VERS LA DICTATURE MARXISTE-MONDIALISTE (L’Imprécateur)

Comment faire progresser le projet de Klaus Schwab d’un monde dirigé par une (prétendue) élite de dirigeants socialo-communistes (fascinés par le modèle du Parti Communiste Chinois), sous le « contrôle social » de l’Intelligence Artificielle ?

Il n’y a pas que les jeunes freluquets incompétents, dociles et spécialistes de la « com », arrivés au pouvoir par la grâce des millions déversés pour leurs campagnes électorales par Big Business, comme Macron et Trudeau…

Il y a aussi les organismes de l’ONU contrôlés par les amis de Schwab et par la Chine.
Comme l’OMS, par exemple…

 

 

OMS ET XI JINPING D’ACCORD POUR LA MONDIALISATION

Le Directeur Général de l’OMS Tedros Adanom Gebreyesus (TAG) fut autrefois ministre dans son pays natal l’Ethiopie, mais aussi Secrétaire général du Parti Communiste maoïste éthiopien. Il s’entend à merveille avec Xi Jinping président à vie du Parti Communiste maoïste chinois.

Les deux larrons sont d’accord pour encourager et aider le mouvement globaliste dans sa progression vers un gouvernement mondial unique, et ce pour une raison fort simple : Klaus Schwab l’espère pour 2050 et Xi Jinping a promis au PCC… qu’il serait le maître du monde en 2049 pour le centième anniversaire du PCC !

                                   TAG et XI (TAXI pour les intimes ! ndlr)

Monsieur Xi calcule qu’en 2048  toutes les structures de la gouvernance mondialiste auront été mises en place ou sur le point de l’être. Il lui suffira donc de s’en emparer sous le nez de Klaus Schwab pour devenir le premier président du Monde.
Si ces deux là sont encore vivants – car en 2048, Xi, né en 1953, aura 95 ans et Schwab, né en 1940, en aura 109 !
Mais ils comptent bien entendu sur les progrès de la médecine transhumaniste pour avoir encore bon pied bon oeil !

COMMMENT GEBREYESUS AVANCE SES PIONS A L’OMS

C’est pourquoi T.A.G profite de la mobilisation des esprits sur la guerre que Poutine mène en Ukraine contre les menaces de l’envahisseur OTAN. L’OTAN avançant ses pions-bases-nucléaires vers l’Est et Moscou, pour liquider Poutine et coloniser la Russie, T.A.G. avançant les siens (via l’OMS), pour créer une dictature techno-sanitaire mondiale.

En décembre dernier, 194 pays se sont mis d’accord pour autoriser l’OMS à se doter de plus de pouvoirs. Et comme d’habitude, chaque fois qu’ils sont directement concernés, les peuples n’ont été ni informés (la presse occidentale s’étant dispensée de faire le boulot pour lequel elle pourtant est grassement subventionnée), ni consultés à travers leurs représentants – comme l’exige un des principes fondamentaux de la démocratie -.

Le calendrier de l’OMS est serré : une première réunion du nouvel organisme sanitaire créé a eu lieu en mars dernier et il doit rendre sa copie pour la 76ème Assemblée Mondiale de la Santé en 2024.      

L’objectif est de placer l’OMS au-dessus des états et de leurs dirigeants, des professeurs de médecine et des médecins de terrain pour leur retirer tout pouvoir de décision sur les questions de santé publique comme privée.

LE TEST COVID A DONNÉ DE MAUVAIS RÉSULTATS ? PEU IMPORTE !

Le problème est l’échec du test de la gestion de l’épidémie mondiale de covid-19 avec un seul vaccin de type ARNm.
Alors que plusieurs médicaments réputés efficaces, s’ils étaient pris à temps, existaient pour bloquer l’évolution de la maladie.
Ce prétendu vaccin n’a prouvé ni son efficacité, ni la compétence des ronds de cuir non élus des organisations, nationales comme internationales, qui se sont crus capables de décider à la place des professeurs et des médecins compétents ayant au minimum neuf ans d’études de médecine et de nombreuses années d’expérience sur le terrain avec des malades.

Les ronds de cuir (et le toujours fonctionnaire Macron en fait évidemment partie) se sont adjoints des professeurs et des médecins dits « de plateaux télé » écrivant beaucoup et parlant encore plus, mais déficients en expérience professionnelle de terrain. Copieusement arrosés par des primes versées par les laboratoires pharmaceutiques (jusqu’à 500 000 € en 2020 pour certains, selon Le Parisien), ils ont accepté que des traitements géniques expérimentaux n’ayant pas terminé les batteries de tests obligatoires pour avoir la qualification de vaccin, soient utilisés massivement à l’échelle mondiale pour tenter de soigner le Covid. Ils ont de surcroit laissé les politiques les qualifier de « vaccins » pour tromper les peuples, alors que, ne guérissant pas, ne protégeant pas et n’empêchant pas la transmission de la maladie, il leur manquait les trois qualités essentielles qui qualifient un vaccin.
Le professeur Delfressy lui-même a fini par l’admettre en parlant de « médicaments » pour les faux vaccins ARNm.

