PENDANT CE TEMPS, LA CHINE AVANCE SES PIONS…
(L’Imprécateur)

Pendant que les occidentaux ont les yeux et l’esprit rivés sur le Covid-19 et ses drames, la crise économique qui s’annonce, le terrorisme islamique et les élections américaines, la Chine communiste, tranquillement, avance ses pions en Asie et dans le Pacifique.
Et que faisons-nous ?
Que fait la France, devenue inexistante au plan géostratégique ?
Attendre, comme d’habitude, le prochain fléau qui s’abattra sur elle ?

 




Dans les années 1980, il était admis par tous les géostratèges que la Chine communiste et ses colonies, Tibet, Mongolie et Turkestan oriental, était bien enclavée et ne présentait pas un grand risque pour le monde occidental, libre et démocratique.

Au Nord, l’URSS ; à l’Ouest des déserts froids, Kazakhstan et Kirghizstan ; au Sud-Ouest et au Sud, l’Himalaya et l’Inde, au Sud la Birmanie et le Vietnam, deux vieux ennemis historiques de la Chine.

La côte Est, maritime, était cernée de bases américaines, Formose, Japon, Corée.
La défense côtière chinoise était dense, bien armée, et surveillée par environ 600 petits navires de guerre de l’APL (1). Le large était tenu au Nord par l’URSS et sa très forte marine, à l’Est et Sud-Est par l’encore plus forte marine américaine. La Chine était piégée.

Avec le déclin du communisme maoïste se produit un véritable retournement, orienté vers l’Océan. Le commerce extérieur chinois passe de 3 à 43 milliards de $ en quinze ans, il ne peut se faire que par la mer. L’Occident naïf s’en réjouit, convaincu que la Chine va enfin s’occidentaliser et intégrer le concert des nations commerçantes ; que le communisme finira par s’y effondrer comme ce fut le cas en URSS.

Erreur ! Le PCC (2) a seulement décidé d’utiliser les moyens – capitaux et recherche – qui ont fait la puissance de l’Occident en augmentant le niveau de vie économique et technologique de ses peuples. Cela aurait pu rapprocher la Chine de l’URSS, tous deux régimes marxistes idéologiquement très proches mais, la Russie ayant compris que le socialisme est la cause de la misère des peuples abandonne le communisme et devient encore plus hostile à la Chine. Il y a des rapprochements épisodiques pour des raisons tactiques, mais le contentieux Chine-Russie est vieux de trois siècles, quand au XVIIème la Russie a pris à l’empire chinois ses colonies sibériennes.

Le large est toujours sous étroite surveillance américaine. La Chine décide quand même de construire une flotte océanique avec un objectif : attaquer vers le Sud, par la mer de Chine peu profonde et peuplée de milliers d’îles qui empêchent l’accès des grosses flottes nucléaires russe et américaine. Quant aux pays riverains, Vietnam, Philippines, Indonésie, ils se disputent îles et zones maritimes, tous n’ayant que des marines peu fournies.

A l’Ouest, pour protéger l’archipel des Paracell, le Viet-Nam montre les dents. Les Philippines et l’Indonésie en font autant à l’Est mais ne peuvent prendre le risque d’une guerre ouverte. La Chine, en quelques années, a conquis le Sud de la Mer de Chine.


En rouge, la zone que la Chine revendique comme eaux territoriales, déjà parsemées de bases militaires construites sur des îlots autrefois déserts. Partie vers le Sud-Est indonésien et australien, la conquête arrivée à hauteur de Ho Chi Minh s’oriente vers le Sud-Ouest. L’objectif n’était donc pas l’Indonésie et l’Australie, mais bien l’Océan Indien. L’objectif principal étant de faire le lien entre Hong Kong, ville de base de la route de la soie océano-indienne, avec Djibouti à l’entrée de la Mer Rouge, en contournant l’Inde.

LES ROUTES DE LA SOIE SONT UNE ARME DE GUERRE SOUS COUVERT DE COMMERCE

blankYi dai, yi lu, en anglais One belt, one road, en français Routes de la Soie, est un projet planétaire pour capter les ressources économiques du Monde, les exploiter et les acheminer en sécurité vers la Chine, en s’appuyant sur les relais logistiques et des plateformes militarisées comme l’est déjà Djibouti.

