AGNES BUZYN AU SECOURS DE PARIS
(L’Imprécateur)

Aux élections municipales de Paris se présentent pour le moment une bonne quinzaine de candidats dont au moins douze ont un passé socialiste et deux seulement sont vraiment à droite, Serge Federbusch qui n’est pas Rassemblement National mais présenté et soutenu par le RN, et Rachida Dati, candidate des Républicains LR.
Nous examinons ici, pour commencer, Agnès Buzyn, deuxième choix de Macron après Benjamin Griveaux l’exhibitionniste.


Agnès Buzyn, dans Le Monde, rappelait le 25 octobre 2017 « J’ai toujours voté à gauche » et L’Express écrivait récemment qu’elle est « la caution de gauche » du macronisme. Les Parisiens auront donc le choix, dans un mois, entre une brochette de socialistes prétendument écologistes, avec Anne Hidalgo et Agnès Buzyn en tête, et deux outsiders, l’écolo David Belliard et le dissident mathématicien LREM Cédric Villani.
LFI peut espérer entre 4 et 5 % des voix et le communiste, juif et gay, petit fils de Marcus Klingberg agent du KGB, Ian Brossat tentera de glaner quelques voix pour les offrir ensuite à son amie et patronne Anne Hidalgo.

Ian Brossat (à droite sur la photo), et son « mari »

A droite, deux candidats sérieux : pour le RN, le candidat Jean Messiha a été écarté par Marine au profit du non-RN mais libéral Serge Federbusch, et LR sera représenté par Rachida Dati qui aura une bonne chance de devenir maire, si les deux gauchistes Hidalgo et Buzyn ne se liguent pas contre elle.

Agnès Buzyn vient donc de remplacer Benjamin Griveaux, l’idiot diplômé qui, oubliant l’amour courtois à la française et se montrant dans Paris-Match en père et mari fidèle, n’a trouvé comme argument pour séduire une étudiante dont il espérait faire sa maîtresse, que de lui envoyer une vidéo où il se masturbe.

Agnès Buzyn a des qualités pour être candidate : travailleuse, esprit de répartie, un peu moins bonne quand elle récite les discours ou répond à des interviews préparés par le cabinet d’Édouard Philippe, et franchement mauvaise, même si elle fait rire, quand elle se met à bafouiller avec sa camarade socialiste Nicole Belloubet.

Jany Leroy fait sur Boulevard Voltaire un portrait réaliste et amusant d’Agnès Buzyn. 

L’Imprécateur
20 février 2020


VOYAGE DANS LE QG MERVEILLEUX D’AGNÈS BUZYN

Cet article, signé Jany Leroy est paru sur le site Boulevard Voltaire le 18 février 2020

 

Au sein de l’ex-QG de Benjamin Griveaux, Agnès Buzyn est accueillie comme le Messie, rapporte Le Figaro.

Confettis, serpentins et tournez les serviettes ! Tous ces mois passés à faire semblant de prendre au sérieux le nigaud précédent avaient entamé le moral des troupes. Ah, merci, Piotr ! Merci à sa petite amie et à son Wonderbra™ et, au cas où, merci aussi à Poutine… Enfin, du sérieux, enfin débarrassés des idées loufoques de l’autre… Comment s’appelait-il, déjà ? Ah, peu importe. Vive Agnès ! Vive Buzyn ! Vive la nouvelle !

Comme des spéléologues remontés du fond d’un gouffre dans lequel ils étaient coincés, les membres de l’équipe font part de leur soulagement au Figaro : « J’ai enfin l’espoir de gagner. C’est la renaissance », confie un élu du QG de campagne. « Le collectif est beaucoup plus fort, il y a un sentiment nouveau dans cette campagne », raconte un autre. Et encore : « C’est presque un mal pour un bien, toute cette histoire ! » « Vive Piotr ! » Non, ils ne l’ont pas dit. Mais il s’en fallut de peu… Qui a dit « il s’en phallus de peu » ?

L’arrivisme politique voit les militants LREM passer de l’un à l’autre sans aucun état d’âme. Vive Lui ! Vive Elle ! Que faut-il crier ? Quel nom, cette fois-ci ?

À peine le pas de la porte franchie, Agnès Buzyn a annoncé l’abandon des deux idées saugrenues de son prédécesseur.
Il n’y aurait pas de gare de l’Est remplacée par un Central Park verdoyant de 30 hectares et pas davantage de primes de 100.000 euros distribuées aux classes moyennes pour l’achat d’un logement dans Paris.
Retour aux fondamentaux. « Elle n’est pas sur les grands projets urbains, elle est dans un premier temps pour apaiser Paris, le rendre plus propre et plus tranquille », déclare une tête de liste à franceinfo.
Plus que quatre semaines avant la date fatidique du premier tour, pas le temps de se perdre dans les détails.
« Vite, mon stylo, que je rédige un programme. Mon bloc-notes, s’il vous plaît ! Merci. Alors propreté, d’accord, on nettoie, et quoi, encore ? Sécurité. Et voilà ! »

La nouvelle parachutée présente aux Parisiens le premier programme rédigé en 30 minutes chrono. Montre en main ! Record homologué par la Fédération des Macronistes en Péril.

La palme d’or de l’enthousiasme revient sans discussion possible à un élu LREM qui assure au Figaro qu’« Agnès dégage un style différent, elle est rassurante, elle a un côté maman ».
Va-t-elle les faire vacciner ?
À défaut de programme élaboré, faut-il s’attendre à des affiches bucoliques du genre « Agnès Buzyn promène ses militants au square » ou « Agnès joue au ballon avec sa future équipe municipale » ?

Au-dessus de ce tableau quasi idyllique des retrouvailles avec la terre ferme plane le spectre Cédric Villani. L’oiseau de nuit de LREM gagne du temps en posant comme préalable à toute idée de fusion « des concessions majeures sur l’écologie, la démocratie, la métropole » ainsi « qu’un accord au second tour avec les Verts ».
Ou comment passer du Ciel au panier de crabes ?

La nouvelle équipe prie pour que des étages se détachent de la fusée villaniste. Des élus pourraient rejoindre la crèche dirigée par Agnès Buzyn.

Mouais… « Mais qu’est-ce qui m’a pris de venir me fourrer dans ce traquenard ? » est la phrase-clé qui doit tourner en boucle dans la tête d’Agnès Buzyn.
Comme un gimmick…
À en perdre la Santé !

Jany Leroy
18 février 2020

blank

0 0 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Pellerm
Pellerm
2 mars 2020 17 h 25 min

Merci ! ça fait du bien de rire un peu ..On se croirait à une séance de Grand Guignol …

Serge GRASS
23 février 2020 18 h 16 min

Et si la démission de Griveau avait été organisée par la macronie ! Les sondages étaient calamiteux, alors comment faire pour sortir de ce mauvais choix ? Il serai en effet catastrophique que le parti présidentiel ne franchisse pas les 5% !! Ca expliquerait la rapidité de la démission. Car si Griveau est un crétin , il a suffisamment de culot pour se sortir d’une telle situation, il est étonnant qu’il ne l’aie pas fait ! Et « l’artiste », bon à rien prêt à tout, peut être le bon exécutant.

L'Imprécateur
Administrateur
27 février 2020 18 h 33 min
Répondre à  Serge GRASS

C’est ausi mon avis, LREM et Macron pourraient être derrière cette affaire, C’est à eux que le crime profite le plus. Mais c’est difficile à prouver.

Patrick VERRO
21 février 2020 17 h 14 min

Depuis les Etats Généraux de l’opposition avec Lionel Stoleru jusqu’à aujourd’hui avec les Volontaires pour la France en passant par la Manif pour Tous, Boulevard Voltaire et le parti chrétien-démocrate de M. Jean-Frédéric Poisson, j’ai donné mon temps et mon argent pour arriver à pas grand chose, pour ne pas dire à zéro. Je ne connais pas M. Serge Federbusch, mais ces 4 à 5% de voix récoltées ne serviront à rien dans le cadre d’une dynamique d’élimination du parti socialiste (Mme Anne Hidalgo) et du LREM (Mme Agnès Buzyn). A contrario la candidature des LR (Mme Rachida Dati) me… Lire la suite »

Patrick VERRO
24 février 2020 20 h 13 min
Répondre à  Patrick VERRO

J’observe des votes « contre » sans argumentation et dans l’anonymat ! Allez un peu de courage…

Pier
Pier
28 février 2020 15 h 03 min
Répondre à  Patrick VERRO

Rachida Dati, c’est faire rentrer la louve dans la bergerie, puis ses semblables. Non merci

blank