NOTRE-DAME DE PARIS : L’ENQUETE
(L’Imprécateur)

Il y a un peu plus de six mois, un incendie détruisait au mètre près ce qui gênait dans les multiples projets d’aménagement de la partie haute de la cathédrale.  Verrière, promenade boisée, salle d’exposition… des projets plus ou moins farfelus déjà présentés par des cabinets d’architectes aux autorités municipales et au ministère de la Culture pour « faire contemporain » au cœur d’un île de la Cité relookée à coups de dômes en verre, dalles en verre, promenades piétonnes. Il nous a semblé utile de faire le point.

N’ont été détruites que la toiture et la flèche, juste ce qu’il fallait détruire…


ENQUETE PREMIMINAIRE CLOSE : MEGOT ou COURT-CIRCUIT ?

L’enquête préliminaire est close. Comme on devait s’y attendre, sans surprise, puisqu’elle ne devait en aucun cas contredire la déclaration de première heure faite par le président de la République et le ministre de l’Intérieur, affirmant que l’incendie était purement accidentel.

Elle a donc conclu qu’« aucun élément ne permet d’accréditer l’hypothèse d’une origine criminelle ». L’incendie ne serait  qu’un de plus dans la longue série de ceux causés par des chantiers de restauration qui constituent l’origine des sinistres sur monument historique dans 90 % des cas.

La cause directe du sinistre n’a pas encore été identifiée, ce qui, parait-il, est normal dans ce genre d’enquête, mais deux hypothèses sont citées, parmi d’autres : un dysfonctionnement du système électrique ou un départ de feu occasionné par une cigarette mal éteinte. Ce qui fait rire ceux qui, dans leur cheminée ou leur jardin, ont tenté d’enflammer un morceau de poutre, et tiquer de nombreux spécialistes non impliqués dans l’enquête.

« Certaines hypothèses n’ont pas encore été vérifiées, comme celle évoquée par plusieurs voix autorisées (notamment un pompier et un architecte du patrimoine) pour lesqules les travaux d’enlèvement des sculptures (statues de saints), qui avaient eu lieu quatre jours avant l’incendie (curieuse coïncidence), avec l’utilisation probable de chalumeaux et de scies électriques notamment pour désocler les sculptures et enlever leurs têtes, devraient être également envisagées comme cause possible du sinistre » (La Tribune de l’Art).  

Tout cela donne l’impression que l’enquête préalable a été menée uniquement à décharge pour conforter l’hypothèse émise au départ par le président et son ministre.

Cela dit, la décapitation des statues, outre qu’elle n’a pas paru indispensable à de nombreux spécialistes, a eu lieu à trois mètres du toit à la scie électrique. Même s’il y a eu quelques étincelles, elles ne pouvaient pas mettre le feu à la charpente. Le désoclage est plus problématique, mais comme personne n’a demandé à l’entreprise comment elle avait procédé on ne peut pas avoir de réponse.

INCENDIE INVOLONTAIRE, MAIS VOLONTE DE BLESSER DES PERSONNES (!?)

Une information judiciaire contre X, « du chef de dégradations involontaires par incendie par violation manifestement délibérée d’une obligation de prudence ou de sécurité imposée par la loi ou le règlement, intervenue dans des conditions de nature à exposer les personnes à un dommage corporel »  (dixit le Procureur) va être confiée à trois magistrats instructeurs.

Donc, l’incendie n’a pas été volontaire, mais l’intention de l’incendiaire était de blesser des personnes par le viol des obligations de prudence et de sécurité ? Curieux raisonnement…
Pourquoi dans ce cas provoquer l’accident quand il n’y a plus dans la cathédrale que quelques touristes rapidement évacués ?

« On espère – sans trop y croire – que cette instruction ne se contentera pas de mettre en cause des lampistes. Sans qu’elles relèvent forcément du pénal, les responsabilités dans cette tragédie se situent, comme nous l’avons déjà écrit, au plus haut niveau de l’État » (Didier Rykner, La Tribune de l’Art).

