COVID : LE GOUVERNEMENT VA D’ÉCHEC EN ÉCHEC !
(L’Imprécateur)

La crise sanitaire le montre depuis un an : nous avons un gouvernement qui n’hésite pas à mentir avec un aplomb sans faille. Les histoires de masques, des 600 respirateurs et les 1000 lits annoncés par Véran et mystérieusement disparus… Maintenant, les vaccins qui arrivent au compte-gouttes et sont garantis totalement inoffensifs, alors que les effets secondaires à leurs débuts commencent déjà à prendre une courbe de mortalité qui pourrait devenir dramatique…

Toutes ces erreurs dues à l’imprévoyance et au manque de réactions adaptées et efficaces resteront dans l’Histoire. Ainsi que le déni systématique de les reconnaitre.

 

 

Plus grave est l’échec total de la troisième voie de Jean Castex, sorte de confinement qui n’en avait pas le nom. Mais déjà le bruit court selon lequel, si les mesures décidées en solitaire par Macron échouent à nouveau, le gouvernement envisagerait un confinement plus dur. Il triplerait ainsi l’erreur déjà commise une première fois avec 30 000 morts, la seconde fois de 42 000 morts.

Combien y en aura-t-il au sortir de ce nouveau confinement ? 26 000 morts à ce jour ! Aux morts du Covid, il faudra ajouter les suicides de jeunes, de chômeurs, de commerçants et d’artisans, plus les accidents des effets secondaires des vaccins dont la courbe débutante montre déjà une tendance inquiétante.

Source : Agence Nationale de Sécurité du Médicament ANSM

Sur les 9 174 effets secondaires déclarés au 19 février (dont 2 200 cas graves, soit 24 %), 221 ont provoqué la mort, soit 0,05 % de 4 315 000 vaccinations, alors que les décès par Covid sont actuellement de 0,037 % (Insee), ce qui est inférieur.

Et sur les effets déclarés dans la semaine suivante du 19 au 25 février, (qui ne représentent pas la totalité des effets car s’ils ne sont pas trop graves, la plupart des victimes n’éprouvent pas le besoin de les déclarer), 29 % étaient réellement graves : troubles cardiaques, troubles neurologiques dont essentiellement des AVC et des paralysies faciales provisoires ou définitives, troubles sanguins sous forme de thromboses et embolies, hémorragies cérébrales et digestives, et… contaminations à Covid 19 ! Le nombre de contaminations après injection étant à peu près identique à celui des contaminations naturelles, on peut se demander à quoi sert le vaccin. Si protection arrive après plusieurs semaines, elle reste à démontrer.

45 millions de Français devraient avoir été vaccinés en octobre prochain comme le souhaite le président. Pour avoir une idée du nombre de morts qu’il y aura par vaccins,  il suffit de multiplier les chiffres donnés après 4 315 000 vaccinations par 10 au minimum : environ 2500 morts et plus de 100 000 handicapés provisoires ou à vie ont à craindre.

Sur les 4,3 millions de vaccinations, 3 954 000 sont dues à PfizerNBiotech, 190 000 à Moderna, 183 000 à AstraZeneca.

Si l’on prend la part d’effets secondaires dans les effets déclarés dans la dernière semaine et pour chaque vaccin, on  obtient 24% pour Pfizer, 25% pour Moderna et 34% pour AstraZeneca.

Par sexe, les trois quarts  des victimes d’effets secondaires sont des femmes.

Par tranche d’âge :

  • 16% des 16-49 ans
  • 21% des 50-64 ans
  • 6% des 65-74 ans
  • 48% des 75-84 ans
  • 13% des plus de 85 ans.

LE RAPPORT AVANTAGE/RISQUE POURRAIT NE PLUS ÊTRE FAVORABLE

Les morts officiellement attribuées à Covid depuis janvier représentent 0,037% de la population française. Les morts par vaccins représentent 0,21% des vaccinés.

Si tous les Français étaient vaccinés, cela donnerait entre 120 et 130 000 morts.
Ce rapport donne raison à ceux qui prétendent que le ratio avantage/risque restera favorable au vaccin puisque d’ici-là le nombre de morts par Covid va un peu chuter, mais il sera quand même probablement proche, au total depuis mars 2020, de 150 000.

