’il n’y a pas de bon ou de mauvais salafisme, il peut être quiétiste (recherchant la perfection dans la passivité) ou guerrier, mais toujours il incarne une idéologie totalitaire qui s’appuie sur une misogynie absolue, une hiérarchie des peuples, des genres et des races (musulmans, « gens du Livre », femmes, autres Noirs et mécréants juste bons à faire des esclaves), la certitude de détenir la vérité et le goût du sang.

Il l’a donc dit, Hollande. Mais va-t-il en tirer les conclusions, poser les bonnes questions et apporter les bonnes réponses ? Non, parce que son éducation ne le lui a pas appris.

Michel Rocard expliquait pourquoi dans un entretien avec la journaliste Judith Waintrauh publié en 2001.
Il avait seize ans, dit-il, quand il annonça à son père qu’il voulait faire Sciences po. Yves Rocard était physicien, directeur du laboratoire de l’Ecole Normale Supérieure où fut mise au point la bombe nucléaire française. « T’es un con ! lui répondit son père, tu es incapable de communiquer avec le vrai progrès de l’humanité, avec les sciences exactes, donc tu n’es pas doué et tu vas apprendre à baratiner… à parasiter les autres, à les paralyser… » Sur ce, il lui coupa les vivres, contraignant Michel à travailler pendant deux ans comme tourneur-fraiseur.
Plus de cinquante ans après, Michel Rocard disait que ç’avait été « une leçon formidable » qu’il avait « retenue toute sa vie« .
Il est vrai qu’ayant été probablement le seul socialistes à avoir vécu avec des ouvriers, il était capable d’écouter tout le monde et d’avoir des relations amicales avec les personnes les plus invraisemblables, comme son amitié profonde avec Brigitte Bardot née de leur amour commun pour les animaux (2).

Yves Rocard a eu deux prix Nobel de physique parmi ses élèves, il était remarquablement intelligent et avait parfaitement jugé Sciences Po. Michel a finalement « fait » l’ENA, comme Chirac, Giscard et Hollande. Et c’est comme Yves Le Gallou et Philippe de Villers qu’à la fin de sa vie il jugeait ces deux écoles, « on n’y apprend rien« , « on y rentre avec trois mille mots, on en sort avec trois cents« . Mais on a appris à baratiner et à nager dans les eaux troubles de la haute administration. Pire, on y perd tout esprit créatif, l’imagination n’y est pas à l’honneur.

Michel Rocard disait lui-même des politiques issus de ces deux écoles « Il ne faut pas leur demander une pensée inventive… ils ne sont pas là pour ça, ils font un métier de sauvage« .

FirefoxSchermSnapz001

Libération, qui n’est pas spécialement un journal réactionnaire ou d’extrême droite, titrait récemment sur le mot « mensonge« , en parlant des explications et des affirmations données par Cazeneuve pour expliquer les ratés de la police nationale qui, selon des témoins, et, semble-t-il les vidéos de surveillance municipales, avait déserté le point d’entrée sur la Promenade des Anglais par lequel est passé le camion de Mohamed Alouaiej Bouhlel.

« Mensonges », on pourrait aussi titrer ainsi le livre qui donnerait l’intégrale des discours de Hollande. Des discours qui, à de rares exceptions près comme celui du Bourget, sont filandreux, ânonnés sur un débit aussi mou que celui qui les prononce et dépourvus d’idées neuves pour résoudre autrement que par des emplâtres les problèmes actuels : chômage, dette, déficit, sécurité, identité, immigration de masse, terrorisme national.

« Menteurs vous mêmes ! », ripostent en substance les socialistes, « tout va mieux, mais le peuple français ingrat n’a pas encore compris les éminents bienfaits qu’il aura un jour de la politique que nous menons depuis quatre ans ».
Sauf que ce n’est pas depuis quatre ans que cette politique est menée, mais depuis trente cinq et déjà, en 1989, les déficits gonflaient comme le chômage, les migrants arrivaient et Rocard disait à Anne Sinclair au sujet de l’immigration de masse « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, la France doit rester une terre d’asile politique, mais pas plus » (la dernière partie de sa phrase a été « oubliée » par les médias politiquement corrects).
La solution n’était pas donnée, mais, au moins le constat était fait et la question posée.