Celle du Sri Lanka (Ceylan) est en cours de construction, la Chine ayant pris le plus grand port de l’île en otage, en échange d’un report de la dette de plusieurs milliards de dollars du gouvernement sri-lankais. Il manque une étape entre Hong Kong et le Sri Lanka. Pour la Chine, elle est évidente, c’est Singapour, à la pointe de la presqu’île malaise. Pour sécuriser cette partie du trajet, la Chine doit prendre Singapour, la ville la plus riche du monde, peuplée de Chinois très majoritairement anti-communistes. Ils seront dominés et soumis, comme à Hong  Kong si Trump n’est plus là pour dire « Stop » !

https://www.questionchine.net/guerre-froide-guerre-chaude-le-risque-des-derives-somnambules

Qui est prêt (et capable) d’affronter la marine chinoise ? Personne, hormis les Etats-Unis de Donald Trump. Parce que si Joe Biden prend la présidence, la Chine pourra lui rappeler qu’il a chez elle, par son fils Hunter Biden, des intérêts financiers. Sans Trump, Singapour tombera tôt ou tard aux mains de Xi Jinping et la faible Europe ne fera rien.

La prise de Taïwan est passée au second plan, c’est maintenant Singapour la cible numéro un. Taïwan est une pièce majeure de la stratégie américaine dans le Pacifique ouest, militairement forte, et même si le lâche et déliquescent Joe Biden l’abandonnait, la Russie de Poutine se substituerait aux USA, trop heureuse de verrouiller à la Chine l’accès du Pacifique Nord-Ouest.

Mais l’objectif final n’est pas Djibouti et l’Afrique, déjà aux trois quarts aux mains de la Chine, c’est la très riche Union Européenne.

La Chine fait en sorte que le trajet des routes de la soie la rapproche des zones riches en techniques, mais surtout en produits naturels dont elle manque cruellement (eau, minerais, terres agricoles). Singapour n’en a pas, mais elle est essentielle comme plate-forme logistique et port-relais.

LA VOIE MARITIME EST DOUBLÉE PAR UNE ROUTE DE LA SOIE TERRRESTRE

La même stratégie opère pour la seconde voie de conquête de l’Europe, la route terrestre prévue pour aller de la Chine en France (Colmar, Lyon). Hors de question de passer par la Sibérie, la Russie – fortement armée – l’interdirait. Il faut passer par le Sud, entre la Russie et l’Inde, elle aussi dangereuse. L’autoroute et la voie ferrée qui depuis le Xinjiang traverse le Kazakhstan d’Est en Ouest est déjà réalisée.

Dès l’effondrement de l’URSS en 1996, la Chine a déployé sa stratégie de conquête, d’abord avec le Club de Shanghai (devenu OCS en 2001). Son objectif est triple : arrimer les anciennes républiques soviétiques à l’espace diplomatique chinois ; trouver de nouvelles ressources énergétiques (pétrole et gaz du Kazakhstan et d’Iran) ; arrimer les nouvelles conquêtes en les liant à la Chine par des prêts financiers considérables. Elle a ainsi devancé les initiatives de la Russie et de l’Europe (projet TRACECA) (3) pour s’implanter dans les pays d’Asie centrale, notamment l’immense Kazakhstan. De là, elle peut faire pression sur les zones frontalières nord de l’Inde, les petits pays de l’Himalaya et le Pakistan. Accessoirement cela interdit aussi toute approche par l’Ouest de tentatives qui viseraient à libérer ses deux colonies occidentales, le Tibet et le Xinjiang (Ouighours), ex-Turkestan oriental.

L’obstacle suivant, c’était l’Iran. La Chine vient de l’acheter par un projet colossal de l’ordre de 500 milliards $ pour construire des routes, des autoroutes (dont celle de la soie), des lignes de chemin de fer. C’est un prêt que l’Iran ne pourra rembourser qu’en pétrole, l’Iran est passé sous perfusion et tutelle de la Chine.