EN EUROPE, LES PEUPLES SERONT-ILS CONSULTÉS ?

En Europe, et donc en France, le processus conçu par l’OMS pour mettre la main sur la santé mondiale est confié au Conseil Européen. Le Parlement Européen sera ensuite sollicité pour voter les textes juridiques qui lui seront soumis puis, peut-être, les parlements nationaux.

Mais après l’expérience que nous venons de vivre de l’abolition d’un grand nombre de nos libertés par la malfaisance des autorités invoquant une urgence sanitaire plus ou moins fictive, le plus souvent invoquée, soit trop tôt pour des motifs politiques, soit trop tard par méconnaissance des cycles naturels que suivent les épidémies, nous pouvons nous attendre à ce que la démocratie passe à la trappe, remplacée par des mesures caractéristiques des régimes totalitaires.

blank

« …il suffira – comme les fois précédentes – de faire voter et revoter jusqu’à obtention du bon résultat » (H16, https://h16free.com)

LA GESTION MONDIALE DE LA SANTÉ A MONTRÉ SES LIMITES

La gestion globale de la vaccination au niveau mondial a largement démontré ses limites par ses résultats chiffrés.
En revanche, sur la base des états financiers publiés par les laboratoires, la People’s Vaccine Alliance estime que Pfizer, BioNTech et Moderna ont réalisé en 2020 des bénéfices avant impôts de 34 milliards de dollars. (https://www.oxfamfrance.org)

Et, pour Les Echos, « Pfizer a doublé son bénéfice net en 2021, à 22 milliards de dollars.

Le géant de la pharmacie prévoit cette année d’écouler pour 32 milliards de dollars de son vaccin contre le Covid-19 développé avec BioNTech, et pour 22 milliards de sa pilule anti-Covid« .

Ces résultats sont contestés par quelques décodeurs des média subventionnés dont les employeurs, comme le gouvernement, n’apprécient pas que l’on insinue par ces révélation que les labos se seraient engraissés par les vaccinés sur le dos des contribuables, sans oublier certains politiciens, scientifiques et journalistes corrompus par les primes qu’ils ont touchées des labos.

Mais peu importe que ces chiffres soient exacts ou non, car il y a plus grave. Il ressort des constats statistiques mondiaux que dans les pays multi-vaccinés par la multiplication des doses, la mortalité par Covid et/ou les « vaccins » a été nettement supérieure à celle des pays (ou régions entières) qui, comme en Afrique et en Inde, ont très peu, voire pas du tout vacciné par manque de moyens financiers.

Mais aussi la surenchère qu’ont fait certains pays comme Israël, l’Allemagne ou la France pour être les premiers servis en centaines de millions de doses injectées ensuite en grande partie sous la menace de sanctions sociales. Comme la très chinoise, haineuse et honteuse publication de leur refus d’être vaccinés, qu’ont subi les soignants pourtant bien placés par leur éducation scientifique pour comprendre que ces vaccins comportaient plus de risque d’effets secondaires que de bénéfice de non-contagion et transmission. Pfizer lui-même l’a finalement admis, se retranchant, comme le gouvernement, derrière un bénéfice peu d’effets secondaires moins violents que le virus lui-même !
Et pour les autres, ce furent des licenciements, des dénonciations et finalement l’outil de contrôle social communiste à  la chinoise qu’est le
bracelet électronique passe sanitaire ou vaccinal et le QR code.

L’AVIS ÉCLAIRÉ DE H16

 » Rien que sur la forme (et sur l’indifférence absolue de la presse qui n’en parle quasiment nulle part), on sent que tous les ingrédients sont réunis pour la création d’une nouvelle entité supra-étatique qui viendra décider, une fois les traités signés, de ce que les gouvernements doivent faire de façon parfaitement unilatérale.

Au niveau mondial, la gestion de la pandémie a déjà amplement démontré l’envie difficilement réprimée d’imposer à tous le même traitement, les mêmes options et les mêmes mesures. Et les résultats obtenus, parfaitement dévastateurs pour les politiques publiques, loin d’inciter à la prudence, semblent avoir donné une vigueur bravache aux centralisateurs étatistes forcenés.

On ne sera donc pas surpris de retrouver aux premières loges tous les hystériques de l’Union Européenne, le stylo déjà décapuchonné, prêts à signer absolument tout et n’importe quoi pour garantir que tout le monde marchera d’un même pas cadencé.