D’autres questions devraient être posées par le président et les ministres, à tout le moins ils devraient se les poser à eux-mêmes.

Pourquoi leurs amis arabes, saoudiens, qataris, koweitis, émiratis et autres refusent-ils obstinément d’accueillir des réfugiés alors que ceux-ci parlent leur langue, pratiquent leur religion, alors qu’ils ont de vastes pays « et des moyens financiers colossaux dont ils réservent l’usage à des opérations financières juteuses en Occident ?

Pourquoi ces pays Arabes réfractaires aux immigrés objectent-ils à ces reproches qu’ils ont peur parce qu’ils savent que parmi les immigrés il y a de nombreux terroristes » ?

Pourquoi sur 1268 attentats recensés dans le monde en 2015, dont 81 touchant plus de 20 victimes (3), tous ont été commis par des musulmans (4) qu’on peut ensuite requalifier en « terroristes, « djihadistes », « radicalisés », « fous », comme on veut, et pas un seul par des chrétiens, des protestants, des bouddhistes, des shintoïstes ?

Pourquoi, en France même, tous les attentats sont-ils commis au nom de l’islam ?

Pourquoi y en a-t-il eu ces deux dernières années cent fois plus que pendant tout le siècle précédent ?

Pourquoi est-il stupide de parler d’ « adversaires » comme le fait Hollande, ou d’ « ennemis » comme le fait Valls  ? Avec des adversaires ou des ennemis, on peut discuter, négocier la paix… c’est impossible avec l’islam et la parole de son Dieu (le Coran) qui interdit la compromission avec les mécréants : Ils se soumettent, deviennent dhimmis et paient la zaka ou ils meurent.
Mais pourquoi le Coran recommande-t-il d’épargner les femmes et les enfants ? Parce que, dit le Coran, ils sont la propriété, le butin des soldats de l’islam (qui peuvent les garder comme esclaves ou les revendre au marché) et donc les tuer serait voler ces soldats qui ont mérité d’Allah.
Mais pourquoi un hadith récent dit-il qu’on peut tuer (le mot arabe est « gâcher » !) les femmes et les enfants des occidentaux ? Parce que répond-t-il, ils ne peuvent pas (pas encore ?) être mis en esclavage ou vendus dans les pays occidentaux (5).

Pourquoi le sang des Français ne vaut-il rien aux yeux des islamistes ?

Pourquoi la presse ne parle-elle pas des 14.000 prisonniers, très majoritairement arabes, égorgés (pas fusillés ni gardés dans des camps, mais bien égorgés) par l’E.I. ?

Pourquoi, en 2005, la Tunisie a-t-elle poussé à partir vers la France le père et le fils Bouhlel que la police tunisienne était fatiguée de surveiller en permanence et dont même leur parti islamiste, Ennadha, ne voulait plus en raison de leur violence, et pourquoi la France les a-t-elle laissé entrer sans contrôle ?

Pourquoi le gouvernement et les médias français ont-ils laissé entendre depuis une semaine que l’attentat de Nice était l’acte isolé d’un dépressif alors que l’on sait aujourd’hui qu’il y avait tout un groupe avec lui qui le préparait depuis plusieurs mois et que l’E.I. a versé 100 000 euros à sa famille en Tunisie pour la remercier d’avoir donné un martyr à la cause de l’islam (6) ?

Pourquoi les vidéos comme celle-ci-dessous sont-elles censurées en France ?

Il y a bien d’autres questions, mais une question subsidiaire s’impose :

Pourquoi Hidalgo peut-elle dépenser 100.000 euros pour une manifestation religieuse musulmane au frais des contribuables parisiens sans qu’aucun organisme de contrôle des finances de la ville de Paris ne réagisse ?