L’étape suivante l’a fait entrer dans les confins orientaux et caucasiens de l’Europe. Ce ne sera pas le plus difficile, le degré d’incohérence et de corruption de l’élite européenne étant ce qu’il est, à moins d’un sursaut peu probable, une bonne partie de l’élite européenne étant prête à accepter une mondialisation sous tutelle communiste chinoise.

Côté terrestre, le projet Road Belt est donc en bonne voie.

OCÉANS INDIEN ET PACIFIQUE, LA RÉSISTANCE S’ORGANISE

La voie maritime se heurte à une mesure de confinement mise en place progressivement par l’Amérique, l’Australie, l’Inde et la Nouvelle-Zélande. L’objectif est double : gêner la Chine par une action qui pourrait dans l’Océan indien consister à fermer l’étroit et profond passage du détroit de Malacca, ce qui obligerait les gros porteurs maritimes chinois à des contournements de plusieurs jours, voire deux ou trois semaines ; et freiner sa progression vers le Pacifique.

Dans cette direction Sud-Pacifique, le plan chinois est de s’approprier les deux vastes pays très peu peuplés que sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande pour s’emparer de leurs ressources minières, mais surtout en faire des colonies de peuplement.

C’est un vieux plan annoncé au Comité Central du PCC dès 2003 par le ministre des Armées. La Chine est vaste mais surpeuplée, car en réalité, 60 % de son territoire est composé de déserts froids et de montagnes. Elle souffre de plus actuellement de graves problèmes qui impactent son agriculture et l’obligent à des restrictions alimentaires internes.

 

Il est vital pour elle de trouver des terres à coloniser. Au passage, elle prévoit de s’approprier la Nouvelle Calédonie riche en métaux et zone maritime (où la Chine pêche déjà illégalement), elle attend avec impatience le départ de la France et a déjà promis aux Kanaks d’abreuver leurs finances de prêts pour remplacer les apports financiers de la France et de l’Europe.

Le président avait promis en 2018 que la France se joindrait à l’alliance occidentale contre l’expansion de la Chine dans le Pacifique sud, mais depuis, rien de concret n’est venu confirmer cette annonce médiatique pourtant faite avec lyrisme. La Chine n’est pas pressée, elle poursuit son avance par une route plus au nord : Papouasie, Iles Salomon, Vanuatu, Polynésie où elle envisage de louer l’atoll de Hao aux Iles Marquises (françaises), ce qui lui donnerait une base militaire mettant la côte américaine à portée de ses missiles (7000 km).

Dans l’immédiat, la Chine compte sur l’arrivée de Joe Biden au pouvoir et sur le maintien de Macron en 2022, ce qui lui  permettrait de faire progresser plus rapidement ses conquêtes coloniales partout dans le monde.

L’Imprécateur
6 novembre 2020

1 : APL Armée Populaire de Libération

2 : PCC Parti Communiste Chinois

3 : TRACECA Transport Corridor Europe-Caucase-Asie est un projet de route de la soie Ouest-Est initié par l’Europe, installé à Bakou en Azerbaïdjan en 2001, il vise à lier à l’Europe 14 pays d’Asie centrale :  Arménie, Azerbaïdjan, Bulgarie, GéorgieKazakhstanKirghizistanIran, Moldavie, Ouzbékistan, Roumanie, Turquie, UkraineTadjikistanTurkménistan.

 

blank

5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Claude Roland
Claude Roland
9 novembre 2020 12 h 41 min

Excellente synthèse de la réalité que beaucoup de pétochards et lâches ne veulent pas voir. Ah ce déni mortel de réalité !… Vous avez oublié de dire que la Chine ne possède que 10% de son territoire en terres cultivables. D’où le fait qu’ils en achètent partout où ils peuvent dans le monde, dont les champs immenses autour de Châteauroux en France, notre grenier à blé. Le Covid-19 sert bien la Chine en ce sens, prédit par leur CEMA le général Shi-hintiang qui préconisait une guerre bactériologique de faible intensité pour désorganiser l’Europe et l’Amérique. Objectif atteint ! Quand on… Lire la suite »

SITTING BULL
SITTING BULL
9 novembre 2020 21 h 40 min
Répondre à  Claude Roland

Oui Claude, d’autant que j’ai pu voir que les chinois seraient méfiants vis à vis de leur alimentation locale (tiens donc) et préfèreraient nos produits.
Quant à la Russie, elle a un très grand retard militaire par rapport à la Chine et rien que le tonnage de la flotte chinoise en est le profond exemple.
Mais je ne voudrais pas paraître complotiste, aussi………. Dormez en paix braves gens !