En somme, quoi qu’il ressorte du fond, la forme permet déjà d’envisager le pire : centralisation, bureaucratisation et décisions arbitraires sur le mode « Taille Unique, Tout Le Monde Dans Le Même Panier ».
Voilà qui est extrêmement rassurant
Le contenu proposé laisse déjà entrevoir tous les prémices d’une nouvelle bordée d’idées folles dont l’aboutissement logique n’est rien d’autre qu’une nouvelle mouture de dictature techno-sanitaire.
Ici, on pourrait croire à de l’exagération mais la lecture attentive du document de travail actuel donne déjà des éléments de sérieuse inquiétude
.

Ainsi, outre la mise en place « d’efforts visant à parvenir à la couverture sanitaire universelle » (qu’on pourra interpréter comme on veut, mais certainement pas dans le sens d’un accroissement de la liberté de chacun de disposer de son corps à sa guise), on trouve aussi le paragraphe « i » page 4 dont le contenu ne laisse aucun doute :

 » Informations fausses et trompeuses : les États Membres reconnaissent la nécessité de prendre des mesures coordonnées à l’échelle nationale et mondiale pour lutter contre les informations fausses et trompeuses et la stigmatisation qui compromettent la santé publique ». (H16, https://h16free.com)

blank

En essayant continuellement, on finit par réussir,
Plus on rate, plus on a de chances que ça marche…

C’est la politique Shadok des énarques « Plus ça rate, plus on persévère » !

Vous allez voir qu’en peu de temps, ces escrocs de la civilisation, de la démocratie et des libertés fondamentales, vous imposeront un constitution copiée en grande partie sur celle de l’URSS de 1936.

Jusqu’à l’article 129, c’est le paradis, à l’article 130 ça se gâte :

Chaque citoyen de l’URSS est tenu d’exécuter les lois, d’observer la discipline du travail, de remplir honnêtement son devoir social, de respecter les règles de la vie en société socialiste.

https://mjp.univ-perp.fr/constit/su1936.htm#10 

LE CONTROLE SOCIAL À LA CHINOISE EST EN MARCHE

C’est exactement le projet de l’OMS et des autres mondialistes. Ils mettent en place, par petites touches pour ne pas effrayer, le contrôle social à la chinoise par des fonctionnaires incultes et incompétents. Le plan OMS de contrôle sanitaire total en fait partie, et vous obéirez au doigt et à l’œil sous peine d’être mis dans le lot des indisciplinés à éliminer d’ici 2040 que K. Schwab évalue à 4 milliards dans The Great Reset.

Donc, les gens qui analysent, réfléchissent, et font librement connaître le résultat de leurs réflexions seraient 4 milliards avec 4 autres milliards de moutons ? C’est de toute évidence excessif, Schwab demande donc qu’en 2100 il ne reste plus qu’un milliard de moutons dont environ 10 millions de moutons diplômés et disciplinés comme les Macron et les Trudeau.

Puis il promet aux 990 millions de moutons survivants qu’après le grand nettoyage « vous serez pauvres mais heureux« , la richesse étant bien entendu réservée à l’élite disciplinée type Macron, Trudeau, Ardern et autres.

La constitution chinoise est rédigée de la même manière avec un début prometteur de libertés. La Constitution chinoise de 1982 « … garantit la liberté de parole : les « citoyens de la république populaire de Chine apprécient la liberté de parole, d’assemblée, d’association, de défilé et de manifestation. » (Article 35).

Mais suivent  des promesses de camp de concentration rééducation aboutissant à la mort pour les contestataires (en moyenne 100 000 par an par éventration à vif et prélèvements sans consentement d’organes revendus à prix d’or sur le marché noir mondial des greffes d’organes).

Les mises en camp de concentration sans jugement sont, elles, réalisées sans pitié par le PCC !

Voilà le genre d’avenir sombre qui nous attend si Emmanuel Macron, faux français mais fidèle mondialiste, est réélu dans quelques semaines !

L’Imprécateur
17/3/2022

blank

 

 

 

blank

 

 1,322 total views,  3 views today

5 4 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

1 Commentaire
plus récent
plus ancien Le plus populaire
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
lepatriote1111
lepatriote1111
18 mars 2022 14 h 40 min

Et vous croyez encore à la démocrature ,les chinois complices des mondialistes , et qui leurs la mettront profondément , les Chinois ont toujours garder à l’esprit de conquérir le monde à la sauce marxiste , ne croyez pas que le PCC est un rempart contre le mondialisme ,même s’ils sont alliés des Russes, dès que les Chinois le pourront ils mettront un coup de poignard dans le dos des Russes , sachant qu’ils lorgnent sur les immenses richesses de la Sibérie Poutine devrait se méfier de cet allié expansionniste !

1
0
Votre commentaire serait appréciéx
blank