Bref, les maladresses et les incohérences dans l’enquête et la communication gouvernementale sont si nombreuses depuis six mois, que personne en France ne croit que l’État soit totalement irresponsable dans cet incendie et que l’hypothèse de l’attentat bien organisé est l’hypothèse qui reste la plus probable comme cause de l’incendie.


Dès les premiers jours, pompiers, architectes, entreprises de rénovation et même particuliers ayant une petite expérience de la mise à feu de morceaux de poutres ont constaté sur les photos et vidéos de l’incendie l’énorme bouffée de fumée orangée qui a suivi l’embrasement extrêmement rapide du toit, précédant le retour à une fumée normale grise et blanche de bois en feu.


L’explosion orange du départ : la flèche est toujours debout.
Photo
Middle East Media Research Instsitute Jihad an terrorisme
Threat Monitor assure la
veille de la menace terroriste, notamment en France

BEAUCOUP DE SPECIALISTES ONT PENSE « THERMITE »

Tous ces gens expérimentés ont aussitôt pensé « thermite », l’accélérateur de combustion à base de divers métaux dont la base aluminium (1/4 en poids) est généralement accompagnée d’oxyde de fer (3/4 en poids) qui, mis à feu avec un ruban de magnésium, provoque une explosion à plus de 2000°C.

Le problème est que la superficie qui fut embrasée dans la cathédrale en quelques minutes est de 5600 m2 et que de 4 à 5 kilomètres de poutres de chêne, entre 2000 et 2600 m3, de section 40×40 cm, vieilles de plus de 800 ans et dures comme du béton se sont embrasées subitement et simultanément. provoquant une sorte d’explosion filmée par plusieurs riverains de la cathédrale.

Les poutres ont brûlé en une heure environ avant de s’effondrer. Pour toute personne dotée qu’un QI supérieur à 60, l’hypothèse du mégot ou du court-circuit s’évanouit instantanément.

L’hypothèse « thermite » revient donc à la surface en cet automne, et notamment celle d’un commando bien entraîné déposant des pains de thermite sur les poutres, reliés par un système d’allumage pour les faire exploser simultanément.  Le problème est que des pains de thermite provoquent un « pot de chaleur » à 2200 °, ponctuel et qui ne met le feu que dans un rayon d’un mètre au maximum. L’hypothèse est peu vraisemblable, ne serait-ce que parce que le fabricant de milliers de pains de thermite aurait été intrigué par une commande aussi colossale.

NOUVELLE HYPOTHESE : UN VERNIS A BASE DE THERMITE

Une information circule depuis quelques jours. Elle propose une explication et elle résout une partie du problème. Comme elle n’est pas signée, il est permis de la reprendre en la complétant :

« Deux mois avant l’incendie, une entreprise est venue, autorisée pour pulvériser sur toute la charpente du produit contre les insectes du bois … or ce n’est pas ce qui a été employé mais une solution hautement inflammable qui a fait une pellicule autour des poutres ! …   ce produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium, ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie ­­­­­­­­­­­­­­­­

Depuis février le produit, sans doute associé à une colle, a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis… ­­­­­­­­­ ­­­­­­­­ ­­­­­­­

Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2 200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit. Le pot thermique c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu.  … » après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un premier temps, car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions.

Si l’eau active ce genre de feu, c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1 100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’hydrogène et de l’oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’hydrogène et à l’oxygène. Ces deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion. Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est même pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2 200 degrés il place au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1 100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient affaire­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­­.­­­­­­­­­­ »
L’explication est logique, bien pensée, mais pêche par plusieurs points.

EXPLICATION INSUFFISANTE

Fabriquer des hectolitres d’une solution pulvérisable de colle + thermite demande un inventeur génial et de gros moyens techniques.

blank
La fumée orange du début peut avoir été produite par la thermite,
et celle qui
suit par la mise en ébullition du plomb

L’entreprise qui a procédé à la désinsectisation est connue dans son milieu professionnel pour son sérieux. Après des travaux de cette importance, une inspection est faite pour vérifier que les paramètres du devis accepté ont bien été respectés. Les produits insecticides peuvent avoir des couleurs variées, mais ils ont une odeur spécifique que le premier architecte venu connaît. Il aurait senti un défaut d’odeur, même avec un masque de protection. A priori, on peut écarter l’entreprise qui a procédé à la désinsectisation. Mais le processus d’une pulvérisation de thermite mélangée à un produit adhérent n’est pas impensable.
Qui, alors ?

