LA PMA A PILE OU FACE !
(L’Imprécateur)

Quand un homme et une femme éprouvent le besoin d’avoir un enfant et décident de le faire, il leur suffit d’avoir des rapports sexuels réguliers. Dans un délai variant de quelques jours à un an, l’un des millions de spermatozoïdes déversés dans le vagin de la femme réussit un exploit. Parce qu’il a été le plus rapide et le meilleur pour rejoindre l’ovule qui descendait la trompe de Fallope, et le plus fort pour percer la membrane pellucide qui entoure l’ovule, parce qu’il a réussi à entrer à l’intérieur, aidé par les cellules folliculaires qui l’ont coincé contre la membrane pour l’aider en lui donnant un point d’appui. À l’intérieur, les granules corticaux ont repéré son intrusion et puisqu’il est le meilleur et le seul qu’il faut garder et protéger, se déploient en escadron pour bloquer l’entrée de tout autre spermatozoïde.
Puis l’ovule et le spermatozoïde élu fusionnent leurs noyaux, leurs ADN et leurs chromosomes se mélangent, la  première cellule de l’embryon se forme, en se multipliant elle donnera le bébé.


Faire un enfant est à la portée de tout adulte en bonne santé sexuelle

Cela est très compliqué, mais à la portée de tout adulte aimant s’accoupler avec un partenaire du sexe opposé. Je ne dis pas « faire l’amour », parce que l’amour-sentiment n’est pas indispensable dans le processus. C’est parfaitement écologique puisque ce processus complexe a été mis au point par la nature. Et c’est gratuit si l’on veut bien oublier le champagne et la bague qu’il a parfois fallu offrir à la dame pour qu’elle accepte le pénis de l’homme dans son vagin.

Certains couples homme-femme n’arrivent pas à avoir un enfant, quand l’un des deux a un problème sexuel, trompes de Fallope abîmées, problèmes d’érection…
La Médecine a vu là un handicap auquel il était de son devoir de remédier. Elle a inventé un processus d’intervention. Il n’a rien d’écolo, c’est la PMA, une technologie de procréation assistée, qui de surcroît coûte cher, en moyenne 5000 € par PMA. Multipliez par 200 000 si la loi ouvrant la PMA pour tous est votée = 1 milliard d’euros pour la Sécu.

D’abord un chiffre pour avoir une idée de son importance actuelle : 1 couple sur 7 a des difficultés pour procréer. En France, en 2015145 255 essais de PMA ont été recensés par l’Agence de la biomédecine, dont 97% réalisées avec les spermatozoïdes et ovules des deux membres du couple.

Les enfants nés après un recours à la PMA ont représenté 3,1% cette même année, soit 24 839 enfants. Selon l’agence, 1 nouveau-né sur 32 est issu d’une PMA.

Il y a plusieurs techniques de PMA

Fécondation in vivo

L’homme se masturbe, le docteur recueille le sperme avec un pipette et l’injecte directement dans l’utérus de la dame le jour de son ovulation. C’est simple, peu coûteux mais seul l’homme en tire un peu de plaisir. Un inconvénient, les spermatos n’ont pas l’opportunité de se gaver de nutriments dans le fond du vagin avant d’entreprendre l’ascension du col de l’utérus comme ils le font dans un rapport sexuel naturel et sont moins costauds pour entreprendre le siège de l’ovule.

La Fécondation In Vitro ou FIV

Pour commencer, la femme subit un traitement hormonal. Il favorise la maturation de plusieurs ovules en même temps, ce qui produit environ la production d’ovules d’une année. Ce traitement hormonal n’a rien de naturel (donc pas écolo) et n’est pas toujours sans conséquences pour la santé de la femme.

Pendant ce temps là l’homme se masturbe et une infirmière admirative recueille son sperme dans une petite boite en plastique tandis que le docteur prélève sous anesthésie le paquet d’ovules artificiels issus du traitement hormonal au fin fond de l’utérus de la femme. Il les ajoute au sperme dans la boite  en plastique et touille le tout pour mettre en contact les ovules et les spermatos. Ceux-ci sont traumatisés parce qu’ils ne sont pas dans leur environnement naturel et que les conditions de lumière (le docteur avec son microscope les surveille), de température et de nutriments pour prendre des forces avant le parcours du combattant ne sont que très rarement adaptées.

Je dis cela sur un ton plaisant, mais les études scientifiques montrent que cela a des répercussions sur la santé de l’enfant à venir, ce dont les pauvres femmes ne sont pas informées.

Dès que le docteur repère plusieurs ovules fécondés, il les ramasse avec une épuisette et les garde trois jours pour qu’ils commencent le processus du fœtus, avant de les réinjecter sous forme d’embryons minuscules dans l’utérus de la femme. Au besoin il peut les congeler si l’opération ne peut être immédiate.