Il ne l’est pas si l’on prend en compte la part des personnes de plus de 65 ans dans le total des vaccinés. Prioritaires, elles représentent pour le moment la majorité des vaccinés.
Chez les plus de 75 ans le risque de mourir du vaccin est 4,6 fois supérieur à celui de mourir de Covid, selon l’Autorité Nationale de Santé de Norvège. C’est pourquoi elle recommande, contrairement au gouvernement français, de ne pas vacciner les plus de 75 ans, trop fragiles pour bien supporter le choc anaphylactique parfois brutal de la vaccination.
Au contraire, en France, la Haute Autorité de la Santé ordonne de réserver la vaccination avec AstraZeneca aux plus de 55 ans !

En Italie, la chaine publique de télévision RAI « le ultime notizie in tempo reale », constate que « la vaccination est un échec total en France comme en Italie« . Alors que pour Macron (mercredi 31 mars) « la vaccination est la clé du succès » et avec son excellente vue, il a vu que « notre continent (l’Europe ?)  est le premier au monde pour la fabrication des vaccins« . AstraZeneca est anglais, Pfizer, Moderna et le petit dernier Johnson & Johnson sont américains., tous importés. Alors il est facile pour RAI de se payer la tête de Macron en juxtaposant sa déclaration vantant la technique du freinage du virus grâce aux excellentes mesures prises par le gouvernement et « en même temps »  l’annonce du confinement généralisé, toute la France en rouge, tellement tout va bien et que les vaccins vont redonner de l’espoir.  .

blank

Macron, Castex, Véran, Salomon, sont de fieffés menteurs, mais ils ne sont pas les seuls.
Pfizer a été condamné à 2,3 milliards de dollars d’amendes pour mensonges sur les résultats de treize de ses médicaments. Il dit que son pseudo-vaccin est efficace à 95 % est-ce crédible ? Même si l’aveu de 5% d’échecs est déjà considérable.

Comme il y a de nombreux cas de contamination à la Covid après vaccination, la « vérité officielle » a évolué.

Le vaccin Pfizer est toujours réputé efficace, mais seulement deux ou trois semaines après la seconde injection, laquelle peut avoir lieu plusieurs semaines après la première, autrement dit aux calendes grecques, voire le 36 du mois prochain. Le gouvernement l’accepte, de quoi Pfizer et les autres se plaindraient-ils ? Très peu de seconde injection ont été réalisées jusqu’ici, l’efficacité du vaccin reste un acte de foi.

Les trois vaccins en circulation en France sont inoffensifs, dit-on. A vous de juger, avec celui d’AstraZeneca conçu par le labo de l’université d’Oxford, le seul dont la formule ne soit pas dissimulée. Le « virus vecteur » ChAdOx1 est un adénovirus de porc.

blank

LES PLUS MENTEURS SUR COVID SONT LES CHINOIS

Les plus gros menteurs restent les Chinois. Ils nient toujours être à l’origine du virus et que celui-ci soit une arme biologique. On aurait pu les croire si l’on n’avait pas appris  que les deux premiers cas de Covid n’étaient pas survenus en décembre 2019 comme dit par la presse officielle et les autorités, mais en septembre 2019.

Deux employés du P4, ont été hospitalisés en urgence dans un hôpital de la ville pour « pneumonie atypique« .
L’un des deux, Madame Wong, en meurt début octobre. Autopsie… dont le résultat n’est pas divulgué. Mais dans les 24 heures arrive une médecin-colonel de l’armée chinoise (APL), spécialiste de la guerre bactériologique. Elle fait aussitôt évacuer l’immeuble et des équipes spécialisées dans la guerre bactériologique entreprennent de désinfecter le P4 des caves aux greniers. Le personnel en arrêt de travail a le temps d’aller assister aux Jeux militaires internationaux organisés à Wuhan. Les militaires rentrent dans leur pays vers le 10 octobre. Au bout de quelques jours trois Français, dont la championne du pentathlon Élodie Clouvel, tombent malades. Diagnostic : pneumonies atypiques. Puis la Norvège et le Luxembourg font savoir qu’ils ont eux aussi des cas de « pneumonies atypiques ».

La Chine, interrogée, nie farouchement toute responsabilité.

Mais on apprend que les souches de virus des labos du centre de Wuhan ont été emportées de Wuhan début octobre par l’APL « pour être détruites« . Personne ne croit la destruction des souches par l’APL Il y a de très forts soupçons de préparation d’une guerre bactériologique par la Chine au P4 de Wuhan,  mais il n’y a plus aucune preuve. Même le marché aux fruits de mer accusé d’être à l’origine de Covid à cause d’une chauve-souris a été incendié par l’APL, puis rasé et reconstruit à neuf. Pas trace de Covid au P4 ni au marché, l’APL a tout passé « au karcher ». Mais…

Il y a un mois environ Le Quotidien du peuple, organe officiel du Parti Communiste Chinois, rend compte d’une séance de l’Assemblée Nationale Populaire. Des députés provinciaux se plaignent de ce que le programme de vaccinations a pris du retard. Un député, YU Quingming, chef de l’organisation du PCC au sein de l’énorme société Sinopharma qui produit le vaccin Sinovac se sent visé et bondit pour défendre sa société contre cette accusation infamante. Il explique que le gouvernement a préféré donner ou vendre les doses de vaccin Sinovac en Afrique et en Europe. Il jure que Sinopharma était prête à affronter l’épidémie dès mars 2020. La preuve en est que lui-même, les dirigeants et les directeurs ont été vaccinés en mars 2020.

Or Sinovac produit un vaccin classique, produit à partir de souches de Covid-19 affaiblies et neutralisées. Il est impossible qu’un tel vaccin ait été créé et produit en grande quantité en quelques semaines. De fait, trois à cinq années sont indispensables.
Conclusion : la Chine s’attendait donc depuis probablement deux ans (au moins) à une épidémie de Covid en 2020.

Le seul doute restant est de savoir si l’épidémie a été déclenchée en 2019 volontairement, ou accidentellement dès octobre.

Cela ne fait pas des preuves concrètes, mais des certitudes à 99%. La Chine ne pourra pas être condamnée pour crime contre l’humanité comme l’espéraient l’Australie et quelques autres pays, mais les dirigeants occidentaux devraient avoir constamment en tête que leurs confrères communistes chinois mentent encore mieux qu’eux.

UNE PART DES ERREURS GOUVERNEMENTALES EST DUE À LA CORRUPTION

Le plus honteux pour cette société médicale française scotchée par les mathématiques, les logiciels et l’intelligence artificielle et qui se dit progressiste, c’est qu’en dessous des faits, on trouve un manque total de scrupules qui va avec une corruption généralisée de la fonction publique dénoncée par les études de Transparency International.

Fonction publique et classe politique de la France sont au 28ème rang, derrière l’Uruguay et le Etats Arabes Unis !
Et ce, après avoir encore reculé de deux rangs en 2019.

(https://www.sudouest.fr/2020/01/22/classement-de-la-corruption-dans-le-monde-la-france-recule-de-deux-places-7095011-10407.php).

Il est donc permis de se demander à quel niveau de corruption par Big Pharma se situent le gouvernement et les autorités sanitaires dans ce cafouillage gigantesque, des masques aux vaccins.

Est-il exact que Pfizer à distribué 350 millions pour obtenir de la presse française et d’une partie de l’élite médicale et politique un soutien massif à l’annonce selon laquelle les vaccins sauveront la France et n’ont que des effets secondaires minimes et sans conséquences ?

Le 26 mars, Emmanuel Macron a expliqué, et répété le 31 mars, dans le style « tous ensemble nous vaincrons », qu’il y aurait « un espoir raisonnable« . « Raisonnable »… c’est-à-dire possible mais pas certain de fin de l’épidémie grâce aux vaccinations qui vont augmenter de dix millions par mois.
Cela doit-il se faire « à n’importe quel prix » en vies humaines ? Pourquoi ne pas attendre de vrais vaccins comme le russe ou le chinois puisque Sanofi a jeté l’éponge ?

Le même 26 mars, l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament, ANSM, reconnaissait que, la semaine précédente, neuf personnes vaccinées avec AstraZeneca étaient mortes de thromboses après une perte importante (dite thrombopénie) des plaquettes dans le sang. « Six de plus que la semaine d’avant où il y en avait eu trois. » Il y a un précédent aux Etats-Unis où en janvier, un médecin obstétricien de l’hôpital du Mont Thabor (en Floride) hospitalisé pour des plaques rouges apparues sur ses mains et ses pieds, quelques jours après sa première vaccination dans la dernière semaine de décembre avec Pfizer, est mort d’une hémorragie cérébrale. Quelques jours avant, une analyse de sang avait révélé qu’il n’avait plus une seule plaquette et il avait été impossible de provoquer leur retour. Le séquençage de son génome a montré une « recombinaison » de l’ARNm du vaccin Pfizer avec l’un des virus habituellement inoffensifs que l’on trouve dans le sang, rendant ce virus subitement tueur de plaquettes.

Un cas, ce n’est pas une raison pour arrêter la vaccination, mais il montre que l’affirmation de Pfizer selon laquelle la recombinaison de l’ARNm avec l’ADN est impossible est peut-être exacte, mais n’empêche pas d’autres recombinaisons hors de la cellule qui peuvent se révéler tout aussi dangereuses.

De plus le VAERS (Vaccine Adverse Events Reporting System), organisme officiel américain chargé du suivi des effets secondaires des vaccins, a publié en février un rapport portant sur les vaccinations du 26 décembre à la mi-janvier . Il révèle qu’en un mois de vaccination avec PfizerNBiotech sur 1,5 million de personnes, 980 sont mortes d’effets secondaires graves et 29 000 environ ont eu de sérieux problèmes de santé dont une partie feront  d’eux des handicapés à vie. Un extrait du rapport VAERS montre que le taux d’effets secondaires avec Pfizer est de 2,8%, soit environ dix fois plus qu’avec n’importe quel autre vaccin.

Ci-joint, la vidéo interdite du docteur Agret commentant le rapport dissimulé de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament ANSM :

https://wetransfer.com/downloads/6b01ca072c9fd790aed8e4120f6c9fb220210319083244/72ef0311827d759b8e25f15d4a59cb6b20210319083315/b9b320

(s’il n’est pas censuré entre temps).

L’Imprécateur
3 avril 2021

blank

5 5 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 Commentaires
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Anne Lauwaert
Anne Lauwaert
10 avril 2021 6 h 47 min

Il faut donc tenir bon pendant un à deux ans pour voir les conséquences des vaccins … par exemple en Israël = vaccination massive des jeunes – les jeunes c’est l’armée – si les jeunes vaccinés deviennent malades Israël se retrouve sans armée?

lepatriote1111
lepatriote1111
6 avril 2021 15 h 31 min

Il y a rien qui vous choque sur l’image de foutriquet ? Nous voyons bien que foutriquet pendant qu’il annonce de nouveau les restrictions et confinement , ne remarquez -vous pas son air mesquin , je dirai plus vulgairement se fou de la gueule du peuple , bidonnage complet de freluquet vis à vis du peuple ,qui plonge tête la première avec un acquiescement sans se poser de questions .Il doit bien se marrer foutriquet et le véreux devant l’abrutissement des veaux !

Claude Roland
Claude Roland
6 avril 2021 9 h 30 min

Mais non, vous n’avez pas compris, il n’y a pas d’échec. Selon divers experts qui savent de quoi ils parlent, la vaccination transforme les patients en usine à virus, et qui plus est à variants. Les gens vaccinés exhalent 6 fois plus de virus que les non vaccinés. Le plan de dépopulation massive à retardement que dénonce l’ancien directeur scientifique de Pfizer est un succès. Dans quelques mois et années, les gens tomberont comme à Gravelotte sous diverses pathologies et personne n’osera faire le lien entre vaccin et destruction de la santé. Les données scientifiques contre ce type de vaccin… Lire la suite »

L'Imprécateur
Administrateur
9 avril 2021 9 h 07 min
Répondre à  Claude Roland

Entièrement d’accord, le pire est à venir, surtout pour les bébés et les plus de 65 ans, ceux que Jacques Attali pense qu’il faudrait éradiquer, mais c’est bien entendu une coïncidence nous dira-t-on !

4
0
Votre commentaire serait appréciéx
()
x
blank