L’Imprécateur

1 : Abdennour Bidar, Mohamed Sifaoui, Boualem Sansal… parmi d’autres

2 : Ils se téléphonaient une fois par semaine, l’épouse de Rocard était, à la demande de Michel, administratrice de la fondation Bardot et Bardot appelait Michel « mon petit fiancé ».

3 : source Le Monde : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/visuel/2015/11/25/les-actes-terroristes-de-l-etat-islamique-ont-fait-plus-de-1-600-morts-depuis-la-proclamation-du-califat_4817362_4355770.html

4 : En tête Etat islamique et Boko Haram, 872 morts à eux deux, presque à égalité (454 et 418 morts), suivis de diverses wilayas nationales. Les musulmans sont de loin en tête du nombre des victimes, ces deux organisations ayant décidé d’épurer l’islam de ses « modérés », essentiellement chiites au Moyen-Orient et Afrique du Nord (par E.I.) et soufis en Afrique noire (par B.H.)

5 : https://www.youtube.com/watch?v=UTQ2STQm6gw (20 minutes d’explication de ce qu’est l’islam)

6 : Comme expliqué par l’un des frères de Mohamed Bouhlel à la police tunisienne qui lui demandait l’origine de cette somme envoyée par Mohamed et saisie sur l’ami qui la transportait de Marseille à Tunis.

Bannière 2016

 

DISCOURS DE ROBERT MENARD, MAIRE DE BEZIERS, EN HOMMAGE AUX VICTIMES DE NICE

On ne peut évidemment pas publier sur Minurne l’ensemble des hommages rendus par la classe politique aux victimes de la tuerie de Nice, perpétrée comme à l’accoutumée par un criminel agissant au nom de l’islam – et le revendiquant. M’autorisera-t’on à dire qu’il s’agissait cette fois-ci bel et bien d’un étranger pur jus (un tunisien en l’occurrence) qui bénéficiait d’un titre de séjour. Il était donc « en situation régulière », prétendront les ayatollahs de l' »état de droit » (qu’ils défendent d’autant plus vigoureusement que ledit état de droit bénéficie surtout aux ennemis de la France).

Déjà, en se concentrant sur les hommages SINCERES, ça fera moins de monde.
On évitera ainsi les allocutions présidentielle et gouvernementale qui ne signifient pas grand-chose, ne viennent pas du coeur, et sont la plupart du temps des discours sirupeux, stupides et convenus. On attend autre chose de ceux qui conduisent la France en ces temps tourmentés.

Le discours de Robert Ménard, maire de Béziers, est d’une autre nature que les pleurnicheries du chef de l’Etat et du chef de gouvernement, qui s’est fait considérablement et à juste titre conspué à Nice.

Marc Le Stahler

Bannière 2016

barre

Discours de Robert Ménard, maire de Béziers, prononcé lors du rassemblement en mémoire des victimes de l’attentat de Nice

Mesdames, Messieurs,
Mes amis, mes chers compatriotes,

Voici dix-huit mois, un soir de janvier, nous étions sur cette même place afin de rendre hommage aux victimes de Charlie-Hebdo.

Voici huit mois, un soir de novembre, nous nous retrouvions devant le monument aux morts du Plateau des poètes en mémoire des victimes du Bataclan et des autres attentats de Paris.

Et nous voici ce soir de nouveau rassemblés pour un hommage aux morts de Nice.

Combien dérisoires sont ces rassemblements, le nôtre comme les autres, un peu partout en France. Dérisoires en ce qu’ils disent de notre impuissance, de notre colère contenue. Et, pourtant, il faut ces hommages, il faut ces rassemblements, il faut ces gestes de deuil. Car ceux qui sont morts méritent nos pensées et, pour ceux qui croient, nos prières.

Mais les pensées et les prières ne sont pas tout. Il faut aussi regarder la vérité en face. Il faut être fort et pour être fort, il faut être lucide. Il faut dire ce qui est. Il faut nommer les choses. C’est-à-dire l’exact contraire des paroles officielles, des paroles médiatiques.

Depuis des mois, et encore aujourd’hui, on ne cesse de nous parler de « menaces terroristes ». Or, nous ne sommes plus au stade des menaces, ces menaces sont des réalités, et cette réalité a un nom : le terrorisme islamiste.

Ce terrorisme islamiste est implanté chez nous, dans nos villes, dans nos quartiers, dans nos cités. Le tueur de Nice habitait la ville. Partout, et en nombre, ces terroristes ont des sympathisants. Dans nos prisons, chaque attentat est accueilli par des cris de joie.

On nous dit souvent que ces terroristes sont français. C’est presque toujours vrai. Mais, pour la plupart, ils ont une double nationalité, la nôtre et celle de leur pays d’origine. La nôtre pour pouvoir aller et venir sur notre sol, vivre de la France, de sa générosité qu’ils prennent pour de la faiblesse et, peut-être même, pour de la bêtise. Et puis l’autre nationalité, celle de leur cœur. En réalité, ce ne sont que des Français de papier, des Français d’apparence… de faux français !

L’assassin de Nice n’avait qu’une seule nationalité, il était tunisien. Depuis 2010, il était connu pour des menaces, des vols et des violences. En janvier dernier, il avait été placé sous contrôle judiciaire pour des faits de violence avec armes. Puis, en mars, condamné à de la prison avec sursis. Eh bien, malgré six années de violences, malgré cette condamnation, ce titulaire d’une simple carte de séjour était toujours sur notre sol.

Tous ces faits, depuis janvier 2015, convergent vers les mêmes questions auxquelles il serait temps qu’on apporte des réponses appropriées, des réponses d’un État digne de ce nom, capable de défendre les Français.

Combien de temps allons-nous  attendre avant d’expulser les délinquants étrangers?

Combien de temps allons-nous accepter ces doubles nationalités, je ne parle pas évidemment des Européens ?

Combien de temps allons-nous encore attendre avant de retirer notre nationalité à des gens qui la méprisent ?

Combien de réfugiés, vrais ou faux, et plus souvent faux que vrai, l’Europe va-t-elle encore laisser entrer sur son territoire ?

Combien de temps encore laisserons-nous en liberté les islamistes fichés S ?

Combien de temps accepterons-nous le retour de Syrie des combattants de l’Etat islamique ?

Qu’on ne m’accuse pas de faire de la politique ou de la récupération. On nous dit que nous sommes en guerre ? Alors, il faut tout dire pour tout prévenir. Il faut en finir avec les illusions et affronter la réalité avant qu’elle ne nous détruise.

Quand on est en danger, on expulse les intrus et l’on ferme sa porte. Ou alors, on s’apprête à d’autres deuils, à d’autres larmes. Parce que si on ne fait pas tout le nécessaire pour qu’il n’y ait pas d’autres massacres, on est un hypocrite ou un lâche.

Le tueur de Nice se prenait sans doute pour un héros. Mais comme ceux de Charlie hebdo ou du Bataclan, il n’était qu’un minable, juste capable d’attaquer par surprise des femmes, des enfants et des hommes désarmés.

Il faut le dire : ces terroristes sont la lie, la boue de l’humanité. Ils n’ont pas une once de vrai courage. Ce serait faire offense aux bêtes que de les comparer à eux. Ni hommes ni bêtes, ces terroristes ne sont rien.

Il faut les mépriser. Mais il faut aussi les combattre et les écraser sans le moindre scrupule, sans la moindre hésitation morale. Et pour cela, il faut de vraies décisions, de vrais actes. A quoi sert un état d’urgence, alors que nous sommes en état de guerre ?

Mesdames et messieurs, nous allons terminer en chantant notre hymne national. Nous allons le chanter en songeant à ses paroles. Nous ne sommes pas dans un stade de foot et ce n’est pas du sport. Ce sont les paroles d’un chant de guerre. Il est chanté par les Français depuis plus de deux siècles. Le meilleur hommage que nous puissions rendre aux morts d’hier est de le chanter comme un chant de combat, un chant de victoire.

Vive la France !

Robert Ménard
Maire de Béziers