De nombreuses études concordantes menées dans plusieurs pays différents montrent que si l’embryon est transplanté frais, le bébé naîtra avec un petit poids et restera chétif un bon moment. S’il est transféré après avoir été congelé, la mère aura une forte probabilité de devenir grosse, voire boursouflée et le bébé aussi.

La FIV sélective

Dans la FIV normale, on mélange des millions de spermatos avec une dizaine d’ovules, et que le meilleur gagne. Dans la FIVs, le docteur trie les spermatos et sélectionne celui qu’il pense être le plus costaud, en pratique, il choisit le plus rond. Cela se fait totalement au pif hasard, car rien ne garantit que le plus rond soit le plus costaud et le plus performant. Le plus lourd sans doute, mais le plus fort et celui qui a le meilleur ADN et les meilleurs chromosomes ???!

Il fait la même chose avec les ovules. Il aspire le spermato dans une seringue à aiguille très fine et l’injecte directement dans l’ovule sélectionné. L’aiguille a beau être fine, pour l’ovule, vu sa taille, c’est comme si on le sodomisait avec un bazooka.

L’ovule est traumatisé ! À quoi sert qu’il ait des gardiens de la porte (les cellules folliculaires et la membrane pellucide) et la brigade d’intervention (les granules corticaux) qui vérifiera l’identité du premier et donc le meilleur des spermatos et le laissera passer avant de refouler les suivants, si tout le monde s’en fout et qu’on lui impose le premier spermato crétin venu ?

Et pour le spermato, c’est pareil, il est programmé pour brouter des nutriments et prendre des forces avant de chercher la porte d’entrée, faire l’ascension du col, trouver la bonne trompe, la remonter en ramant comme un malade pour doubler tous les autres, corrompre les cellules folliculaires pour qu’elles le soutiennent pendant qu’il fore en vitesse la membrane pellucide, négocier avec les granules corticaux le blocage des concurrents, trouver le noyau, le convaincre de fusionner…
Maintenant il est là comme un idiot, le flagelle ballant se demandant s’il doit ressortir pour reprendre le chemin que la nature a depuis des millénaires inscrit dans son programme mental, et puis il se dit qu’après tout, il n’avait aucune chance, il était le plus rond, donc le plus inapte a forer vite et bien la membrane, ce brave  docteur l’a amené dans un fauteuil directement au but, merci docteur, le bébé que nous allons faire l’ovule et moi sera peut-être, si c’est un garçon, un petit gringalet taré avec 50% de spermatozoïdes en moins que ses camarades, mais tant pis, ils l’ont voulu.

Je n’exagère pas, la plupart des garçons issus de PMA ont réellement 50 % de spermatos en moins. La FIV est fortement documentée d’études scientifiques !

Regardez cette vidéo, un peu longue (une demie heure), qui explique clairement pourquoi dans tous les cas de figure la PMA est une épreuve pour les femmes avec de nombreux risques dont ni le planning familial, ni la plupart des médecins pour qui PMA égale chiffre d’affaires facile, ni surtout les politiques et le ministère de la santé ne parlent, par la peur qu’ils ont que les Français ne découvrent les mensonges, les injustices et le coût élevé que la PMA dissimule.

https://www.tvlibertes.com/le-samedi-politique-pma-loi-bioethique-les-apprentis-sorciers-avec-le-dr-alexandra-haurion-caude

Mais il y a pire, nos docteurs Folamour espèrent vulgariser bientôt la sélection, à l’intérieur du spermato et de l’ovule, des caractéristiques physiques demandées pour le bébé par les géniteurs : sexe, cheveux, taille, couleur de peau….

Cela rappelle furieusement le docteur Lyssenko en URSS et les médecins nazis qui travaillaient à l’amélioration de la race.

Mais non, nous répondent les progressistes, c’est une formidable révolution anthropologique qui permettra de rénover « ce vieux monde » (E. Macron). Quelle révolution ? Celle d’Orwell (1984), celle d’Huxley (Le meilleur des mondes) ou celle d’Abou Bakr al Naji (Gestion de la Barbarie) ?

Que devient le principe de précaution ?

La FIV est une invention récente et souffre de manque de recul. Que devient le principe de précaution pourtant inscrit dans la Constitution ?

blank

Le président veut sa « loi PMA pour toutes et tous » à la rentrée afin de flatter une fois de plus les 3 % de LGBTQ+ du pays. Comme ça la Manif pour tous sera neutralisée, aucune discussion sérieuse n’aura pu avoir lieu pendant l’été et l’apprenti dictateur pourra obtenir sans peine de ses larbins qu’ils votent la loi.

