Une nouvelle espèce : l’écolo-bio-bobo mondialisé
(L’Imprécateur)

Il est toujours intéressant de trouver quelqu’un qui sache traiter avec humour les sujets les plus graves, car le rire est souvent une arme bien plus létale que la kalach74 ou le couteau à égorger des terroristes musulmans. C’est avec le plus grand plaisir que je vous fais partager cet article de Jean-Pierre Pélaez publié par Boulevard Voltaire.

Je ne vois à signaler qu’une erreur en fin d’article : contrairement à ce que croit JP Pelaez, « l’ultralibéralisme mondialiste, issu du capitalisme le plus sauvage« , est totalement compatible avec l’écologie, il en est même le complément parfait. D’où croit-il que vient le capital défiscalisé qui alimente les lobbies éolien et solaire, et subventionne les associations écolos ?

Du moment que le placement en capital est rentable, peu importe que le placement soit immoral comme la drogue et les armes, ou stupide et inadapté au problème à résoudre comme les éoliennes. Aucune importance si celles-ci polluent in fine deux fois plus que les centrales à énergies fossiles, puisqu’elles ne peuvent pas fonctionner sans être doublées par des centrales à charbon (Allemagne) ou gaz importé d’Algérie et de Russie (France) qui, ne fonctionnant que les trois quarts du temps, ont de mauvais rendements. Du moment que le financement d’une éolienne entraîne automatiquement celui d’une centrale à énergie fossile neuve, le capitaliste banquier est content.

Il en est de même des centrales solaires qui, consomment des surfaces énormes qui seraient mieux utilisées pour l’agriculture et dont la pollution considérable produite au moment de leur fabrication est reportée sur les pays africains extracteurs des métaux rares qui les constituent, et les pays asiatiques qui fabriquent les panneaux.

Et encore, avec la généralisation des voitures électriques qui va nécessiter des centrales nucléaires supplémentaires, et qui polluent autant que des diesels par la pollution générée par l’extraction et la transformation des 8 kg de métaux et terres rares de leur lourde et très chère batterie. Sans oublier les 10 Kw qu’elles consomment aux cent Km qui sont l’équivalent de 10 litres de gazole aux cents puisque le Kw consommé vient d’une centrale soit nucléaire, soit à gaz fuel ou charbon doublant une éolienne.

J’ajouterai une lacune non évoquée : l’absence dramatique de culture scientifique des écolos-bio-bobo-gogo et des fonctionnaires du ministère de l’écologie comme de ceux du GIEC qui ne font que piller les thèses scientifiques pour étoffer les rapports commandés par ceux qui voient dans l’écologie un moyen de s’enrichir et de toujours taxer plus.

L’imprécateur
12 juin 2019

En ces temps où de nombreuses espèces sont menacées de disparition (hérissons, éléphants, rhinocéros, lémuriens, orang-outangs et tant d’autres), et où l’on s’inquiète de la destruction de la biodiversité, une nouvelle espèce est, au contraire, en plein développement sociétal et médiatique : l’écolo-bio-bobo mondialisé.

blank

Claire Nouvian, célèbre écolo spécialiste du climat

Son habitat principal est celui des beaux quartiers des grandes villes. Ennemi de la malbouffe, qu’il laisse au peuple populiste, l’écolo-bio-bobo se rencontre quotidiennement dans les magasins et les rayons bio, où il se nourrit de diverses graines et produits issus du commerce équitable ou de l’agriculture biologique. Laissant aux gilets jaunes les barbecues graisseux, il recherche une nourriture saine et très chère, mais que ses moyens lui permettent de s’acheter.

Contempteur du carbone et des pollutions qu’il génère, il parcourt les villes, perché sur un Vélib’ ou une trottinette électrique et dénucléarisée, pour vaquer à ses occupations ou ses loisirs culturels. Et il condamne sans appel le diesel, qu’il veut taxer, et toute production de fumée, ce qui ne l’empêche pas de prendre l’avion à longueur d’année pour ses activités commerciales ou pour aller passer ses vacances dans une île lointaine…

Défenseur de la planète, dont il a fait le centre de sa religion, l’écolo-bio-bobo participe à toutes les manifestations pour lutter contre les mouvements cosmiques et les changements climatiques, et il exhorte les jeunes à épouser sa cause. Même si, en voyant défiler dans les rues ces cortèges d’adolescents et de niais en tous genres, leurs pancartes à la main, la planète doit bien rigoler…

Depuis les élections européennes, et le score inattendu de son gourou Jadot, les médias ne parlent plus que de lui et de sa prochaine alliance avec l’espèce des républicains en marche, à présent tournés vers un avenir radieux, une planète sauvée, un climat apaisé.

Déjà, les tractations pour obtenir petits « plaçous » et plats de soupe ont commencé, les appels du pied en vue des municipales se multiplient et l’écolo-bio-bobo se réjouit de cette nouvelle dynamique planétaire que lui annoncent les médias aux ordres…

Les carriéristes politiques, socialistes en perdition, momies communistes, centristes modernes, gauchistes divers et variés se frottent les mains car, avec l’aide de l’écolo-bio-bobo, ils ont trouvé une nouvelle ritournelle pour se recycler et récupérer les voix des gogos : sauver la planète, rétablir le climat, empêcher la fin du monde. Et pour cela, ils demandent de l’écologie, encore de l’écologie, toujours de l’écologie ; oui, tous sont écologistes, et même Macron, et même La République en marche ; et l’écolo-bio-bobo est aux anges. Et il croit que l’ultralibéralisme va se régénérer dans la production d’énergies durables, éoliennes, panneaux solaires, voitures électriques, lesquelles feront la pollution de demain.

Cependant, l’écolo-bio-bobo oublie une chose que son précédent maître à penser, Nicolas Hulot, bien que candide jusqu’à plus soif, semblait pourtant avoir fini par comprendre, lors de son passage au gouvernement : c’est que l’ultralibéralisme mondialiste, issu du capitalisme le plus sauvage, est totalement incompatible avec l’écologie, il en est même le contraire parfait. Son accomplissement repose sur le pillage de la Terre et le gaspillage des ressources, la destruction de la biodiversité, la croissance et la pollution indéfinies, avec ses océans de plastique et ses cargos chargés de pacotille. Il génère expansion sans fin et surpopulation d’esclaves consommateurs, alors qu’un véritable projet écologique consisterait en une vie plus simple et, donc, une récession drastique, des circuits cours et l’abandon de tout un tas de biens inutiles.

Mais le jour où l’écolo-bio-bobo renoncera à ses gadgets nécessaires, sa vie confortable, ses vacances à l’autre bout du monde et toutes les jouissances sans entraves que lui offre le progrès indéfini par le gaspillage qui est au cœur de l’ultralibéralisme, une autre nouvelle espèce aura vu le jour : celle des poules qui ont des dents !

Tant vont les cruches à l’eau…

Jean-Pierre Pélaez
auteur dramatique
12/6/2019

blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
12 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Ollier
Ollier
7 juillet 2019 20 h 15 min

Excellent. Nous sommes dans le coeur de la gauche caviar moralisatrice. Altermondialiste sauf dans son quartier. Écolo avec voiture électrique mais gros 4×4 pour les vacances..

giorgio guido novi
giorgio guido novi
17 juin 2019 10 h 41 min

et tu son pendant extremiste le vegan animaliste!!

claude Roland
claude Roland
16 juin 2019 19 h 43 min

Et qu’on leur laisse ce pouvoir… Comme personne ne réagit, ils ont un boulevard devant eux !

Dissident
Dissident
18 juin 2019 10 h 01 min
Répondre à  claude Roland

Exactement ! On leur laisse le pouvoir même quand ils font un pourcentage ridicule à des élections.
Ca fait bien de sortir du « durable », du « bio », du « responsable » etc à toutes les sauces. Vous mettez ces vocables dans le PIPOTRON (demandez à Google) et il vous pond des discours bien politiquement corrects.
Mais posez la question de la réalité des arguments avancés, on vous fusille : ce n’est pas bien de douter !

Dissident
Dissident
16 juin 2019 18 h 07 min

Le docteur Boris Cyrulnik a inventé l’expression « perroquets de Panurge » qui s’applique très bien à ce genre de répéteur d’âneries …

Dissident
Dissident
16 juin 2019 18 h 03 min

Cela dit, je vous rejoins, les écolos-bobo-bio en question (je les appelle écolo-bobo-végan-trotinette) sont la pire engeance de khmers verts qu’on peut se farcir dans n’importe quelle assemblée.
Il n’y a pas besoin de gratter longtemps la couenne verte de la pastèque pour trouver du rouge foncé dessous !
Donneurs de leçons chroniques et fainéants comme des couleuvres (pardon pour les couleuvres).
J’en supporte (difficilement) une brochette dans ma commune, rien que d’en parler j’en ai des démangeaisons dans les mains (dues à l’envie de distribuer des calottes).

claude Roland
claude Roland
16 juin 2019 19 h 42 min
Répondre à  Dissident

Mort de rire ! Vous avez bien raison !

Dissident
Dissident
16 juin 2019 17 h 56 min

Article à l’humour intéressant mais la crispation sur le prétendu ultralibéralisme sent un peu le coco mal soigné.
On fantasme en France sur l’ultralibéralisme alors qu’on ne sait même pas ce qu’est le libéralisme et qu’il n’y a pas un seul homme politique qui soit libéral dans ce foutu pays.
La France est un pays communiste qui aurait réussi, pas mieux pour l’instant, alors CALMOS !

claude Roland
claude Roland
14 juin 2019 19 h 40 min

Notez que cette écolo-bobo-gaucho de Claire Nouvian ne brille pas par ses diplômes scientifiques. Elle a un diplôme d’histoire de la Sorbonne (ça fait bien) mais rien ne précise le niveau du diplôme… Bref, c’est une journaleuse qui s’est dit qu’il fallait qu’elle ait au moins un « papier » dans la poche, mais pour ce que ça vaut…

Dissident
Dissident
21 juin 2019 19 h 08 min
Répondre à  claude Roland

Histoire (inventée) de son diplôme d’histoire : En fait, Claire passait tous les jours devant la Sorbonne, pour se rendre au café où elle retrouvait ses amis bobos-écolos-végans-trotinette. Là, ils refaisaient un monde meilleur sans diésel ni extrêêêême droite. Claire leur racontait sa vision illuminée de l’écologie et son futur emploi de ministricule au côtés du grand maître mini-jupi. Alors, quand elle terminait son histoire, ses copains l’applaudissaient en lui disant « Claire, tu nous la sort bonne ! » L’expression est restée en usage dans le landerneau écolo-bobo-parigot du marigot de la ripoublique en marche vers le précipice … Croyez-moi ou… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
13 juin 2019 14 h 53 min

Le pire c’est que ces bobécolos se prennent pour une élite bien-pensante en considérant tous les autres comme des abrutis ou des brutes épaisses alors que ce sont eux, incultes en science, qui sont des moutons de Panurge aux pensées courtes faciles à embringuer. Leur prétention n’a d’égale que leur ignorance crasse, mais ils la ramènent et sont, bien sûr, les chouchous des merdias pour des interviews délirantes. C’est affligeant.

franjeu.
franjeu.
14 juin 2019 16 h 50 min
Répondre à  Claude Roland

Dans notre monde d’aujourd’hui, tu vaux pour ce que tu as, et non pas pour ce que tu es.

blank