Supposons que cette hypothèse soit la bonne, ce qui n’est pas certain, car la fumée orange pourrait venir aussi de la combustion des 460 tonnes de plomb de la toiture et de la flèche. Problème, le plomb fond à basse température et coule, mais a besoin d’une température élevée pour se volatiliser. Reste alors le mystère de l’embrasement subit et général et de la vitesse de la combustion, car des grosses poutres sont très difficiles à enflammer et se consument lentement, ce que tous les pompiers ayant eu à éteindre des incendies de toitures savent : si les murs ont tenu, ils sont débout, l’intérieur de la maison et la toiture ont brûlé, mais la charpente noircie est toujours là. Elle est la dernière à s’enflammer et brûle lentement.

Y A-T-IL EU UNE INTERVENTION EXTERIEURE ?

Mais supposons l’hypothèse valable. Alors il faut une intervention extérieure. Elle ne peut être réalisée  que par des professionnels très entraînés, capables de ne laisser aucune trace de leur passage et d’agir très vite. De plus, il faut qu’ils aient agi entre le mois de février – date de la pulvérisation d’insecticide -, car les professionnels de la société auraient inévitablement remarqué une pulvérisation récente et précédente, et le 15 avril, ou entre la dernière inspection de la charpente et le 15 avril. Le problème de leur circulation n’en étant pas un, des vidéos montrant des jeunes escaladeurs circulant sur la toiture et dans la flèche pour y faire des selfies de leur exploit ne sont pas rares et montrent que la nuit il n’y avait aucune surveillance.

Où trouve-t-on des professionnels du crime disposant de gros moyens matériels et financiers ? Organismes au service de multinationales, d’États ou d’organismes internationaux. Comme Gladius, « l’armée secrète » de l’OTAN qui travaille à la demande des chefs ou gouvernements des États membres et accomplit vols de documents, assassinats, incendies, plastiquages, raids armés, etc.

Le problème, si c’était l’explication, c’est que l’on ne peut jamais prouver leur intervention, excepté si l’un de leurs membres les dénonce, mais il faut qu’il soit suicidaire ou déjà mourant, car ensuite il ne survivra pas longtemps. C’est arrivé.

La conviction de beaucoup de Français que ce fut un attentat est renforcée par le fait qu’en 10 mois, ce sont 11 édifices chrétiens qui ont été incendiés en France.
Une telle série ne tient pas que du hasard.

CONCLUSION (PROVISOIRE)

Le caractère accidentel n’est pas prouvé et reste une hypothèse.
Le caractère criminel est la conviction d’une majorité de Français et de spécialistes mais ne peut pas être prouvé non plus.

La vie est belle pour les promoteurs : la loi d’exception pour la rénovation de notre Dame a été adoptée par la majorité politique.

L’Imprécateur
30 octobre 2019

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
16 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
JEAN
JEAN
16 novembre 2019 22 h 47 min

Rappelons qu’il existe la nanothermite plus fine et plus puissante que la thermite, contrairement à la thermite qui peut être fabriquée par presque n’importe qui la nanothermite ne peut être réalisée que par des laboratoires sous contrats avec l’état, elle peut se présenter sous forme liquide et son pouvoir thermique est largement supérieur à la thermite, elle peut même servir d’explosif extrêmement puissant, c’est lors de sa fabrication que son utilisation est déterminée, je suis persuadé que c’est de la nanothermite qui a été utilisée, fumée orange bruits d’explosions combustion des poutres comme des allumettes seul ce produit est capable… Lire la suite »

Pierre Lesincère
Pierre Lesincère
15 novembre 2019 13 h 13 min

Excellente analyse, raisonnement réellement intelligent et conclusion prudente, mais évidente.

Saleté de Macron…

Pellerm
Pellerm
14 novembre 2019 18 h 20 min

Merci pour votre article . Il est bon de ne pas laisser tomber dans l’oubli cet effroyable épisode de la gouvernance actuelle .. Mon opinion personnelle a été fulgurante et instantanée en voyant les rires du président et de son ministre à leur arrivée sur les lieux du « crime » .N’ayons pas peur des mots ! Depuis , j’ai fait quelques recherches sur la Franc-Maçonnerie , et ce que j’y ai découvert m’a atterrée . Tout y est ..déchristianisation , déculturation , paupérisation des civilisations fortes jusqu’à leur disparition ..créations de guerres civiles ou extérieures …pour ne finir qu’avec 500 millions… Lire la suite »

lepatriote1111
lepatriote1111
15 novembre 2019 2 h 02 min
Répondre à  Pellerm

Limiter la population mondiale à 500 millions? Les dix commandements du Nouvel Ordre Mondial gravés sur le monument le plus étrange des États-Unis monument des dix commandements du Nouvel Ordre MondialLes Georgia Guidestones (qu’on pourrait traduire littéralement par «pierres servant de guides») sont un monument de granit érigé le 22 mars 1980, situé à Elbert County, dans l’État de la Géorgie, aux États-Unis. Aussi connu comme le Stonehedge américain, la gigantesque structure a près de 5,87 mètres (20 pieds) de haut et est composée de six dalles de granit, d’un poids total de 107 000 kg (237 746 livres). Le… Lire la suite »

Claude Germain V
Claude Germain V
15 novembre 2019 21 h 29 min
Répondre à  Pellerm

@Pellerm .Bonjour. Mais Monsieur le cynisme de macrominus est diabolique et même luciférien, ce type a un comportement atypique du mort de l’esprit , il ne met en pratique que ce pourquoi il a été conçu , je dis bien conçu , car son comportement journalier nous le démontre , des qu’il y a une alerte dangereuse concernant le travail a effectuer de sa part suite aux ordres qu’il reçoit de la part du G….. … ou autres loges mondialistes , il descend dans la rue , va serrer les mains des veaux admiratifs , autres morts de l’esprit comme… Lire la suite »

Roger AUBERT
Roger AUBERT
15 novembre 2019 23 h 14 min
Répondre à  Claude Germain V

Bonjour cher monsieur, qui êtes encore trop modeste dans vos propos… donc que j’approuve à 200%. Mais justement, il faut comme quand un veut rénover un grand magasin écrire : « Tout doit disparaître ». Rien de meilleur pour remonter quand on se noie, que de toucher le fond…. Et on va le toucher de fond en comble. Notre pays va à coup sûr, vu aussi les 1600 prophéties bien occultées… être le premier à le toucher, mais aussi sera le premier pays à se relever… Les forces mises en place étant lucifériennes, le remède face à ce faux Dieu, c’est le… Lire la suite »

Zglb
Zglb
16 novembre 2019 16 h 08 min
Répondre à  Pellerm

Notre Dame a été la victime de la contre-église occulte, celle de l’Ennemi infernal, celle là même qui a prostitué la France à tout ce qu’il y a de plus ignoble sur terre. Je crois que nous pouvons en être presque certains. Néanmoins nous sommes aussi certains d’une autre chose, c’est qu’on ne se moque pas impunément de la très sainte Mère de Dieu…alors rira bien qui rira le dernier…Tiens, pendant que j’y suis et en parlant de rire, conseil : Achetez-vous dès aujourd’hui des couches-culottes grands modèles, MM les FM qui ricanez sournoisement dans vos barbes postiches, parce que… Lire la suite »

Perdel21
Perdel21
13 novembre 2019 23 h 17 min

aucun doute n’est permis il s’agit bel et bien d’un acte criminel

Maréchal
Maréchal
14 novembre 2019 12 h 22 min
Répondre à  Perdel21

Je l’ai toujours dit

Roger AUBERT
Roger AUBERT
13 novembre 2019 20 h 35 min

Cette entreprise qui a pulvérisé la charpente est à Epinal. Ensuite, un projet d’une telle ampleur ne peut relever que d’un Etat, attentat sous fausse bannière comme celui du 11 septembre. L’insecticide a été fourni à l’entreprise et cela avec on l’imagine certains moyens de pression, d’où le silence dictatorial, que les sourires de Macron et de Castaner photographiés lors de l’incendie ne démentent pas. D’autre part, les F.M. au pouvoir savent combien les reliques placées très haut dans le coq (miraculeusement sauvé et trouvé intact) ont de pouvoir. De nombreuses considérations multiples peuvent être encore invoquées. Le fait de… Lire la suite »

Claude Germain V
Claude Germain V
13 novembre 2019 12 h 23 min

Bonjour . Mais par Zeus !!!! on croit rêver , un véritable cauchemar , un monde parallèle entoure ce sabotage immonde !! , ou pire , bien pire un égrégore cabalistique ou luciférien entoure cet innommable attentat si il en ait ….OUI ! on croit rêver ………..pour avoir la vérité , rien que la vérité pourquoi personne n’a pris la vérité a deux mains et fermement , la solution de cet acte immonde se trouvait entre les mains de dizaines de personnes ayant eu l’occasion de pénétrer dans ces lieux ..LA SOLUTION ET LA VÉRITÉ ? mais elle est là… Lire la suite »

André Rossi
André Rossi
13 novembre 2019 11 h 57 min

Les filles contre Notre Dame de Paris avec leurs bonbonnes de gaz ont échouées, leur plan B a réussit !

claude Roland
claude Roland
6 novembre 2019 13 h 19 min

Il devient évident, à l’examen des faits techniques sur cet incendie, qu’il s’agit d’un attentat officiel effectué par des spécialistes, fomenté depuis longtemps par une mafia de financiers associés à certains individus du gouvernement. Ces gens n’en ont rien à foutre du passé, des monuments, des peuples, des nations, des religions car seul compte leur dieu « Fric ». Ils organisent la transformation de l’île de la cité en un vaste champ commercial à la Disney world, au nez et à la barbe de ces benêts de Français trop lâches pour taper du poing sur la table et reprendre effectivement le contrôle… Lire la suite »

Dissident
Dissident
1 novembre 2019 19 h 42 min

Les prétendues conclusions de l’enquête laissent rêveur. Des analyses poussées comme sont capables d’en faire les labos de la police ou de la gendarmerie, seraient capables de donner des pistes sérieuses. En particulier l’usage de la thermite qui laisse des traces. Regardez les vidéos de soudage des rails sur Internet, c’est édifiant. Les réactions bizarres de l’eau incendie lors du sinistre sont susceptibles de semer le doute. A haute température, l’eau ne se « catalyse » pas, cette expression est impropre. L’eau se dissocie par thermolyse. Mais je suppose que dans un incendie pareil, ouvert, la recomposition suit vite la décomposition. Cela… Lire la suite »

Lulu
Lulu
31 octobre 2019 12 h 36 min

1 rien n’est sûr, donc prudence!
2 envisager un acte volontaire, dans le contexte ambiant, est déjà révoltant.
3 sans aucun doute, une carence des autorités pour la prise en charge des travaux: manque de moyens ou de volonté ?
4 plus l’explication technique est fine, plus elle rend improbable un geste volontaire.
5 quant à ce que disent nos autorités….

Probablement un accident, mais qui laisse un gros arrière-goût car on ne peut s’empêcher de penser que cet accident, qui est un drame vu le monument, était évitable.

Pellerm
Pellerm
14 novembre 2019 17 h 01 min
Répondre à  Lulu

Vous avez oublié le paragraphe  » 6  » mon ptit Lulu ….
6. Se vautrer dans la lâcheté et fermer sa gueule par ….PRUDENCE …!
Cachez vous bien dans votre trou de souris , et de grâce ! n’en sortez plus ..! ça nous évitera des nausées !

blank