Les études, encore elles, et c’est la raison pour laquelle beaucoup de pays ne veulent pas étendre la PMA à celles et ceux qui ne supportent pas le contact du sexe opposé et le haïssent (voir les tweets de folles haineuses sur #Metoo et #Dénoncetonporc), montrent que 90 % des enfants de couples homosexuels ont des problèmes psychologiques, parfois psychiatriques. Notamment du fait que ces couples durent rarement plus de cinq  ans, mais aussi parce qu’il manque au petit garçon sans père le modèle, l’exemple et l’amour paternels. Les petites filles ont leur premières règles à douze ans au lieu de treize en moyenne si elles vivent avec un père et un beau-père dont aucun # n’est là pour dénoncer les comportements et caresses qui ont pour effet de les préparer elles aussi à une vie d’homosexualité.

Quand au remboursement de la PMA pour les couples d’homosexuelles au nom de l’égalité, c’est une aberration intellectuelle et sociale. Pour quelle raison le contribuable devrait-il payer pour la satisfaction égoïste et personnelle de femmes qui pourraient très simplement et gratuitement avoir un enfant avec un homme ? Car l’égalité vraie est là : si elle la veulent, elles font un enfant avec un homme.

L’Imprécateur
21 juillet 2019


blank

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
7 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Yves Tarantik
Yves Tarantik
25 juillet 2019 15 h 53 min

D’un côté on tue IVG) , de l’autre on prétend créer…(PMA)
c’est le  » en même temps » du macronisme débridé !

Yves Tarantik
Yves Tarantik
25 juillet 2019 15 h 49 min

Une petite fable de mon cru qui tente d’illustrer la chose. Génocide silencieux La mort d’un homme est une tragédie. La mort d’un million d’hommes, une statistique. [Joseph Staline] 1 Une féministe du fameux M.C.D., Le Mouvement des Chiennes Déchaînées, Qui rêve de renvoyer l’homme A son état premier de trognon de pomme, Débagoulait devant une assemblée Plus raréfiée que ses idées : « Soyons claires, concluait cette pythonisse : Libre de notre corps, de notre clitoris, Cela signifie être seule à décider Si nous voulons procréer ou bien avorter ! – Mais… mais… et le père ?» argüa timidement… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
25 juillet 2019 13 h 16 min

Que la FIV dégénère l’être humain à naître est un fait d’abord logique, tel que décrit judicieusement dans cet article, mais aussi conforté par des études de scientifique qui ne sont pas « à la botte ». Déjà, on a un nombre de toqués de plus en plus important en liberté puisque les hôpitaux psychiatrique en misère financière ne peuvent plus les garder, mais on va en avoir encore plus. On ne compte plus les cas de bipolarité. Et le fait qu’un enfant naisse entre deux hommes ou deux femmes n’augure rien de bon pour son équilibre psychique puisqu’il n’y aura pas… Lire la suite »

Claude Roland
Claude Roland
26 juillet 2019 7 h 46 min
Répondre à  Claude Roland

Et j’ajoute qu’après les enfants « pompes à allocs » dont la plupart s’auto-éduquent tout seuls dans la rue, nous allons avoir grâce à la PMA les enfants « objet-joujou » qui seront la poupée vivante dont trop de femmes rêvent et qu’elles n’ont pas eu dans leur enfance. Ce principe de « poupée vivante » est déjà souvent le cas pour beaucoup de familles monoparentales dont le mari a été éjecté ou s’est barré puisque délaissé.

Tahitoa
Tahitoa
21 juillet 2019 14 h 09 min

Article très intéressant! On est en marche vers la connerie en ne respectant plus rien…. J’espère que mère nature retrouvera ses droits de gré ou de force peu importe notre devenir d’être humain irrespectueux.

John
John
21 juillet 2019 12 h 49 min

On est dans le satanisme. C’est à dire une croyance qui prône l’individualisation des valeurs morales. Chaque individu est libre de choisir lui-même ce qu’il croit être bien et ce qu’il croit être mal. Et cela à l’encontre de toute loi naturelle.
https://www.wikiberal.org/wiki/Satanisme

Cette inversion orwellienne, on la retrouve même dans le symbolisme occulte de l’élite mondiale :
tinyurl.com/y672eqbn

Jacques
Jacques
31 juillet 2019 11 h 32 min
Répondre à  John

L’essentiel n’est pas de faire plaisir aux 3% des dévoyés, mais d’établir leurs « droits » en norme. Et comme ils sont minoritaires, en héros de la résistance contre les esprits attardés.

En 1973 la France était majoritairement contre l’avortement. Aujourd’hui seuls les attardés, les vieux cons et les fachos sont contre.

Eh oui, je suis un hasbeen, un vieux débris, non pas par mon âge mais par ma mentalité. C’est Jupiter qui le dit, alors….

blank