Claude Roland
Claude Roland
11 novembre 2020 20 h 52 min
Répondre à  SITTING BULL

Je ne suis pas sûr que la Russie a un grand retard par rapport aux Chinois. Un exemple : toutes les fusées spatiales chinoise ont des capsules russes. Tout le matériel chinois pour l’espace, à part les propulseurs, est russe. Et après la version 5 de leur fusée qui a explosé en vol, ils se sont calmés… Quant à la flotte russe, ce sont surtout ses sous-marins qui prévalent. Et pour l’aviation, les meilleurs chasseurs chinois sont des copies sous licence des avions russes. Cela dit, leur J20 qui ressemble au F22 est bidon. un avion avec un moteur russe… Lire la suite »

SITTING BULL
SITTING BULL
7 novembre 2020 2 h 45 min

suite à ce que j’ai écrit hier : je vous transmets une info qui semble avoir été censurée par youtube (filiale de Google). l’article émanant de Dreuz info relaye un document vidéo de la chaine « vivre sainement » et qui avec moult détails et témoignages démontre que le résultat de l’élection voulue de Biden n’est autre qu’une confiscation d’une très grande partie de la voix du peuple américain pro Trump en faveur d’un système de corruption à l’image de Biden. Le fait que cette vidéo ait été censurée sur youtube et donc par google en dit long sur l’atteinte à la… Lire la suite »

saintongeais
saintongeais
6 novembre 2020 23 h 35 min

Je n’ai rarement lu autant d’âneries dans un seul texte! c’est bien triste… les chiens aboient mais la caravane passe…

L'Imprécateur
Administrateur
8 novembre 2020 17 h 42 min
Répondre à  saintongeais

Bien que je sois directement concerné, je ne vous fais pas de reproche. C’est la mode sur internet, on accuse sans la moindre preuve. Selon le vieux principe « Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ». Si vous avez des faits précis à m’opposer, je suis preneur et vous répondrai.

lepatriote1111
lepatriote1111
10 novembre 2020 18 h 52 min
Répondre à  saintongeais

Le jour ou les Chinois seront présent ,ou auront envahi la France pour assurer leurs nourritures et autres ressources , et que vous serez obliger de bosser en ayant des soldats chinois derrière vos fesses , ne venez pas chialer !

Last edited 10 mois auparavant by lepatriote1111
SITTING BULL
SITTING BULL
6 novembre 2020 21 h 12 min

Oui, j’ai bien peur que les américains en faisant le choix d’élire une momie (car cela semble bien parti), se soient tirés une balle dans le pied. Il risquent de regretter amèrement leur choix politique. Remarquez , nous n’avons rien à dire car il y a quelques similitudes entre Biden et notre Talleyrand de l’Elysée. Ceux qui votent démocrates sont les mêmes qui ont voté pour notre Talleyrand. Toujours est il que lorsque l’on voit les nouvelles classes de porte avions que la Chine met à l’eau…. Quand on crée ce genre d’outils ce n’est pas pour aller cueillir des… Lire la suite »

Filsde1789
Filsde1789
6 novembre 2020 19 h 25 min

Au lieu d’apprendre l’arabe comme le veulent nos bobos collabos, les jeunes Francais feraient mieux d’apprendre le Chinois car les pays arabes ne produisent rien, ni technologie ni recherches scientifiques et ne font que confier a des sociétés étrangères l’exploitation de leurs ressources pétrolières. Les Chinois eux produisent tout et se projetent vers le futur, ils domineront le monde tant pis pour nous peuple décadent qui nous soumettons a un grand remplacement.

11
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank