BATACLAN :
LE QUOTIDIEN « LE MONDE » SE VAUTRE DANS LA FANGE
(Marc Le Stahler)


La France bobo et soumise, qui n’en finit pas de disparaître, a son quotidien préféré : Le Monde.

Jadis référence obligée en milieu universitaire (il y a bien longtemps), ce journal est devenu au fil des ans, pire qu’un torchon de seconde zone et ne sait plus où donner de la plume pour mener son combat contre le peuple qu’il méprise allègrement.

Loin de toute morale, de l’éthique et du journalisme, il n’informe plus. Il s’érige en « arbitre du Bien et du Mal », s’autorisant à séparer pour les ignorants le bon grain de l’ivraie.
 
Ayant mal digéré l’annulation du scandaleux projet concert de Médine au Bataclan, il s’est trouvé, pour cracher son venin, une cible de choix en la personne du brave Patrick Jardin, malheureux père d’une jeune martyre du 13 novembre 2015, et qui a donné de sa personne, ès-qualités si j’ose dire, pour peser avec le mouvement patriote, dans le sens de l’annulation de ce scandaleux projet de concert en ce lieu, à peine 3 ans après le carnage perpétré au nom de l’islam.

M. Patrick Jardin et feue sa fille, Nathalie Jardin, massacrée par la racaille islamiste

Sa prise de position courageuse, loin des simagrées habituelles du parti des ballons blancs et des marches de la même couleur (« Vous n’aurez pas ma haine ») lui a valu le mépris et la vindicte de ceux qui se vautrent dans la soumission à l’islam, dont Le Monde semble être devenu le chef de file.

 

Comble de l’indécence : traiter de « salaud » ce père dans la souffrance !

Ayant franchi les bornes, les créatures du Monde n’ont plus de limite et devraient pourtant faire preuve de modestie en la matière, étant devenus eux-mêmes experts en saloperies.

Les réactions ont été nombreuses sur le Web. Je n’en citerai que deux, parfaitement représentatives de ce qu’en pense le peuple, celui qui réfléchit, qui a des sentiments et une âme, celui qui ne se laisse pas influencer par les médias et qui s’en méfie, celui qui souffre dans sa chair et aussi dans sa tête. En un mot le « vrai peuple », celui qui nous fait taxer de « populistes » quand nous osons nous ranger à ses côtés.

blankOr, ce n’est pas un vilain mot, « le Peuple » ! Je le préfère, en ce qui me concerne, à ceux qui se désignent comme « les élites » !

Oui, aujourd’hui, j’ose me proclamer « populiste » !

Je suis « populiste », en ce sens que j’aime la France, son Histoire, son Peuple, et que je veux contribuer de toutes mes forces à le défendre contre ceux qui le haïssent et veulent le faire disparaître.

Cher Patrick Jardin, soyez remercié, félicité et heureux, malgré le terrible drame que vous avez vécu.

Soyez honoré d’avoir contribué à faire respecter ce lieu de souffrance qui est déjà un lieu de mémoire, et qui deviendra peut-être un jour un sanctuaire de ces années de plomb à la française.

 

Marc Le Stahler
Populiste et fier de l’être !
29/09/2018


L’article ci-dessous a été publié sur le blog « Bataclan, un lieu à part », sous le titre « LE MONDE ou LA FABRIQUE D’UN SALAUD ».

« Je ne connais pas Monsieur Jardin, pas plus que je ne connaissais sa fille, mais ce soir-là, cette nuit-là, j’étais sa fille, j’étais en terrasse, j’étais au Bataclan, j’étais au Stade de France, j’étais réfugiée sous une table, accrochée à une fenêtre, j’étais au sol, j’étais sous une couverture dorée, j’étais morte.

« Et qui aurait pu dicter à mon père l’intensité de sa peine, les nuances de sa tristesse, l’échelle de son désespoir, les degrés de sa colère, et tous ces sentiments bien trop lourds à porter pour un père ? Qui se serait autorisé à considérer ce qui est acceptable et ne l’est pas dans la détresse ?

« En principe, aucun être humain doté d’un peu d’empathie ne se risquerait à hiérarchiser le chagrin des familles.

« En principe, aucun être humain doté d’un peu d’empathie ne se permettrait de juger la façon dont les familles tentent d’exorciser le drame absolu qui les a frappés un soir de novembre.

« En principe… sauf au Monde 1.

« Au Monde on ose tout, c’est à ça qu’on reconnait les grands journalistes d’investigation et d’analyses. Cruels avec les gens à terre, aveuglés par leurs orientations politiques, serviles avec les puissants.

« Ils peuvent vous dresser le portrait flamboyant d’une petite frappe tueuse de flics, en faire un personnage radieux et vous faire pleurer sur son parcours d’enfant des cités. Mais gare à l’homme brisé, celui qui a tout perdu et est perdu. Il passera sous la plume impitoyable de ces justiciers idéologues qui ne lui pardonneront rien.

« Pour mieux dresser le portrait de cet homme brisé, il faut lui opposer le portrait lumineux, radieux et bienveillant d’une autre victime, de la “bonne victime”, celle qui ne hait point, celle qui ne nomme pas le mal, celle qui est résiliente. Celle qu’on aime aimer.

« Et, pour que le lecteur comprenne, il faut enfoncer le clou : notre héros malgré lui, est “l’anti, l’inverse, le contraire”, rongé de “colère, de rancœur, d’une haine profonde”, celui qu’il va falloir détester.

« Opposer la figure de l’ex-journaliste parisien, certainement raffiné et lettré, au vendeur de voitures provincial “fort en gueule, bravache”. On l’imagine tellement avec ses cravates voyantes de lillois mal dégrossi qui passe ses vacances sur une “plage privée” de la Méditerranée. Tous les détails comptent, sont soigneusement choisis et ont leur importance. Parce que oui, les ficelles sont aussi grossières que cela pour dépeindre ce nouveau Dupont Lajoie 2.

« La vulgarité de la white trash des frères Cohen face à l’élégance érudite des new-yorkais de Woody Allen.

« Toute honte bue car il s’agit avant tout de porter une idéologie et tous les coups sont permis.

« Nous aurons droit ensuite à la longue description des fréquentations infréquentables de Monsieur Jardin, leurs activités soigneusement sourcées, détaillées et listées. Cette “droite de la droite” qui aurait voulu faire interdire Médine.

« Médine ? Sur lui on ne dira rien, pas de sources, pas de détail, pas de références, juste un rappeur animé par la volonté “d’apaiser par respect” tandis que du haut de la tribune l’ultra-droite éructe.

« Les fines plumes au vitriol oublieront soigneusement de mentionner les autres familles de victimes, celles qu’on ne peut pas soupçonner de fréquentations “d’un autre camp” 3, et les centaines de citoyens républicains qui en appelaient au respect de la mémoire des victimes devenue collective. Parce que oui, ce soir-là nous avions tous quelqu’un qui…

« Elles continueront à peindre le tableau noir de cet homme cumulant tous les défauts : complotiste, raciste, aux paroles violentes, imprévisible et hermétique aux bienfaits de la psychanalyse.

« Elles feront le décompte entre parenthèses, presque en catimini, comme un élément rajouté à la va-vite sur la liste des courses. Sur ces “cent trente morts et plus de six cents blessés” qui se soucie de ce que sont devenues les familles ? Les enfants ? Comment se rétablissent les blessés ? – Nous n’en saurons rien. Ils resteront entre parenthèses.

« Pour finir elles évoqueront, insinuantes, “une rentrée marquée par une poussée nationaliste dans plusieurs pays d’Europe”. Sans jamais présumer que leur dédain effroyable, leur posture dénuée de toute humanité puissent en être une cause.

« “Un père sur le chemin de la haine” ou “un journal sur le chemin de l’immonde” ? »

1 https://www.lemonde.fr/long-format/article/2018/09/28/apres-le-bataclan-un-pere-sur-le-chemin-de-la-haine_5361248_5345421.html
2 https://www.telerama.fr/cinema/films/dupont-lajoie,18498.php
3 https://www.ledauphine.com/isere-sud/2018/09/18/medine-peut-chanter-ce-qu-il-veut-mais-pas-au-bataclan


La seconde réaction est plus courte, mais tout aussi virulente. Elle émane du cinéaste Gérard Boyadjian, dans un message posté sur Facebook.

 

« Ce père qui a perdu sa fille dans les circonstances les plus inimaginables. Celui qui a vu la chair de sa chair partir avant l’heure. Celui qui ne dormira plus… Cet homme fatigué, digne et endeuillé à jamais… est tombé dans le “chemin de la haine” selon Le Monde.

« Entre Patrick Jardin et Médine, ce torchon immonde qu’on appelle Le Monde a choisi son camp. Merci de ne pas l’oublier lorsque la guerre sera déclarée !

« Vous n’aviez plus de crédibilité, vous aviez déjà perdu toute votre légitimité… mais voilà, cela n’aura donc pas suffit. Plus je regarde les documentaires sur l’époque de la collaboration durant la seconde guerre mondiale, plus je comprends, sans l’once d’un doute, que vous êtes les dignes successeurs de ce que l’Histoire de France a enfanté de plus infâme. »

blank

Gérard Boyadjian


blank

blank


 

0 0 votes
Évaluation de l'article
29 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Guérin
Guérin
14 octobre 2018 10 h 25 min

Journal Le Monde : en 2016, 5.088.000 € de subventions et d’aides à la diffusion.
Il est urgent d’agir.

Boutté
Boutté
4 octobre 2018 8 h 19 min

Vous souvient-il que c’est au son de l’hymne « Kiss the Devill » (embrassez le diable) que les tirs ont commencé ? Vous souvient-il qu’aucun des musiciens ne fût tué ni blessé ?
L’Islam est bien la religion du diable, en effet .

charlesm
charlesm
3 octobre 2018 6 h 20 min

Ce serait marrant si des disciples des Coulibaly et des Kouachi venaient faire le ménage dans les locaux de L’Immonde ! « On n’est jamais trahi que par les siens » dit le proverbe !

seven of nine
seven of nine
2 octobre 2018 23 h 08 min

J’oubliais… Gérard Boyadjian est quelqu’un de « bien » et ses interventions pertinentes, qui font mal au gens du « bien » ! Bravo Gérard ! On vous aime !

seven of nine
seven of nine
2 octobre 2018 23 h 06 min

Exactement la même chose que tous les intervenants ! Les mahométans et ceux qui les manipulent ONT ma haine, car je veux défendre mon pays, sa religion chrétienne, ses traditions, en un mot, sa brillante civilisation ! Toutes mes pensées et mes prières vont à Monsieur Jardin et à l’âme de Nathalie ainsi qu’à celles des martyrs du 13 novembre.

Dorylée
Dorylée
2 octobre 2018 18 h 15 min

Lorsque avait été révélé au public l’existence du « Mur des cons » du Syndicat de la Magistrature, où l’on pouvait voir Jean-Pierre Escarfail, père d’une victime du tueur en série Guy Georges, et le général (2S) Philippe Schmitt, dont la fille, Anne-Lorraine a été assassinée en 2007 dans le RER D par Thierry Devé-Oglou, précédemment condamné à une peine de 5 ans de prison dont 2 avec sursis pour avoir violé une jeune femme, L’Immonde avait alors parlé d’une blague de potache ! Ce torche-cul n’est même pas digne de figurer au clou rouillé de la cabane au fond du jardin.… Lire la suite »

le gaulois
le gaulois
2 octobre 2018 23 h 02 min
Répondre à  Dorylée

Le pire est que vos exemples sont peu nombreux. Mais la réalité démontre que le nombre croissant de victimes ont toujours désigné le coupable. Eh oui ! Un monde de fous. La preuve, le journal portant se symbole est FOU et ses journaleux le sont tout autant, vils et pervers. Il compte seulement l’impact du titre, la perversion des mots, pour atteindre leur objectif et faire un maximum de fric. Oui : plus de ventes plus de fric. En quelque sorte, des criminels et des terroristes, car que cherche le terroriste islamiste du 11 septembre, il n’a voulu faire qu’une… Lire la suite »

Bertho gérard
Bertho gérard
2 octobre 2018 12 h 31 min

Encore une fois, ce journal puant nous déverse son lisier. Avec de telles paroles, cette publication ne mérite même pas de finir dans mes WC, et les journalistes qui y travaillent sentent le pourri. Le peuple attend avec impatience le grand nettoyage. Tous ces pourris qui exhibent de tels écrits n’ont rien à faire en France.

Pierre Lesincère
Pierre Lesincère
2 octobre 2018 12 h 07 min

Le Monde, qui serait enterré depuis bien longtemps sans les odieuses subventions qui lui sont attribuées par d’autres collabos, finira noyé dans la fange dans laquelle il patauge avec servilité et complaisance. Car cette fange devient, au fil des jours, un marécage aux eaux pestilentielles…

Theo
Theo
2 octobre 2018 10 h 16 min

Comment oser stigmatiser l’horreur en défendant Médine ? Ce MONDE est FOU. Dénigrer un Père à terre, c’est la lâcheté qui fait rage, la HONTE qui est sublimée par des journaleux dépourvus du moindre sentiment. Qu’ils aillent en ENFER, et que repose en PAIX cette Jeune fille qui ne demandait qu’à VIVRE tout simplement.
Accabler le Père c’est faire HONTE à notre République qui soit disant défend les Droits de l’Homme, mais aussi de la FEMME morte comme nous le savons hélas, mais que les merdias taisent.

MCR
2 octobre 2018 9 h 19 min

PEUPLE, DEBOUT !!!
POPULISTES, DONNEZ L’EXEMPLE, c’est à NOUS de FONCER ! mais il nous faut un Chef d’Orchestre, où est-il ?????
Soyons FIERS d’être PEUPLE et POPULISTE, le PEUPLE est tout de même plus nombreux que tous ces politiques, ces bobos, ces gauchistes, cette droite mièvre, ces intellos de m. qui vendent notre Pays, notre Culture, et le PETIT PEUPLE FRANÇAIS !!!!!!!!!!!
Merci Monsieur Patrick Jardin, nous vous remercions du fond du cœur, Marie-Chantal et toute sa famille.

le gaulois
le gaulois
2 octobre 2018 23 h 21 min
Répondre à  MCR

Le vocabulaire a été torpillé et assassiné et les terroristes-journaleux ont gagné ! Des exemples : un maghrébin multirécidiviste (braqueur, tueur, violeur) est « un jeune », un clandestin assassin « une chance pour la France », un voleur cambrioleur armé attaquant un commerçant en pleine nuit ou pendant la journée est « une victime », le commerçant ayant réussi à prendre une arme pour se défendre (et qui son gagne pain) est « un criminel », un quartier mal famé est « la banlieue », un français qui s’oppose à l’invasion de sa nation qu’il chérit est un « populiste », et tous ces bobogauchistes, lorsqu’ils s’aperçoivent qu’un prof est de… Lire la suite »

fredobac
2 octobre 2018 8 h 46 min

Il va falloir une BONNE FOIS POUR TOUTE que les merdias arretent , pour nous stigmatiser, de nous appeler EXTRÊME-DROITE. Une fois de plus je le dis nous n’avons rien d’extrême, surtout lorsque que l’on voit ce que fait L’EXTRÊME-GAUCHE, anars et antifas, émeutes, bris d’universités etc. etc. Nous sommes, ne leur déplaise, des citoyens patriotes qui aimons notre pays comme n’importe quel habitant de n’importe quel pays dans le monde, à commencer par ceux du Maghreb et d’Afrique Noire. Nous ne faisons que défendre la France afin qu’elle reste LA FRANCE. Celle pour laquelle se sont battus nos anciens… Lire la suite »

Philippe Mangé
Philippe Mangé
2 octobre 2018 8 h 37 min

Le Monde , Libé …..on ne peut pas être et avoir été. En plus ces feuilles de choux sont dhimmitisée ! Foutues ….

Victoire de Tourtour
2 octobre 2018 21 h 15 min
Répondre à  Philippe Mangé

« Dhimmitisées », et surtout, grassement stipendiées. Les enveloppes que les collabos allaient toucher rue Lauriston sont pléthore maintenant ;plus ces feuilles de choux empestent, plus elles touchent de subventions.

Dobermann
Dobermann
2 octobre 2018 7 h 29 min

Bonjour, Tout celà m’a fait penser au discours du gendarme (ou policier ?) qui a perdu son ami (flick ?), discours prononcé me semble t il dans la cour de l’Elysée devant un parterre « d’invité » pour l’éloge funeste. Qu’a t il dit en subtance car c’est de celà dont je me souviens , et je me souviens de m’être levé fou de rage a entendre ses paroles : « JE N AI PAS DE HAINE « …… Moi, j’ai perdu personne mais à chaque fois ça me rendait fou de rage et de haine que de voir des Hervé CORNARA décapitée la… Lire la suite »

le gaulois
le gaulois
2 octobre 2018 23 h 31 min
Répondre à  Dobermann

La haine, c’est la fin de l’amour. Moi, je n’éprouve ni l’un ni l’autre. Aucun sentiment. Mon ennemi doit mourir ainsi que sa famille, sa mère qui a osé le mettre au monde et sa descendance pour éviter un jour que ceux-là, viennent le venger. Ainsi, affaire close et on passe à autre chose. Donc; lapidation en place publique par le peuple. Donc, démocratie absolue. Le peuple ainsi aura le choix de jeter des pierres jusqu’à ce que mort s’en suive ou non. Sauf pour les terroristes pris où, carrément, obligation par le GIGN de les exterminer en silence sans… Lire la suite »

Luc Sommeyre
3 octobre 2018 9 h 35 min
Répondre à  le gaulois

Je vois que « vous faites dans le soft ! »
Je vous rejoins sur l’élimination des terroristes par le GIGN ou toute force militaire ou civile appelée à traiter le problème sur site.
Pas sur la « lapidation », voulant croire que vous vous exprimez au sens figuré. (Pas sûr…) Pourquoi ? — Parce qu’il y aura toujours des manipulateurs dans l’ombre, suffisamment adroits pour « diriger les réactions du peuple » car le peuple ne « pense » que par le pouvoir de ses leaders.
Et ces « manipulateurs », on ne peut pas tous les contrôler, ce qui amène aux déviances des Sans-Culottes de 1793…

PETIT
PETIT
2 octobre 2018 7 h 27 min

J’ai honte. Oui, j’ai honte. Car j’ose à peine m’imaginer à la place de M. Jardin. Non pas à cause de sa souffrance, mais parce que je suis père d’un seul enfant et qu’à sa place je deviendrais fou. Fou à tel point que je pourrais devenir un terroriste et faire justice moi-même. Alors, j’ai honte de penser que je pourrais franchir cette ligne de la vengeance et de ressembler à ces criminels…
Et j’ai encore plus honte de penser également faire justice contre tous ces traîtres à notre nation… Mais là, ça commence à faire beaucoup trop…

marco
marco
1 octobre 2018 21 h 56 min

ok avec tous les coms ,,je vais sur dreuz ,europe israel ,reseau libre ,mpi ;aldo sterone ,Dieudo ,etc ,,NOUS sommes tous d accord sur les ordures de gauchards ,antifas collabos criminels qui morfleront un jour ,sinon ,par les hommes certainement par le Vrai Dieu .

Joseph bledur
Joseph bledur
1 octobre 2018 21 h 39 min

Typhoon, vous avez raison……mais c’,est nous qui avons la clef des médias alternatifs….boycottons les mérdias aux ordres et partageons au max la reinformation

pauledesbaux
pauledesbaux
1 octobre 2018 21 h 33 min

je penses qu’il faut diffuser les passages les plus durs des articles de l’imMONDE pour bien faire réfléchir ses lecteurs qu’ils paient un journal (euh que dis-je: un TORCHON) malveillant, immoral et que le patron du Monde n’est qu’un commerçant sans foi ni loi encore moins d »éthique! Nous avons fait connaissance de Monsieur Patrick JARDIN à la réunion de LA LIGUE DU MIDI, amené et présenté par le Général PIQUEMAL, ce fut un moment très émouvant car en écoutant les arcanes de ses démarches auprès des responsables en haut lieu, et du Bataclan propriété de richissimes qui ne jurent que… Lire la suite »

bob
bob
1 octobre 2018 21 h 19 min

je me souviens du slogan peint au goudron « La valise ou le cercueil »
j’ai eu la chance de prendre la valise..
demain je n’aurai pas la choix et les bobo-collaborateurs de l’idéologie laxiste applaudiront à notre disparition .grand bien leur fasse mais qu’ils se souviennent
que c’est les ardents républicains qui ont raflés leurs amis du P.O.U.M pour les torturer les violer et les massacrés au nom du Stalinisme
Staline n’est plus le relais est dans d’autres mains

Allobroge
Allobroge
1 octobre 2018 9 h 12 min

Avec un peu de chance, ce Monsieur Jardin est déjà sur « le mur des cons » de sinistre mémoire !… C’est à vomir ! Et dire que les mêmes refont à l’envi les procès de la Milice !… Mais ils en sont !

Ludivic Lagrogne
Ludivic Lagrogne
30 septembre 2018 12 h 01 min

Avez-vous lu quelque part l’indignation de Lucie S. et Élise V., ces deux « journalistes » aveuglées par leur idéologie, s’élever contre la haine d’une mme Méric, celle des juges, celle du procureur, celle des avocats de la partie civile, conduisant à l’infâme verdict politique accablant Esteban et Samuel pourtant agressés et en légitime défense ? Esteban et Samuel qui « n’avaient pas le droit de vivre » selon les propos de l’avorton Clément M., mort par accident des suites de sa propre connerie. Bien sûr que non ! La haine doit être réservée à tous ceux, le peuple patriote majoritaire, péjorativement appelé « populisme »… Lire la suite »

MIKE
MIKE
30 septembre 2018 10 h 50 min

LE MONDE n’est, depuis sa création par spoliation après la guerre, que la voix de son maître… et ce maître est toujours « le pouvoir en place ».

Boutté
Boutté
4 octobre 2018 8 h 16 min
Répondre à  MIKE

… sauf si le pouvoir devenait, par inadvertance, de droite !

lepatriote1111
lepatriote1111
30 septembre 2018 8 h 11 min

Je vais dire que ces immondes enfants de salops de journaleux du Monde auront des comptes à rendre au Peuple Souverain Patriote, et que je ne donne pas cher de leurs carcasses de journaleux, traîtres un jour, traîtres pour toujours. Il n’y aura aucune pitié pour ces immondes journaleux.

TYPHOON
TYPHOON
29 septembre 2018 17 h 27 min

Il est souhaitable (et urgent) que le peuple se réveille et prenne conscience, non pas d’un danger qui se profile, mais qui est bien présent dans toutes les strates de la société. Il est primordial que le bon peuple diversifie ses sources d’information et qui ne gobe plus les sacro-saintes émissions ou « pseudos-informations » dirigées par les bobos gauchisants financés par les contribuables.

blank